Thèmes

animaux années 50 antiquité arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour bonsoir

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Préhistoire - (25)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Blogs et sites préférés

· aerin
· ange
· Anne
· arcus
· Arnaud
· Audrey
· babethhistoires
· Beatrice.
· Beatrice
· Brigitte.

Voir plus


Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


les fruits -

Les fruits - Le raisin -

Publié à 10:31 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - Le raisin -

 

Histoire 

Le raisin est l'un des fruits les plus vieux que l'on connaisse. Des traces fossilisées remontant à l'ère tertiaireattestent de son existence à cette époque, en Europe. Tout porte à croire que la vigne, dont il est le fruit, était également présente en Asie mineure.
Le raisin a longtemps été utilisé à des fins vinicoles, comme le montrent la mythologie gréco-romaine (culte de Dyonisos ou de Bacchus) et la religion chrétienne. Les Gaulois, quant à eux, s'ils ne l'ont pas inventé, ont malgré tout largement contribué à la promotion du vin.
Ce n'est qu'au 17ème siècle que le raisin de table a conquis les buffets de  Louis XIV, pour prendre enfin un véritable essor vers la fin du 19ème siècle, lorsque les viticulteurs ont cherché à diversifier leur production.
 

 

Le raisin pousse spontanément dans de nombreuses régions du monde, mais il affectionne tout particulièrement les climats chauds ou tempérés. Ainsi, on en fait culture en Europe occidentale et en Amérique du Nord (en Californie notamment).

 

 

Bienfaits 

 

Le raisin est l'un des fruits les plus énergétiques et affiche un apport de 72 kcal/100 g, autant que la figue fraîche, mais toutefois moins que la banane. Sa richesse en glucides est très bien utilisée par l'organisme grâce àla présence intéressante de vitamines B, qui participent à la bonne assimilation des glucides et au bon fonctionnement du système nerveux et musculaire. Le raisin est donc un grand fournisseur de tonus, qui a sa place dans l'alimentation des enfants et des sportifs.

 

 

Il a également l'atout d'être riche en pigments,ces substances qui lui donnent sa jolie couleur (surtout lorsqu'il est noir) mais qui, surtout, ont une action protectrice sur les petits vaisseaux sanguins. De plus, il renferme des polyphénols, des substances aux effets antioxydants et bonnes pour réguler le taux de mauvais cholestérol. De récentes études ont d'ailleurs montré l'action bénéfique de la consommation régulière du jus de raisin sur la prévention des maladies cardio-vasculaires et la formation de caillots.

 

Le raisin est aussi le fruit de l'élimination par excellence. Gorgé d'eau et de minéraux (notamment de potassium), il possède des vertus diurétiques et drainantes reconnues. Il est également laxatif grâce à sa teneur intéressante en fibres (0,3 g/100 g), présentes avant tout dans la peau et les pépins.
Il parvient en outre, de par sa richesse en acides organiques, à procurer une sensation très rafraîchissante, tout en rééquilibrant le milieu interne. Pas étonnant alors qu'on ait souvent préconisé des cures uvales afin de désintoxiquer l'organisme. D'autant que ces belles grappes arrivent au retour de l'été, à l'heure des bonnes résolutions de la rentrée !
 

 

 

Dégustation

 

Choisissez-le en grappes pas trop serrées. Les grains doivent être fermes et sans tâches, ni mous ni ridés. La pruine, pellicule blanchâtre en surface, que le grain fabrique pour se protéger du soleil, est un gage de maturité. La tige, quant à elle doit être verte, souple et cassante, sans toutefois être sèche.

 

Conservez-le jusqu'à cinq jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, enfermé dans un sachet en plastique. Dans sa version séchée, il peut se conserver plusieurs mois dans un récipient hermétique.

 

Consommez-le cru, en fruit de table ou à tout moment de la journée pour un regain d'énergie rafraîchissant. La seule précaution à prendre est de le passer sous l'eau puis de l'égoutter car il est souvent traité.
Ses belles rondeurs permettent de confectionner des desserts: tartes, crumbles ou clafoutis. Elles se glissent aussi dans des semoules et du riz au lait. Pelé ou non, le raisin se mêle aux salades de fruits mais aussi aux salades vertes, surtout si vous l'agrémentez de noix et de jambon cru. N'hésitez pas non plus à en poser une grappe sur votre plateau de fromages, avec lesquels ils forment une parfaite alliance. Comté, Beaufort, Roquefort et surtout fromages frais s'y prêtent à merveille.


Le raisin peut aussi être cuit. Poêlé, il accompagne le veau, le canard et le gibier à plume. Il est aussi excellent avec du  foie gras, poêlé lui aussi. Il constitue également une garniture savoureuse pour les viandes blanches. Il sert aussi à réaliser des chutneys, que l'on déguste avec des poissons gras, comme la sardine et le maquereau.

 

 

En boisson, il donne des jus de fruits rafraîchissants et est à la base de nombreux alcools (vin, armagnac, cognac, porto et champagne). Le raisin sec, quant à lui, sert essentiellement en pâtisserie. On le retrouve ainsi dans des petits pains, des kougloff, des cakes et les fameux pains aux raisins. A savoir qu'on extrait une huile de ses pépins, qui fait partie de celles qui renferment le plus d'acides gras poly-insaturés.

 

 Familles

 

Du jaune verdâtre au noir, en passant par le rouge et le bleu violacé, le raisin de table se décline en une dizaine de variétés, capables de contenter les goûts les plus différents. Parmi les plus courantes sur les marchés, produites principalement dans le sud de la France :

 
- le Muscat de Hambourg : ses petits grains noirs et sucrés possèdent une peau très fine. En provenance du Ventoux en Provence, il bénéficie d'une Appellation d'origine contrôlée (AOC).
 

 - l'Alphonse Lavallée : ses grains noirs sont gros et fermes. 
 

- le Ribol : gros et noirs également, ses grains sont ovales et ses pépins sont assez durs. 

 

- le Chasselas : ses petits grains dorés et ronds ont une peau fine et une saveur très suave. Celui de Moissac, dans le Sud-ouest, est couronné d'une AOC.

 

 - l'Italia : gros et craquants, ses grains verdâtres sont gorgés de jus.

 


- le Moscatel : il provient du Chili, un peu plus tard que les autres et affiche une jolie teinte rosée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Les fruits - Les prunes -

Publié à 11:27 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - Les prunes -

Histoire

 

Le prunier est probablement originaire d'Asie. Les Égyptiens puis les Romains appréciaient ses fruits sucrés, qu'ils savaient déjà faire sécher au soleil. La prune était très cultivée en Syrie, notamment à Damas, où les Croisés ont été arrêté : ils en auront rapporté ce fruit "exotique", assorti de l'expression "y aller pour des prunes".



C'est à partir de la Renaissance que l'on commence véritablement à l'apprécier, l'une d'elle prend d'ailleurs le nom de "Reine-claude" en l'honneur de l'épouse de François 1er, qui en raffolait.



Aujourd'hui, ce sont notamment les régions de l'est, du sud-est et du sud-ouest qui produisent les prunes, entre juillet et octobre. S'il en existe de très nombreuses variétés, on en trouve rarement plus de quatre sur nos marchés :

 


- la reine-claude : bien ronde, de couleur jaune à verte, a une chair ferme et sucrée. Elle vient du Midi-Pyrénées.

 


- la mirabelle: petite, dorée, sa chair jaune orangé a une saveur douce. Produite en Lorraine, évidemment, elle bénéficie même d'un label de qualité.

 


- la quetsche : plus grosse et ovale, s'affiche en violet profond. C'est en Alsace qu'elle est cultivée.

 


- l' "américano-japonaise" : très grosse, est récente sur les marchés. Sa chair est souvent assez fade.



Le pruneau, quant à lui, est fabriqué à partir de la prune d'Ente, grosse quetsche bleu violacé.

 

 

Bienfaits

 

Fruit juteux et sucré, la prune offre des propriétés désaltérantes tout en bénéficiant d'un apport calorique tout à fait modéré : 52 kcal/100 g. Les 83 % d'eau qui la constituent, en plus d'étancher la soif, apportent une teneur en minéraux et en oligo-éléments très intéressante. Ainsi, elle contribue efficacement à couvrir les besoins en fer (0,4 g/100 g), en magnésium (8 g/100 g), ainsi qu'en potassium(250 mg/100 g). Par ailleurs, notez la prune favorise l'élimination rénale, grâce à sa richesse en eau, et à un rapport potassium/sodium élevé.

 

La prune est également l'une des meilleures alliées du transit intestinal. Outre sa richesse en fibres - des pectines pour la plupart - qui régularisent la fonction intestinale, elle est aussi pourvue en sorbitol et diphénylisatine, deux substances aux effets laxatifs. On comprend alors pourquoi prune et pruneau sont l'un des meilleurs remèdes contre la constipation.



Par ailleurs, la prune renferme un bel éventail de vitamines. Des vitamines B, importantes pour l'assimilation des glucides, mais surtout de la provitamine A(carotène) qui joue un rôle dans le mécanisme de la croissance et de la protection cellulaire. Son taux peut atteindre jusqu'à 0,6 mg pour 100 g de ce fruit, quand il est très violet.

 


La teneur en vitamine E - antioxydante - est, elle aussi, élevée. Quant à la vitamine C, si elle n'est pas présente en très grande quantité (5 mg/100 g), elle est malgré tout très bien assimilée par l'organisme grâce à la présence de pigments, qui renforce son action.

 

 

Dégustation

 

Choisissez-la souple au toucher mais pas molle. Sa peau doit être lisse, ni fripée, ni tachée. Aucune inquiétude à avoir quant au voile blanc qui la recouvre : il s'agit de la pruine, un bouclier de cire naturelle que fabrique le fruit pour se protéger du soleil. Sa présence est donc signe de maturité et prouve que le fruit n'a pas subi trop de manipulation. Son absence par contre ne prouve rien puisque certaines variétés en sont dépourvues.



Conservez-la quelques jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Dénoyautée, vous pourrez même la congeler sans le moindre risque. On peut également la conserver à l'eau-de-vie. Le pruneau (prunier d'Ente séchée) se conserve, lui, quelques mois dans une boîte hermétique.



Consommez-la après l'avoir bien lavée. En fruit de table et à tout moment de la journée, elle procure une agréable sensation rafraîchissante. Elle fait d'excellentes tartes, seule, simplement posée côté peau afin de ne pas détremper la pâte, saupoudrée de poudre d'amandes ou de biscuits émiettés, ou encore garnie d'un appareil crémeux, façon alsacienne. Elle permet également de réaliser des clafoutis, des crumbles et des fars. Sans oublier les compotes et confitures.



La prune se savoure aussi flambée. Cuite dans du vin blanc, du sucre et des épices, elle constitue une soupe à servir chaude ou fraîche. Son jus peut également être transformé en granité. Enfin, la prune est aussi à la base d'une liqueur digestive.



Quant au pruneau, s'il est un véritable en-cas anti "coup de fatigue", dégusté sur le pouce, il se prête aussi volontiers aux préparations salées. Pour l'apéritif, essayez le pruneau enroulé dans une tranche de bacon grillé. Inratable. Il accompagne aussi particulièrement bien les plats de volaille, de gibier mais surtout de porc et de lapin. Il est également le condiment idéal des tajines ensoleillés.

 


En pâtisserie, il a les mêmes utilisations que sa version fraîche. On peut aussi le farcir de pâte d'amandes colorée à l'occasion des fêtes. Cuit dans de l'eau ou du vin, il réalise une délicieuse compote.

 

 

 

Les fruits - La pomme -

Publié à 11:18 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - La pomme -

 

Histoire

 

La pomme est le fruit du pommier, qui est un arbre appartenant à la famille des rosacées. Son nom vient du latin populaire "poma", qui signifie "fruit". Ce nom a remplacé l’ancienne appellation latine "malum", signifiant "mal", "mauvais". Elle faisait référence aux mythes qui entourent la pomme, faisant de ce fruit le symbole de la débauche.


 

On situe l’origine géographique de la pomme dans la région du Caucase. Elle est consommée depuis le néolithique et les Grecs en décrivaient déjà plusieurs variétés. Les Romains en connaissaient pour leur part une trentaine, qu’ils ont diffusées dans une grande partie de l’Europe. Le nombre de variétés répertoriées s’élevait à une centaine au XVIe siècle pour atteindre aujourd’hui plusieurs centaines. La production mondiale se concentre en revanche à 90 % sur une dizaine d’entre elles.


 

La pomme est le fruit le plus consommé dans de nombreux pays, dont la France, les Etats-Unis, l’Angleterre et l’Allemagne. En France, la Golden, aisément reconnaissable à sa couleur jaune, est l’espèce la plus consommée.

 

 

Bienfaits

 

La pomme contient une grande variété d’antioxydants qui permettent de prévenir les cancers, en particulier le cancer du poumon, ainsi que les maladies cardiovasculaires. Pour profiter de cet atout de la pomme, il est préférable de la consommer avec sa peau, qui possède davantage de pouvoir antioxydant que sa chair.

 

Des études ont par ailleurs démontré qu’une consommation régulière de pomme pouvait avoir des effets positifs sur les fonctions respiratoires et ainsi prévenir l’asthme.


 

La pomme contient d’importantes quantités de fibres. La moitié de ces fibres sont solubles, en particulier de la pectine. Celle-ci, particulièrement présente dans la peau de la pomme, permet de diminuer le cholestérol, notamment le mauvais cholestérol. Il faut toutefois pour cela consommer deux ou trois pommes par jour. Sa richesse en fibre permet, même avec des quantités moindres, de réguler le transit intestinal.


 

La pomme est riche en vitamines, notamment des vitamines du groupe B et E, ainsi que des vitamines C. Notez que la peau des pommes concentre davantage de vitamines C que sa chair. Cuire la pomme diminue également son apport vitaminique. Elle contient par ailleurs 85 % d’eau, ce qui, en plus de vous rafraîchir et de vous désaltérer, vous apporte de multiples minéraux et oligo-éléments, en particulier du potassium.


 

La pomme est un fruit modérément calorique car elle ne contient en moyenne que 80 calories. Elle est ainsi le coupe-faim idéal dans le cadre d’une alimentation saine. Ces calories sont pour la plupart apportées par les glucides contenus dans la pomme : 12 g pour 100 g. Elle contient en revanche de très faibles quantités de lipides et de protéines, puisque 100 g de pomme n’apportent pas plus de 0,3 g de chaque.

 

 

Conservation

 

Les pommes peuvent être conservées plusieurs jours dans une corbeille à fruits. Veillez toutefois à ne pas les laisser dans une pièce surchauffée. Vous pouvez également les conserver dans le bac à légumes de votre réfrigérateur, ce qui évitera qu’elles ne continuent à mûrir.

 

 

Dégustation

 

Pour choisir une pomme, il faut s’assurer que le fruit soit bien ferme et sa peau lisse. Le choix s’effectue ensuite en fonction des goûts et de ce que l’on veut en faire : la manger crue ou la faire cuire. Si on peut en acheter toute l’année, c’est à l’automne que les pommes sont les meilleures car elles ont mûri dans l’arbre.


 

On peut consommer la pomme de multiples façons, la plus simple étant de la croquer à pleines dents ! Les modes de préparation sont très variés : en boisson, pour des plats sucrés ou salés.


 

Les boissons préparées avec de la pomme sont nombreuses. Des boissons alcoolisées tout d’abord : le calvados et le cidre. On peut également en faire du jus de fruit. Les épluchures séchées de la pomme servent à faire des infusions, qui ont un léger effet sédatif.


 

Les préparations sucrées de la pomme sont d’une grande variété. On peut l’utiliser pour faire des pâtisseries, comme des beignets, des chaussons, des charlottes, des tartes, dont la délicieuse tarte Tatin, ou encore des flans. La pomme peut également être préparée de différentes façons pour le dessert. On peut la flamber, la farcir, la fricasser, en faire une compote, une mousse ou une croustade. Ce fruit se marie très bien avec le citron, la cannelle et la vanille. La pomme, grâce à la pectine qu’elle contient, peut par ailleurs aider à la préparation de gelées de fruits qui sont trop aqueux.


 

La pomme peut enfin parfaitement entrer dans la préparation de plats sucré-salé. Elle s’accorde bien avec du boudin noir, du rôti de porc, de l’andouillette et de la volaille, en compote ou en quartiers poêlés. On l’utilise également souvent pour des salades composées.

 

 

Quelques variétés de pommes

 

Il existe un grand nombre de variétés de pommes. Voici les quelques-unes des variétés les plus connues, leur saveur et les différentes façons de les consommer :

 

- la Golden delicious : sucrée, croquante et juteuse, vous pouvez la consommer crue ou la cuisiner. Elle est récoltée toute l'année.

 

- la Gala : très sucrée, elle se consomme crue ou en préparation culinaire. Vous la trouverez sur les étalages de février à août.

 

- La Reine des Reinettes : acidulée et peu sucrée, vous pouvez la déguster crue ou la cuisiner. On la récolte d'août à octobre.

 

- la Braeburn : croquante, juteuse et acidulée, vous pouvez la consommer crue ou en préparation culinaire. Elle est récoltée de septembre à mars.

 

- la Jonagold : sucrée, vous pouvez la consommer crue ou la cuisiner. Vous la trouverez de novembre à avril.

 

- la Elstar : acidulée et un peu sucrée, vous pouvez la consommer crue ou la cuisiner. Elle est commercialisée de septembre à mars.

 

- la Fuji : sucrée et juteuse, la meilleure façon de la consommer est de la croquer. Elle est récoltée de novembre à juin.

 

- la Idared : acidulée, elle se consomme crue, en la croquant. Elle est disponible de janvier à juin.

 

- la Red delicious : sucrée et peu acidulée, c'est en la croquant que vous la dégusterez le mieux. On la récolte d'octobre à avril.

 

- la Reinette grise (du Canada) : acidulée et croquante, vous pouvez la déguster en la croquant ou en la préparant au four. Elle est disponible de novembre à mars.

 

- la Belle de Boskoop : acidulée, vous pouvez la croquer ou la préparer en tarte. Vous la trouverez de novembre à février.

 

- la Granny Smith : très acidulée, croquante et rafraichissante, elle ne se consomme que crue, en la croquant. Elle est récoltée d'octobre à avril.

Les fruits - Le pomelo -

Publié à 11:07 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - Le pomelo -

Histoire

 

Il ne faut pas confondre pamplemousse et pomelo. Le premier, agrume originaire d'Asie, est un très gros fruit à l'écorce jaune ou verdâtre. Mais surtout, sa pulpe acide et amère renferme une grande quantité de pépins.
Le second par contre est le fruit que l'on rencontre plus couramment sur les étals tout au long de l'année. Plus petit, c'est avant tout pour sa pulpe plus douce qu'il est apprécié. Sous son écorce jaune, voire marbrée de rose se cache selon les variétés une chair blonde(Marsh, Seedless...), rose ou rouge (Ruby, Bloody red, Pink marsh...).



Le pomelo est en réalité un hybride du pamplemousse et d'une variété d'orange de Chine. Cet hybride a été créé en Amérique vers le 19ème siècle. De sa Floride natale, il a gagné ensuite la Californie, le Texas et l'Arizona avant de conquérir l'Europe.

 

 

Disponible tout au long de l'année, il nous provient de l'automne au printemps des Etats-Unis et d'Israël. L'été, ce sont l'Afrique du sud et l'Argentine qui en sont les premiers producteurs.



A savoir : vous avez peut-être déjà croisé sur les étals entre octobre et décembre une variété de pamplemousse à l'écorce verte sous le nom de Sweetie. Il s'agit en fait d'un hybride de pomelo et de pamplemousse dont la pulpe blonde ou rose est particulièrement douce.

 

 

Bienfaits

 

Avec 42 kcal/100 g, le pomelo affiche un apport calorique très modéré. Il trouve alors toute sa place dans des repas légers et équilibrés. Riche en eau et déjà délicieux sans ajout de sucre, il désaltère efficacement. De plus, sa saveur acidulée et légèrement amère possède l'avantage de stimuler les sécrétions digestives. Au petit-déjeuner ou en entrée, il est idéal.

 

Autre atout non négligeable de cet agrume joufflu, sa richesse en vitamine C. Un demi pomelo permet en effet d'en couvrir les deux-tiers des apports quotidiens recommandés. De plus, l'action tonifiante et fortifiante de cette vitamine est renforcée par la présence de pigments, notamment dans la pulpe des fruits rouges et roses. Ces pigments fournissent de la vitamine P, qui possède un effet protecteur sur les petits vaisseaux sanguins.


Par ailleurs, minéraux et oligo-éléments sont plutôt bien représentés dans ses quartiers, à commencer par le calcium. Les 20 mg que fournissent 100 g de chair sont d'autant mieux assimilés par l'organisme que le phosphore, bien présent aussi, favorise sa bonne utilisation par nos cellules. De quoi se faire une ossature solide et garder le tonus pendant les froides et rudes journées hivernales.



Enfin, de par la qualité de ses fibres, modérément abondantes (1,5 g/100 g) mais pleines de pectine, il contribue à une douce régulation du transit intestinal. L'allié des repas légers, on vous le dit !

 

 

Dégustation

 

Choisissez-le ferme, brillant et bien lourd. Ne vous fiez pas à la couleur de son écorce qui n'influe en rien sur son degré de maturité.



Conservez-le au moins une semaine à température ambiante. Dans le bac à légumes du réfrigérateur, vous pourrez le garder davantage.



Consommez-le en entrée, en accompagnement tout comme en dessert. Le pomelo offre de multiples utilisations. Le plus couramment, il est dégusté coupé en deux et nature. Pour une entrée originale, badigeonnez-le de beurre fondu et faites-le griller au four avant de le servir surmonté de tranches de bacon.
Complice des entrées légères et fraîches, le pomelo détaillé en suprêmes (quartiers pelés à vif) permet de réaliser de savoureuses salades colorées et parfumées notamment avec de l'avocat et des crevettes. Optez pour une jolie présentation en servant cette salade en coque, c'est-à-dire dans une moitié de pomelo vidée de sa chair.


Ce gros agrume acidulé se glisse également dans les plats salés. Si son jus est parfait pour faire mariner les morceaux de poulet ou de poisson tel que la lotte ou le maquereau, il permet en outre de déglacer les sucs de viandes cuites à la poêle, avec une préférence pour le magret de canard ou le veau. Servez ensuite avec les quartiers, natures ou revenus dans un peu de beurre, et le régal est assuré.



Pour finir, le pomelo est le dessert rêvé des repas d'été ou de ceux qui surveillent leur ligne. Coupé en deux, nature ou juste caramélisé avec vanille et miel sous le grill du four, il clôture un repas avec légèreté et gourmandise. Il est aussi idéal dans des salades de fruits où l'orange et le kiwi sont à l'honneur.
Tartes et gâteaux lui conviennent aussi parfaitement au même titre que l'orange. Prêtez-lui alors les mêmes recettes qui prendront une toute autre dimension grâce à sa petite note amère. Sans parler des marmelades et écorces confites qui gagnent à être essayées...



N'hésitez pas enfin à simplement vous délecter de son jus fraîchement pressé et aussi riche en vitamine que la pulpe. Seul ou mélangé à d'autres jus de fruits, voilà une boisson désaltérante à souhait.

 

 

 

Les fruits - La pistache -

Publié à 10:53 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - La pistache -

 

Histoire

 

De forme ovoïdale, la pistache est entourée d'une coque dure qui se fend en deux lorsque le fruit est mûr. La graine située à l'intérieur est de couleur verte et recouverte d'une légère peau rouge. La pistache fait partie de la famille des anacardiacées et est friande du climat méditerranéen.

 

Originaire d'Asie centrale et d'Asie Mineur, la pistache fut introduite en France au XVIIe siècle. On la surnomme alors : " amande de Persie ". Ce fruit sec fut longtemps considéré comme le fruit idéal par les explorateurs et grands voyageurs car facile à glisser dans un sac et riche en énergie. Ce n'est qu'au XIXe siècle que cette graine fait son apparition aux Etats-Unis et plus particulièrement en Californie, où le climat est plus propice à sa culture.

 

Aujourd'hui, le premier producteur de pistache au monde est l'Iran, qui détient 38 % du marché. Mais les Etats-Unis progressent de plus en plus dans la culture de la pistache avec, à l'heure actuelle, 28 % des parts du marché.

 

 

Bienfaits

 

La pistache est un aliment très énergétique. Il apporte 581 kcal pour 100 g consommé. C'est également une forte source de potassium, de cuivre, de fer et de phosphore.

 

Elle contient des vitamines B6 et C et présente une quantité élevée de fibres qui facilite une bonne satiété. La pistache, grâce à son apport d'antioxydants non négligeable, permet de prévenir les maladies cardiovasculaires. Elle serait également un aliment utilisé pour réduire le mal de dent, ainsi que les risques de sclérose du foie.

 

 

Dégustation

 

La pistache est un fruit sec facile à manger. Délicieuse grillée et salée, elle se présente comme l'amuse gueule idéal pour des apéritifs improvisés.Elle se prépare également entière, moulue, hachée, salée ou non. On peut aussi la déguster crue.

 

On retrouve la pistache dans des terrines et pâtés, des sauces ou encore des farces à viandes. Pour ce qui est du sucré, la pistache s'intègre parfaitement dans les gâteaux, crèmes dessert ou glaces.

 

Astuces : pour utiliser la pistache dans vos pâtisseries, il est préférable d'opter pour de la pâte à pistache et non des pistaches, entières ou concassées, non-salées et grillées. En effet, à la cuisson, celle-ci remontent sur le haut du gâteau. Autrement, la pâte à pistache, elle, s'incorpore parfaitement aux pâtes à gâteaux ou crèmes, les parfume et leur donne une jolie couleur.

  

Conservation

 

La pistache étant une graminée, elle ne supporte pas très bien le contact avec l'humidité. Pour une bonne conservation, on peut la laisser dans sa coque et la placer au réfrigérateur dans un bocal hermétique. Elle se conservera ainsi durant 3 mois.

 

Pour prolonger sa conservation, on peut également la placer dans un étui hermétique au congélateur, ce qui permettra de la garder un an. Si les pistaches n'ont plus leur coquille, elles ne peuvent plus être congelées. Il faut donc opter pour le réfrigérateur.

Les fruits - La pastèque -

Publié à 09:25 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - La pastèque -

 

Histoire

 

Originaire d'Afrique et plus précisément de la vallée du Nil, la pastèque est le fruit d'une plante annuelle à tige grimpante. Elle peut peser entre 3 et 5 kilos, ce qui fait d'elle l'un des fruits les plus gros de la famille des cucurbitacées.

 

 
Très peu cultivée en France, elle provient avant tout d'Espagne, d'Italie, des Etats-Unis, d'Afrique et de Turquie , où elle est récoltée l'été. Ronde ou ovale, la pastèque a une écorce lisse, d'un vert uniforme ou marbré. On en distingue trois variétés essentielles, selon la couleur de leur chair et de leurs graines :

 

 

 
- Chair rouge et graines noires, ce sont les plus courantes sur les marchés , notamment la Sugar Baby (peau vert foncé et chair très sucrée) et la Charleston (forme allongée et peau marbrée)

 

- Chair jaune et graines noires ou blanches

 


- Chair blanche et graines rouges, c'est la pastèque d'hiver ; elle mûrit en novembre et se consomme exclusivement en confiture.

 

 

 

Bienfaits

 

Parce qu'elle est juteuse et très peu sucrée, la pastèque désaltère et rafraîchit sans aucun risque pour la ligne : moins calorique que la fraise et la framboise, pourtant si légères, une généreuse tranche de 100 g ne fournit que 30 calories

 

Sa richesse en eau (92 %) lui permet de concentrer une quantité intéressante de minéraux et d'oligo-éléments, à commencer par le potassium (110 mg/100 g). Ainsi, elle participe efficacement à la couverture des besoins essentiels de l'organisme.


Ce gros fruit, vedette de l'été, renferme également un bel éventail de vitamines, en quantité modérée mais non négligeable. Une portion de 200 g parvient, en effet à couvrir 25 % des besoins recommandés en vitamine C. Sa peau épaisse met aussi à l'abri une quantité intéressante de vitamines Bainsi qu'une bonne dose de carotène (provitamine A) aux propriétés antioxydantes.

 

 

Dégustation

 

Choisissez-la lourde, d'aspect cireux et brillante. Tapotez légèrement son écorce : elle ne doit pas sonner creux. Une tâche jaunâtre sur son écorce est souvent le signe que la pastèque a suffisamment mûri au soleil. Préférez toujours un fruit entier, car la fraîcheur de ceux déjà coupés n'est pas garantie.
Enfin, en voyage dans les pays du Sud, évitez d'acheter les tranches si tentantes vendues sur les trottoirs. Soleil ardent et manque d'hygiène en font De vrais nids à microbes...



Conservez-la quelques jours au réfrigérateur car la chaleur accélère le mûrissement et rend la chair farineuse. Envelopper la partie découverte dans du film alimentaire est la seule précaution à prendre avec ce fruit anti-choc.



Consommez-laen tranches, en croquant dans sa chair à pleines dents . Délicieusement sucré, son jus rafraîchit à tout moment de la journée. La pastèque se glisse également dans une salade ou sur des brochettes de fruits, en cubes, en billes (à l'aide d'une cuillère parisienne). Pensez alors à la débarasser de ses graines, à moins que vous n'ayez choisi une variété sans pépin.
Un peu d'originalité : quelques tours de moulin à poivre transforment cette même tranche en entrée piquante. Sa chair se consomme aussi mixée, pour confectionner un granité, ou avec de l'eau gazeuse et du jus de citron pour concocter une boisson très désaltérante.



Mais la pastèque peut aussi s'incorporer dans des mets salés. Glissée en cubes dans le jus de cuisson des viandes, comme le mouton ou l'agneau, elle donne une étonnante sauce, épaisse, mais surtout dégraissée.
Utilisée comme condiment aux Etats-Unis, elle est, là-bas, confite dans du vinaigre. Elle sert également de base à la fabrication de la bière en Russie.
La pastèque d'hiver, à la chair blanche, est très utilisée quant à elle, pour réaliser des confitures. Son goût peu prononcé mérite d'être accentué par des zestes d'agrumes. Avis aux artistes qui sauront sculpter son écorce vidée en panier pour recevoir salades de fruits et sangrias lors de buffets raffinés.



Enfin, sachez qu'en Israël, on est très friand de ses pépins séchés et salés, que l'on déguste devant la télévision ou à l'heure de l'apéritif.

 

 

Les fruits - Le Pamplemousse -

Publié à 08:01 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - Le Pamplemousse -

 

Histoire

 

Le pamplemousse est un fruit originaire de Malaisie. Son nom vient du néerlandais "pomplemoes", qui signifie "gros citron". Son nom scientifique est "citrus maxima" ou "citrus grandis". Il appartient à la famille des rutacées. On le confond souvent avec le pomélo, qui est plus petit, et que l’on appelle communément pamplemousse.


 

On pense que le pamplemousse était déjà cultivé en Chine plus de 2000 ans avant notre ère. Il pourrait même avoir été cultivé bien avant en Malaisie, les variétés de pamplemousse y étant particulièrement nombreuses. C’est au XIIe siècle que ce fruit fut introduit en Europe, en Espagne plus précisément.


 

Il est aujourd’hui essentiellement consommé dans certains pays équatoriaux, là où les conditions climatiques permettent au fruit de mûrir suffisamment pour être comestible. Les pays où le pamplemousse est le plus cultivé sont la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie, le Vietnam et la Chine.


 

Ce fruit, de 18 cm de diamètre en moyenne, pèse 2 kg environ. De forme arrondie, le pamplemousse peut être aplati aux extrémités ou avoir une forme de poire.

 

Bienfaits

 

Le pamplemousse est particulièrement riche en vitamines C : il en contient autant que l’orange mais vous fournit deux fois moins de sucre. Consommer du pamplemousse est donc source d’énergie pour votre organisme. Il vous apporte aussi de la vitamine A, qui favorise la croissance des os et des dents et permet de garder la peau en bonne santé. Son apport en cuivre est également intéressant, car c’est un constituant de plusieurs enzymes, notamment celles servant à la formation du sang et des tissus.

 

On attribue au pamplemousse de très nombreuses propriétés médicinales. On considère notamment qu’il favorise la digestion et possède des propriétés dépuratives. Il est ainsi l’allier indispensable du régime amaigrissant. On lui confère, par ailleurs, des propriétés antiseptiques, qui permettent donc d’éviter les infections.


 

Certains composants du pamplemousse, notamment la vitamine C, peuvent avoir des effets anti-oxydants, qui permettent de diminuer les risques de maladie, comme les maladies cardio-vasculaires et les cancers. Les pamplemousses roses et rouges auraient d’avantage de propriétés anti-oxydantes que les pamplemousses blancs.


 

Si le pamplemousse possède de nombreuses qualités nutritionnelles, il peut également entraîner des réactions indésirables, lorsqu’il est consommé par une personne qui suit certains traitements médicamenteux particuliers. Renseignez-vous auprès de votre médecin.

 

Conservation

 

Vous pouvez conserver le pamplemousse une semaine à l’air ambiant. Il se conservera environ un mois dans le bac à légumes du réfrigérateur, dans une boite hermétique. Vous pouvez congeler le pamplemousse de deux façons : soit entier, après l’avoir pelé, soit en jus.

 

Dégustation


 

Le pamplemousse doit avoir une peau lisse et être bien ferme. Si sa peau possède des marques rosées, le fruit sera probablement très parfumé et juteux. Un pamplemousse assez lourd est également le signe d’un fruit juteux. Laissez les fruits dont la peau est terne et flétrie, ils sont déshydratés et leur jus sera amer.


 

Le pamplemousse peut être préparé de multiples façons : en jus de fruit, en entrée, en plat de résistance et en dessert.


 

Avant de préparer du jus de pamplemousse, sachez que les agrumes sont plus juteux lorsqu’on les laisse à l’air libre. Pour recueillir un maximum de jus, roulez le fruit en l’appuyant avec la main sur votre surface de travail, avant de le presser. Ce jus peut ensuite vous servir pour préparer des sorbets et des glaces.


 

On peut manger le pamplemousse de la façon la plus simple qui soit : en mangeant directement la chair après avoir coupé le fruit en deux et y avoir éventuellement ajouté du sucre. Le jus de pamplemousse peut par ailleurs servir de substitut au vinaigre ou à la vinaigrette, pour assaisonner une salade verte. Vous pouvez éventuellement y ajouter un petit peu d’huile d’olive. Enfin, des morceaux de pamplemousse garniront agréablement une salade composée.


 

Le pamplemousse se marie très bien avec la volaille. Vous pouvez par exemple faire mariner du poulet dans du jus de pamplemousse auquel vous aurez ajouté de l’ail et du piment. Il s’accommode également parfaitement avec les fruits de mer, notamment avec les crevettes, et le poisson. Enfin, vous pouvez le préparer avec du foie gras, en terrine ou poêlé.


Pour un désert léger, vous pouvez enlever la peau et les pépins, puis saupoudrer la chair de cassonade avant de la mettre quelques minutes au four, en mode grill. Le pamplemousse peut naturellement être ajouté dans une salade de fruits. On peut également faire de la confiture avec la peau du pamplemousse, qui se détache très bien. Cette confiture a la particularité d’avoir un goût amer.

 

Familles

 

Il existe quatre variétés de pamplemousse, elles-mêmes divisées en sous variétés :


 

- Pomélo blanc ou sanguin: sa chair est blanche et sa saveur est sucrée et parfumée. C’est cette variété que l’on nomme injustement "pamplemousse" sur les étalages de nos marchés.

 

- Pamplemousse blanc : de forme sphérique, il peut avoir les extrémités légèrement aplaties. Il est deux fois plus gros qu’une orange et sa peau est jaune. Sa chair, à la fois croquante et juteuse, a un goût légèrement acidulé et un peu sucré (variétés : Royal, Marsch d’Israël).

 

- Pamplemousse rose : sa peau est jaune et parfois rosée. Sa chair rosée est croquante et juteuse et sa saveur est parfumée et sucrée. Il n’est pas aussi amer que le pamplemousse blanc (variétés : Ruby, Red Blush).

 

- Pamplemousse sanguin : cette variété est proche du pamplemousse rose, mais sa chair peut être rouge, selon les variétés, et elle est plus sucrée.

Les fruits - L'orange

Publié à 18:35 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - L'orange

 

Histoire

 

L'orangerest un petit arbre du groupe des agrumes, cultivé dans les pays méditerranéens et dans les régions chaudes. Son fruit est rond à peau orange, parfois veinée de rouge, dont la pulpe juteuse et acidulée, est divisée en quartiers, avec ou sans pépins.

 

On a retrouvé la trace d'orangers datant de 2200 ans avant notre ère en Chine. Mais pour certains, les fameuses "pommes d'or" du jardin des Hespérides, n'étaient autres... que des oranges, ou plus exactement des bigarades (oranges amères).

 

 
En Afrique du Nord, la culture de l'oranger remonte au début de notre ère, mais, l'orange douce, telle que nous les consommons aujourd'hui, a été introduite en Europe au XVème sièclepar les marchands génois et portugais qui l'introduisirent aussi en Amérique. Des abris spéciaux ont été construits pour produire dans nos régions ce fruit du soleil, comme l'Orangerie du château de Versailles que l'on peut visiter.

 

 

Jusqu'au début du XXème siècle, l'orange est restée un fruit rare que l'on offrait aux enfants à Noël. Robespierre fut traité de "sybarite" (personne menant une vie facile et voluptueuse) parce qu'il se faisait servir des pyramides d'oranges.

 



Aujourd'hui, l'orange est le deuxième fruit le plus consommé en France après la pomme. Elle provient essentiellement d'Espagne, du Maghreb (de novembre à mai, ce sont les meilleures), d'Israël, d'Italie, d'Afrique du Sud et des Etats-Unis (en été). En France, il existe une petite production de cette agrume localisée en Corse et dans les Pyrénées-Orientales.

 

 

 

Il existe 4 grands groupes d'oranges :

 

 
- les navels sont caractérisées par la présence d'un petit embryon de fruit interne (navel signifie "nombril" en anglais), elles n'ont pas de pépins et sont précoces (dès la fin octobre).

 


- les blondes sont des oranges d'hiver à chair claire, provenant surtout d'Israël, de la région de Jaffa.
- les sanguines(maltaise, moro) ont une peau et une pulpe plus ou moins veinée de rouge, elles sont vendues de décembre à avril.


- les tardives, à chair claire, avec peu de pépins, viennent surtout d'Espagne (valencias) et de l'hémisphère sud.

 

 

 

Bienfaits

 

C'est bien connu, l'orange est riche en vitamine C (53 mg/100 g) : une orange moyenne permet de couvrir pratiquement l'apport quotidien recommandé ! De plus, la peau épaisse protège le fruit de l'oxygène de l'air qui détruit la vitamine C. L'orange est donc le fruit de l'hiver par excellence puisque que c'est en cette saison qu'il est le meilleur et que la vitamine C est idéale pour lutter contre le froid et la fatigue.

 

Autre atout et non des moindres, l'orange a un apport énergétique modéré(45 kcal/100 g). Alors, chaque matin, ayez le bon réflexe : une orange pressée (bien meilleure que du jus en brique et bien moins calorique car sans sucre ajouté), à consommer sans attendre pour bénéficier de toute ses vitamines.

 

Moins connu, l'orange est aussi une excellente source de calcium (40 mg/100 g au lieu de 10 mg/100 g pour la plupart des fruits). De plus, la présence d'acides organiques dans le fruit joue un rôle favorable dans l'assimilation calcique. Ainsi, l'utilisation biologique du calcium de l'orange apparait voisine de celle du lait, modèle en la matière.

 

Enfin, ses acides organiques excitent les sécrétions digestives, et facilitent une bonne assimilation des aliments. D’où l’intérêt d’un jus d’orange pris en apéritif ou d’une orange dégustée en dessert, même après un repas un peu copieux.

 

 

Dégustation

 

Choisissez des oranges fermes et lourdes, avec une peau lisse et brillante. Prenez des oranges non traitées si vous prévoyez d'utiliser le zeste ou l'écorce. Et bien sûr, en fonction de leurs utilisation, prenez des fruits de bouche (comme les Navels) ou des fruits à jus (comme les Valencias).

 

Conservez les oranges environ une semaine à température ambiante, ou un peu plus longtemps en les mettant dans le bac à légume du réfrigérateur.

 

Consommez-les tout simplement entières ou pressées, au petit-déjeuner, en dessert ou à la pause lors d'une balade.

 
L'orange est aussi très utilisée en pâtisserie et confiserie : coulis, soufflé Grand Marnier, moelleux, orangettes, confiture, crème, pain d'épices, oranges caramélisées... L'écorce confite sert d'ingrédient ou de décor à de nombreux entremets et gâteaux.
L'orange est également présente dans de nombreuses boissons : jus, sirop, sodas, liqueur, punch…
Enfin, l'orange se cuisine aussi avec de la viande et du poisson :

confit de porc à l'orange, Saint-Jacques à l'orange, poulet à l'orange, rôti de porc à la liqueur d'orange...

 

 

Le saviez-vous ??????

 

L'eau de fleur d'oranger ne provient pas de l'oranger mais du bigaradier (qui produits des orange amères). C'est une essence extraite par distillation des fleurs du bigaradier et utilisée comme arôme en pâtisserie.
- C'est aussi avec la bigarade ou orange amère qu'on fabrique le Curaçao, liqueur qui se consomme en digestif et s'emploie pour confectionner des cocktails ou des plats (crêpes Suzette, canard à l'orange, etc).
- Pour parfumer vos armoires, vous pouvez confectionner des "pommes d'ambres". Cette ancienne coutume anglo-saxonne consiste à couvrir une orange de clous de girofle. Des rondelles d'oranges séchées peuvent aussi donner une note acidulée à un pot-pourri.

 

 

 

 

 

 

Les fruits - Olives -

Publié à 18:17 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - Olives -

 

Qu'elle soit verte ou noire, l'olive détient une saveur unique et délicieuse, qui a séduit l'homme depuis bien des temps. Ce petit fruit fait aujourd'hui partie intégrante d'une culture : la culture méditéranéenne.

 

 

Histoire

 

L'olive fait partie de la famille des oléacées. Fruit de l'olivier, elle est originaire des régions méditerranéennes. Elle est de forme ovale, sa peau lisse recouvre une chair charnue, riche en matière grasse, enveloppant un noyau.
Il existe de nombreuses variétés d'olives, dont une centaine en France, mais seulement une quinzaine sont cultivées.
On distingue également l'olive verte de l'olive noire, qui sont, au final de la même espèce, mais récoltées à deux moments différents de l'année. Dans les variétés célèbres, on compte la picholine, la solenenque ou encore la caillette.

 

C'est il y a 14 000 ans en Asie mineure qu'apparaît l'olive à l'état sauvage. Ce n'est qu'à l'Antiquité que l'on retrouve des traces de sa culture, notamment en Afrique du Nord. Elle fut ensuite introduite en Europe occidentale au début du premier millénaire par les Phéniciens.

 

Les olives ainsi que l'huile d'olive se sont vu attribuer de nombreux symboles au fil du temps. Ainsi, durant la Grèce antique, huile et les fruits de l'olivier étaient considérés comme signe de force et de sagesse, on parlé aussi d'un symbole de victoire, puisque ceux-ci étaient offerts comme trophée aux vainqueurs des Jeux Olympiques d'Athènes. On associe aussi l'olivier et ses fruits à la longévité et l'espérance puisque dans le Sud de l'Europe, il y aurait des arbres multi centenaires. On parle encore de paix et réconciliation ou de fidélité, autant d'associations qui font partie intégrante de la culture du Sud.

 

 

Bienfaits

 

Les bienfaits différent, selon que l'on parle du fruit ou bien de l'huile

Pour l'olive verte, on retiendra qu'elle est riche en potassium et moins saine à consommer que la noire. Celle-ci justement contient unegrande quantité de sels minéraux dont le phosphore, le calcium, le potassium, le fer, le cuivre ou encore le manganèse. Un cocktail "booster" de santé.

 

Du côté de l'huile d'olive, ses bienfaits étaient déjà reconnus en -460 avant Jésus Christ. A cette époque, elle était recommandée pour soulager les courbatures.

 
Aujourd'hui, on continue à l'utiliser pour entretenir le corps et la santé. L'huile d'olive intègre de nombreux produits finis destinés aux soins du corps, grâce à ses vertus relaxantes et tonifiantes pour la peau.

 

Son faible apport calorique permet de la considérer comme une matière grasse idéale pour réduire le taux de cholestéroldes personnes sujettes à ce type de maladie. De plus, boire une cuillère à café d'huile d'olive tous les matins permet de prévenir le corps des risques de maladies cardiovasculaires.
Enfin, cette huile de couleur verte possède des vertus digestives et anti oxydantes.

 

 

Conservation

 

Que ce soit pour l'huile d'olive, l'olive verte ou l'olive noire, la conservation reste similaire. Il faut les stocker dans un bocal ou bouteille, hermétique que l'on place dans un endroit frais sec et sans lumière. Mais attention, ceci n'est valable pour les olives que si elles sont dans un bocal de saumure qui n'a pas était ouvert. On peut donc conserver le tout au moins pendant une année. Autrement, il faut mettre le pot d'olives entamé au frais, en évitant d'y introduire des saletés, celles-ci pouvant se transformer en moisissures. Elles se conservent alors 2 à 3 semaines maximum.

 

 

Dégustation

 

Les variétés d'olives utilisées varient selon l'usage que l'on en fait. On ne prendra pas les mêmes olives pour faire de l'huile ou des condiments.

 

Pour les olives, après avoir été récoltées, elles ne sont comestibles qu'une lavée et mises en saumure. Ce qui prend un bon mois.

 

 
Les olives vertes et noires ne se dégustent pas de la même façon. La verte, on l'utilisera en condiment pour l'apéritif, marinée avec de l'ail des poivrons, des anchois, ou encore cuite dans des plats en sauce tels que le lapin aux olives.

 


Pour ce qui est de la noire, on l'utilise également en tant que condiment à l'apéritif, mais aussi en garniture de salades froides.

 


Avec les olives, de préférence les noires, on peut faire de la tapenade, une pâte d'olive à tartiner, qui peut être additionnée à des anchois.

 

 

 

Les olives permettent enfin de fabriquer la fameuse huile d'olive, obtenue après broyage et pressage des fruits. Elle fait partie des meilleures huiles alimentaires connues. Elle se mêle parfaitement à de nombreux pas pour assaisonner, mais attention à ne pas l'utiliser comme huile de cuisson, car elle perd dans ce cas tous ses bienfaits.

 

 

 

 

Les fruits - noix de coco -

Publié à 18:00 par acoeuretacris Tags : fruits
Les fruits - noix de coco -

Histoire

 

 

Fruit exotique de la famille des palmacées, la noix de coco est originaire de Malaisie. Elle est considérée par les hindous comme la forme la plus pure d'offrande aux dieux. Ne possède-t-elle pas en effet trois yeux, les deux yeux physiques de l'homme et son troisième oeil, symbole de la conscience ?

 
Découverte par Marco Polo au début du 14ème siècle, ce n'est que 200 ans plus tard que le monde occidental finit par la connaître. Elle emprunte son nom à l'italien cocho qui signifie coque.

 



Le cocotier, qui pousse en bordure de plages, porte des grappes de drupes vert pâle. A l'intérieur de celles-ci, on trouve 5 à 6 noix de coco (ou coprah), à différents stades de maturité. Ce sont donc de véritables régimes de 10 à 20 fruits qui se trouvent sous l'aisselle de ces grands arbres de 40 mètres de hauteur. Mûres, elles tombent au sol.

 


Chaque noix, qui pèse en moyenne 1 à 1,5 kg (voire plus !), est constituée d'une première écorce fibreuse et brune, appelée épicarpe. Ces fibres résistantes et imputrescibles sont d'ailleurs utilisées dans les pays producteurs pour confectionner des cordages, des tapis... Sous celle-ci se cache une coque brune très dure, appelée endocarpe. C'est à l'intérieur de ses parois que se trouve la pulpe comestible de la noix de coco, qui porte le nom d'albumen. Et à l'intérieur de la cavité, enfin, repose la fameuse eau de coco, un liquide clair et trouble.



Produite principalement en Côte d'Ivoire, en République Dominicaine, mais aussi à Ceylan, au Kenya et aux Philippines, elle est disponible tout au long de l'année sur les étals des marchés bien qu'elle soit plus abondante en automne et hiver.

 

 

Bienfaits

 

 

Contrairement à la plupart des fruits frais, la noix de coco est très riche. Ainsi, elle affiche un apport calorique assez élevé : 353 kcal/100 g. Ainsi, elle constitue une très bonne source d'énergie et transforme les préparations où elle se glisse en véritables "coup de fouet". Sachez cependant que son eau est bien plus légère (23 kcal/100 g) et permet d'aromatiser les plats à moindre coût calorique.

 

La noix de coco apporte une très grande diversité de minérauxet d'oligo-éléments, à commencer par le potassium (380 mg/100 g), mais aussi le phosphore, magnésium, fer, cuivre, zinc... Elle permet donc de faire le plein de tous ces nutriments, essentiels au bon fonctionnement des cellules, qui manquent souvent à notre alimentation quotidienne. Elle renferme par contre peu de vitamine C, mais reste un bon fournisseur de vitamines B, importantes pour la bonne assimilation de l'énergie.

 

Enfin, la noix de coco est riche en fibres (9,5 g/100 g) d'excellente qualité et d'autant mieux tolérées que la pulpe est la plupart du temps consommée mixée. Avec elle, les problèmes de transit ne sont plus qu'un mauvais souvenir...

 

 

Dégustation

 

Choisissez-la lourde et bien pleine, sans fêlures. Ses yeux doivent être intacts et surtout pas moisis.



Conservez-laentière jusqu'à deux mois à température ambiante. Par contre, une fois ouverte, sa pulpe s'oxyde vite et doit absolument être mise à l'abri dans de l'eau fraîche. Malgré tout, vous ne pourrez guère la garder plus de 24 heures, au réfrigérateur. Râpée enfin, elle reste disponible pendant plusieurs mois, protégée dans un récipient hermétique.



Consommez-laaprès avoir procédé à sa périlleuse ouverture. Tout devrait bien se passer si vous suivez cette technique : percez deux de ses yeux (à l'aide d'un tire-bouchon par exemple). Videz son eau. Filtrez celle-ci avant de la réserver pour une utilisation ultérieure. Ensuite, placez la noix dans un four chaud pendant une diaine de minutes. Là elle devrait s'ouvrir en deux. Cela vous évitera ainsi d'avoir à utiliser un marteau, voire une hachette comme le font les Créoles. Il faudra ensuite prendre soin de la rincer avant de détacher sa chair à l'aide d'un couteau pointu.



Bien qu'elle soit délicieuse à croquer, fraîche, c'est une fois râpée qu'elle est le plus couramment utilisée. Ainsi, elle se glisse dans les plats de viandes et de poissons, notamment dans les currys de poulet ou de boeuf.

 


C'est d'ailleurs un ingrédient phare des cuisines indienne, indonésienne, africaine et sud-américaine. De quoi apporter une touche d'exotisme à vos repas. Parsemez-la également sur des salades à base de fruits de mer et crustacés car leur mariage est divin.



Dans les desserts, elle est aussi parfaite. Entremets au chocolat, à la banane... elle se glisse dans toutes les pâtisseries mais aussi dans les biscuits. Elle se parsème aussi sur des crêpes ou des gaufres nappées de chocolat fondu, ou encore sur des coupes de glaces.
Elle permet de fabriquer des petits rochers fondants et gourmands, les congolais, tout simplement mélangée à du sucre et du blanc d'oeuf. C'est la touche d'originalité à apporter aux préparations classiques : pensez à en incorporer une poignée dans une compote de pommes, et celle-ci n'aura plus rien à voir !



Pour finir, la pulpe de la noix de coco se transforme aussi en confiture ainsi qu'en glace ou en sorbet rafraîchissant, celui-là même pour lequel vous craquez toujours au restaurant japonais, si parfumé et tellement bien présenté dans sa coque...



L'eau de coco, quant à elle, est une délicieuse boisson désaltérante. Cela dit, elle peut servir en cuisine et notamment se substituer à l'eau de pochage d'un poisson, qui s'aromatisera délicatement de son goût. De même, faites-y cuire le riz ou encore, utilisez-la comme marinade pour les viandes et les poissons.



Par ailleurs, ne confondez pas eau et lait de coco. Le second n'est pas naturel. Il est réalisé à partir de la pulpe mixée et pressée avec de l'eau bouillante. Quant à la crème de coco, c'est du lait bouillant qui remplace l'eau. C'est avec ce lait ou cette crème que l'on peut réaliser de savoureux cocktails softs, ou alcoolisés comme la fameuse piña colada.

 

 

 

 

 

 

 

 

1 2 3 4 5 6 | >>> | Dernière page