Moyen Age - Chateaux forts -

Moyen Age - Chateaux Forts - MONTREUIL-BELLAY -

Publié à 09:58 par acoeuretacris Tags : moyen age chateaux forts montreuil bellay
Moyen Age - Chateaux Forts - MONTREUIL-BELLAY -

 

A une dizaine de kilomètres au Sud-Ouest de Brézé se trouve Montreuil-Bellay. La ville qui domine le Thouet posède des monuments intéressants. D'abord le Chateau qui a été construit au début du XIème siècle. Aux XV et XVIèmes siècles il a été transformé en résidence Seigneuriale, c'est aussi à ce moment qu'a été construite la Collégiale (photo ci-dessous).

 

 

 


La ville s'est développée autour du chateau et possède également d'anciennes fortifications bien conservées avec la Porte Saint Jean et une partie de l'enceinte médiévale.

 

 

Le Chateau


Le Chateau qui a été construit à partir de 1025 à l'initiative du Comte d'Anjou Foulques III Nerra afin de protèger l'Anjou contre les agressions des Comtes de Poitou et des Seigneurs Poitevins.
Foulques confie la garde du chateau-fort à un de ses fidèles, Berlay qui a laissé son nom à la ville. Celle-ci se développe autour de la forteresse.

 

 

 

 

Pendant la première partie du Moyen-Age les Barons de Montreuil-Bellay se sont rendus quasi indépendants en s'appuyant sur la position charnière du site aux confins du Poitou et de l'Anjou.

 

Au début du XIIème siècle Geoffroy Plantagenet a beaucoup de peine à réduire Giraud II qui s'est mis à l'abri des remparts de la ville et du chateau. Geoffroy prend la place aprés un an de siège et détruit la forteresse.

 

 

        

 

 

 

 

Le meme scénario se reproduit lors de la conquete de l'Anjou en 1214 par Louis le Lion, le fils du Roi de France Philippe-Auguste, la forteresse de Montreuil-Bellay est à nouveau détruite. Le chateau est reconstruit dans les années qui suivent.

 

 

 

 

 

Au XVéme siècle la Baronnie de Montreuil-Bellay appartient à la famille d'Harcourt. Celle-ci commence la transformation du chateau en une belle résidence Seigneuriale.



C'est aussi à ce moment qu'a été construite la Collégiale dont la nef est remarquable. Au départ elle est associée au chateau, puis elle deviendra l'église paroissiale sous Napoléon I.
Un peu plus tard c'est le tour du Chateau-Neuf (photo ci-dessous). Ce dernier a été remanié au XIXème siècle par l'Architecte Saumurois Joly-Leterme.

 

 

 

Au XVIIème siècle le chateau appartient à la duchesse de Longueville qui est trés active pendant la Fronde, le batiment accueille des Frondeurs célèbres comme Turenne et La Rochefoucauld.
La Baronnie passe à la famille de Cossé-Brissac en 1662 puis à celle de La Trémouille en 1756.

 

 

Ville & Maisons Anciennes



Au Moyen-Age la ville s'est développée autour du chateau et à l'abri d'une enceinte. Au XVème siècle les Barons de Montreuil-Bellay font construire la Chapelle-hopital Saint Jean, la Grange aux Dimes et le batiment des Meuniers le long du Thouet.



Lors des Guerres de Religion, pendant la seconde partie du XVIème siècle, la ville subit de nombreuses déprédations. En 1568, lors des Guerres de Religion, la ville est prise par les Protestants qui incendient l'église Saint Pierre.

 

 

 

Greffe du Tribunal (XVI°)

 

 

Avec la paix qui revient, Montreuil-Bellay devient une ville prospère au XVIIème siècle, en particulier grace au commerce du vin. Les barriques sont transportées par des bateaux circulant sur le Thouet et rejoignant la Loire à Saumur. De nombreux batiments anciens de la ville rappellent cette époque faste.
La Révolution et le début du XIXème siècles sont par contre une période de déclin, la ville a perdu une bonne partie de son commerce et le Port sur le Thouet est désaffecté. L'arrivée du chemin de fer ne parviendra pas à renverser le courant.

 

 

Porte Saint-Jean et Remparts

 

 

 

La Porte Saint Jean que l'on voit date du XVème siècle. Celle-ci et les remparts qui l'entourent sont un bon exemple des fortifications qui ont été construites à l'époque médiévale.
Certains éléments des remparts les plus anciens, ils sont en terre et datent du XIème siècle, sont encore visibles rue du Buffet.
La ville conserve plusieurs Portes de l'époque médiévale.

 

 

 

 

 



Moyen Age - Chateaux Forts - Chinon - 2 -

Publié à 15:10 par acoeuretacris Tags : moyen age chateaux forts chinon 2
Moyen Age - Chateaux Forts - Chinon - 2 -

 

 (Partie 2)

Histoire du Chateau de Chinon 
 
 
Antiquité et période Gallo-romaine 
 
Le site était probablement utilisé comme refuge par les habitants des troglodytes du coteau depuis l'époque néolithique. Il est probable qu'à l'époque Gallo-Romaine des monuments ont été construits sur l'éperon en effet des pierres sculptées ont été retrouvées dans les substructures du Fort du Coudray et des pièces Gallo-Romaines du IIIème siècle dans le Chateau du Milieu. Mais en pratique ce n'est qu'au Vème siècle qu'une mention explicite d'une forteresse apparait, Chinon est alors occupé par les Wisigoths qui ont imposé leur autorité au sud de la Loire. Le Général Romain Egidius, Gouverneur de la Gaule, vient assieger la ville, il échoue d'abord puis la prend finalement à la seconde tentative en 446. Néanmoins les Wisigoths se maintiennent dans la région jusqu'à ce que Clovis, Roi des Francs, leur inflige la défaite de Vouillé en 507.
Cette forteresse comprenait sans doute le Fort du Coudray et une bonne partie du Chateau du Milieu.
 
 
 
Les Comtes de Blois 
 
Nous n'avons aucune information sur le chateau pendant les périodes Mérovingiennes et Carolingiennes. Au milieu du Xème siècle il appartient à Thibaud le Tricheur Comte de Blois qui est un fidèle du Duc de France Hugues le Grand. Sa fille Emma, qui est mariée au Duc d'Aquitaine Guillaume Fier à Bras, réside fréquemment au chateau de Chinon. C'est la fondatrice de l'Abbaye de Bourgueil une dizaine de kilomètres au Nord de Chinon.
A cette époque la région est également occupée par les Comtes d'Anjou qui conduisent une lutte frontale contre les Comtes de Blois, Chinon est un poste solide de ces derniers. Pourtant en 1044 le Comte d'Anjou Geoffroy Martel remporte la victoire de Nouy (Saint Martin le Beau) sur le Comte Thibault III de Blois. La Touraine, dont Chinon, devient alors un domaine du Comte d'Anjou.
 
 
 
Comtes d'Anjou et Plantagenets  
 
Le chateau de Chinon va alors rester pendant 150 ans sous le controle des Comtes d'Anjou qui deviennent également pendant cette période Ducs de Normandie et d'Aquitaine et Rois d'Angleterre, c'est l'Empire Plantagenet.
De 1045 à 1150 le chateau est renforcé, il garde un caractère militaire et sert à l'occasion de prison pour de grands personnages, ainsi Geoffroy le Barbu emprisonné pendant 28 ans, jusqu'en 1094, par son frère Foulques le Réchin.
 
 

Le Comte d'Anjou Henri II Plantagenet devient Roi d'Angleterre en 1154. Chinon devient une de ses principales résidences. Entre 1160 et 1180, il fait renforcer (Tour du Moulin) et améliorer le chateau existant (il introduit des logis d'habitation) et ajoute le Fort Saint Georges sur le coté Est. Henri II est mort au chateau de Chinon en 1189. 
 

Le 30 Aout 1200, le Roi Jean sans Terre épouse au chateau Isabelle d'Angouleme et il confie la garde de la place à un des plus puissants Seigneurs d'Anjou, Guillaume des Roches. 
 
 
 
 
Henri II Plantagenet 
 
 
Les Rois de France 
 
A l'automne 1204 le Roi de France Philippe-Auguste fait le siège du Chateau de Chinon, son armée prend d'abord le Fort Saint Georges et à partir de ce point d'appui investit la forteresse entière, le chateau et la ville tombent le 24 juin 1205. A partir de là, le chateau va rester sous le controle direct des Rois de France pendant plus de 160 ans, jusqu'en 1370. Philippe II Auguste, Saint Louis et Philippe III y séjournent fréquemment.
Philippe-Auguste renforce le chateau en faisant construire ou reconstruire des tours comme le Donjon du Coudray ou la Tour des Chiens. La Tour de Boisy au Sud-Est du chateau est construite au milieu du XIIIème siècle et la Tour de l'Horloge pendant le XIVème.
 
 
 
 
 
Philippe Auguste 
 

En 1308 les principaux dirigeants des Templiers sont arretés sur l'ordre du Roi de France Philippe le Bel. Ils sont enfermés dans le Donjon du Coudray où l'on peut toujours voir leurs graffitis sur les murs. 
 
 
 
Philippe le Bel 
 
A partir de 1370 le chateau est donné en apanage aux fils ou frères du roi, puis en 1427 le roi Charles VII le récupère pour en faire sa résidence principale. Le chateau devient ainsi le point de gouvernement de la partie de la France qu'il controle. C'est là qu'il recoit Jeanne d'Arc. Charles VII réside au chateau de manière quasi permanente jusqu'en 1449. C'est pour le logement des membres et officiers de sa Cour que se construisent de nombreuses et belles maisons dans la ville de Chinon. 
 
 
 
 
Charles VII 
 
 
Louis XI réside parfois au chateau de Chinon mais en fait il s'est installé au chateau de Plessis lès Tours, près de Tours. Il confie le chateau au Chroniqueur Philippe de Commynes qui le fait renforcer.
Le 18 décembre 1498 le Roi Louis XII recoit solennellement le fils et ambassadeur du Pape, César Borgia, qui lui apporte l'annulation de son premier mariage pour qu'il puisse épouser Anne de Bretagne, la veuve de Charles VIII.
 
 
 
 
 
Louis XI 


C'est le dernier épisode marquant de la vie du château de Chinon, à partir du début du XVIème siècle il est complètement abandonné par les rois de France qui préfèrent désormais habiter dans les Chateaux de la Loire. Pendant 400 ans le bâtiment va subir beaucoup de vicissitudes et c'est un miracle que des parties significatives soient parvenues jusqu'à nous.
Un programme de réhabilitation, conduit par le Conseil Régional d'Indre et Loire, redonne à ce château l'intéret qu'il mérite.
 
 
 
Guerres de religion et début du XVIIème siècle 
 
Les Guerres de Religion ont marqué la vie de Chinin. Le 24 mai 1562 les Protestants conduits par La Roche au Maine s'emparent du chateau, ils le quittent peu après, le 11 juillet. En 1568 et 1569 Chinon sert de point de concentration pour les armées royales du duc d'Anjou (futur Henri III), le chateau sert d'arsenal. Le duc d'Anjou remporte le bataille de Moncontour sur les Protestants le 30 octobre 1569, la situation revient alors normale à Chinon. 
 

Lors de l'avènement d'Henri III, le Comte du Lude, Gouverneur du Poitou demande à démolir le château de crainte qu'il ne soit pris par les Protestants, cette demande reste sans suite. C'est la première fois que le château est menacé de destruction. 
 
 
 
 
Henri III 
 

En 1589 Henri III fait arreter et enfermer au château le Cardinal de Bourbon dont les Ligueurs veulent faire leur Roi. En 1616 à l'issue de la Conférence de Loudun le Prince de Condé recoit Chinon et son château, il y séjourne un mois, se révolte. Le château est repris et revient au domaine Royal. 
 
 
La famille de Richelieu 
 
 
 
 
 
 
Le Cardinal de Richelieu visite Chinon en 1626 et souhaite intégrer la ville à son nouveau Duché alors en formation. Il arrive partiellement à son but en 1633 aprés de longues tractations, le Roi conserve néanmoins des prérogatives sur le chateau et son Gouverneur est choisi par lui. Une demande de démolition du chateau émanant du Corps de la Ville reste à nouveau sans suite. 
 
 
Les Ducs de Richelieu conservent Chinon jusqu'à la Révolution Francaise et pendant toute cette période le chateau ne cesse de se dégrader. En 1699 la Grande Salle n'a plus le toiture. Dans le courant du XVIIIème siècle, les bâtiments sont loués par morceaux.
 
 
 
Révolution et Empire 
 
 
 
 
 
Le Chateau est déclaré Bien National et mis en vente pendant l'An II, le Fort Saint Georges passe alors à des propriétaires privés et le reste des batiments sert de carrière. En 1808 un Décret Impérial attribue la partie libre (Fort du Coudray et Chateau du Milieu) au Conseil d'Arrondissement de Chinon pour le vendre. L'opération n'aboutit pas mais pendant toute cette période les dégradations sur les batiments continuent à s'amplifier. 
 
 
XIXème siècle 
 
A partir de 1814 le Sous-Préfet de Chinon, de Waresquiel, se préoccupe pour la première fois de la conservation du monument. Pourtant pendant 40 ans aucune réparation n'est faite et certains murs menacent de s'écrouler sur la ville.
En 1854 le Conseil Général demande la destruction du Château, celui-ci est sauvée grace à l'intervention de Prosper Mérimée et de la Commission des Monuments Historiques. Les premiers travaux de consolidation commencent.
 
 
 
 
 
Prosper Mérimée 
 
 
XXème siècle 
 
A partir du XXème siècle le Chateau devient un sujet de préoccupation constant et des travaux de consolidation et de restauration sont effectués régulièrement.  

Moyen Age - Chateaux Forts - Chinon - 1 -

Publié à 13:53 par acoeuretacris Tags : moyen age chateaux forts chinon 1
Moyen Age - Chateaux Forts - Chinon - 1 -
(Partie 1) 
  
  
Le meilleur endroit pour appréhender l'envergure du chateau médiéval de Chinon est de le regarder à partir de la rive sud de la Vienne, près du pont. Cette forteresse médiévale formidable domine l'ensemble du centre ville sur toute sa longueur (environ 500m de long sur 100m de large) . Il est positionné sur un éperon rocheux, dont les pentes sont abruptes sur trois cotés, et qui s'éleve sur le coteau nord de la Vienne, les murailles suivent le contour de cet éperon. 
 
 
 
 
 
Le chateau se décompose en trois parties : le Fort du Coudray, le Chateau du Milieu et le Fort Saint Georges. Il est l'oeuvre successive des Comtes de Blois , des Comtes d'Anjou puis des Plantagenets qui devinrent Rois d'Angleterre et enfin des Rois de France. 
 
L' Histoire du Chateau a eu plusieurs moments forts, en particulier la mort d'Henri II Plantagenet en 1189, le siège et la prise du chateau par le Roi de France Philippe-Auguste en 1205, l'emprisonnement des Templiers et bien sur la première rencontre entre le Roi Charles VII et Jeanne d'Arc. 
 
 
Vue d'ensemble du Chateau de Chinon 
  
 
 
 
Panorama sur le château de Chinon (avant réhabilitation) 
 
 
Le chateau se décompose en trois parties constituant chacune un chateau-fort à part entière, chaque partie est séparée de l'autre par des douves profondes. En allant d'Ouest en Est (c'est aussi la chronologie du développement des constructions) on trouve le Fort du Coudray, le Chateau du Milieu et le Fort Saint Georges. 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le Fort du Coudray 
 
 
 
 
 
Le Fort du Coudray occupe la partie Ouest de la construction, c'est la partie la plus ancienne du chateau.
En venant du chateau du Milieu par le pont on remarque le Donjon sur la droite et la Tour de Boisy sur la gauche, presque en face, à l'extrémité du chateau, se trouve la Tour du Moulin.
 
 
 
Jusqu'aux Plantagenets le Fort du Coudray et le chateau du Milieu étaient réunis, c'est Philippe II Auguste qui a fait creuser les douves qui les séparent maintenant. Ceci permettait de renforcer la défense du Fort du Coudray. 
 
 
Le Donjon 
 
 
 
 
 
Le Donjon a été construit au XIIIème siècle sous Philippe-Auguste. Il fait 25 mètres de hauteur et 12 de diamètre. Il comporte trois étages dont les deux inférieurs sont voutés, les étages sont reliés par un escalier. C'est dans un des étages de cette massive tour cylindrique que Jeanne d'Arc a habité. 
 
C'est ici que furent emprisonnés par le Roi de France Philippe IV le Bel les responsables de l'Ordre des Templiers (en particulier le Grand Maitre Jacques de Molay) avant le jugement qui devait les condamner à mort. Les graffiti que l'on peut voir sur les parois de l'étage du milieu leurs sont attribués. 
 
Coté Nord du Donjon on peut toujours observer les fondations de l'ancienne chapelle Saint Martin. Dans la cour se trouve un puits qui a une profondeur de 95 mètres. De nombreux souterrains partaient du Fort du Coudray les accés en sont visibles au bas du Donjon et de la Tour de Boisy. 
 
 
 
 
La Tour du Moulin qui domine la Vienne 
 
 
 
 
Fort du Coudray: sur la droite la Tour de Boisy 
 
 
La Tour du Moulin 
 
La Tour du Moulin est située à l'angle Sud-Ouest de l'édifice. Elle fait 2à mètres de Haut et 8 de diamètre et domine la vallée d'une cinquantaine de mètres. Elle a probablement été construite à l'époque de Henri II Plantagenet. Elle comporte trois étages et est particulièrement bien protègée par plusieurs lignes de défense ce qui ajouté à sa position la rendait quasiment inexpugnable. 
 
 
 
 
 
La Tour de Boisy 
 
La Tour de Boisy est située à l'angle Sud-Est du Fort du Coudray et donne sur la ville. A l'origine elle s'appelait Tour du Beffroi. Elle fait trente mètres de haut et a la forme d'un rectangle de 15 mètres de long sur 10 de large. L'épaisseur moyenne des murs est supérieure à trois mètres. La Tour de Boisy commmuniquait avec le Donjon au niveau des étages supérieurs. La salle du niveau supérieur était une des plus belles du chateau avec sa hateur de 6,5 mètres. 
 
 
 
 
 
Le Chateau du Milieu 
 
 
 
 
 
Le Chateau du Milieu constitue la partie centrale du chateau, on y accède par la Tour de l'Horlogequi était jadis protègée par un pont-levis.
Au delà, sur la gauche, se trouvent les restes des Logis Royaux le long de la courtine Sud avec en particulier la Grande Salle. La partie Nord des Logis Royaux a disparu, en particulier la chapelle Sainte Melaine, l'extrémité Ouest des Logis Royaux communiquait par un pont-levis avec le Fort du Coudray
.
La Courtine Nord comporte trois tours: d'Argenton, des Chiens et de l'Echauguette.
 
 
 
 
 
Chateau du Milieu le long de la Courtine Sud: sur la droite le Logis Royal et à gauche la Tour de l'Horloge 
 
 
La Tour de l'horloge 
 
 
 
 
Façade est de la Tour de l'horloge 
 
 
Le Tour de l'Horloge date du XIIIème siècle avec une surélevation au XIVème. Elle doit son nom à l'horloge trés ancienne qu'elle abrite, qui remonte en effet à 1399. La cloche de cette horloge est surnommée Marie Javelle par les habitants de Chinon, remémorant sans doute une habitante du coteau voisin. 
 
La Tour fait 22 mètres de hauteur et 5 de largeur. Elle comporte trois étages surmonté d'un lanternon abritant la cloche. 
 
 
 
 
Façade ouest de la Tour de l'horloge 
 
 
Les Logis Royaux 
 
 
 
 
Logis royaux 
 
 
Les Logis Royaux ont été construits du XII au XVème siècle. Ils formaient un U, il ne reste que la partie Sud qui donne sur la ville. De ce coté ils comprenaient laGrande Salleet des pièces d'habitation dont la chambre du Roi. Coté Nord se trouvait en particulier la Chapelle Sainte Melaine.
A l'époque de Charles VII les Logis Royaux ont été le théatre de nombreux épisodes marquants, ainsi l'enlèvement de Georges de La Trémoille par Jean de Bueil à l'instigation du Connétable de Richemont.
 
 
 
 
 
Chateau du Milieu: les Logis Royaux vue coté Sud 
 
 
La Grande Salle 
 
 
 
 
La grande salle actuellement 
 
 
La Grande Salle venait d'etre construite quand a eu lieu le 8 mars 1429, à cet endroit, la présentation de Jeanne d'Arc à Charles VII. 
 
Elle le reconnait bien qu'il se soit placé en retrait. 
 
 
 
 
La Grande Salle en 1699 
 
 
Rencontre entre Jeanne d'Arc et Charles VII 
 
Jeanne d'Arc arrive à Chinon, en provenance de Sainte Catherine de Fierbois, le 1er mars 1429. Aprés avoir consulté son Conseil le Roi Charles VII décide de la recevoir dans la Grande Salle du Chateau de Chinon. La rencontre a lieu quelques jours plus tard, Jeanne lui fait part de sa mission: Libérer Orléans et le faire couronner à Reims. 
 
 
 
 
Illustration de Pertus, enlumineur nîmois. 
Le 8 mars 1429, Jeanne d'Arc rencontre le Dauphin Charles à Chinon, après avoir reconnu le dauphin dissimulé au milieu des courtisans, elle se montre suffisamment convaincante pour qu'on la prenne au sérieux. 
 
 
 Après de nombreux interrogatoires conduits à Chinon et surtout Poitiers où siège le Parlement, le Roi fait suite à la demande de Jeanne et lui donne mandat de libérer Orléans assiègé par les Anglais. Elle quitte Chinon le 25 avril 1429 en direction de Tours. Elle rejoint ensuite Blois et Orléans. 
 
 
La Chapelle Sainte Melaine 
 
 C'était la chapelle Royale du chateau. Elle a été fondée au Xème siècle par les moines de l' Abbaye de Bourgueil et sa construction a été achevée au XIème, elle se situait entre la Grande Salle et la Tour des Chiens. C'est dans cette chapelle qu'est mort Henri II Plantagenet le 8 juillet 1189. Son corps fut laissé à l'abandon par ses serviteurs, recouvert d'un simple manteau. 
 
 
Courtine Nord : Les trois Tours 
 
 La courtine Nord du chateau du Milieu, le long de la route de Tours, comporte trois tours, d'Ouest en Est : la Tour d'Argenton, la Tour des Chiens et la Tour de l'Echauguette. 
 
 
La Tour d'Argenton, a été construite à la fin du XVème siècle par Philippe de Commynes Seigneur d'Argenton. Elle a servi de prison, c'est la que la tradition localise les célèbres cages de Louis XI. 
 
 
 
 
 
La Tour des Chiens a été édifiée à l'époque de Philippe-Auguste au début du XIIIème siècle. Son nom vient de ce qu'elle servait d'abri pour les meutes royales. Elle fait 23 mètres de hauteur et comporte trois étages. L'étage supérieur est un peu en contrebas du sol du chateau, l'ensemble des niveaux est relié par un escalier. 
 
 
 
 
 
La Tour de l'Echauguette permettait de controler les murailles Nord et Est du chateau. 
Le Fort Saint Georges 
  Le Fort Saint Georges a été construit dans la seconde partie du XIIème siècle par Henri II Plantagenet afin de protèger l'Est du chateau principal. En effet il n'y a pas de pente abrupte de ce coté et c'est donc l'endroit le plus vulnérable de la forteresse. C'est d'ailleurs en commencant par investir le Fort Saint Georges et en le prenant ensuite comme point d'appui que le Roi de France Philippe-Auguste a finalement pu s'emparer du chateau entier en 1205. 
 
Il ne reste maintenant que des ruines des anciennes fortifications et ce Fort est désormais une propriété privée qui ne se visite pas.