Thèmes

fruits gemme fruits

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Recherchez aussi :

Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Les gemmes et metaux précieux - Le diamant -

Publié à 10:24 par acoeuretacris Tags : gemme
Les gemmes et metaux précieux - Le diamant -

Le diamant est un des rares voyageurs en provenance directe des zones très profondes de l'écorce terrestre. De toutes les pierres précieuses, le diamant est celle dont la minéralogie est la mieux connue.

Le diamant s'est formé à très grande profondeur, de l'ordre de 150 à 200 km, sous des pressions colossales de plus ou moins 70.000kg/cm2 et à une température d'environ 2.000° C. Il est constitué exclusivement d'atomes de carbone, tout comme le graphite, minéral qui a simplement cristallisé sous des pressions et des températures bien plus faibles. Ce contexte de formation différent modifie radicalement les propriétés physiques de la substance par simple changement de système cristallin. Les diamants sont arrivés jusqu'à nous portés par une roche volcanique, baptisée du nom de kimberlite. Les éruptions de kimberlite sont issues de véritables volcans. Ces volcans ont été principalement actifs au crétacé, il y a 70 à 140 millions d'années, dans des régions situées actuellement en Afrique du Sud, Inde, Australie ou Amérique du Sud. Il semble que la présence de roches très anciennes, de plus ou moins 2,5 milliards d'années, au cœur de régions continentales possédant une croûte fort épaisse, ait joué un rôle primordial pour l'apparition de la kimberlite diamantifère.

Toutes les kimberlites ne sont pas diamantifères, les gîtes riches restent extrêmement rares. On exploite surtout les restes de ces volcans kimberlitiques, souvent réduits du fait de l'érosion à leurs cheminées volcaniques. Les cheminées des volcans kimberlitiques peuvent avoir un diamètre de quelques dizaines de mètres à 2 kilomètres, dimensions finalement modestes pour des cheminées volcaniques. La remontée de la kimberlite des profondeurs de l'écorce terrestre doit être rapide, car si pression et température de la roche baissent trop vite en profondeur, le diamant se transforme alors en graphite, minéral bien moins intéressant !

 

En joaillerie

 

Les qualités de certains diamants (comme leur pureté, leur taille importante et leur couleur) font du diamant, la plus célèbre des pierres précieuses en joaillerie.

La beauté de son brillant est due au fait qu'il possède un haut indice de réfraction de la lumière et un grand pouvoir dispersif : en pénétrant, les rayons de lumière sont réfléchis à l'intérieur de la pierre à l'infini et la lumière blanche se disperse, retourne à l'intérieur transformée en un éventail de couleurs. Les diamants (comme les gouttes d'eau) fonctionnent comme des prismes en freinant, plus ou moins en fonction des longueurs d'onde (violette au maximum, rouge au minimum) de façon que les couleurs soient dispersées sous forme d'arc-en-ciel.

Mais tous les diamants ne sont pas utilisés en bijouterie. Tout défaut peut leur ôter de la valeur et ils sont alors employés pour des applications industrielles. Généralement ceci arrive avec ceux qui présentent des bulles internes ou des particules étrangères, ou s'ils sont de forme irrégulière ou pauvrement colorés.

 

La Taille

La taille des diamants s'effectue surtout à Anvers (Belgique), à Tel-Aviv (Israël) et au Gujarat (Inde) par la communauté jaïn. En Thaïlande, ce sont les pierres précieuses (rubis et saphirs) qui sont taillées.

Le degré de la beauté de l'arc-en-ciel du diamant dépend, en grande partie, de la sculpture et du poli de la pierre. Bien que naturellement les diamants aient leurs éclats propres, ceux-ci peuvent être améliorés et multipliés par la taille experte d'un lapidaire.

Du fait de son extrême dureté, le diamant ne peut être usiné que par un autre diamant, c'est pourquoi la sculpture et le poli de la pierre en sont les éléments les plus importants.

Avant de le tailler, on examine la gemme pour déterminer ses plans de clivage. On trace ensuite sur elle une ligne qui marque le périmètre de ces plans. Sur celui-ci, on fait une petite cannelure avec une espèce de bois qui porte dans son extrémité un diamant. Par cette ouverture, on introduit une fine lame d'acier, on donne un coup sec et la pierre se divise en deux.

Il existe de nombreuses façons de tailler le diamant, mais la plus connue, celle qui met le mieux en valeur la beauté du diamant et qui est de ce fait la plus utilisée, est certainement la taille « brillant ». Cette technique perfectionnée permet de transformer les pierres brutes en véritables joyaux de lumière, en faisant apparaître 58 facettes (57 si l'on ne tient pas compte de la collette) : 33 sur la couronne et 24 sur la culasse, régulières et de tailles définies précisément, à la surface du diamant.

En effet, si les notions de pureté et de couleur paraissent familières, les proportions de taille le sont plus rarement. Pourtant, ces dernières sont un facteur de qualité essentiel. Elles conditionnent directement le rendu de brillance et le « feu » du dia­mant. À couleur identique, un dia­mant possédant de bonnes proportions sera bien plus éclatant qu'un diamant pur incorrectement taillé.

Depuis l'apparition de la taille Tolkovsky en (1919), les diamantaires n'ont cessé de chercher à optimiser le rendu de brillance du diamant. De toutes les tailles du diamant, c'est certainement la forme ronde brillant qui a été la plus étudiée et qui est la plus aboutie ; aujourd'hui, les proportions appliquées à cette taille résultent directement de la compréhension des lois optiques du matériau et de la maîtrise de la tech­nique de taille et du polissage.

 

Au Japon est très apprécié la taille flèche et cœurs, nommée ainsi à cause des formes des jeux de lumière.

 

Les apprentis tailleurs sont aujourd'hui très rares, la taille étant de plus en plus réalisé par des lasers à l'aide de systèmes informatiques.

 

Les diamants sont aussi classés par couleur. La couleur la plus commune étant « le blanc » (ici, le blanc désigne plutôt l'absence de couleur : c'est-à-dire que le diamant est transparent). Ces couleurs sont notées grâce à un code utilisant les différentes lettres de l'alphabet :

 

CodeCouleur D Blanc exceptionnel + E Blanc exceptionnel F Blanc extra + G Blanc extra H Blanc I et J Blanc nuancé K et L Légèrement teinté M à Z Couleur teinté  

 

Le poids d'un diamant se mesure en carats, qui équivaut à 0,20 grammes. La valeur d'un diamant est exponentielle et non pas proportionnelle par rapport au poids d'un diamant. Autrement dit un diamant de deux carats a une valeur supérieure à deux diamants de un carat, puisqu'il est considéré comme plus rare.