Thèmes

fruits Boissons fruits

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Recherchez aussi :

Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Boissons et cocktails -Le Kéfir (s’écrit aussi Képhir)

Publié à 17:22 par acoeuretacris Tags : Boissons
Boissons et cocktails -Le Kéfir (s’écrit aussi Képhir)

 Le mot Kéfir nous vient du Caucase, une chaîne de montagnes, longue de 1200 kilomètres, qui s’étend de la Mer Noire à la Mer Caspienne . C’est sur ces monts arides qu’est né le Kéfir, cette boisson légèrement gazeuse, un peu aigre et bienfaisante. Son origine se perd dans la nuit des temps, ce qui est certains, c’est que les Caucasiens burent le Kéfir depuis la haute antiquité.

Anciennement, les nomades transportaient du lait de chèvre, de brebis ou d’autres animaux, dans des sacs de peau, durant leurs voyages, la fermentation prenait place dans ces sacs, transformant le lait en un breuvage épais, au goût unique.

Ce sont des bactéries, des levures et des polysaccharides présentes dans ces sacs, combinés avec les protéines de lait , qui forment le Kéfir. Cette masse de micro-organismes vivants se nomme « grains de Kéfir ».

Au cours des siècles, les grains de Kéfir ont été légués de génération en génération. Les grains étaient donnés seulement aux personnes qui comprenaient les méthodes de conservation, et le soin qu’ils devaient apporter pour les garder.

Appelés aussi « Millet du Prophète »les grains de Kéfir ressemblent à des petits bouts de chou-fleur translucides. Les microbiologistes les ont étudié minutieusement, afin de mieux comprendre ce qu’ils sont, comment ils se reproduisent et fermentent le lait. Il en résulte que des grains de Kéfir provenant de différents endroits du monde, n’ont pas toujours la même combinaison de bactéries et de levures.

Plus de 20 types de bactéries ont été identifiées : Lactobacillus brevis, Lactobacillus kefir, Lactobacillus kefiranofaciens, Lactobacillus caucasius, Lactobacillus casei, Lactococcus lactis, Leuconostoc citrovorum, Leuconostoc species, Streptocoqque diacéétilactis, Lactic streptococci… et différents types de levures : Saccharomices kéfir, Kéfir candida, Kluveromyces marxianus et Saccharomyces cerevisiae.

L’interaction complexe de toutes ces bactéries, levures et polysaccharides n’a pas encore été complètement élucidée, car elle est très difficile à reproduire en laboratoire, ce qui laisse une part de mystère à cette potion magique ! Car le Kéfir est considéré comme tel, depuis des siècles, surtout en Russie, pays laitier où se développèrent très abondamment la production et la consommation de Kéfir de lait, dénommé « Elixir populaire russe »

Après le processus de fermentation, le produit final contient assez de levures et de bactéries vivantes pour être considéré comme un « probiotique » c'est-à-dire que c’est une substance bénéfique pour la santé, qui agit sur la stimulation de la flore intestinale et l’immunité naturelle. La littérature médicale et scientifique russe est dotée de multiples articles sur l’usage du Kéfir, il est question d’ulcère d’estomac, d’asthme, de catarrhe bronchique, de pneumonie, de maux biliaires, d’inflammations chroniques des intestins, de maladies de la vessie, de maladies nerveuses, d’urticaires et d’eczémas.

Les Russes croient que la consommation régulière du Kéfir améliore l’état général de la santé, il est, d’ailleurs proposé aux patients séjournant dans les hôpitaux, pour aider à combattre les infections et les maladies.

Le Kéfir est traditionnellement utilisé aussi pour purifier le sang, la bile, le foie, les reins, agit contre la diarrhée ou la constipation, pour la convalescence en général. Il y a donc le Kéfir de lait, et à travers les siècles, un autre Kéfir, s’adapta en mutant, au point de constituer une symbiose bactérienne différente de celle du Caucase, il se nomme »Kéfir de fruits ».

Kéfir de lait, ou, Kéfir de fruits,

la difficulté est de trouver des grains !!! Sachez qu’aucune boutique, ni aucune marque de produits naturels, ne distribue de grains.

FABRICATION DU KEFIR DE FRUITS

On le nomme aussi »Champagne du Caucase »

IL est vrai que lorsqu’il est réussi, c’est vraiment délicieux, depuis des années que nous en fabriquons, toutes les personnes à qui nous avons fait goûter, pour la première fois de ce breuvage, doré et pétillant… en ont tous, à notre connaissance, redemandé !!!

Ca y est , vous avez enfin trouvé quelqu’un, qui vous a procuré une poignée de grains, afin de démarrer votre production…vous en avez de la chance ! prenez-en bien soin, ce sont des micro-organismes vivants, et tout d’abord, assurez vous qu’ils soient bien à l’aise dans un bocal en verre, bien propre, avec de l’eau de source additionné d’un peu de sucre, fermé le bocal, et mettez le au bas du réfrigérateur, en attendant d’avoir tous les accessoires, car vous devez allez faire quelques courses. De toutes façons, vous n’êtes pas pressé car, vous venez de changer l’eau et le sucre, cela vous laisse, entre une semaine et 15 jours, pour commencer.

DETAILS IMPORTANTS

Tous les accessoires rentrant en contact avec les grains doivent être en verre ou en plastique, ne jamais utiliser d’objets métalliques, pas de cuillère ni de passoire en fer ou en aluminium par exemple, ce qui implique que parfois, vous allez devoir y mettre les mains, il est évident qu’avant toutes manipulations du Kéfir, vos mains doivent être bien propres, lavées de préférence avec un vrai savon de Marseille, acheté dans une boutique Bio, et non pas avec un savon truffé de produits chimiques de supermarché, qui en déposera sur votre peau, contaminant ainsi votre Kéfir.

Même chose pour vos accessoires, évitez de les laver avec des produits pour laver la vaisselle qui pourraient être nocifs pour le Kéfir, vous trouverez de doux produits pour laver la vaisselle, en boutiques Bio, bien sur, et actuellement chaque grand supermarché a, au moins une gamme de produits ménagers dite »verte » fabriquée sur bases végétales et non testée sur animaux.
De toutes façons, vous n’avez pas besoin de nettoyer les accessoires avec du produit lave-vaisselle, à moins de ne pas les avoir utilisé depuis longtemps, sinon, à chaque utilisation, il suffit de les passer à l’eau brûlante du robinet avant et après, ça c’est important.
Si vous utilisez un tampon à récurer, soyez aussi très hygiénique, ne le laissez pas traîner sur le bord de l’évier, faites-le sécher dans un endroit sain, et conservez le dans une boite, uniquement pour cet usage.

Autres choses très importantes pour garder votre Kéfir longtemps : la qualité de l’eau, et des autres ingrédients. En ce qui concerne l’eau, prenez de l’eau de source en bouteille, les meilleures sont celles de montagnes, et le taux de résidus secs inscrit au dos de l’étiquette doit être le plus petit possible, car « l’eau n’est pas bonne pour ce qu’elle apporte, mais pour ce qu’elle emporte ! »

Les eaux les plus chères, sont en général les meilleures, mais quelques-unes sortent du lot, à vous de les dénicher en vérifiant les étiquettes et les prix dans les supermarchés, vous verrez c’est une expérience surprenante, surtout quand vous allez vous rendre compte du taux énorme de résidus secs contenus en mg/litre d’eau, des marques les plus connues, et souvent les plus vendues, ce qui a uniquement pour conséquence de faire fonctionner vos reins, à mauvais escient.

Cette recherche, vous servira pour les autres utilisations que vous faites de l’eau que vous acheter (thé, café, tisane, soupe…) et boire, tout simplement ! Il est évident qu’il ne faut pas utiliser l’eau du robinet pour la fabrication du Kéfir, infectée de chlore, de métaux lourds, et même parfois de microbes qui se baladent dans les canalisations Attention, le Kéfir n’aime, malheureusement pas, l’eau filtrée, en utiliser exceptionnellement, si vous n’avez plus de bouteilles en stock et que les magasins sont fermés.

Si toutes ces prescriptions vous paraissent extrêmes, sachez que nous ne vous racontons pas de bêtises, et que nous fabriquons notre Kéfir depuis des années dans les meilleures conditions. Nous avons fait des dizaines d’expériences, des bonnes et des mauvaises, ce qui nous permet aujourd’hui de vous exposer notre savoir. D’ailleurs, si vous êtes septiques, testez par vous-même la différence de finesse et de goût de la boisson obtenue, en utilisant différentes qualités d’eau.

Par contre, en ce qui concerne la qualité des fruits, il faut absolument utiliser du Bio, c’est impératif ! Les citrons non Bio, contiennent des pesticides et des conservateurs, les fruits secs aussi, cela encrasserait vos grains et votre boisson. Pour ce qui est du sucre, n’oubliez pas que c’est la « nourriture » de vos grains de Kéfir, Pendant très longtemps, nous avons utilisé du sucre blanc, en poudre, industriel, car il n’y avait rien d’autre sur le marché, mais actuellement vous pouvez vous procurer du sucre « blond et Bio » dans les magasins de produits naturels. Ne pas se servir de sucre « roux « car il colore les grains, et d’après un scientifique Allemand, spécialisé dans les fermentations de Kombucha et de Kéfir, le sucre roux encrasserait les micro-organismes. Vous pouvez trouver facilement du fructose, en grandes surfaces et en boutiques Bio, c’est du sucre de fruits, c’est naturel, et c’est aussi blanc que le sucre de canne raffiné, seulement c’est 3 fois plus cher !

LES ACCESSOIRES NECESSAIRES :

- 1 grand bocal en verre, d’une contenance de 2 litres ou plus, avec une large ouverture, afin d’y passer une main

- 1 carafe en verre

- 1 filtre à café en plastique et son socle plastique

- 2 bouteilles en verre qui se ferment hermétiquement

- 1 entonnoir en plastique, de taille moyenne

- 1 gros élastique et des compresses en coton stériles que vous trouverez en pharmacie


INGREDIENTS :

- 1 bouteille d‘1litre et demi d’eau de source

- 1 citron Bio, lavé, coupé en 4 (une orange ou 1 demi pamplemousse)

- 2 figues Bio séchées (ou 1 poignée de raisins Bio ou 4 tranches de pommes séchées Bio ou 3 abricots secs Bio)

- 80g à100g de sucre

Maintenant que vous avez tout ce qu’il faut, choisissez le moment de la journée pour démarrer la fermentation , de façon à ce que cela corresponde à votre planning, car 48h après, au même moment de la journée, vous devrez séparer les grains de la boisson obtenue.

Allez c’est parti ! Mettez dans le grand bocal en verre, les grains de Kéfir, la bouteille d’eau, le citron coupé en 4, les 2 figues et le sucre de votre choix. Disposez sur l’ouverture du bocal, 2 compresses, l’une sur l’autre, et bloquez -les avec l’élastique. Choisissez dans votre cuisine, un endroit oû vous entreposerez le bocal pendant 2 jours, sans le déplacer. Cet endroit doit être aéré, mais ne le mettez pas au soleil l’été sous la fenêtre. Le bocal doit être loin de toutes autres sources de chaleur, plaques électriques, four, chauffage…Attention aussi de ne pas pulvériser à proximité du bocal des produits ménagers, tels que les désodorisants, bombes insecticides ou spray pour nettoyer les vitres ! Evitez, bien sur, de fumer à coté !

Voilà donc 2 jours que la fermentation se fait, tranquillement dans le bocal, à l’air libre, les compresses ayant empêcher le passage de poussières, ou de moucherons, qui souvent, se baladent l’été dans nos cuisines, aux fenêtres ouvertes. Il se peut, en hiver, s’il fait très froid, que vous deviez attendre 3 jours au lieu de 2, vérifiez que vos figues soient bien remontées à la surface, pour décider de stopper la fermentation. Préparez les autres accessoires dont vous aurez besoin, à coté de l’évier, c'est-à-dire :encastrez le filtre à café en plastique sur son socle, et pausez le tout sur la carafe. Ebouillantez les bouteilles, et mettez l’entonnoir sur l’une d’elle. Avec vos mains, fraîchement lavées, enlevez les compresses et les figues du bocal, et jetez -les à la poubelle, les quarts de citrons, pressez-les avant de les jeter, afin de récupérer le maximum de jus, si des pépins tombent dans la boisson, vous les enlèverez plus tard.

Avec douceur, renversez le bocal afin que le breuvage coule dans le filtre, celui-ci, récupérant les grains, et le liquide atterrit dans la carafe. Lorsque la carafe est pleine, versez le tout dans les bouteilles en vous aidant de l’entonnoir, c’est simple, non ?

Vous ne pourrez boire et déguster votre Kéfir « maison » que 24h à 2 jours après, car il faut attendre qu’il pétille plus.

Enlevez les pépins du citron tombés dans les grains, et les petites graines de figues s’il y en a.

A ce moment là, 2 solutions s’offrent à vous : Ou vous remettez une fermentation en route, ou vous n’avez pas le temps, et pour bien conserver les grains, vous les remettez dans un bocal de verre, avec un peu d’eau de source et un peu de sucre pour les nourrir, au bas du réfrigérateur, mais cette fois-ci fermé. Si vous partez en vacances plus d’une semaine, il vous suffit de faire la même chose, mais en mettant beaucoup plus d’eau et de sucre, et surtout, n’oubliez jamais de laisser le couvercle du bocal entrouvert afin de laisser s’échapper le gaze, sinon vous aurez des surprises en rentrant de vacances !!!

Allez…longue vie à vous et à votre Kéfir !!!

Commentaires (2)

fourdrinoy richard
je viens de finir deux litres de kefir, c'est vraiment bon. Cela me rappelle la freinette de ma grand mere...
Par contre j'ai ferme le bocal pendant 48h de fçon hermetique... Est ce grave ?


claire
Est-ce grave si je laisse le kéfir plus longtemps dans l.armoire avant de le couler


Ecrire un commentaire