Thèmes

muses mythologie greco muses monde marin

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Préhistoire - (25)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Mammifères - (29)
· Cadeaux de mes ami(e)s - (582)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Mythologie Greco-romaine - Les muses -

Publié à 14:55 par acoeuretacris Tags : mythologie greco muses
Mythologie Greco-romaine - Les muses -
Clio, Thalie, Erato, Euterpe, Polhymnie, Calliope, Terpsichore, Uranie, Melpomène 
Sarcophage des Muses (c. 160 avant notre ère) Musée du Louvre 
 
 
 Les Muses étaient les filles de Zeus et de Mnémosyne (la Mémoire), elles présidaient aux Arts. 
Pausanias pensait qu'il y avait deux générations de Muses. A l'origine les Muses étaient au nombre de trois, elles répondaient aux noms de Mélété (Soin), Mnémé (Mémoire) et Aoidé (Chant). C'est Hésiode qui fixa leur nombre traditionnel à neuf et leur donna à chacune le nom connu actuellement, mais leurs attributions ne fut déterminées que beaucoup plus tard. 
 
 
Elles demeuraient dans les montagnes, en particulier celles de l'Hélicon, en Béotie, et de Piérie, près de l'Olympe. Elles possèdent des voix si belles et leurs chants sont si beaux qu'un jour le mont Hélicon où elles résident se gonfla de plaisir au point d'atteindre le ciel. Pégase, d'un coup de sabot, fit jaillir la source Hippocrène pour qu'il revienne à sa forme initiale. Les Muses étaient associées à Apollon en tant que dieu de la Musique et des Arts. 
 
 
Elles dansaient avec lui et avec d'autres divinités, les Grâces et les Heures, lors des fêtes sur l'Olympe. 
 
 
Les Muses n'intervinrent que fort peu dans la mythologie; on peut citer quelques épisodes : 
 
 
• Elles assistèrent aux noces de Thétis et de Pélée et à celles de Cadmos et d'Harmonie. 
• Lorsque Thamyris se vanta de leur être supérieur, elles allèrent à Dorium, en Messénie, où elles le rendirent aveugle et le privèrent de sa mémoire. (Homère, Iliade, II, 595) 
• En revanche pour compenser la cécité de Démodocos, elles lui enseignèrent l'art du chant qu'il utilisa pour chanter les exploits d'Ulysse devant le héros lui-même. 
• Les Piérides, qui étaient les neuf filles de Pieros et d'Evippé, engagèrent un concours de chant avec les Muses, mais elles perdirent car le jury était composé de nymphes; pour les punir de leur audace, les Muses les transformèrent en choucas. 
• Le Sphinx aurait appris des Muses l'énigme qu'il posait à tous les voyageurs qu'il rencontrait. 
• Elles chantèrent un thrène aux funérailles d'Achille (Homère, Odyssée, XXIV, 60 sqq.) 
 
 
CLIO 
 
La première des neuf Muses, son nom signifie "célébrer" en grec; aussi est-elle, par excellence, la Muse de la poésie épique et de l'Histoire. De nombreuses statues la représente assise ou debout couronnée de lauriers et tenant en général un livre à la main. Clio (Kleiw) ayant un jour osé blâmer Aphrodite sur son amour pour Adonis, cette dernière irritée, lui inspira une passion violente pour Piéros qui la rendit mère de Hyacinthos. (ou selon certains de Linos et Hyménée comme Uranie) et d'une fille Polyboea qui passe pour la mère d'Orphée. 
 
 
 
 
 
THALIE 
 
Divinité champêtre, Thalie (Qaleia) présidait aux banquets joyeux. Plus tard elle devint la Muse de la comédie. Thalie était représentée sous les traits d'une jeune fille couronnée de lierre, tenant dans la main le pedum rustique et de l'autre un masque. Les Corybantes passaient pour ses enfants (Apollodore I,18). 
 
 
 
 
 
 
ERATO 
 
 
Erato (Eratw) présidait à la poésie lyrique mais aussi à la poésie plus légère, érotique et anacréontique. On la représentait vêtue d'une robe très ample, tenant à la main une lyre ou une cithare.
D'après Apollodore (VIII,4,2) elle était la mère d'Azan et dont le père était Arcas.
 
 
 
 
 
 
EUTERPE 
 
Muse de la musique, Euterpe (Euterph) personnifiait l'art primitif en Thrace. Les statues de l'époque romaine la représentent avec une flûte simple ou double, instrument du culte dionysiaque car elle fut primitivement une divinité de la joie et du plaisir. 
 
 
 
 
 
POLHYMNIE 
 
Polhymnie (Poluhumnia) présidait aux hymnes et représentait la faculté d'apprendre et de se souvenir; plus tard sous l'empire romain elle présida à l'art mimique. 
Elle est souvent représentait dans une attitude pensive accoudée sur un appui. On lui attribue plusieurs inventions comme la lyre ou l'agriculture Elle passe pour la mère de Triptolème 
 
 
 
 
 
CALLIOPE 
 
La plus éminente des Muses, Calliope (Kallioph) dont le nom signifie "à la belle voix" présidait à la poésie épique et quelquefois à l'éloquence. 
 

Dans certaines légendes elle eut deux fils d'Apollon (ou du dieu-fleuve Oeagre) Orphée et Linos (ou fils d'Uranie). 
 

On dit aussi que Calliope fut désignée par Zeus pour arbitre dans la dispute qui opposa Perséphone et Aphrodite pour la garde d'Adonis : Le verdict de Calliope fut que Perséphone et Aphrodite avaient sur Adonis des droits égaux; mais il fallait aussi lui accorder de petites vacances chaque année afin de lui permettre de se reposer des sollicitations amoureuses des deux insatiables déesses. 
 

En conséquence, elle divisa l'année en trois parties égales 
Aphrodite, furieuse de devoir partager Adonis, fit naître dans le coeur des femmes de Thrace une telle passion pour Orphée, fils de Calliope, que, dans leur avidité à le posséder, elles le mirent en pièces. 
Dans les arts, elle est souvent représentée la tête couronnée de lauriers et tenant des tablettes, un stylet ou un rouleau de papyrus. 
 
 
 
 
 
TERPSICHORE 
 
Terpsichore (Teryicorh) présidait à la danse et aux chants de choeur. On la représentait couronnée d'un diadème et tenant à la main une harpe ou une lyre en écaille de tortue, surmontée de deux cornes de chèvre. 
 
 
 
 
 
URANIE 
 
Uranie (Ouranih) présidait à l'astronomie et à la géométrie. Elle fut aimée d'Apollon et devint la mère de Linos (ou fils de Calliope) et d'Hyménée.
On la représente vêtue d'azur, couronnée d'étoiles et parfois environnée de sphères et tenant à la main un compas.
 
 
 
 
 
 
MELPOMENE 
 
Son nom signifie "la chanteuse" en grec. D'abord divinité du chant, Melpomène (Melpomenh) devint plus tard la Muse de la tragédie sans doute à cause de ses rapports avec Dionysos qui portait le surnom de Melpomenos. On la représentait couronnée de pampres et tenant un masque à la main.