Thèmes

fruits gemme fruits

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Monde marin - (37)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Les gemmes et métaux précieux - Le grenat mandarin

Publié à 15:42 par acoeuretacris Tags : gemme
Les gemmes et métaux précieux - Le grenat mandarin

LE GRENAT MANDARIN

Reportez-vous, par la pensée, à l’époque où la globe terrestre n’avait pas encore l’aspect que vous lui connaissez. Des masses énormes de matières diverses dérivaient, se choquaient, fusionnaient, se déplaçaient. Des températures fabuleuses, associées à des pressions gigantesques, permettaient des amalgames impossibles à concevoir de nos jours mais dont nous constatons les résultats.
Certains de ces bouleversements géants ont donné naissance à des cristaux. Les uns furent colorés, d’autres non.
C’est à ces cristaux colorés, précieux à cause de leur rareté, que fut attribué le nom de « pierres précieuses de couleur ».

.Tels des astres, brillant dans le ciel du couchant, les grenats mandarins firent leur apparition, il y a une dizaine d’années, sur le marché des pierres. Qu’il s’agisse des connaisseurs ou de simples enthousiastes, tous furent d’accord : les couleurs splendides et l’excellent brillant.de ces merveilles rouge-orange sont absolument sans pareils. De quel genre de pierres s’agit-il et d’où viennent-elles ?

Fermez les yeux un instant et faites ce rêve : vous êtes en Afrique. Le ciel du soir est « rouge orange », au Nord-Ouest de la Namibie, sur des montagnes paisibles, au bord d’une rivière isolée.
Le gisement le plus proche est à environ 9 heures d’automobile.
La température ambiante est, ici, extrêmement élevé : de 40 à 50 degrés, en règle générale, alors que les températures hivernales tombent à zéro ou presque.
Eloigné de toute sorte de civilisation, le fleuve Kuene suit ici son cours, depuis des temps immémoriaux, au long de la frontière qui, à travers les montagnes, sépare la Namibie de l’Angola.
Cet endroit isolé et lointain, l’un des rares que la civilisation moderne n’ait pas encore atteint, est précisément celui où, en 1991, furent trouvés les premiers « grenats mandarins ». Incrustés dans du mica ou dans des feuilles de mica, à l’endroit exact où ils prirent naissance il y a des millions d’années, on trouva de petits cristaux, d’une couleur et d’une transparence exceptionnelles, qui retinrent aussitôt l’attention des experts.
Des tests gemmologiques montrèrent que les premières suppositions théoriques qui avaient été faites, étaient justifiées : les pierres, d’un rouge orangé, étaient des variantes de la spessartite, membre de la grande famille des grenats. Jusque là, on n’avait trouvé des spessartites qu’au Sri Lanka, en Nord-Birmanie, à Madagscar, au Brésil, en Australie, au Kenya et en Tanzanie mais il s’agissait de pierres isolées, destinées à des collectionneurs. On ne les avait pas utilisées en joaillerie. La raison en était simple: l’offre était vraiment rare, de pierres ayant une qualité et une couleur convenables.
Mais, les cristaux spectaculaires de Namibie étaient d’une couleur orange soutenue et délicate. Certains d’entre eux avaient même un reflet profond de rouge-orange, aux derniers rayons de lumière, alors que le soleil avait déjà disparu à l’horizon. Ils étaient plus beaux et plus brillants que quoi que ce fût qui eûtt été proposé antérieurement.
Il n’y a pour ainsi dire pas d’inclusion qui vienne troubler l’aspect brillant de ce « grenat impérial ».

Les bruts vinrent très vite sur le marché restreint, constitué de quelques rares lapidaires. La plupart des pierres furent facettées car, c’est ainsi que ressortent le mieux, la couleur et le brillant. Malheureusement, les mines de la rivière Kunene ne furent pas longtemps en exploitation.
Au début, les pierres se trouvaient en surface ; il suffisait, en quelque sorte, de les ramasser.
Mais, par la suite, les excavations se firent de plus en plus profondes. Le rendement se fit de moins en moins intéressant, cependant que les coûts d’exploitation augmentaient sans cesse. Les exploitants de la mine abandonnèrent la production. Il aurait été bien trop onéreux et trop compliqué de poursuivre la prospection, dans cette région éloignée de la brousse namibienne.
Les négociants et les amateurs de gemmes, regrettèrent beaucoup que cette pierre, qui était parvenue à susciter un groupe de fans enthousiastes, ne devienne accessible que sporadiquement, à partir des petits stocks qu’avaient constitués quelques rares lapidaires.

 

UNE VERITABLE ETOILE FILANTE

Cette superbe gemme était parvenue, en un espace de temps vraiment réduit, à prendre un essor d’étoile filante, au sein de la joaillerie internationale. Il y avait eu, parmi les gemmologistes et les négociants en pierres, quelques désaccords mineurs au sujet de son appellation. Les uns nommaient cette beauté orange ou rouge-orange, « Spessartite Kunene », d’après son lieu d’origine, les autres parlaient de «Hollandine ». .Mais c’est la dénomination évocatrice de « Grenat Mandarin » qui se répandit rapidement. C’est ainsi qu’elle apparut avec succès sur le marché international et c’est ainsi que ce nom, très adéquat, lui est resté jusqu’à ce jour, encore que le gisement de la rivière Kunene ne soit pas resté unique.

 

Vers avril 1994, des pierres rouge-orange réapparurent sur le marché.
Elles venaient, cette fois, du Nigeria. Elles étaient remarquablement semblables aux précédentes. Certains experts pointilleux trouvèrent quelques différences minimes.
Le gisement est situé à l’extrême sud-ouest du Nigeria, proche de l’état voisin du Bénin. Il se situe en pleine brousse, dans l’ancien lit d’une rivière. Pendant la saison des pluies il faut utiliser des pompes, pour enlever l’eau qui inonderait les mines.
Thomas Lind, un spécialiste de grenats à Idar-Oberstein en Allemagne, fut enthousiasmé par la séduction de cette nouvelle pierre. « Voici que, sur le marché, parviennent, du Nigeria, des grenats mandarins. Ce sont de superbes cristaux, d’un rouge-orange. Ils nous donnent couramment des pierres de plus d’un carat. Nous sommes ravis qu’ils viennent maintenant stabiliser l’offre de ces pierres qui étaient jadis si rares ».
Maintenant, les grenats mandarins sont à nouveau disponibles sur le marché, en quantités convenables, encore que les qualités supérieures demeurent rares.

L’ORANGE EST SYMBOLE DE JOIE ET D’INDIVIDUALITE

Quelle est la singularité du grenat mandarin ?
Bien sûr et en premier lieu, sa couleur : cet orangé vif, parfois accompagné d’une légère tendance au brun léger, ainsi que toutes les nuances, depuis la pêche mûre, jusqu’au rouge-orange soutenu.
Ce sont là des couleurs annonciatrices d’énergie, de joie de vivre, d’individualité et d’esprit d’aventure.
Qui porte de l’orange, est dénué de complexes. Cette couleur est indicative de confiance en soi. C’est, sans doute aucun, la couleur des extravertis.
Mais l’orange a bien d’autres significations. Par exemple, la couleur orange joue, dans les arts de l’Asie, un rôle beaucoup plus important que dans les arts européens.
Les divinités de l’Asie portent souvent des robes orange ; le ciel lui-même, peut être peint en orange. Le jaune et le rouge, constitutifs de l’orange, ne sont pas considérés, en Asie, comme couleurs opposées mais, bien plutôt, comme complémentaires l’une de l’autre.
L’orange est également la couleur du vêtement des moines bouddhistes, qui sont faits d’une seule pièce d’étoffe. Dans ce cas, l’orange est évocateur des changements auxquels toute vie est soumise. Chaque existence est considérée comme le processus permanent de réciprocité entre le Yang, principe mâle actif et le Ying, femelle et passif.
Ces deux éléments ne sont pas en opposition mais ils fluctuent de façon permanente et ils exercent l’un sur l’autre une influence constante. La vie implique le changement et l’orange symbolise ces variations permanentes, mieux que toute autre couleur.

 

A côté de sa magnifique coloration, le grenat mandarin présente d’autres avantages supplémentaires, qui en font une pierre absolument unique. D’une part sa dureté est bonne. D’autre part, c’est une pierre sans complication, un compagnon idéal, pour quelque situation ou quelque événement que ce soi. Il a, enfin, un indice de réfraction remarquablement élevé qui lui donne un brillant merveilleux. Un grenat mandarin se trouve-t-il dans des conditions de lumière défavorables ? S’il est pur et bien taillé, il étincellera quand même magnifiquement.
Il faut aussi prendre en compte le fait que nul ne puisse prédire pour combien de temps encore on pourra s’en procurer : les quantités disponibles pourront-elles approvisionner le marché international ?
Découvrira-t-on de nouveaux gisements ? Nul ne peut répondre à ces questions !
Profitons donc de sa couleur, de sa brillance, de sa dureté et de sa rareté qui font de cette pierre, à l’entretien facile, une gemme véritablement à part.
En la voyant, les gens à forte personnalité et pourvus d’un sens aigu de ce que sont le style, la grande classe, se diront : « voici, voici vraiment la pierre qu’il me faut ! ».

Commentaires (1)

lochard
infos interssantes... manque l'origine de l'eclat soyeux du mandarin ; l'actinote


Ecrire un commentaire