Thèmes

sorciers lapin lagomorphes animaux lagomorphes

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Préhistoire - (25)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Recherchez aussi :

Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Animaux - lagomorphes - Le lapin -

Publié à 15:02 par acoeuretacris Tags : lapin lagomorphes animaux
Animaux - lagomorphes - Le lapin -
Le lapin fait partie de l’ordre des Lagomorphes. Originaire d’Europe, le lapin est actuellement presque présent dans le monde entier.

Tous les lapins domestiques descendent du lapin sauvage européen ou lapin de garenne (Oryctolagus cuniculus). C’est l’espèce la plus répandue.

Le lapin est devenu un animal de compagnie très apprécié, surtout les lapins nains comme le Bélier nain ou le lapin Hermine.

Portrait du lapin de garenne

Ce lapin pèse entre 1,5 et 2,5 kg pour une longueur de 38 à 50 cm. La fourrure est grisâtre saupoudrée de noir et de brun. Le ventre est gris pâle et le dessous de la queue est blanc.

Les individus mélaniques ne sont pas rares.
L’aire de répartition actuelle de cette espèce est très vaste. Il n’est absent qu’en  Asie et en Antarctique.

Lapin de garenne. image Kradlum

Son habitat préféré inclut les zones sèches et les terrains sablonneux dans lesquels il peut creuser un terrier
Il privilégie les terrains couverts de végétation.
Avec l’avancée humaine, il a su s’adapter. En  Europe centrale, il s’est installé dans les villes en creusant son terrier dans les parcs et les cimetières.

Mode de vie

Végétariens, les lapins ont un solide appétit. La journée, ils restent dans leur terrier appelé rabouillère  et attendent le crépuscule pour s’alimenter.

La semi-obscurité est une sécurité contre les prédateurs. Mais, en dépit d’un champ visuel élargi, leurs pupilles ne peuvent se contracter suffisamment pour assurer une bonne vision nocturne.

Ils sont en conséquence surtout actifs au coucher du soleil. Ils peuvent également sortir par nuits claires, ainsi qu’à l’aube.

Le lapin privilégie les terrains couverts de végétation. image Last Best Place

En été, leur menu est composé de graminées et de papilionacées (trèfles ou lupins). Ils se nourrissent également de cresson, de colza ou de pissenlit.
Les plantations humaines sont également au menu. Ils boivent rarement et satisfont leur besoin en eau avec la rosée ou la pluie déposée sur les herbes.

En hiver, ils se contentent de rameaux secs, de bourgeons, de graines diverses et n’hésitent pas à ronger l’écorce des arbres ou des vignes.

Le lapin peut causer de sérieux dommages aux cultures. image Duloup

C’est pourquoi les agriculteurs et les jardiniers ne sont pas leurs meilleurs amis.

Un lapin s’aventure rarement à plus de 200 m de sa rabouillère. A la moindre menace, il se précipite dans son abri.

Les lapins creusent eux-mêmes leurs terriers avec une préférence pour les sols meubles au flanc des talus.

Le terrier du lapin est appelé rabouillère

La rabouillère est un système complexe de couloirs, comprenant les « avenues », les « chambres d’habitation » appelées les « mères » et de nombreuses galeries latérales.
Sur une profondeur de 2,5 à 3 m, la rabouillère peut comprendre une longueur totale de 45 m de galeries.
Les entrées principales ou « bouches » sont signalées par des déblais de terre. Mais, il y a également de nombreuses sorties de secours.

Seules les « mères » sont tapissées de feuillages afin d’y mettre au monde les petits.

Un jeune lapin . image Foshie

Les lapins vivent en groupes et même en vastes colonies sur un territoire. Une colonie typique est composée de 6 à 10 individus des deux sexes. Ce groupe obéit à une hiérarchie importante pour les mâles.

Un mâle dominant est prioritaire pour la reproduction. Les conflits entre mâles ne sont pas rares.


Ils ont développé des systèmes de communication astucieux pour s’avertir mutuellement du danger.
Chez le lapin de garenne, une espèce très grégaire, un seul individu surveille attentivement les alentours tandis que le reste de la colonie broute.


S’il perçoit un danger, le guetteur avertit les autres en tambourinant vigoureusement le sol de ses pattes postérieures musclées.

Cri : Le lapin clapit.

Reproduction
La saison de reproduction est différente selon le climat. En France, le lapin de garenne s’accouple de janvier à juin tandis que la même espèce qui vit en Europe centrale s’accouple de février à juillet.

Le printemps demeure cependant la saison amoureuse par excellence.

Lapin de garenne.

Après une gestation de 28 à 37 jours, la lapine met au monde dans un terrier 5 à 6 jeunes en moyenne.

Les nouveau-nés sont appelés lapereaux.
La durée de la gestation et la taille des portées varient beaucoup selon le climat et la latitude.

Une femelle peut avoir 4 à 6 portées par an. A la naissance, les bébés sont très démunis. Ils naissent nus, aveugles et sourds.

Le taux élevé de fécondité est compensé par une lourde mortalité qui peut atteindre 90%.

Les lapereaux sont sevrés dès l'âge d'un mois. image Martin Pettitt

La femelle s’occupe seule des petits. Elevés sommairement, les jeunes sont allaités moins de 5 minutes toutes les 24 heures.

Les jeunes ne connaîtront jamais leur père et les contacts entre la mère et les petits sont très restreints.

Sevrés à quatre semaines, ils peuvent se reproduire dès l’âge de 6 à 8 mois.

Les lapereaux se développent rapidement. image Keven Law

Dans leur environnement naturel, leur longévité est très courte à cause des prédateurs et de la chasse. En captivité, un lapin peut vivre environ 10 ans.

Les lapins nains

Le lapin Hermine tire son nom de l’Hermine qui arbore en hiver une très belle fourrure blanche.
Le commerce de la fourrure de l’hermine fut interdit au début du 19e siècle. On le remplaça par le lapin polonais.
Un spécimen à la fourrure blanche et aux yeux rouges (albinos) fut choisi.

C’est à partir de cette sélection que les Anglais produisirent les premiers lapins nains.

Hermine à la fourrure blanche hivernale

Au début du 20e siècle, on découvrit le facteur du nanisme. Ce facteur héréditaire est responsable de l’apparition des petits lapins à tête d’oignon, aux grands yeux proéminents et aux oreilles très courtes.

Dans les années 30, en Hollande, un forgeron commença à croiser des lapins Hermine aux yeux rouges avec des lapins sauvages. En 1940, la race fut intégrée comme « nain de couleur ».

Le lapin est devenu un animal de compagnie.

Le lapin Bélier nain est une race assez récente mais ce n’est pas réellement un lapin nain car il ne possède pas le facteur du nanisme.

Cette race rencontre un grand succès car ces lapins ont une tête vraiment comique avec leurs oreilles pendantes.

Le lapin bélier nain est vraiment comique. image Jannes Pockele

N’oubliez pas que les lapins sont des animaux sociables qui vivent en colonies. Il est déconseillé de posséder un seul lapin car il risque de déprimer.

Il ne faut pas non plus oublier que les lapins obéissent à une hiérarchie. Les mâles sont territoriaux et deviennent agressifs entre eux au moment de la reproduction.
Des femelles, achetées jeunes,  peuvent vivre en bonne harmonie.

Le lapin a horreur de la solitude. image Carly & Art

Si vous ne voulez pas être envahi par des dizaines de lapereaux, vous pouvez castrer le mâle qui vivra tranquillement en compagnie de quelques femelles.

La myxomatose

L’homme a introduit le lapin de garenne  dans de nombreux pays dont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis  et l’Argentine.

Ces introductions ont été de très grandes réussites mais pas dans le bon sens du terme. Les lapins se sont attaqués aux cultures et ont mis en péril la faune locale.
Devenus nuisibles, l’homme a tenté de les exterminer.

Le lapin s'est très bien adapté en Australie au point de devenir nuisible. image Tambako the Jaguar

Au 20e siècle, toutes les méthodes ont été utilisées : chasse massive, appâts empoisonnés, produits repoussants, clôtures, pièges divers.

En Australie, les populations de lapins se chiffraient en milliards après l’introduction de 24 lapins en 1859.

Cette invasion exigeait une solution plus radicale. On employa donc l’arme bactériologique : le virus de la myxomatose.

Ce virus est mortel pour le lapin de garenne chez qui il multiplie les centres infectieux. De plus, il est contagieux, notamment par l’intermédiaire des moustiques et des parasites du pelage.

La myxomatose a eu un effet foudroyant en Australie en 1951-1952 et provoqua la mort de 99,8% des animaux infectés.

Mais, depuis, les lapins ont développé une certaine immunité et les cas mortels sont en constante diminution.
Ce virus a donc largement diminué les populations mais ne les a pas éradiqués.

Lapin aubudon

Cette histoire aurait pu s’arrêter là si Armand Delille, un savant français n’avait pas eu la mauvaise idée de tester ce virus sur les lapins sauvages de sa propriété.

Le taux de mortalité fut proche des 100% mais le virus, très contagieux, avait touché d’autres lapins.

On retrouva des lapins morts à plus de 50 km de la propriété et la myxomatose gagna progressivement toute la France.

Elle se répandit ensuite en Allemagne puis dans l’Europe entière.

En 1952, près de 50% des lapins sauvages étaient déjà contaminés.

Le Conseil de la chasse, appuyé par les éleveurs de lapins, réclama des dommages et intérêts au scientifique irresponsable qui fut condamné puis acquitté en appel.

Des épidémies cycliques touchent toujours les populations de lapins en Europe. image Joshua Davis (davis.info).

Il a fallu une dizaine d’années pour que les lapins développent une immunité. Dans les années 1960, un lapin sur dix survivait à la maladie.

Les populations commencèrent à augmenter de nouveau.
Aujourd’hui, les lapins ne sont plus menacés par ce virus bien que la population globale européenne soit très inférieure à ce qu’elle était avant l’apparition de la myxomatose.

Anecdotes sur le lapin

Le lapin est l’un des animaux les plus utilisés dans la recherche médicale. Environ 5 millions de spécimens sont, chaque année, victimes des progrès de la science.

Le lapin n'est pas un rongeur.

L’Espagne doit son nom aux lapins. En effet, vers 1100 avant notre ère, lorsque les Phéniciens abordèrent les côtes espagnoles, ils y trouvèrent des animaux inconnus. Ils ressemblaient aux damans de leurs contrées.

C’était en réalité des lapins. Le nom phénicien du daman étant Shaphan « qui se cache », les Phéniciens baptisèrent ces terres « i-shephan-im » ou l’île des damans.

Plus tard, lorsque les Romains s’y installèrent, ils changèrent le nom en Hispania.

Ce lapin bélier fait ses courses. image Jannes Pockele

La domestication du lapin entraîne une nette altération morphologique. Comparé à un lapin de garenne, le lapin de clapier a perdu 1/5e du volume de son cerveau, et plus d’un tiers de celui de son cœur.

Par contre, il a gagné en taille et en poids. Peu à peu, il a perdu son pelage gris qui lui servait de camouflage dans la nature.

Commentaires (3)

coeurdelouve
J'adore toute ces images de lapin, ils sont tellement mignons.
http://coeurdelouve.centerblog.net


invention
BONSOIR MISS
C EST JOLI TOUT CES PETITS LAPINS
J AI PASSE MON APRES MIDI A RAFISTOLER LE VIEL ORDINATEUR
JE NE SAIS PAS COMBIEN DE TEMPS CA VA TENIR
ASSEZ J ESPERE POUR QUE MES ENVIES DE MEUTRES S EN AILLES
BON C EST DECIDE POUR SON PROCHAINE ANNIVERSAIRE IL AURA UNE BOITE DE TEINTURE
JE M EN VAIS CAR QUAND JE VOIS UN LAPIN CA ME FAIS PENSER A PAQUE ET PAQUES ME FAIS PENSER A CHOCOLAT
MIAM MIAM JE VAIS ALLER FAIRE UN TOUR DANS MON BUFFET
GROS BISOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU
http://invention.centerblog.net


helene
j ai un lapin et je voudrai savoir coment muliplier pour savoi l age humaine d un lapin par exemple les chien c est 7 ma chienne a 10 ans don multiplier par 7 ca fait 70 ans merci de me repondre vite bisoux a tous

http://fgbjdbgn.centerblog.net


Ecrire un commentaire