Thèmes

symboles tourisme paris st germain des prés souverain

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Tourisme et histoire - Paris - Saint germain des Prés -

Publié à 15:28 par acoeuretacris Tags : tourisme paris st germain des prés
Tourisme et histoire - Paris - Saint germain des Prés -
 
Eglise de St Germain des Prés
tableau de Antoine Blanchard
 
 
(2ème partie)
 
 
Le Quartier Saint Germain des Prés 
 
 
 
 
Une rue du Quartier Saint Germain des Prés: la rue Guisarde avec au fond le Marché Saint Germain 
 
 
Le Quartier Saint Germain des Prés est d'origine ancienne puisqu'il s'est formé autour de l'Abbaye.
Dès le XIIème siècle une foire se tient à l'emplacement de l'actuel Marché Saint Germain. Une Halle y est établie au début du XVIème siècle. L'édifice actuel date de la fin du XXème siècle.
La photo ci-dessus montre la rue Guisarde qui illustre bien le style et l'ambiance de cette partie du quartier dont plusieurs rues sont piètonnières.
 
 
 
A partir du XVIIème siècle le bourg autour de l'Abbaye est fréquenté par des auteurs littéraires et de théatre. 
 
Au XIXème siècle de nombreux artistes prennent l'habitude de fréquenter le Quartier de Saint Germain des Prés, des peintres comme Delacroix , Ingres ou Manet, des écrivains tels que Racine, Balzac ou George Sand mais aussi des acteurs de théatre. 
 
Au XXème siècle le caractère littéraire et artistique du Quartier se développe encore plus en s'appuyant sur trois cafés trés célèbres: le Café de Flore, les Deux Magots et la Brasserie Lipp (photos ci-dessous). 
 
 
 
 
Café des deux Magots 
 
 
 
 
Brasserie Lipp 
 
 
Dans les années 1950 le style Saint Germain des Prés est très en vogue. De nombreux auteurs (Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Boris Vian, Samuel Beckett, Eugène Ionesco) , chanteurs (Charles Trénet, Léo Ferré, Georges Brassens, Jacques Brel, Guy Béart, Charles Aznavour) ou musiciens (Sidney Bechet, Miles Davis, Duke Ellington) sont des habitués de ce quartier. 
 
 
 
Le Couvent des Carmes, rues d'Assas et de Vaugirard 
 
 
La chapelle Saint Joseph des Carmes se situe prés du croisement de la rue de Vaugirard et de la rue d'Assas. Elle fait partie l'Institut Catholique de Paris et se situe à proximité de Saint Sulpice.
Les religieux de l'ordre monastique de Notre-Dame du Mont-Carmel sont venus de Gênes en France à la demande de Marie de Médicis, juste aprés la mort de son mari, le Roi Henri IV, en 1610. Il s'installent dans l'Hôtel de Valles autour duquel ils se voient attribuer un grand terrain. La construction de l'église du monastère est sans doute l'oeuvre de Jacques Lemercier, les travaux commencent en 1613 et durent une dizaine d'années. Elle est dédiée à Saint Joseph et consacrée en décembre 1625. Elle comporte le premier Dôme construit à Paris.
 
 
 
 
 
 
 
Massacres de Septembre 
 

Le Couvent connait des heures tragiques au moment de la Révolution Française. Le 12 juillet 1790, l'Assemblée Constituante vote la Constitution Civile du Clergé. Le 29 novembre 1791, l'Assemblée Législative impose aux prêtres un Serment de fidèlité au régime, ceux qui refusent sont attêtés et emprisonnés. Le 10 août 1792, le Roi Louis XVI est renversé du trône et les arrestations d'ecclésiastiques augmentent. 
 

Le Couvent des Carmes, qui a été réquisitionné, devient une prison pour les prêtres réfractaires. Ils sont prés de 200 a être là le 2 septembre 1792 quand se déclenchent les Massacres de Septembre au Carrefour de Buci. Ceux-ci se poursuivent au Couvent des Carmes où l'on dénombre plus de 110 victimes, dont 3 évêques. 
 

Par la suite, la prison des Carmes est fermée, elle devient un entrepôt puis une salle de bal: le Bal des Tilleuls. Les bâtiments sont rachetés en 1797 par Camille de Soyécourt qui y installe un nouveau carmel. La façade de l'église (photo ci-dessus) est refaite à l'identique de l'original au XIXème siècle. 
 
 
 
La Place Saint Sulpice 
 
 
La Place Saint Sulpice est à la fois au coeur de Saint Germain des Prés et un peu plus calme. En effet ici ce ne sont pas les commerces habituels (galeries, mode, vetements,...) qui l'emportent.
Jadis elle était spécialisée dans la vente d'objets religieux, maintenant c'est l'endroit de Paris où sont les meilleurs Libraires Anciens et Vendeurs de Gravures Anciennes parmi d'autres commerces du meme style. La clientèle est donc différente du reste du quartier, plus intellectuelle et moins animée.
 
 
La place a été créée au XVIIIéme siècle en démolissant de nombreuses maisons. Face à l'glise se trouve la Mairie du 6° arrondissement. 
 
 
laFontaine Saint Sulpice 
 

Au centre de la Place, devant l'église se situe une belle fontaine construite au milieu du XIXème siècle. Elle contient des statues de Bossuet, Fénelon, Fléchier, Massillon. 

 

 
 
 
 
La fontaine st Sulpice 
 
 
 
L'Eglise Saint Sulpice  a été fondée, au XIIème siècle, par l'Abbaye Saint Germain des Prés pour etre l'église paroissiale des laboureurs de son domaine. L'édifice actuel a été reconstruit à partir de 1646 par les architectes Gamart, Le Vau et Gittard, il a fallu un siècle et demi pour l'achever: la nef, le transept et la façade sont du XVIIIème siècle. La façade est l'oeuvre de Servandoni, les tours ont été construites par Chalgrin à partir de 1780.
Le style d'ensemble est assez original. A l'intérieur de l'église on peut voir de belles fresques réalisées par des artistes du XIXème siècle, en particulier Delacroix.
 
 
 
 
 
Eglise et fontaine St Sulpice 
 
 
 
Le Palais de l'Institut de France 
 
 
L'Institut de France se situe sur le Quai Conti dans le 6° arrondissement. Il s'élève, sur la Rive Gauche, dans l'axe Nord-Sud de la Cour Carrée du Louvre et du Pont des Arts sur la Seine.
C'est un site et un organisme symbolique à plusieurs titres. Il se situe sur l'emplacement de l'ancienne Tour de Nesle, Le Collège des Quatre-Nations a préparé la voie à l'Institut de France et dans le cadre de celui-ci, il est maintenant le siège de l'Académie Francaise.
 
 
 
 
 
Le Palais de l'Institut, facade Nord donnant sur la Seine, Coupole centrale et aile Ouest. 
 
 
La Tour de Nesle 


C'est au niveau du batiment de l'Institut que la muraille médiévale de Philippe-Auguste rejoignait la Seine. Sur cet emplacement sensible pour la défense de Paris s'élevait au Moyen-Age la Tour de Nesle (le pavillon Est de l'Institut s'élève à l'endroit où était cette Tour). En 1315 trois princesses de la maison de Bourgogne, femmes des futurs Rois de France Louis X le Hutin, Charles IV et Philippe V le Long, furent convaincues d'adultères qui souvent se déroulaient dans la Tour de Nesle. Alexandre Dumas a fait de cet épisode un roman célèbre. 

 
 
Le Collège des Quatre Nations de Mazarin 


Trois jours avant sa mort, en 1661, le Cardinal Mazarin, dans son testament, fait une donation pour construire le Collège des Quatre Nations, une Académie et une Bibliothèque. Le Cardinal de Mazarin a été le Premier Ministre pendant la Régence d'Anne d'Autiche (mère de Louis XIV), il a en particulier eu à faire face à la Fronde des Grands Seigneurs.
L'objectif de ce Collège est d'accueillir 60 étudiants des provinces (Alsace, Flandre, Artois, Roussillon) réunies à la France pendant son Ministère, à la suite des Traités de Westphalie (1648). Le Collège ouvre en 1688. L'Académie rassemblait 15 des meilleurs élèves à la fin de leurs études. La Bibliothèque devait servir à l'instruction de tous ces élèves et également être ouverte aux gens de lettres.
Colbert figurait dans la Commission chargée d'accomplir les clauses du testament de Mazarin. Il fit choisir Le Vau comme architecte et détermina le terrain: celui entourant la Tour de Nesle qui fut rasée ainsi que les remparts attenants de l'enceinte de Philippe II Auguste.
 

 
 
Le Vau présente au jeune Roi Louis XIV un projet avec une église à Dôme au centre de l'ensemble avec deux ailes incurvées se terminant par un pavillon carré (cf photo ci-dessus). Son projet est rapidement accepté par le Roi, pour autant les travaux ne sont pas achevés à la mort de l'architecte en 1670. C'est son collaborateur François d'Orbay qui les poursuit.
Le plan de l'église est une croix grecque, la coupole est de forme elliptique. L'édifice contient le Tombeau de Mazarin réalisé par Coysevox, depuis 1964 il a repris saplace originelle aprés avoir séjourné longtemps au Louvre.
En 1790, lors de la Révolution Francaise le Collège devient successivement prison, Ecole Centrale puis Palais des Arts.
 
 
 
L'Institut de France
 
L'Institut a été fondé lors de la Révolution Francaise par la Convention sur proposition de Carnot, Lakanal et Daunou. Il est initialement installé au Louvre mais en 1805 Napoléon I le transfère sur le site de l'ancien Collège des Quatre-Nations. L'église est alors transformée par Vaudoyer en Salle des séances solennelles, la restauration de 1962 a permis de redonner au monument son cachet original. 
 

L'Institut comprend cinq Académies, l'Académie Francaise, créée par Richelieu en 1635, est la plus célèbre, mais on y trouve aussi: l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, celles des Sciences, des Beaux-Arts, et enfin celle des Sciences Morales et Politiques. 
 

Le batiment de l'Institut contient la Bibliothèque Mazarine immense collection de livres rassemblée par ce grand Ministre. 
 
 
 
Le Pont des Arts 
 
Le Pont des Arts date de 1803, il a été construit en fer et n'est, depuis l'origine, accessible qu'aux piétons. 
 
 
Il assure la jonction entre le Palais du Louvre sur la Rive Droite et l'Institut (photo ci-dessous) sur la Rive Gauche. 
 
 
 
 
 
Il a été reconstruit en acier, le plancher est en bois. il comporte sept arches (photo ci-dessous). 
 
En direction de l'Est il offre une belle vue sur le Pont Neuf et l'extrémité de île de la Cité avec le Square du Vert Galant. Au fond on aperçoit les Tours de Notre-Dame. De l'autre côté vers l'Ouest on a une vue sur le Louvre et le Pont du Carroussel.
 
 
 
 
Le Pont des Arts, vu du Pont du Carroussel, au fond l'île de la Cité, à droite les bâtiments de l'Institut. 
 
 
 
L'Hotel de la Monnaie 
 
 
 
 
Vue sur la Seine et l'Ile de la Cité, sur la droite le grand batiment qui émerge des arbres est l'Hotel de la Monnaie. 
 
 
L'Hotel de la Monnaie flanque le coté Est de l'Institut. Il a été édifié sur l'emplacement de l'ancien Hotel de Nesle, une première construction est réalisée en 1572 pour Louis de Gonzague, Duc de Nevers. Elle est complétée par le Secrétaire d'Etat Guénégaud en 1641. Celui-ci échange son Hotel avec la Princesse de Conti en 1670, d'où le nom de Quai Conti. Sous le règne de Louis XV la Monnaie vient s'installer dans cet immeuble qui subit alors un réaménagement d'ensemble pour faire place à des ateliers de fabrication de la monnaie, l'opération est conduite par l'architecte Antoine. Le nouveau batiment est réalisé de 1768 à 1775 (photos ci-dessous). 
 
 
En prenant le Pont Neuf (photo ci-dessus) on arrive sur la pointe de l'île de la Cité, le berceau de Paris. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Théâtre de l'Odéon 
 
 
Son nom officiel est maintenant Odéon-Théâtre de l'Europe, mais en pratique on l'appelle toujours Théâtre de l'Odéon. Il a été construit, sur l'emplacement des jardins de l'Hôtel de Condé, en 1779 par Marie-Joseph Peyre et Charles de Wailly, à cette occasion tout le voisinage a été restructuré de façon à bien le mettre en valeur. La Place de l'Odéon en hémicycle, et la rue de l'Odéon, dans l'axe de la façade ont été réalisées à ce moment. 
 
 
 
 
 
A partir de 1782, il est le Théâtre de la Comédie-Française, en 1784 la représentation du Mariage de Figaro de Beaumarchais fut accueillie triomphalement mais créa aussi beaucoup d'agitation. En 1792, sous la conduite de Talma, la troupe se déplace au Théâtre Français, prés du Palais-Royal.
 
 
Le bâtiment prend en 1797 le nom de Théâtre de l'Odéon (en Grec l'Odéon est l'édifice dans lequel se déroulent les concours musicaux). Il brûle une première fois en 1799, il est reconstruit à l'identique en 1807 par Jean-François Chalgrin. 
 

Victime d'un nouvel incendie en 1818, il est à nouveau reconstruit à l'identique. Il a été le siège de la Compagnie Jean-Louis Barrault de 1959 à 1968. Le plafond de la salle a été peint en 1965 par André Masson. Actuellement, il est en cours de restauration. 
 

Au Sud le Théatre de l'Odéon touche le Luxembourg. 

Commentaires (3)

drhouse2
c remoi
j ai fait les remise de prix
je te dis tu ai arrive 2 mais je t explique yogi ma mis un comm en me decrivant ou etait house alors comme il est arrive avant je l ai mis avant
desole
mais la prochaine fois tu aura une petite aide de rien du tous



et cette petite aide commence maintenant
c est un mot

age

ggros bisiou
http://drhouse2.centerblog.net


lilimay
bonjour mimi c'est aussi avec le soleil que je te souhaite une bonne après midi bisous
http://lilimay.centerblog.net


Anonyme
;;;;µ
::::::::::::::::::
:::
::
::


Ecrire un commentaire