Thèmes

monde marin monument abbaye ste marie de souillac

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Monuments - Abbaye Sainte Marie de Souillac -

Publié à 09:45 par acoeuretacris Tags : monument abbaye ste marie de souillac
Monuments - Abbaye Sainte Marie de Souillac -

 

La légende attribue la fondation de l'abbaye à saint Eloi, ministre de Dagobert au VIIe siècle. Néanmoins, l'existence de cette abbaye n'est avérée qu'au Xe. Son fondateur réel serait le comte et abbé d'Aurillac Géraud. Le nom de Souillac provient de "souilh", désignant un terrain marécageux que les moines ont asséchés. L'église actuelle a été construite entre 1075 et 1150. Elle replace une église du IXe siècle dont il ne reste que la tour porche. Après une phase de prospérité, un premier déclin intervient durant la Guerre de Cent Ans. L'abbaye est fortifiée durant cette période.

 

 

Un rebond, entre 1453 et 1562, est suivi d'un second déclin dû, cette fois, aux guerres de religion. Les bâtiments monastiques sont détruits en 1573. Entre 1659 et 1712, H. de la Mothe-Houdancourt, abbé et aumônier d'Anne d'Autriche, mène des restaurations. En 1790, les moines sont chassés, l'abbaye est vendue et abandonnée. En 1803, l'abbatiale devient église paroissiale. Elle est classée monument historique en 1841 et son transept est alors surélevé. Plusieurs restaurations interviennent au XIXe siècle. Les effets de celles qui avait été effectuées au XVIIe sur la coupole sont effacés par les travaux de 1932-1935.

 

Visite extérieure

 

A l'extrémité ouest se dresse le clocher porche, vestique de l'église initiale du IXe siècle. Austère, elle est percée en son centre d'une longue baie cintrée.

 

le clocher -

 

La nef soutenue par de sobres contreforts, est percée de quelques baies cintrées.

 

La nef

 

Le chevet est majestueux. Autour de l'abside sont disposées trois chapelles rayonnantes polygonales. L'abside elle-même présente deux niveaux de baies cintrées séparés par une corniche.
Les absidioles et la chapelle axiale présentent des arcatures soutenues par des colonnes engagées.
La croisée du transept est surmontée d'une coupole dont le petit lanternon complète la belle perspective des toitures du chevet.

 

Le chevet

 

A l'intérieur

 

Le portail est sans aucun doute le centre d'intérêt principal de l'abbatiale et un chef d'oeuvre de la sculpture romane.

 

Sa position surprenante, à l'intérieur de l'église, est due à l'histoire de sa construction comme le raconte Yves Christe dans la revue Notre histoire n°201 (juillet-août 2002), la France des abbayes romanes. Vers 1120 cet immense portail est commencé, sans être jamais achevé. Au XIIIe siècle, les éléments sculptés font l'objet d'un montage au revers de la façade, afin de les protéger. Ce qui ne devait être qu'un modeste piédroit fait alors figure de tympan, tandis que le trumeau est coupé en deux parties, dont la plus importante est placée à droite, et l'autre en hauteur, à gauche.

 

Le Portail

 

Le tympan relate la légende de Théophile.

 

Le tympan

 

Le diacre Théophile, qui a perdu sa charge de trésorier, fait appel à Satan pour la récupérer. Il donne à celui-ci un phylactère établissant sa soumission et devient le vassal du diable.

 

Détail du tympan - Satan -

 

Il retrouve sa charge de trésorier avant de se repentir et de faire appel à la Vierge. Celle-ci vient alors lui rendre le phylactère donné au diable.

 

Détail du tympan

 

Ces scènes sont encadrées par saint Benoît et saint Pierre.

 

Saint benoit

 

Saint Pierre

 

   

 

    

 

Au trumeau (ci-dessus), sont représentés des couples en lutte, des oiseaux, des fauves et en bas, sur la face gauche, le sacrifice d'Isaac.

 

De part et d'autre de la porte se trouvent Joseph et surtout Isaïe à droite, la plus belle sculpture de l'ensemble. La position du corps et le drapé du vêtement rappellent l'influence de l'école du midi, Moissac, notamment.

 

Joseph

 

Isaïe

 

Plan intérieur

 

La nef comporte deux travées coiffées de coupoles sur pendentifs.

 

La nef

 

Les murs sont décorés d'arcades aveugles surmontées de baies cintrées devant lesquelles court une balustrade.

 

Elévation de la nef

 

L'élévation du transept est semblable à celle de la nef. Il est voûté en berceau cintré. Chaque bras ouvre sur une absidiole polygonale.

 

Transept

 

La croisée du transept est couverte d'une coupole, du même type que celles qui coiffent la nef.

 

Coupole

 

Le choeur est voûté en cul-de-four avec des baies percées à sa base. Il s'ouvre sur trois chapelles rayonnantes par des arcs brisés entre lesquels s'intercalent des arcs rehaussés. On peut observer des chapiteaux à motifs végétaux et animaux.

 

Le choeur

 

 

 

 

Commentaires (3)

prettypoun
HO QUE J AIME !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! tes photos sont magnifiques !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! ABBAYE SUPERBE !!!!!!!!!!!! c'était une visite en ce mercredi matin de vacances pluvieux :-) ( mais ça fait du bien car le temps se rafraichit un peu ) pour te souhaiter une trés belle journée et déposer mille gros bisoussssssssssssssssss :-)
http://prettypoun.centerblog.net


Elemiah
Bonjour
je suis toujours en vacances
j'essaie de passé le plus que je peux
vous me manquez tous
ici sur le bord de la mer on est trop bien
c'est la première année depuis la fin de mes études
et ma maladie
je vis un vrai rëve , toute ma famille pres de moi
mon mobil home est toujours remplis de visites
bisous
Elemiah

http://loulouange.centerblog.net


jean+pierre
passez tous une bonne soirée bizzzzzzzzzz jp
http://manmonster.centerblog.net


Ecrire un commentaire