Thèmes

symboles tourisme bordeaux palais rohan oiseaux

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Tourisme et histoire - Bordeaux - Le palais Rohan -

Publié à 13:29 par acoeuretacris Tags : tourisme bordeaux palais rohan
Tourisme et histoire - Bordeaux - Le palais Rohan -

L’un des premiers monuments néoclassique

Tout comme les intendants, les prélats se sont conduits au XVIIIe siècle en véritables spéculateurs et urbanistes. En édifiant leurs demeures, parfois même leurs palais, ils ont créé de nouveaux quartiers et transformé la physionomie de la ville.

Devenu archevêque de Bordeaux en 1771, Ferdinand-Maximilien Mériadec de Rohan entreprit la reconstruction complète du vieil archevêché qui dès le Moyen-Age occupait l’angle nord-ouest de la cathédrale. Des travaux de restauration avaient été entrepris un siècle auparavant par le cardinal François de Sourdis.

Dès 1771, c’est à Joseph Etienne qu’est confiée l’étude du palais et des lotissements.
La vente des terrains autour de l’archevêché et les revenus du diocèse allaient aider à sa construction. Mécontent d’Etienne, l’archevêque le remplace par Bonfin, architecte de la ville, qui termine les travaux avec l’entrepreneur Poirier. Alors que les frais de la construction ne cessent de croître, l’archevêque est contraint d’engager sa propre fortune. Il laisse sa place à Mgr Champion de Cicé dès 1781. Le palais est enfin achevé vers 1784.

Scandé par des colonnes, le mur de clôture offre au premier abord un décor d’arcatures qui n’est pas sans rappeler les modèles proposés vers 1770 par l’architecte de Neufforge.
Sur les deux côtés de la cour, des bâtiments bas relient le corps de logis à une colonnade. Dans le fond, une façade plate animée d’un avant-corps central s’impose par sa rigueur et sa sécheresse. La façade postérieure exactement semblable est prolongée par deux pavillons bas à balustres avec des baies surmontées de guirlandes. Cette sécheresse dans les lignes et la composition s’explique par la présence de Victor Louis à Bordeaux, qui à la même époque édifiait le Grand-Théâtre.

Malgré de nombreuses modifications, l’intérieur du palais a conservé son grand escalier d’honneur dessiné par Bonfin, une suite de salons au rez-de-chaussée avec boiseries de tilleul sculptées par Cabirol et une salle à manger décorée de figures en trompe-l’œil par Lacour et Beringazo. Deux décors, l’un pompéien, l’autre dans le goût de la Renaissance antiquisante, traduisent bien le raffinement des intérieurs bordelais de cette époque.

L’accès à l’Hôtel de ville se fait via un porche central à arcades soutenu par quatre larges piliers entourant deux très belles statues. A cet instant, on pénètre dans la cour d’honneur. Au centre, un rectangle de verdure colore la cour pavée.
La façade du bâtiment de style néoclassique affiche des lignes épurées mais assez austères.

Elle est surmontée d’une horloge et agrémentée de nombreuses fenêtres à petits carreaux.

Une fois à l’intérieur du palais, on découvre un splendide escalier d’honneur avec ses trois trompes de pierre. C’est un véritable chef-d’œuvre de l’architecture française. Il est également possible de visiter de nombreuses salles comme les salons et la salle à manger. Tous ont conservé leurs décorations raffinées d’époque, typiques de l’aristocratie (par exemple, les somptueux lambris) de l’architecture officielle de la IIIe République.

 

*******************************

Hôtel de Ville palais Rohan en images

53766-17d7e94.jpg

Hôtel de Ville, Palais Rohan

53765-17d7ec6.jpg

Hotel de Ville, Palais Rohan - (entrée)

43973-17d7eec.jpg

Palais Rohan

43969-17d7f1f.jpg

Palais Rohan - Entrée