Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -

Publié à 18:06 par acoeuretacris Tags : astrologie lion mythes et décans
Astrologie - Signe - Lion - Mythes - Décans -

 

Lion, du 23 juillet au 23 août

Les symboles et mythes du Lion


Ayant toujours été perçu comme le roi des animaux, on comprend que le lion fut choisi par nos ancêtres pour être le symbole solaire de la force, de la puissance, de la souveraineté, de la royauté. Ce qui plus est, sa crinière majestueuse a souvent été comparée aux rayons du soleil. Ainsi, le lion est une figure dominante dans le panthéon mythologique Égyptien. Rê ou Râ, le dieu du Soleil, était figuré par un lion, sur la tête duquel reposait le soleil. « Jadis, sur le sombre océan du dieu Noun (la voûte céleste), était apparu, tout au début des temps primordiaux, le dieu solaire Rê, qui s’était emparé de la souveraineté du monde. (...)


À partir de ce moment, il régna en paix, pour longtemps, en qualité de roi sur les hommes et les dieux ensemble, et nul ne porta atteinte à sa domination, tant qu’il se maintint en pleine possession de ses forces. » (Adolf Erman, Hermann Ranke : La civilisation Égyptienne, éditions Payot, 1952). En face de ce dieu solaire suprême, représenté par un lion, se trouvait Sekhmet, la déesse de la Guerre et de la Médecine, figurée par une lionne, dite déesse du Nord, car son Temple le plus réputé se trouvait à Thèbes, au nord de l’Égypte. On lui attribuait des pouvoirs prodigieux de destruction et de violence, mais aussi de régénération, d’où sa double nature de déesse de la Guerre et de la Médecine.


A propos de l’ancienne Égypte, je me dois encore de faire allusion à Héliopolis, la cité du Soleil, où se trouvait « le Temple solaire de Ramsès, souverain d’Héliopolis, dans la maison de Rê », pour reprendre la formule consacrée, écrite en hiéroglyphes, sur ce sanctuaire. Mais en ce qui concerne le symbole mythique du lion, il faut surtout fixer notre attention sur l’image du Sphinx, bien sûr. Lion accroupi, pourvu d'un visage humain, dont le regard scrute en permanence le point de l’horizon où le soleil se lève, comme pour rappeler aux hommes que, si un nouveau jour ne succédait pas à la nuit, et si le soleil ne l’annonçait pas chaque matin, nulle vie ne serait possible sur Terre.


C’est ainsi que le Sphinx fut considéré comme un symbole de régénération, de force, de maîtrise absolue des éléments de la vie et de la matière, car chaque soir, le Soleil meurt et disparaît pour renaître et réapparaître le lendemain matin, et c’est sur ce fait précis, ce principe éternel, que le Sphinx a fixé son regard et attire notre attention.


Un autre mythe, égyptien toujours, est à rapprocher du lion et du sphinx : le phénix. Cet oiseau sacré en Égypte, d’origine éthiopienne, que l’on nommait l’oiseau Benou vivait plus longtemps que les autres oiseaux de ce pays. Sentant sa mort venir, il gagnait la ville d’Héliopolis, la cité du Soleil, à tire d’ailes, pour y rendre son dernier souffle. Selon Hérodote, au Vème siècle avant notre ère, et Plutarque, au Ier siècle avant Jésus-Christ, on lui attribuait le pouvoir de renaître de ses cendres après s’être consumé sur un bûcher. De là est née la légende mythique du phénix qui renaît de ses cendres. C’est un peu la même symbolique que l’on retrouve plus tard, à l’époque médiévale et au Moyen Age, où le Christ était souvent comparé au lion, figurant ainsi la sagesse, la force maîtrisée, la connaissance, le pouvoir de régénération et la justice.


De même, à l’instar du phénix qui renaît de ses cendres, Jésus est mort crucifié, et le Christ est ressuscité. Enfin, La Force, le onzième arcane majeur du Tarot divinatoire, est en analogie avec le signe du Lion, en ce sens qu’elle symbolise le triomphe de la force maîtrisée, du courage et de la vérité sur la violence, la lâcheté et la tyrannie, qui sont leurs opposées.


Les décans


Trois lions superbes et généreux, majestueux et dominateurs, sauvages ou apprivoisés règnent dans le cinquième signe du zodiaque.


Le Lion du premier décan, dit décan d'Extrémisme, dont le maître est Saturne
du 23 juillet au 2 août


La première image symbolique montre un lion dégageant une force tranquille, mais aussi une certaine pesanteur et de la tristesse. Il est beau, mais pas brillant. Solitaire, il marche dans la savane, la patte droite légèrement au-dessus de la terre ferme, ses trois autres pattes solidement posées à même le sol, ce qui indique qu'il avance sûrement d'un pas pesant.


decan_1lion.jpg

 

Pourtant, son corps ne présente aucun aspect lourd ou massif. Son allure empreinte de noblesse n’inspire pas vraiment la crainte, mais suggère plutôt une puissance contenue, intériorisée. Sa belle crinière tombe en quatre vagues distinctes sur sa nuque, débordant largement sur son dos, dégoulinant en longues boucles sur son corps et sous sa tête, balayant presque le sol. Et pourtant, on perçoit dans son attitude une impression de masse, de lourdeur.


Sur sa tête penchée en avant, on discerne comme une moue triste, une sorte de grimace ou de crispation, et curieusement de paix, comme si ce lion portait tout le poids des dures réalités de la vie sur ses épaules, mais qu'il se résignait à son fardeau. Il s’agit bien d’un Lion saturnien, pouvant se révéler dominateur et égocentrique, le plus introverti des natifs de ce signe qui, sous un calme apparent, peut se comporter en allant jusqu'aux extrêmes.


Le Lion du deuxième décan, dit décan d'Orgueil, dont le maître est Jupiter
du 3 août au 12 août


Après la figure d’un lion triste et concentré, voici celle d’un lion joyeux, jouisseur, joueur, jupitérien pour tout dire. Ce lion respire la joie de vivre. Son besoin de paraître, d'attirer l'attention, de susciter l'admiration se dégage de toute son attitude.


decan_2lion.jpg

 

En effet, il donne une impression de légèreté semblable à celle d’un grand chien faisant le beau pour obtenir la friandise qu'il convoite. Il se tient à demi dressé sur ses pattes arrière, les deux pattes avant levées et repliées, tout le corps tendu en avant, avec souplesse et dynamisme, sa queue levée formant un S parfait, pourvue d'un beau panache de poils à son extrémité.


Sa superbe crinière, telle une étole, se compose de nombreuses vagues entourant sa tête, s'enroulant les unes aux autres et recouvrant tout son poitrail. Bien qu’il figure de profil, on sait que ses yeux sont grand ouverts, dirigés droit devant lui, comme s'il fixait une personne en particulier, ou un objectif précis. Et cet œil unique qu’il expose suffit pour percevoir l’intensité de son regard plus humain que félin.


Enfin, un autre signe distinctif renvoie au chien faisant le beau pour attirer l’attention, il s'agit de sa langue émergeant de sa gueule pourtant fermée. Ce lion apparaît sous un aspect plutôt sympathique et enjoué. Il n'a rien du lion féroce, mais tout de l'animal apprivoisé, à l’instar du natif de ce décan, souvent plus docile ou plein de bonne volonté qu’on ne croit.


Le Lion du troisième décan, dit décan de Pouvoir, dont le maître est Pluton
du 13 août au 22 août


Voici sans conteste le plus mystérieux, et sans doute le plus puissant des trois lions figurant les décans de ce signe d’été. Il se tient debout, immobile, la tête tournée vers la personne qui regarde ce dessin, comme s’il posait devant un photographe. Son regard semble à la fois fixer, scruter et interroger son spectateur. Toutefois, son corps se trouve dans la direction inverse des deux lions présents dans les deux précédents décans.


decan_3lion.jpg

 

En effet, il semblait se diriger vers la droite, juste avant de se figer dans cette attitude au regard fixe. Ses deux pattes avant écartées, sa patte arrière gauche presque centrée sous son corps, sa patte arrière droite loin derrière son arrière-train, toutes les quatre solidement implantées sur la terre ferme pour seul décor, il ne semble ni surpris, ni apeuré, mais intimidant. Sous son corps svelte et musclé, digne d’un félin, sa queue passe entre ses deux pattes arrière, semblant s’enrouler autour de son corps, formant ainsi une boucle dont l'extrémité empanachée s'élève fièrement vers le ciel.


Quant à sa crinière, elle donne une impression surnaturelle. Constituant une espèce de bloc compact autour de sa tête, elle ressemble au masque réalisé par Jean Cocteau pour Jean Marais dans son film « La Belle et la Bête ». Ses yeux, son nez, sa bouche plutôt que sa gueule confèrent à ce lion un double aspect humain et animal, aussi fascinant qu’inquiétant, une physionomie étrange. Jusqu’au bas de sa crinière qui ressemble à s’y méprendre à une barbe bouclée. Cet animal fantastique semble sortir tout droit de l'univers plutonien de la bête humaine, du pouvoir et de la domination des instincts à l’état brut.


Chez lui, la limite qui sépare l'homme de l'animal est mince, très mince.













Commentaires (4)

daddy
petit passage pour te souhaiter un bon debut de soirée le bon temps revient ca fait du bien gros bisous mimi
http://mesmusiquesperso.centerblog.net




Micklys
**-Bonjour, C'est Micklys-**

" L'égoïsme inspire une telle horreur que nous avons inventé la politesse pour le cacher, mais il perce à travers tous les voiles et se trahit en toute rencontre." (Arthur Schopenhauer)

**Me voilà pour voir un peu les nouveautés sur ton blog ! J'espère que tout va pour le mieux pour toi ! **

L'écriture de ma nouvelle histoire avance et j'en vois le bout ! lol ! Quelques détails et corrections ! Je pense la poster pour la fin de la semaine !

Je te souhaite une agréable journée ensoleillée si possible ! Bisous ! A bientôt !
http://igabiwa.centerblog.net


marie
Hello! J'ai lu attentivement ton article sur les lions: c'est toujours amusant de voir ce qui est perçu au travers des signes zodiacaux: mais véritablement, chacun est unique, chacun a quelque chose de très spécial qui fait qu'on s'intéresse à lui, et c'est toujours un bonheur de découvrir les pensées profondes (pas si elles sont haineuses, destructrices , déconstructives ou superfcicielles, bien sûr!) que les gens portent en eux,ainsi que les sentiments d'amitié et d'amour. Ciao!
http://questiondopinion.centerblog.net


Ecrire un commentaire