Thèmes

animaux années 50 antiquité aquariophilie eau douce arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Mollusques - Les ammonites -

Publié à 09:12 par acoeuretacris
Les Ammonoïdes, plus communément appelés ammonites, sont des Mollusques qui font partie de la classe des Céphalopodes. 

Les Ammonites peuplaient déjà les océans au Dévonien.
Si le corps mou des Mollusques ne se fossilise pratiquement jamais, par contre la coquille externe ou interne, se transforme parfois en calcite stable au cours de la fossilisation.
Les Mollusques donnent des indications particulièrement utiles sur le milieu où se sont formées les roches sédimentaires.
 

Les Ammonites sont les fossiles marins les plus connus et les plus abondants de l’ère Mésozoïque.
Leur vaste distribution géographique leur donne une importance primordiale pour la subdivision stratigraphique des sédiments marins du Mésozoïque.
 
 
 
Caractéristiques des Ammonites 
 
 
Les Ammonites sont apparues au Dévonien inférieur. 
 
La coquille des Ammonites se fossile parfaitement à cause de sa structure calcaire résistante. C’est la seule partie de l’animal que l’on connaisse. 

Les parties molles du corps sont inconnues. 
 
 
 
 
Ammonite du genre Amaltheus du Jurassique inférieur découverte en Angleterre. 
 
 
Elles possédaient des coquilles enroulées, dotées de chambres servant à régler la flottaison. 
La coquille est divisée en trois parties : 
  • Protoconque ou chambre initiale 
  • Phragmocône 
  • Chambre d’habitation 
 
 
 
 
Schéma. Morphologie d'une Ammonite 
 
 
La chambre initiale la plus au centre est la cavité la plus ancienne. Elle représente le stade embryonnaire de l’animal. Quand la jeune ammonite devenait trop grosse pour sa loge, elle en construisait une à côté pour s’y installer. 

Le processus se répétait tout au long de sa croissance.
Ainsi, les anciennes chambres vides lui servaient de caisson de flottaison.
 
 
 
 
 
Ammonite sectionnée, à l'intérieur de laquelle les eaux filtrant à travers le sédiment ont déposé de magnifiques cristaux de calcite. 
 
 
Le phragmocône est une longue partie cloisonnée, divisée par des cloisons convexes vers l’ouverture en de nombreuses chambres, probablement remplies par un mélange gazeux. 
 
Un organe membraneux, appelé siphon, traversait ces chambres pour pomper l’eau et remplir les loges de gaz. Ce système ingénieux permettait à l’ammonite de rester légère et de flotter.
L’animal était relié à la coquille par ce siphon.
 
 
 
 
 
Les Ammonites étaient des Céphalopodes. 
 
 
L’animal vivait dans la dernière chambre, la plus externe, appelée chambre d’habitation. Cette chambre était ouverte vers l’extérieur. Il pouvait s’y retirer en refermant l’ouverture par un opercule calcaire (aptycus). 
 
On suppose que l’animal possédait les traits caractéristiques des Mollusques : yeux, mâchoires et tentacules. 
 
 
 
 
Ammonite du Crétacé inférieur. France. 
 
 
Les coquilles sont souvent recouvertes d’une ornementation. C’est sur cette ornementation très variée que se fondent principalement les subdivisions en genres et espèces. 
 
La taille des ammonites allait de moins de 1 cm de diamètre à 2 m. Les dernières étaient de vrais géants et ont vécu principalement à la fin du Jurassique. 
 
 
 
 
Parapuzosia, une ammonite géante. 
 
 
Des centaines d’espèces différentes ont évolué tout au long du Jurassique et du Crétacé. 
Il semble que les premières Ammonites avaient une coquille rectiligne. Elles commencèrent à s’enrouler plus tard, au Dévonien inférieur. 
 
 
Mode de vie des Ammonites 
 
 
On sait très peu de choses sur la vie des Ammonites. La reconstitution de leur mode de vie a été obtenue uniquement en observant leur nage. 
 
Des expériences ont été réalisées sur des modèles. On sait qu’elles se déplaçaient en maintenant vertical le plan d’enroulement de leur coquille et en gardant son ouverture tournée vers le bas. 
Il est presque certain que les Ammonites nageaient en pleine eau et non sur les fonds marins. 
 
 
 
 
Ammonite du Jurassique découverte en France. 
 
 
Un certain nombre de fossiles d’Ammonites présentent des marques de dents disposées en rangées, et ces empreintes correspondent à la denture de certains mosasaures. 
 
Une grosse  Ammonite d’Amérique du Nord porte les traces de plusieurs morsures produites par un mosasaure géant du Crétacé supérieur. 
 
 
 
 
Ammonite du Jurassique supérieur. Polyptychites sp. 
 
 
Les Ammonites étaient également appréciées des Ichtyosaures. Les Placodontes du Trias se nourrissaient en broyant des Mollusques dont les Ammonites. 
 
 
Déclin et extinction des Ammonites 
 
 
Au Jurassique, de grands changements affectèrent les mers, avec l’apparition des groupes de poissons modernes. 

Les Ammonites prirent leur essor au Jurassique. 
 
 
 
 
Ammonite du Jurassique inférieur. Grammoceras sp. 
 
 
C’est avec le Crétacé que débute le déclin des Ammonites. Elles commencèrent à produire des formes aberrantes enroulées de manière irrégulière. 

Il semble que dès le début du Crétacé, l’extinction du groupe se préparait. 
 
Les Ammonites ont peuplé les mers pendant environ 330 millions d’années. Elles s’éteignirent complètement à la fin du Crétacé. Elles ont disparu en même temps que les dinosaures, les ptérosaures, les reptiles marins et plus de la moitié des différentes familles planctoniques dans la mer. 
 
 
 
 
Ammonite du Jurassique supérieur. Lytoceras montanum 
 
 
Les coquilles fossilisées sont les seules preuves de leur existence. 
 
On ne connaît pas les causes exactes de cette extinction. Tout au plus, on peut dire que l’extinction n’a pas été le fait d’une catastrophe subite mais d’un déclin progressif. 
 
On recourt très souvent aux Ammonites pour dater les sédiments marins. Elles donnent un niveau de précision atteignant souvent un quart de million d’années, ce qui est très affiné, étant donné que ces couches géologiques s’étendent sur plus de 150 millions d’années. 

Commentaires (2)

krystal
je te souhaite un bon dimanche bisou
http://angeoudemongif.centerblog.net


lilimay+
coucou mimi passe un bon dimanche bisous
http://lilimay.centerblog.net


Ecrire un commentaire