Thèmes

fruits gemme fruits

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Les gemmes et métaux précieux - L'ambre -

Publié à 15:28 par acoeuretacris Tags : gemme
Les gemmes et métaux précieux - L'ambre -

L’AMBRE : PIERRE DE L’EPOQUE JURASSIQUE

 

Reportez-vous, par la pensée, à l’époque où la globe terrestre n’avait pas encore l’aspect que vous lui connaissez. Des masses énormes de matières diverses dérivaient, se choquaient, fusionnaient, se déplaçaient. Des températures fabuleuses, associées à des pressions gigantesques, permettaient des amalgames impossibles à concevoir de nos jours mais dont nous constatons les résultats.
Certains de ces bouleversements géants ont donné naissance à des cristaux. Les uns furent colorés, d’autres non.
C’est à ces cristaux colorés, précieux à cause de leur rareté, que fut attribué le nom de « pierres précieuses de couleur ».

Depuis la sortie du film « Jurassic Park » où ils étaient en vedette, les dinosaures ont acquis une notoriété qu’ils n’avaient pas auparavant.
Un résultat, fort inattendu, de la popularité du film a été, à l’échelle mondiale, une augmentation remarquable de la demande de joaillerie, comportant de l’ambre.
Bien que l’usage de l’ambre, en tant qu’élément ornemental, soit vraisemblablement aussi vieux que l’homme lui-même, il n’avait fait l’objet, à notre époque, que d’un marché restreint.
C’était, bien sûr, avant que les gens aient vu, dans le film, l’ADN, d’un dinosaure extrait d’un moustique, piégé dans un morceau d’ambre.

Des millions de gens ont appris, depuis qu’ils ont vu le film, que l’ambre est de la résine de pin pétrifiée. Qu’il est ancien et qu’il a de la valeur en tant qu’antiquité, remontant aux temps préhistoriques.

La demande est particulièrement forte, pour de l’ambre ayant un insecte à l’intérieur. « L’ambre est comme une capsule faite et incrustée par la Nature » dit David Federman, l’auteur du « guide des pierres de couleur, à l’usage du consommateur »
Il dit encore : « L’ambre a aidé les paléontologues à reconstituer ce qu’était la vie sur terre, dans ses phases primitives. Plus de 1.000 espèces d’insectes, disparues depuis, ont pu être identifiées dans de l’ambre ».

Les deux grandes sources d’approvisionnement en ambre, sont, aujourd’hui, les Etats Baltes et la République Dominicaine. Celui qui provient des Etats Baltes est plus ancien et jouit donc d’une préférence de fait sur le marché.
Mais celui de la République Dominicaine est mieux susceptible de contenir des inclusions avec insectes. Les prix de l’ambre vont, pour ainsi dire, de zéro à l’infini, suivant sa pureté et sa dimension.

Par bonheur pour les amateurs d’ambre, on en trouve sur le marché, en plus grande quantité que dans les années passées, en provenance des Etats Baltes. La libéralisation de l’économie des pays de l’Europe de l’Est et de l’ex Union Soviétique a tout modifié.
La plus importante source d’approvisionnement est la Russie, dans la région baltique à l’ouest de Kaliningrad..
On en trouve également en Lituanie, en Estonie, en Pologne et aussi, de façon occasionnelle, sur les plages de mer Baltique jusqu’au Danemark, à la Norvège et même à l’Angleterre, quand la houle en rejette sur le sable et l’y dépose.
Citons pourtant d’autres sources d’approvisionnement : le Myanmar (anciennement Birmanie) le Liban, la Sicile, le Mexique, la Roumanie, l’Allemagne et le Canada.

Désirer posséder de l’ambre n’est pas chose nouvelle. Des objets fabriqués en ambre et datant de l’Age de Pierre furent découverts en ce qui est aujourd’hui l’Allemagne et le Danemark.

 

FABRIQUE PAR LE SOLEIL

« L’homme de l’âge de pierre » dit M. Federman « attribuait à l’ambre des propriétés surnaturelles. Il s’en servait non seulement pour le porter mais aussi pour se livrer à son adoration. Ainsi l’ambre acquit-il une grande valeur et aussi une grande importance auprès, entre autres, des Assyriens, des Egyptiens, des Etrusques, des Phéniciens et des Grecs.
En fait, depuis l’âge de pierre, il n’a jamais cessé d’être en vogue.
Entre les années 1895 et 1900, la production d’ambre baltique à destination de la joaillerie atteignit des proportions énormes.
L’origine de l’ambre est sujette à bien des récits mythiques.
Ovide écrit que quand Phaëton, fils de Phebus, le soleil, convainquit son père de l’autoriser à conduire le char du soleil, pour un jour, à travers les cieux, il s’approcha trop près de la terre qui en fut incendiée. Pour sauver la terre, Jupiter frappa Phaëton de son foudre, pour le chasser hors de l’espace céleste et Phaëton mourut dans sa chute.
Le chagrin changea en arbres, sa mère et sa sœur mais leurs pleurs continuèrent à témoigner de leur affliction. Séchées au soleil, leurs larmes devinrent de l’ambre.

 

Les Grecs donnèrent à l’ambre le nom d’ « elektron », c’est à dire, fait par le soleil, peut-être à cause de cette histoire ou, peut-être, parce qu’il se charge d’électricité quand on le frotte sur un tissu et qu’il est alors susceptible d’attirer de petites particules.
Homère fait mention, dans l’Odyssée, de bijoux en ambre, comme d’un présent princier : il s’agit de boucles d’oreille et d’un collier fait de boules d’ambre.
Nicias, autre écrivain ancien, dit que l’ambre est le suc ( ou l’essence ) du soleil couchant, qui coagule au sein des flots et qui est déposé sur les plages.
Les Romains envoyèrent des armées à la conquête des régions productrices d’ambre, afin de s’en assurer le contrôle.
L’empereur Néron était grand connaisseur en ambre. « Sous son règne », écrit Pline, l’historien romain, « le prix d’une figurine en ambre, aussi petite fût-elle, dépassait celui d’un esclave en pleine force ».

Les anciens Germains se servaient de l’ambre comme encens et le faisaient brûler.
Ainsi l’appelèrent-ils « brennstein », la pierre qui brûle. Brenn devint « bern » par perversion de prononciation, comme cela arrive souvent et l’on dit aujourd’hui « bernstein ».
Au Moyen Age, l’ambre incolore fut considéré, étant donné son toucher doux et lisse, comme la pierre parfaite pour faire des chapelets.
Certains ordres de chevalerie contrôlaient son commerce et la possession, non autorisée, d’ambre brut, était illégale, dans toute l’Europe, aux environs de 1400.

 

QUELS SONT LES SECRETS QUE L’AMBRE POURRAIT RECELER ?

Est-il possible qu’un moustique, piégé dans de l’ambre, puisse receler de l’ADN de dinosaure ?
La majeure partie de l’ambre dont nous disposons, n’est pas assez vieille pour cela. Elle a 25 à 50 millions d’années tout au plus. Or, les dinosaures périrent, il y a 65 millions d’années, à la fin du crétacé. La période du jurassique est vieille de 144 millions d’années.
Toutefois, en 1994, le Dr Raul Cano, biologiste moléculaire à l’Institut polytechnique de Californie, à San Luis Obispo, déclara au journal britannique « Nature » que lui et ses collègues, avaient extrait l’ADN d’un charançon, emprisonné dans de l’ambre depuis 120 à 135 millions d’années, époque à laquelle les dinosaures infestaient la planète.
L’ambre, qui venait du crétacé primaire, avait été extrait des montagnes du Liban, au sud de Beyrouth, par Aftim Acraqui, qui a une collection de morceaux d’ambre, recelant 700 insectes, parmi lesquels des termites, des mites, des chenilles, des araignées et des puces suceuses de sang.