Thèmes

bonsoir cactées généralités gemme

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Monde marin - (37)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Cactées et plantes succulentes - Généralités

Publié à 11:04 par acoeuretacris Tags : cactées généralités
Cactées et plantes succulentes - Généralités

 La famille des cactus a évolué en une multitude de formes. Elle s'est éloignée de l'image classique du végétal pour se transformer en " pierres ", " boules " ou " cierges ".
Ces curieuses plantes peuvent se définir simplement : un cactus est une plante qui a évolué afin de pouvoir, par un moyen ou un autre, résister à une certaine sécheresse. Ceci s'est traduit par la disparition des feuilles et la transformation de la tige en organe de stockage de l'eau et d'assimilation chlorophyllienne.

 

Taxonomie

 
Comprendre le nom d'une cactée
" Coussin de belle-mère " en France, " tonneau d'or " (golden barrel) aux Etats-Unis, les appellations des cactées peuvent être très variables. On se référera donc au nom latin pour résoudre les problèmes de compréhension.


Étymologie
La terminaison en " i " ou " ii " se réfère à une personne de sexe masculin. S'il s'agit d'une femme, la terminaison sera " ae " (Mammillaria theresae de Theresa Bock). Lorsque le nom d'espèce se rapporte à un site géographique, la terminaison est alors en " ensis ". Les noms sont parfois aussi établis selon des caractères morphologiques. Ainsi, unihamata, bihamata ou tetracantha signifient un, deux ou quatre aiguillons.

 

Répartition géographique des cactées
C'est sur le continent américain, du Canada à la Patagonie, que l'on trouve les cactées. Plusieurs Opuntia et Coryphantha se rencontrent en Colombie britannique. L'Argentine, dans sa partie la plus méridionale, héberge Gymnocalycium et Austrocactus. Les zones les plus riches sont situées dans le sud-ouest des Etats-Unis ainsi qu'au Mexique avec les Mammillaria, les Echinocereus ou de très grands cierges comme les Carnegia (Saguaro).
Le Brésil également est riche de plantes curieuses comme les Melocactus, Discocactus et Uebelmannia ou certains cierges recouverts d'une pruine bleue : les Pilosocereus.
D'autres cactées sont insulaires. On trouve Cereus insularis sur l'île de Saint-Michael, au nord du Brésil et les spectaculaires Opuntia galapageia côtoient tortues et iguanes, sur les îles Galápagos.
On trouve des cactées aussi bien à quelques mètres de la mer qu'à très haute altitude. Elles y rencontrent des conditions très variées. Ainsi, les déserts d'Amérique du Nord sont froids et secs en hiver avec des précipitations estivales. Les faibles pluies y tombent en courtes averses, parfois violentes, ou manquent totalement pendant une année entière. En revanche, dans les zones équatoriales chaudes et humides, la température varie peu (de 24 à 28 °C, jamais en dessous de 18 °C) et il pleut tout au long de l'année. C'est le royaume des cactées épiphytes (Rhipsalis, Epiphyllum).


Morphologie

 
Les cactées
La grande séduction des cactées réside avant tout dans l'étrangeté de leurs formes. Elles n'ont que peu de choses en commun avec nos plantes vertes traditionnelles puisque leur famille regroupe des sphères minuscules, d'immenses candélabres ramifiés, des plantes aux tiges cylindriques rampantes et des tonneaux trapus. Le caractère insolite des cactées est renforcé par la présence d'aiguillons, de côtes dentelées ou encore par celle de tubercules, sortes de côtes divisées et trapues.


Les succulentes
Les succulentes revêtent une grand diversité de formes exotiques : plantes simples semblables aux cactus ou espèces arbustives ou arborescentes dont les feuilles et les tiges aux belles formes soulignent l'élégance de la silhouette. Certaines plantes ont une rosette parfaitement symétrique, d'une beauté austère ; d'autres, aux tiges arquées ou rampantes et au feuillage léger ont une allure souple et gracieuse. Il existe enfin d'étranges formes bulbeuses ou tubulaires. La variété des succulentes fait toute leur richesse décorative et elles s'associent merveilleusement à d'autres types de plantes.


Tiges sphériques, plates, côtes et mamelons
Organe de stockage, la tige est pratiquement toujours renflée. Elle a une forme de boule (Mammillaria), allongée (Cereus), voire aplatie (Epiphyllum). Selon le genre et l'espèce, la tige présente des renforcements et des divisions : les côtes, elles-mêmes divisées ou non en mamelons.


Racines
Chez les Mammillaria, superficielles et très ramifiées, elles captent rapidement la moindre humidité. Chez d'autres, la racine joue un rôle de stockage de l'eau. Séparée de la tige par un étroit collet, elle est renflée à la manière d'une betterave. Les Epiphyllum développent aussi des racines aériennes qui, en culture, sont un signe de bien-être et de bonne santé.


Surfaces
Les cactées comme les succulentes ont des textures variées parfois étonnantes. C'est le résultat de leur adaptation à différents habitats. Cependant, leurs fonctions protectrices restent identiques. Ainsi, la surface feutrée ou duveteuse de certaines espèces de haute altitude ou de zones brumeuses leur permet de capter l'humidité de l'air. Dans des régions plus sèches, le feuillage richement coloré filtre la lumière intense. Feuilles charnues et tiges cactées ont peu de stomates, ou pores, ce qui réduit l'évaporation. À l'inverse des autres plantes, ces pores se ferment le jour et s'ouvrent la nuit pour absorber le gaz carbonique utilisé le lendemain pour la photosynthèse ou la nutrition.


Aréoles et aiguillons
Vulnérantes ou quasi invisibles, les épines, que l'on devrait plus rigoureusement appeler aiguillons, ne sont en fait que des feuilles transformées. Elles sont supportées par un organe particulier : l'aréole, petite touffe de poils qui n'est autre qu'un bourgeon latéral. Chez les Opuntia, il en émerge des glochides (petits aiguillons bordés d'" ardillons " rendant très douloureuses les piqûres). Dans les autres genres, ce sont des aiguillons centraux et radiaux qui sortent des aréoles.


Les aiguillons sont lisses ou légèrement stridulés (ondulés sur une face) et ont des aspects très variés. Ils sont en forme de crochets chez les Mammillaria et Ferocactus, longs et papyracés (comme en papier) chez Leuchtenbergia et Toumeya, pectinés chez certains Echinocereus, Sulcorebutia ou Pelecyphora ou encore longs et forts comme chez Ferocactus rectispinus ou Trichocereus chilensis dont l'aiguillon central peut atteindre 25 cm.


Les aiguillons sont en fait des feuilles modifiées. Ils naissent sur les aréoles, tout comme les écailles ou les poils. Tous ces appendices ne sont donc pas produits par l'épiderme, comme le sont les épines des roses. La forme des aiguillons est très variable. Indépendamment des différences de taille - certains sont à peine visibles à l'œil nu, tandis que d'autres sont de vrais épieux de 30 cm de long - ils peuvent revêtir divers aspects : aiguille, poinçon, soie, cône, épieu, papier, peigne, crochet, plume, droits, aplatis ou ronds. Les aiguillons des cactus peuvent aussi prendre la forme de longues soies, de poils ou de duvet. En outre, certains genre possèdent peu d'aiguillons, comme Rhipsalis, Epiphyllum ou Lophophora. D'autres, en revanche, ont une spination dense, comme Echinocactus ou Mammillaria. D'une espèce à l'autre, la couleur de ces épines peut également varier et même se modifier avec l'âge. Elle va du noir au blanc en passant par le brun, le rouge et le jaune, conférant toute leur beauté à de nombreuses espèces. Les aiguillons ne servent pas seulement à éloigner les prédateurs, ils ont aussi une fonction pratique : les plus fins en particulier servent à collecter l'humidité, par exemple la rosée nocturne, qu'ils absorbent. Dans la mesure où la surface que représente l'ensemble des aiguillons est relativement importante chez certaines espèces, la quantité de liquide recueillie lui permet de survivre.


Fleurs, fruits et graines
Toutes les cactées fleurissent. Est-ce pour compenser leur aspect austère que leur floraison est si spectaculaire? Mis à part le bleu (totalement absent), toutes les couleurs sont présentes avec une intensité remarquable. Petites et en couronnes chez les Mammillaria, émergeant du si curieux céphalium chez les Melocactus ou géantes chez les Epiphyllum, ces fleurs sont étonnantes. Leurs pétales soyeux apparaissent tout au long de l'année selon les espèces. De janvier à juin pour les Mammillaria, l'été pour les Notocactus et les Parodia, à l'automne pour les Neoporteria et à Noël pour les Schlumbergera.


Les fleurs de cactus ont évolué de diverses façons pour attirer les pollinisateurs. La plupart des cactées du désert ont une floraison diurne, non parfumée et de couleur éclatante, qui attire les insectes volants ; sous les tropiques, les cactées ont de grandes fleurs s'ouvrant au crépuscule et attirant les phalènes par leur couleur claire et leur riche parfum. D'autres espèces à la floraison nocturne ont une odeur infecte et des fleurs charnues qui attirent les chauves-souris ou des fleurs tubulaires adaptées au long bec des oiseaux-mouches.


Les fleurs poussent sur la tige de la plante et ont souvent une forme d'entonnoir. Certaines ont de longs collets épineux ou écailleux. Ceux-ci peuvent aussi être recouverts de nombreux sépales de la même couleur que les pétales.


Les pétales et les sépales groupés des fleurs de cactus ont la même couleur, tandis que les fleurs de succulentes ont habituellement des sépales verts.
Après pollinisation viennent enfin les fruits, parfois encore plus spectaculaires que les fleurs. Leur forme est ronde, ovale ou allongée. Ils sont souvent charnus et rouges, ce qui attire les animaux.
Certaines espèces ont un fruit peu charnu. Lorsqu'il est mûr, les graines sont libérées soit par l'ouverture d'un couvercle (Ferocactus) soit par décollement de la base (Thelocactus, Oroya, Sclerocactus). Dans certains cas, il se fend verticalement en plusieurs endroits et les graines s'écoulent rapidement au pied de la plante (Matucana).

 

Aspect général : les formes de croissance

 


Les cierges ou céréiformes
Ce sont les plus marquantes des cactées. Les céréiformes se développent par la croissance d'un axe central. Ce type de croissance ne se limite pas aux Cereus. De nombreuses espèces d'Opuntia présentent un tronc élevé plus ou moins ramifié.


Les buissonnantes
Ce sont des cierges ramifiés de la base. Espostoa nana en est un exemple. Couvert de laine blanche, il a des branches de 10 cm de diamètre entourant l'axe principal.


Les boules
La forme sphérique représente l'optimum géométrique entre le plus grand volume de stockage et la plus petite surface offerte au vent et aux morsures du soleil


Solitaires
Certains ne conservent pas cette forme parfaite pendant toute leur existence. Les Ferocactus ou les Echinocactus, d'abord sphériques, s'allongent un peu par la suite pour former de courtes colonnes massives. D'autres en vieillissant, deviennent plus larges que hauts.


Cespiteuses
Boules ramifiées de la base, on en trouve dans les genres Echinopsis et Ferocactus. Ferocactus robustus forme des touffes énormes.
Chez certaines espèces de Mammillaria, on rencontre une forme de division très particulière : la dichotomie. Il ne s'agit plus de rejets latéraux, mais de la division du sommet de la plante en deux têtes égales.


Les cactées lianes et les épiphytes
On les regroupe car la quasi-totalité des cactées lianes sont des plantes épiphytes qui poussent sur d'autres plantes sans pour autant les parasiter. Dans leur quête de lumière, de nombreuses cactées poussent dans la couronne des arbres. La forte humidité atmosphérique fait qu'elles ont souvent abandonné leur protection épineuse en formant des tiges allongées parfois aplaties (Epiphyllum, Rhipsalis).

Commentaires (1)

Catherine
Bonjour,

Bravo pour ce site qui donne des photos et des explications, oui ça c'est un site bien fait !


Ecrire un commentaire