Thèmes

patrimoine culturel pont de pierre bordeaux tourisme symboles

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Tourisme et histoire - Bordeaux - Le Pont de Pierre -

Publié à 11:29 par acoeuretacris Tags : pont de pierre bordeaux tourisme
Tourisme et histoire - Bordeaux - Le Pont de Pierre -

 

 

Le pont de pierre est l'un des plus beaux monuments de Bordeaux. C'est aussi le premier pont construit sur la Garonne au XIXe siècle par Napoléon 1er. Jusqu'ici la traversée de la Garonne s'effectuée par bateau. Il est resté le seul point de franchissement routier de la Garonne jusqu'en 1965, date de la construction du Pont d'Aquitaine.


Histoire


La construction du pont a débuté en 1819 et s'est achevée en 1822. Le coût de la construction élevé pour l'époque s'établissait à 6 500 000 francs. Jean-Baptiste Billaudel et Claude Deschamps en furent les concepteurs.


pont-pierre-meilleure-photo-nuit_4153.jpg

Le pont de Pierre la nuit


1772 : L'idée du projet est avancée par Tourny, Intendant à Bordeaux. Ce projet de franchissement de la Garonne est accepté par Trudaine de Montigny, Directeur des Ponts et Chaussées.


avril1808 : Napoléon Ier ordonne la construction d'un pont sur la Garonne. Les raisons avancées sont avant tout militaires afin de permettre le franchissement de la Garonne par son armée pendant la guerre d'Espagne (1808-1814). Et comme souvent dans pareil cas, l'ouvrage est prévu en bois à la fois pour permettre une construction rapide et assurer le cas échéant une destruction tout aussi rapide. L'autre raison était technique puisqu'à l'époque on estimait que la construction d'un pont en pierre était impossible


26 juin1810 : Le Décret ordonnant la construction d'un pont en bois parait en précisant «L'économie,… les besoins militaires, ne pouvaient plus se satisfaire des traversées par bacs.» (Source struturae)


1811 : Claude Deschamps s'installe à Bordeaux et commence à travailler sur ce projet. Reprenant à son compte le projet initial d'un projet de pont en charpente de 52 travées fixes et dune travée mobile, il soumet une nouvelle variance se basant sur 19 arches en charpente portées par des piles en pierres. Ce projet remporte l'adhésion de l'ensemble des acteurs et est adopté.


 

pont-de-pierre-bordeaux_grande.jpg


30 janvier1812 : Un nouveau Décret pour la construction des ponts de Bordeaux et de Cubzac parait pour un coût global estimé à 9 millions de francs.


1er février1812 : Claude Deschamps est nommé directeur de la construction du pont.


22 décembre1813 - 26 décembre1813 : les travaux s'annoncent plus compliqués que prévu. Une crue de la Garonne emporte les pieux d'échafaudage et les fondations de 5 piles sont les travaux avaient commencé sur la rive droite de la Garonne. La crue provoque également un envasement des piles construites sur la rive gauche.


1814 : L'arrêt des travaux accompagne la Chute de l'Empire et abdication de Napoléon Ier.


1816 : Les commerçants de la ville, dirigés par Balguerie-Stuttenberg créent une association et collectent 2 millions de francs afin que les travaux reprennent. En contrepartie les commerçants demandent une concession de 99 ans avec droit de péage. L'état accepte avec obligation pour l'association d'aboutir à la construction dans les trois ans.


10 avril1818 : Loi pour la construction du pont de Bordeaux (piles en maçonnerie, arches en fonte) précisant l'établissement d'une concession à une compagnie privée .


18 avril1818 : Création de la Compagnie du pont de Bordeaux présidée par Balguerie-Stuttenberg.


1819 -1821 : Construction du pont.


janvier1819 : Claude Deschamps poursuit son travail et propose des évolutions du projet en construisant un pont en maçonnerie à 17 arches. La proposition est retenu par Le Directeur Général Becquey le 17 mars de la même année demandant toutefois une expérimentation enchargeant chaque pile pendant 3 mois d'un poids équivalent à celui dune voûte.


25 août1821 : fin de la construction


 

cp-img-0660-2-pont-de-pierre.jpg


1er mai1822 : Ouverture à la circulation du pont. La traversée s'effectue moyennant une taxe (péage). La nuit il est fermé à la circulation par des grilles


1860 : Élargissement de la chaussée.


1863 : Suppression du péage.


1921 : Le pont connait un premier incident majeur. Un incendie se déclare dans les galeries du tablier.


1939 : L'augmentation du traffic routier conduit à plusieurs études pour le remembrement du pont. On envisage même sa destruction pour le remplacer par un pont de plus grande capacité.


3 décembre1941 : le projet de destruction est adopté. Le pont doit aujourd'hui son salut à la guerre qui a mis fin à ce projet.


1949 : Si la capacité du pont est insuffisante, une convention entre l'Etat et la ville de Bordeaux définit la construction d'un second pont mettant fin à tout idée de destruction.


 

La-Bastide-pont2.jpg


1952 -1954 : le pont reçoit désormais 4 voies de circulation, 2 pistes cyclables et des trottoirs de part et d'autre. Le pont perd à cette occasion sa corniche. De nouveaux garde corps en béton sont installés. Depuis, le pont connait des affaissements en raison de sa surcharge.


1984 : le style XIXe est restauré avec l'installation de nouveaux garde-corps et candélabres.


1er août1991 : le pont est heurté par le paquebot grec Établissements. Par chance aucun dégât n'est constaté.


1993 : Renforcement des fondations à laide de micro-pieux


1995 : Le pont est renforcé au niveau de ses piles centrales. Les travaux obligent à le fermer pendant trois mois.


1996 -1997 : Rénovations des fondations et des piles. Le pont reçoit de nouveaux enrochements autour des piles. Un suivi à l'aide de capteur est mis en place pour contrôler continuellement les mouvements du pont.


2003 : Le pont connait de nouveaux aménagements en vue du passage du nouveau Tramway. Les voies de circulation automobiles passent de 4 à 2 et deux voies sont installée au centre pour le Tramway. Les larges trottoirs sont aménagés avec des voies cyclables.


2004 : Des protections sont rajoutées sur le pont en vu du passage des barges Airbus acheminant les pièces de l'A380


Architecture

 


Bordeaux-MontaubanP4818-copie-1.jpg

 

L'architecture du pont de pierre est intimement liée aux difficultés rencontrées au cours de sa construction et notamment le courant très fort à l'emplacement de sa construction. Les bâtisseurs durent utiliser une cloche à plongée pour stabiliser les piliers.


Le pont a conservé depuis son architecture à dix-sept arches. Le nombre n'est pas choisi au hasard puisqu'il correspond au nombre de lettres du nom "Napoléon Bonaparte". Chaque pile reçoit les armes de la ville et un medaillon blanc honnorant l'empereur. Sur les côtés, chaque pile de briques est rehaussée d'un médaillon blanc en l'honneur de l'empereur.


Les piles reposent sur 220 pieux de sapin enfoncées de 8 à 10m de profondeur dans le lit jusqu'au terrain dur. Les têtes étant reliées par un châssis en charpente. Les vides entre les pieux sont comblés par des pierres et «cimentés» par la vase. En effet lors de l'arrêt de la construction, Claude Deschamps avait étudié ce phénomène et l'avait finalement adopté pour la suite de la construction. Les premières assises de la maçonnerie des piles furent installées à l'aide de caissons compartimentés de 23m de longueur, de 7,40m de largeur et de 6m de hauteur. Les chargements de 5000t des piles se faisaient au-dessus du premier rang de voussoirs (Source struturae).


Les arcs et les bandeaux sont reliés horizontalement par des chaînes en pierres de taille liées entre elles par des tirants en fer. Les pierres sont taillées en queue d'aronde. Compte tenu du budget alloué à la construction dans un second temps, des économies étaient necessaire et la pierre de taille fut abandonnée par le remplissage du pont. L'utilisation de briques fabriquées localement fut généralisée, permettant d'une même coût de limiter les charges sur les piles.


La fabrication des briques d'effectuait avec du fleuve et cuites dans un atelier (deux four de 100 000 briques de capacité) installé à proximité du pont.A noter que le pont comporte des galeries pour sa maintenance.


Le pont aujourd'hui


Les derniers aménagements des quais ont considérablement modifié l'environnement du pont. En premier lieu le passage du tramway a ouvert la rive droite sur le coeur historique de Bordeaux. La route qui passait sous le pont rive gauche est désormais remplacée par une piste cyclable bordée de platebandes verdoyantes. Le Pont de Pierre reste pour autant l'un des symboles historique de cette ville.


Aquit3.jpg

Le tramway sur le Pont de Pierre

Commentaires (5)

mumu
bonjour ptite Mimi,tant mieux que ça remarche ,tu as mis quelle version de Mozilla ,parce que moi ,je l'ai pas avec le nouveau ,moi ,je n'aime pas mais mon fils oui ,un qui va avec Windows 7.Bonne journée et gros bisouuuuuuus.Mumu.
http://mamatus.centerblog.net


dinelou
hello ! oui c'est moi , j'ai bien réfléchit , j'ai besoin de vous tous , un ami m'a dit cris nous ta douleur , donc je vais le faire ! donc on va dire blog au ralentis , mais je suis la ! bise.
merci
http://dinelou.centerblog.net


brigitte48
Bonjour un petit coucou,aujourd'hui il fais temps gris triste et il pleut;alors on est bien devant son ordi à jacasser avec ses amis(e).Je viens te souhaiter tout de même une bonne journée et bon courage si tu travail.Il y a si tu veux bien?des kdos chez moi.Reçois des millions de gros bisous ton amie Colette
http://brigitte48.centerblog.net


lesplusbeaucheval
coucou mimi la jolie
conais tu le somenan bulisme ???
et bien une foi je me suis reveillé
jete entrein de tapé la grand mere
je te dit pas la pauvre elle crier aussecour
elle et encore choquer
mai elle la compris que jete pas reveiller emplus javais
le poste alumer .
conais tu l'histoire de mille milliard de mille sabo???
moi non mai je conais mille milliard de mille bisous
tu et pret pour mille milliard de mille bisous
c'est partit
bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous bisous
ps:
maman t'aime fort mai elle deteste toujours les infirmiere lol
moi aussi je t'aime
http://lesplusbeaucheval.centerblog.net


dinelou
merci ma petite princesse de cœur ! je t'embrasse bien fort !
http://dinelou.centerblog.net


Ecrire un commentaire