Thèmes

symboles tourisme paris pont patrimoine culturel

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Tourisme et histoire - Les ponts de Paris -Pont Neuf-

Publié à 14:50 par acoeuretacris Tags : tourisme paris pont
Le Pont Neuf 
 
 
 
Pays France
Ville Paris
Coordonnées 48°51′24″N 02°20′27″E / 48.85667, 2.34083
Franchit laSeine
Type Pont en maçonnerie
Longueur 238 m
Largeur 20 m
Matériau Pierre
Construit en 1578-1607
 
 
Le pont Neuf est le plus ancien pont de Paris. C'est, après le pont aval et le pont amont du périphérique, le troisième plus long pont de Paris (232 m). Son nom vient du fait que c'est le premier pont en arc construit en pierre à Paris (auparavant les ponts étaient construits en bois). Sa construction a été décidée en 1577, et le 2 novembre de cette année-là, Henri III désigne une commission chargée d'assurer la bonne construction du pont et le suivi des travaux. Il charge Claude Marcel, contrôleur général des Finances, d'assurer la liaison entre lui et la commission. La construction est autorisée par lettres patentes du roi le 16 mars 1578, lequel pose la première pierre de l'ouvrage le 31 mai suivant en présence de la reine mère Catherine de Médicis et de la reine Louise de Lorraine. 
Sa construction se poursuivra jusqu'en 1607, sous le règne d'Henri IV. Cependant, le chantier pris du retard et les travaux ont dû être suspendus pendant dix ans, de 1588 à 1598 du fait des guerres de religion. En 1599, Henri IV ordonne la reprise des travaux, dont il confie la conduite à Guillaume Marchant et François Petit. 
 
Le 2 janvier 1602, le roi autorise la construction d'une grande pompe à eau sur la partie nord du pont, au droit de la deuxième arche du grand bras : "Pompe de la Samaritaine". Cette pompe, la première machine élévatrice d'eau construite dans Paris, dont les plans furent commandé au Flamand Lintlaër, fut reconstruite par Robert de Cotte entre 1712 et 1719, puis rénovée par Soufflot et Gabriel. Elle était baptisée ainsi parce qu'elle fut décorée d'une représentation sculptée de l'épisode relatant la rencontre entre Jésus et la samaritaine au Puits de Jacob (relaté dans l'Évangile selon Jean), œuvre de Bernard et René Frémin (1672-1744). Elle était surmontée d'une horloge munie d'un carillon qui rythmait la vie des habitants. Celle-ci était destinée à alimenter en eau les palais du Louvre et des Tuileries, ainsi que le jardin de ce dernier. Elle sera détruite en 1813, et Ernest Cognacq aurait installé sa première échoppe dans la corbeille du Pont Neuf à l'emplacement même de cette ancienne pompe. Les affaires aidant, l'échoppe laissera vite la place au célèbre Grand magasin homonyme construit non loin de là sur la rive droite du fleuve. 
 
 
La pompe de la Samaritaine (à gauche) sur le pont Neuf au XVIIIe siècle (tableau de Nicolas-Jean-Baptiste Raguenet). 
 
C'est aussi le premier pont de Paris à ne plus être couvert. En juillet 1606, alors que la construction du pont s'achève, Henri IV décide de l'aménagement d'une place presque fermée avec des maisons ayant des façades identiques — la place Dauphine — entre le palais de la Cité et le terre-plein situé entre les deux culées du pont. 
 
Le 23 août 1614, quatre ans après l'assassinat du roi, la statue équestre d'Henri IV commandée à Jean de Bologne par Marie de Médicis pour être placée sur le terre-plein de l'île de la Cité, entre les deux culées du pont, est inaugurée. Elle sera fondue ainsi que les deux bas-reliefs des faces latérales (Œuvres de Pierre Francheville, de Cambrai) pour faire des canons en 1792 lors de la Révolution française et dont des fragments du cheval ainsi que les quatre statues, ornant les angles, d'esclaves ou de nations vaincues (Œuvres de Pierre Francheville) sont conservés au Musée du Louvre. Elle fut remplacée sous la Restauration par une nouvelle statue équestre d'Henri IV, réalisée grâce à une souscription lancée par Louis XVIII et inaugurée en 1818, d'après le modèle du sculpteur Lemot s'inspirant de l'original du fondeur Pietro Tacca premier assistant de Jean de Bologne. Cette statue a été réalisée avec le bronze de l'effigie de Desaix 
On trouve de part et d'autre des repères témoins de la crue de 1910. Son niveau moyen est au-dessus du niveau moyen du quartier du Marais. 
Au premier trimestre 2007, la Ville de Paris a achevé la restauration intégrale, livrant de la dernière arche et ses mascarons, côté rive droite et voie sur berge. 
 
 
Le pont Neuf en 1615, plan de Mérian 
 
Comme la plupart des ponts construits à l'époque, le pont Neuf se compose d'une série de courtes arches. 
Il diffère néanmoins des autres ponts parisiens à bien des égards. Tout d'abord, il est le premier pont à traverser la Seine dans toute sa largeur, reliant la rive gauche, la rive droite, et l'extrémité occidentale de l'île de la Cité. Il dispose de trottoirs (les premiers de Paris) et de « balcons » en demi-cercles au-dessus de chaque pile, où des marchands et artisans tiennent boutique. Une autre nouveauté est l'absence de maisons sur sa bordure. Enfin, pour la première fois, on orne le pont d'une statue équestre en l'honneur d'Henri IV. Le long de ses corniches, sont sculptés 385 mascarons (ou masques grotesques) que l'on doit à Germain Pilon. 
Le pont mesure 238 m. Sa largeur est de 20,50 m (la chaussée mesurant 11,50 m, et les deux trottoirs, 4,50 m chacun). Le grand bras possède sept arches d'ouverture, comprises entre 16,40 m et 19,40 m. Il mesure 154 m. Le petit bras possède quant à lui, cinq arches d'ouverture, comprises entre 9 m et 16,70 m. Il mesure 78 m.