Thèmes

au jardin aye aye animaux lémuriens légume

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Recherchez aussi :

Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Animaux - Lémuriens - L'Aye-aye

Publié à 16:55 par acoeuretacris Tags : aye aye animaux lémuriens
Animaux - Lémuriens - L'Aye-aye
L’aye-aye (Daubentonia madagascariensis) constitue une exception parmi les lémuriens parce qu'il porte des griffes à tous les doigts, sauf sur le gros orteil. Au lieu d'agripper les branches comme la plupart des primates, il grimpe en plantant ses griffes dans le bois.

Nocturne, l'aye-aye ne sort qu'à la nuit noire. En voie d’extinction, il est très difficile à observer dans la nature.
Endémique à l’île de Madagascar, l’aye-aye est un être étonnant qui doit, pour survivre, lutter contre les superstitions des populations.

Portrait du aye-aye

Découvert en 1780 à Madagascar, ce petit lémurien d’environ 2,5 kg est l’un des mammifères les plus surprenant de notre planète.
L’aye-aye est surtout insectivore. La main de l'aye-aye porte un majeur griffu, long et grêle, accessoire très utile pour se nourrir.

Ses larges pavillons auditifs très sensibles, semblables à ceux des chauves-souris, captent le moindre bruit émis par les insectes cachés dans le bois. Une fois ses proies repérées, il insinue son majeur osseux et très fin dans les fissures et sous l'écorce des arbres pour les déloger.

À certaines époques de l'année, un arbre, l'eugenia, produit des excroissances semblables à des balles, remplies d'un tissu spongieux dont l'aye-aye raffole tout particulièrement. L'animal attaque d'abord l'écorce de ses incisives dont la structure et la croissance permanente évoquent tout à fait celles des rongeurs.


II introduit ensuite son long doigt pour récolter la pulpe odorante. L’aye-aye aime aussi les fruits; son doigt spécialisé se révèle particulièrement utile pour gratter la chair tendre de la noix de coco.

Mains d'un aye-aye

L'aye-aye vit seul ou en couple, notamment au moment de la reproduction. Bien qu’il soit considéré comme solitaire, les observations ont prouvé que ce lémurien entretient des relations sociales avec les individus géographiquement proches.


Il semble apprécier ses contacts et rencontre ses congénères plusieurs fois par nuit.

Aye aye en plein festin nocturne. image Joachim S.Muller

Reproduction

La reproduction est lente car une femelle ne met au monde qu'un seul petit tous les 2 ou 3 ans. La période de reproduction a lieu entre octobre et février.

La gestation dure entre 152 et 172 jours. A la naissance, le petit pèse en moyenne 109 grammes.

La journée, la femelle se repose avec son bébé dans un nid de feuilles construit dans un arbre à environ 10 m au-dessus du sol.
Le bébé est sevré au maximum à 20 semaines. Il atteindra sa maturité sexuelle à 2,5 ans.

En captivité, le record de longévité est de 23,3 ans.

Un messager du mal

Considéré comme un messager du mal par les paysans malgaches, l'aye-aye a payé un lourd tribut à la peur des villageois.


Lorsqu'un aye-aye est aperçu près d'un village, on consulte l'Ombiasy, le sage et sorcier local. Et bien que l'animal soit protégé par la loi, il fait souvent l'objet d'une mise à mort rituelle... à moins que l'Ombiasy ne le déclare sans danger.

Beaucoup de vieux malgaches vivent encore dans ces superstitions; heureusement, les jeunes y sont de moins en moins sensibles.


Mais si l'aye-aye fait moins peur, il est toujours autant attiré par les noix fraîches dans les cocoteraies, dont il vient se délecter la nuit. Un geste que ne lui pardonnent pas les exploitants qui, généralement, le tuent à coup de bâton.

Bébé aye aye

La destruction des habitats forestiers malgaches a réduit la population des aye-ayes.

II y a une quarantaine d'années, on considérait même l'animal définitivement éteint. Ce sont les zoologues français Jean-Jacques Petter et sa femme qui le signalèrent à nouveau en 1956, dans une petite forêt du nord-est de l'île.

image Joachim S.Muller

Mais ces populations sont aujourd'hui très clairsemées, dans la zone côtière du nord et les forêts pluviales de la côte orientale.

Classification

Règne: Animalia
Phylum: Chordata
Sous-phylum: Vertebrata
Classe: Mammalia
Sous-classe: Theria
Infraclasse: Eutheria
Ordre: Primates
Famille: Daubentoniidae
Genre: Daubentonia
Espèce: Daubentonia madagascariensis

Commentaires (1)

YDUFOURNET
révoltant,si nous ne faisons rien ils vont disparaitre. N'y a t'il pas un organisme qui les protègent ?


Ecrire un commentaire