Thèmes

animaux années 50 antiquité arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour bonsoir

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Préhistoire - (25)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Mammifères - (29)
· Monde marin - (37)

Rechercher
Recherchez aussi :

Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Noel

Joyeux Noel

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Joyeux Noel
C:UsersmichèleDesktop4.gif

quel est votre ange ?????

Publié à 12:00 par acoeuretacris
un petit clic et vous saurez !!!!!

.

Joyeux noel en plusieurs langues

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Joyeux noel en plusieurs langues
C:UsersmichèleDesktopjoyeux noel.jpg


Traduction de Joyeux Noël


Afrikaan - Een Plesierige Kerfees

Albanais - Gëzuar Krishtlindja

Allemand - Frohe Weihnachten / Fröhliche Weihnachten

Alsacien - Gleckika Wïanachta

Anglais - Merry Christmas / Happy Christmas

Arabe - Milad majid

Armenian - Shenoraavor Nor Dari yev Pari Gaghand

Basque - Eguberri on

Bohemian - Vesele Vanoce

Brésilien - Boas Festas e Feliz Ano Novo

Breton - Nedeleg laouen na bloavezh mat

Bulgare - Tchestita Koleda

Catalan - Bon Nadal

Chilien - Feliz Navidad

Chinois (Cantonais) - Gun Tso Sun Tan'Gung Haw Sun

Chinois (Mandarin) - Kung His Hsin Nien bing Chu Shen Tan

Colombien - Feliz Navidad y Próspero Año Nuevo

Corrén - Sung Tan Chuk Ha

Corse - Natale allegre

Créole Guadeloupéen - Jwaïeu Nouel

Créole Haitien - Jwaye Nowel

Créole Martiniquais - Jénwèl

Croate - Sretan Bozic

Danois - Glædelig jul

Eskimo - (inupik) Jutdlime pivdluarit ukiortame pivdluaritlo

Espagnol - Feliz Navidad

Esperanto - Gajan Kristnaskon

Esthonien - Roomsaid Joulu Puhi

Finnois - Hyvää joulua

Français - Joyeux Noël

Gallois - Nadolig llawen

Grec - Kala Christouyenna

Hawaiien - Mele Kalikimaka

Hébreu - Mo'adim Lesimkha. Chena tova

Hindou - Shub Naya Baras

Hongrois - Boldog Karácsonyt

Indonésien - Selamat Hari Natal

Italien - Buon Natale / Gioioso Natale

Irlandais - Nodlaig mhaith chugnat

Italien - Buone Feste Natalizie

Japonais - Shinnen Omedeto / Kurisumasu Omedeto

Latin - Natale hilare et Annum Faustum

Kabyle - Assegass amegass

Lao - Souksan van Christmas

Letton - Priecigus Ziemassvetkus

Lithuanien - Linksmu Kaledu

Luxembourgeois - Schéi Krëschtdeeg an e Schéint Néi Joer

Malgache - Tratran'ny krismasy

Malté - LL Milied Lt-tajjeb

Maori - Meri Kirihimete

Néerlandais - Een vrolijk Kerstfeest

Norvégien - Gledelig Jul

Persan - Noël mobaràk bâde

Polonais - Wesolych Swiat

Portuguais - Boas Festas

Provençal - Bòn nové

Roumain - Un Crãciun fericit

Russe- -Pozdrevlyayu s prazdnikom Rozhdestva is Novim Godom

Samoan - Ia manuia le Kerisimasi

Serbo - Croate - Sretan Bozic

Slovaque - Vesele vianoce

Sobota - Dobro dedek

Suèdois - Glad Yul

Tchécoslovaque - Prejeme Vam Vesele Vanoce a stastny Novy Rok

Thai - Souksaan wan Christmas / Merry Christmas

Turc - Mutlu yýllar

Ukrainien - Srozhdestvom Kristovym

Vietnamien - Chung Mung Giang Sinh

Welsh - Nadolig Llawen

Yougoslave - Cestitamo Bozic


Joyeux Noel

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Joyeux Noel
C:UsersmichèleDesktopmes%20joyeux%20noel2.gif

Joyeux noel

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Joyeux noel
C:UsersmichèleDesktopmess%20Joyeux%20Noel.gif

Joyeux Noel

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Joyeux Noel
C:UsersmichèleDesktopqx4jqs5i.gif

Joyeux noel

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Joyeux noel
C:UsersmichèleDesktopj.noel.jpg














Les crèches de Noël

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Les crèches de Noël

C:UsersmichèleDesktopminicreche.jpg

Origine du mot "crèche"
Dans l'évangile de Luc, l'endroit où est déposé Jésus à sa naissance est désigné par le mot de mangeoire, qui se dit "cripia" en latin, d'où est issu le mot "crèche". Par extension, la crèche s'apparente à l'étable toute entière. Il semble que la naissance de Jésus ait eu lieu dans une grotte aménagée en étable, comme il en existait beaucoup en Palestine à cette époque.

Dès le IIIe siècle, les chrétiens vénèrent une crèche dans une grotte de Bethléem, supposée être le véritable lieu témoin de la Nativité.
Au Moyen Age, les pièces de théâtres et les représentations scéniques étaient très appréciées en Europe. Elles étaient en général assez crues, animées et équivoques. Les débordements qui les entouraient étaient incontrolables. Leur contenu, symbolique, puisait souvent dans les traditions et les rites païens.

Au lieu d'interdire formellement ces pratiques païennes, l'Eglise tenta de leur opposer des pièces et tableaux vivants qui avaient pour thème principal la naissance du Sauveur selon les données des Evangiles de Matthieu et de Luc.

Ces pièces étaient jouées au cours de la célébration lithurgiques pour la rendre plus présente aux yeux des fidèles et attiser la foi.
Les premières crèches ressemblant à celles que nous connaissons font leur apparition dans les églises au XVIe siècle.

Conscient du pouvoir de ces compositions, les Jésuites réalisent des crèches d'église, notamment à Prague en 1562, qui figurent parmi les plus anciennes connues.

Progressivement les crèches entrent dans le maisons. Elles sont d'abord constituées de petites figurines de verre filé de Nevers, de porcelaine, de cire, de mie de pain ou de bois sculpté.

En France, l'interdiction, faite pendant la Révolution de présenter en public des scènes religieuses, favorise le développement des crèches domestiques et le commerce des petits personnages parmi lesquels des bergères aux joues roses en costume du XVIIIe siècle.
Puis au fur et à mesure, les crèches s'inspirent de la vie locale. Dans un style naïf, les artisans évoquent des personnages typiques de la région ou du village ou des défunts de la famille.

A partir du XIXe siècle, la crèche provencale devient la plus populaire.

Elle finit par repésenter tous les métiers de l'époque en costume local des années 1820 à 1850.

Ces petits santons rappelle la simplicité orginelle de la grotte de Bethléem.

Le nom des santons vient du provençal "santoun" qui signifie "petit saint".
Les personnages étaient alors façonnés avec de la mie de pain séchée, puis peints à l'huile et au vernis.

Depuis le début du XIXe siècle, les santonniers se transmettent de père en fils leur art populaire dans le respect des traditions.

Le matériau utilisé est l'argile locale de Marseille ou d'Aubagne, de couleur rouge.
Le plastique, le plomb ou le plâtre sont proscrits.
Marseille est capitale santonnière depuis 1803.

La tradition des crèches s'est développée dans le monde entier : crèche africaine en bois, asiatiques avec un petit Jésus aux yeux bridés, certaines sont même en argent en Roumanie.
En Amérique Latine, on compte autant de crèche que de village. Elles sont en bois, en terre cuite, en pâte à sel ou même en sucre

Les crèches baroques
Au XVIIe siècle, les crèches quittent les églises pour décorer les fastueuses demeures aristocratiques de style baroque.

Dans ce domaine les crèches produites à Naples restent un modèle du genre.

Elles sont riches, élégantes et sont très demandées dans toute l'Europe au XVIIIe jusqu'au milieu du XIXe siècle.


Les crèches napolitaines
Le raffinement atteint son apogée avec les crèches napolitaines dans lesquels tous les personnages sont richement ornés.

C'est en Italie, entre le XVe et le XVIe siècle, qu'apparaissent les premières crèches au sens moderne du terme. Leurs personnages sont des statues colorées, parfois même atteignant la taille humaine.

C'est la ville de Naples qui se distingue par ses crèches : à plusieurs niveaux avec une grande diversité de personnages.

Les personnages sont faits d'étoupe armé de fil de fer puis revêtus de riches étoffes. Les visages sont en terre cuite peintes, les yeux en verre.

Où, quand, comment installer sa crèche ?
Il est d'usage d'installer sa crèche le 1er dimanche de l'Avent, ou pour la Saint Nicolas
ou pour le dernier dimanche avant Noël.
Il faut lui trouver une place de choix dans la maison, puis aménager un décor qui la mette en valeur.

Adossée au mur, quelques bûches de bois, de grosses pommes de pin, de la mousse, de la paille, des cailloux blancs ramassés à la plage, composent un décor naturel. De la terre de bruyère, une ardoise peuvent composer le toit de la crèche.
On peut aussi réaliser un petit mas provençal ou une grotte en papier rocher avec au sommet un ange et une étoile.

Chacun à sa méthode pour rendre la crèche plus vivante et mettre en place des rituels pour apporter les personnages.

La crèche restera dans nos maisons jusqu'au 2 février, date de la présentation de Jésus au Temple.
Entre temps, les Rois mages sont arrivés le 6 janvier, jour de l'Epiphanie.








Le sapin....

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Le sapin....

C:UsersmichèleDesktopsapin2.gif

L'ARBRE DE NOEL

Les Celtes considéraient le 24 décembre, comme le jour de la renaissance du Soleil. Ils avaient coutume d'associer un arbre à chaque mois lunaire, ils avaient dédié l'épicéa, qui était l'arbre de l'enfantement, à ce jour-là.
Au XIe siècle, les fidèles avaient coutume de présenter des scènes appelées Mystères, dont celle du Paradis. L'arbre du Paradis était souvent symbolisé par un sapin garni de pommes rouges.

C'est en 1521 que le sapin ou arbre de Noël ou encore arbre du Christ a été mentionné pour la première fois en Alsace. Il existe également des documents attestant d'une fête le 24 décembre
Au XIIe siècle la tradition du sapin apparait en Europe, en Alsace.

On parle alors de décorer les maisons avec des branches coupées 3 jours avant Noël.

Il était répandu en Alsace et dans la région de Bâle. Il représentait à l'origine l'Arbre d'Eden dans les mystères joués la veille de Noël sur les bords du Rhin. Pour le décorer, on attachait des pommes à ses branches.

Il existe également des documents attestant d'une fête le 24 décembre 1510 à Riga en Lettonie où des marchands dansaient outour d'un arbre décoré de roses artificielles avant de le brûler.

En 1546, on parle sérieusement d'arbres de Noël quand la ville de Sélestat en Alsace autorise à couper des arbres verts pour Noël, au cours de la nuit de la Saint Thomas, le 21 décembre.
Symbole de la vierge, les roses faisaient partie de la panoplie de décoration pour parer les sapins en Alsace au XVIe siècle, ainsi que des pommes, des confiseries et des petits gâteaux qui ressemblaient à des hosties.
Les pommes avaient également une valeur symbolique, car sur l'ancien calendrier des saints, le 24 décembre était réservé à Eve et Adam, canonisés par les Eglises orientales.
A l'époque l'église considérait l'arbre de Noël comme une pratique païenne et franc-maçonne.
Et ce fût le cas jusqu'au milieu du XXe siècle.
En fait, avant que la fête de Noel n'existe, il existait déjà un rite paien lors des fêtes du solstice d'hiver : on décorait un arbre, symbole de vie, avec des fruits, des fleurs, du blé.

Plus tard, on accrocha une étoile au sommet de l'arbre, symbole de l'étoile de Bethléem qui guida les Rois Mages. Dès lors il conquit peu à peu les communes protestantes d'Allemagne du nord et les grandes villes et occupa une place de choix dans les églises des deux religions.

Une gravure de 1806, représente un sapin décoré avec des petits personnages, des animaux, des oiseaux et des gâteaux découpés.
En 1560, au moment de la Réforme, les protestants se refusent à représenter la Nativité par une crèche comme les catholiques. Ils préfèrent développer la tradition du sapin de Noël, arbre qui symbolise le paradis d'Adam et Eve et la connaissance du bien et du mal.

La tradition du sapin de Noël se répand dans les pays d'Europe Protestante, en Allemagne et en Scandinavie.

Au XVII et XVIIIe siècle on commence à voir des premiers sapins illuminés.
Comme la cire était couteuse, on plaçait des coquilles de nois remplies d'huile à la surface de laquelle une petite mèche flottait ou des chandelles souples que l'on nouait autour des branches.
C'est au XIXe siècle que le sapin de Noël prend son essor.
Cette coutume de l'arbre de Noël arriva en Grande Bretagne dans les années 1840. La jeune reine Victoria et son époux le roi Albert le firent apprécier dans tout le pays. Les époux mirent l'arbre de Noël allemand avec ses lumières brillantes au centre de la fête familiale de Noël au château de Windsor.

Il fit ensuite son apparition aux Etats Unis à la Maison Blanche.
En France, l'arbre de Noël fut introduit à Versailles par Marie Leszcynska, femme de Louis XV en 1738.

En 1837 Hélène de Mecklembourg, duchesse d'Orléans et d'origine allemande fait décorer un sapin aux Tuileries.

Cette tradition se généralisa après la guerre de 1870 dans tout le pays.
Les Emmigrés d'Alsace-Lorraine font largement connaître la tradition du sapin aux français : "Là où il y a une famille alsacienne, il y a un sapin de Noël". A la fin du XIXe siècle tout le pays l'a adopté.

C'est à partir de 1880 qu'on a pu voir les premières décorations avec des ampoules électriques aux Etats Unis.
Mais c'était tout de même rare car au au début du siècle le prix d'une guirlande d'ampoules représentait un salaire hebdomadaire moyen.

Décorations du sapin
Jusque dans les années 1950 c'est l'Allemagne et les pays d'Europe de l'est qui restent le coeur de production des ornements d'art.

Les artisans travaillaient de nombreaux matériaux comme le verre soufflé, filé, moulé, le métal, la cire et le bois.

On fabriquait aussi des petits personnages en coton, des cheveux d'anges métalliques (origine lyonnaise).

La boule de Noël qui décore les sapins est née à Meisenthal en Moselle.

Traditionnellement, on y accrochait des pommes mais en 1858, l'hiver fut si rigoureux qu'il n'y eu plus de pommes. Un artisan verrier eut l'idée pour donner quand même un peu de joie à la fête de créer des boules représentant une pomme et d'autres fruits.

La boule de Noël était née.








Origine de la grosse chaussette en laine de Noël

Publié à 12:00 par acoeuretacris
Origine de la grosse chaussette en laine de Noël
C:UsersmichèleDesktopvignetba.gif

En Amérique, le traditionnel bas de Noël remonte en fait à la fin du XIXe siècle. Les premiers à faire mention du bas de Noël suspendu à la cheminée furent l'illustrateur Thomas Nast, dans ses dessins, et l'écrivain George Webster dans un récit racontant la visite de Santa Claus.

Au Québec tout comme en Acadie, la coutume voulant que les enfants placent leurs souliers près de la cheminée pour que l'Enfant Jésus d'abord, et le père Noël plus tard, puisse y déposer des cadeaux la nuit de Noël ne semble pas remonter au delà de cette période. Cette coutume nous est probablement venue des pays européens, où elle était pratique courante au XIXe siècle.

Chez certaines familles québécoises, les enfants accrochaient leur bas au pied du lit plutôt que de le suspendre près de la cheminée ou d'y déposer leurs souliers. Cette coutume aurait cessé au cours des années 1930, lorsqu'on commença à dresser un arbre de Noël dans la maison et à y placer les cadeaux à son pied.

Pour les habitants des Prairies canadiennes, les mandarines japonaises ont une signification particulière. Présents de l'Orient, depuis 110 ans, leur arrivée pendant la saison la plus froide égaie de nombreux foyers au temps des fêtes. Aujourd'hui, le père Noël accompagné de jeunes Japonaises vêtues de kimonos traditionnels, accueille chaque année, au port de Vancouver, le premier arrivage de mandarines japonaises. Le matin de Noël, de nombreux enfants trouvent ces fruits savoureux dans leur bas de Noël.


Première page | <<< | 1 2 3 | >>> | Dernière page