Thèmes

fetes et traditions art et architecture rome antique voyage

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Préhistoire - (25)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Art et architecture - L'architecture de la Rome antique -

Publié à 15:31 par acoeuretacris Tags : art et architecture rome antique
Art et architecture - L'architecture de la Rome antique -

 

Le Colisée de Rome


Jusqu'au Haut-Empire, le matériau de construction le plus répandu est la brique d'argile. Celle-ci se trouve renforcée de traverses de bois, que l'on utilise dans la structure des édifices privés, sacrés et publics.

Les premiers Romains utilisent tous les types de pierre rencontrés dans leur région à la construction des terrassements, des fondations et des fortifications. La pierre calcaire est généralement taillée de façon irrégulière et grossière (opus siliceum), tandis que les roches plus tendres, comme le tuf volcanique, sont taillées en blocs (opus quadratum).

 

20041125101159.jpg

 

 

Opus Quadratum

 

 

Au IIe siècle av. J.-C., le travertin, plus résistant, commence à supplanter le tuf et les autres matériaux de construction dans la structure des édifices. Dans les dernières années de la République et pendant tout l'Empire, divers types de marbre seront utilisés, en quantité toujours croissante (31 av. J.-C..-324 apr. J.-C.).


Dès l'époque étrusque, c'est surtout la terre cuite qui est employée à la fabrication des tuiles et des différents éléments de protection des parties en bois des édifices. L'emploi de la terre cuite décline au IIIe siècle av. J.-C., quand la construction de temples en pierre se généralise. Au début de l'Empire commence la fabrication à grande échelle de briques cuites, destinées essentiellement au revêtement des murs de ciment (opus testaceum).


 

image22222.jpg

 

Opus testaceum

 

 

Au IIe siècle av. J.-C., un ciment extraordinairement résistant (opus caementicium), contenant une poudre volcanique appelée pouzzolane, remplace les matériaux traditionnels. On peut dès lors construire de façon plus rapide et plus économique, ce qui se traduit bientôt par un grand changement dans l'architecture. Le ciment peut désormais être coulé à l'intérieur des murs, ou à la surface des poutres de charpente ; il peut également être employé à des constructions plus complexes, les voûtes par exemple. Habituellement, le revêtement des murs de ciment est constitué par des pierres lisses de forme irrégulière (opus incertum), ou par des pierres carrées disposées en arête de façon à former un dessin précis (opus reticulatum, au début du Ier siècle av. J.-C.), ou par des briques cuites (vers 30 av. J.-C.). Ces couches de couverture ont souvent servi de base aux revêtements de marbre ou de stuc.

 

opus_reticulatum.jpg

 

Opus reticulatum

 

 

Au cours des Ier et IIe siècle apr. J.-C., la construction de thermes, de bâtiments commerciaux et de palais met en jeu des éléments complexes, comme les voûtes et les coupoles. Pendant cette même période, la conception de constructions traditionnelles, comme les temples et les basiliques, est renouvelée grâce à l'utilisation de la voûte en ciment. L'exemple le mieux conservé en est, à Rome, le Panthéon, reconstruit par Hadrien vers 118-128. Dédié à tous les dieux, ce temple, complété par Antoine le Pieux et restauré par Septime Sévère, conservera l'énorme coupole à caissons de l'époque d'Hadrien. Construite en ciment, elle mesure 43,30 m de diamètre - celui de l'oculus qui la perce en son centre est de 9 m - et couvre une cella circulaire agrémentée de sept niches.

 

pantheon_int-229e5fe.jpg

 

 

Le Panthéon

 

 

Les formes conventionnelles de l'architecture grecque et étrusque étaient encore utilisées avec des destinations variées. L'ordre toscan, qui, du début à la fin de la République, s'applique essentiellement aux temples, commence alors à intégrer des éléments de l'ordre dorique grec pour constituer le dorique romain. A partir du IIe siècle, l'ordre ionique grec et, surtout, l'ordre corinthien connaîtront une large diffusion dans la péninsule. On observe dans les temples de l'époque d'Auguste une fusion des chapiteaux ionique et corinthien.

 

col_gre-229e63b.jpg

 

 

A la fin de la période républicaine, l'encadrement de l'arc en plein cintre par un entablement intégré et superposé constitue une nouveauté appelée à une large diffusion, dont le meilleur exemple est l'extérieur du Colisée. L'emploi toujours grandissant du mortier dans la structure des édifices relègue graduellement les ordres dorique, ionique et corinthien à une fonction essentiellement décorative, alors qu'ils avaient à l'origine une fonction structurale.

 

images-229e656.jpg

 

Le Colisée

 

 

Dans les provinces, les matériaux, les techniques et les formes des constructions vernaculaires s'imposent plus ou moins à l'architecture. Les régions de la Méditerranée orientale conservent les règles locales fixées par l'architecture grecque et hellénistique, la Rome impériale réussissant toutefois à exporter vers l'Orient certains types de construction, comme les thermes monumentaux, les aqueducs et, dans une certaine mesure, les amphithéâtres.

 

aqueduc-229e67b.jpg

 

Aqueduc

 

 

Dans les premiers temps de la République, le temple est encore étrusque: toit pesant avec de larges avant-toits et de massives décorations en terre cuite. Mais, au IIe siècle av. J.-C., traditions locales et formes grecques se rapprochent pour créer une structure plus élégante: le podium et le profond portique frontal du temple étrusque sont conservés, mais dotés des proportions et des formes grecques. Ce style de temple, généralement d'ordre corinthien, gagne rapidement du terrain en Italie et en Occident.

 

C'est au IIe siècle av. J.-C. qu'apparaît à Rome la basilique, édifice rectangulaire destiné à diverses réunions, peut-être d'origine grecque (et dont seront plus tard inspirées les basiliques chrétiennes).

 

images-229e775.jpg

 

Habituellement située sur le forum de la ville, elle comporte généralement une salle centrale spacieuse et imposante, couverte d'un plafond plat et entourée d'une colonnade simple ou double, souvent surmontée d'une galerie. L'histoire de l'arc de triomphe monumental commence vers 200 av. J.-C., mais l'arc n'acquiert sa forme classique que dans les premiers temps de l'Empire. Soutenu par de larges pilastres, un passage central voûté supporte un étage supérieur, l'attique, sur lequel sont disposées des statues en bronze doré. Un décor exécuté selon l'un des trois ordres, dorique, ionique ou corinthien, intégré ou partiellement indépendant, encadre les pilastres et le passage. Sur le côté de l'arc central, d'autres arcs constituent des passages moins importants.

 

ut_a002298001_ot-229e7aa.jpg

 

 

Le théâtre romain, contrairement à l'usage grec, réunit en une même structure la scène, l'orchestre semi-circulaire et les sièges des spectateurs. Construit au niveau du sol, cet ensemble repose habituellement sur des soubassements voûtés, qui doublent les accès. La scène basse s'appuie sur un élégant arrière-plan composé de colonnes harmonieusement disposées. Des soubassements de même type sont aménagés sous la zone réservée aux spectateurs des amphithéâtres ovales, comme le Colisée et le Circus maximus, destiné aux courses de chars.

 

dcc38229.jpg

 

 

Dès 19 av. J.-C., Rome est dotée d'immenses bains impériaux (thermes d'Agrippa) de forme symétrique, agrémentés de grandes vasques enterrées et de piscines pouvant accueillir un grand nombre de personnes. On peut se faire une idée de l'énormité de leurs salles voûtées en visitant à Rome les ruines des thermes de Caracalla (212-216) ou la salle centrale des thermes de Dioclétien (environ 298-305 ou 306), aujourd'hui église Sainte-Marie-des-Anges. Un registre officiel de l'an 354 ne mentionne pas moins de 952 bains publics à Rome.

 

corinthethermes-229e82f.jpg