Thèmes

animaux années 50 antiquité aquariophilie eau douce arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Préhistoire - (25)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Blogs et sites préférés

· aerin
· ange
· Anne
· arcus
· Arnaud
· Audrey
· babethhistoires
· Beatrice.
· Beatrice
· Brigitte.

Voir plus


Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Arbres fruitiers -

Arbres fruitiers - généralités -

Publié à 10:32 par acoeuretacris Tags : arbre fruitier generalites
Arbres fruitiers - généralités -

 

Un arbre fruitier est un arbre cultivé spécialement pour ses fruits comestibles.

Un fruit est, pour les botanistes, une structure formée par l'ovaire mûr issu d'une fleur, contenant une ou plusieurs graines, mais seuls comptent ici les fruits ayant un intérêt alimentaire et économique pour l'homme. Fruit est entendu au sens large puisque dans certains cas c'est seulement la graine qui est récoltée, par exemple dans le cas du caféier ou du châtaignier.

 

fruits.jpg

 

Cependant tous les fruits consommés par l'homme ne sont pas produits par des arbres : certains sont produits par des plantes herbacées, soit plantes potagères ou maraîchères telles melon, pastèque et fraisier, sans oublier le bananier qui est une plante herbacée géante, ou l'ananas, par des arbustes et arbrisseaux, tels le framboisier, le groseillier ou la myrtille, également cultivés dans les jardins, le kiwi ou la vigne.

 

hebergeur image

 

Par ailleurs, les arbres fruitiers peuvent être intéressants pour d'autres aspects que les fruits : pour leur bois (on parle parfois de fruitiers forestiers, pour leurs propriétés médicinales, ou comme plantes ornementales par exemple.

 

La culture des arbres fruitiers se pratique de différentes manières :

 

- l’arboriculture familiale se pratique dans le jardin des particuliers, souvent peu productive, elle vise seulement à satisfaire, plus ou moins complètement, aux besoins du ménage ;

 

- l’arboriculture intensive se pratique dans des vergers spécialisés, souvent palissés, en vue d’approvisionner les marchés soit en fruits frais, soit en fruits destinés à la transformation industrielle (conserverie, confiturerie…). Il s’agit souvent de la spéculation principale des exploitations concernées, que l’on trouve surtout dans certaines régions qui réunissent les conditions de sol et de climat adaptées à chaque espèce.

 

hebergeur image

 

-l’arboriculture extensive ou agro-sylviculture, source secondaire et complémentaire de revenus pour certaines exploitations agricoles, concerne surtout des arbres de haute-tige, très espacés pour laisser la place à des cultures complémentaires, notamment des prairies. Elle fournit surtout des fruits d’industrie, par exemple des pommes à cidre. Certains arbres, surtout à fruits secs (noyers, châtaigniers) sont parfois cultivés en arbres d’alignement le long des chemins et des routes secondaires, ou dans le bocage.

 

hebergeur image

Pommiers à cidre

 

- les fruitiers forestiers (merisier, sorbier, alisier, cormier, poirier et pommier sauvages), s'ils ont été bien coupés et séchés sont recherchés pour leurs qualités esthétiques et technologiques (grain fin, bois dur, couleurs chaudes...) qui conviennent particulièrement à certains usages ((sculpture, menuiserie, ébénisterie, bois d'instruments de musique et certains besoins de petits artisans). Ils peuvent atteindre des prix très élevés. A titre d'exemple, l'alisier torminal s'est acheté à des prix atteignant 3 000 €/m3 en 2008, soit trois fois le prix du m3 de chêne de très bonne qualité et jusqu'à 100 fois le prix du m3 de chêne de mauvaise qualité.

hebergeur image

 

De nombreux pathogènes (virus, bactéries, champignons) et parasites attaquent toutes les parties de l'arbre, le bois des troncs et des racines (scolytes), les branches et rameaux et les feuilles (pucerons),

 

hebergeur image

Pucerons

 

les bourgeons et les feuilles, les fleurs, les fruits (carpocapses, tordeuses...).

 

hebergeur image

 

Certains oiseaux sont considérés comme ravageurs des fruits (Merles, étourneaux) ou des bourgeons (mésanges), mais en consommant de grandes quantités d'insectes parasites, des oiseaux tels que la mésange augmente fortement la productivité d'un verger, ce pourquoi on leur y offre parfois des nichoirs (agriculture biologique, lutte intégrée). Souvent les vergers industriels sont attaqués par des pathogènes opportunistes, ne posant généralement pas de problème dans la nature (Pseudomonas syringae par exemple, voire utiles car contribuant à la fertilité des sols ou au recyclage de la matière organique) ici fortement favorisés par la promiscuité des arbres et leur homogénéité génétique.

 

hebergeur image

 

La régression des abeilles, sans doute en partie à cause des pesticides est une cause de perte de rendement, notamment des arbres de haute-tige en zone d'agriculture intensive, pour les espèces qui ne peuvent être pollinisés que par des abeilles ou principalement par elles.



Arbres fruitiers - Abricotier -

Publié à 13:31 par acoeuretacris Tags : arbre fruitier abricotier
Arbres fruitiers - Abricotier -

 

 

Abricotier


Elégant du printemps jusqu’à l’automne, l’abricotier illumine le verger de sa floraison précoce. Le plein air, une terre bien drainée et les rayons du soleil, l’abricotier n’en demande pas plus pour s’épanouir. Ses fleurs laissent la place aux fruits rouge blush ou orange en été. Sucrés et légèrement acidulés, les abricots sont déclinés à travers une trentaine de variétés en France. Détrompez-vous, il n’y a pas que dans le Sud qu’on peut faire pousser ce fruit du soleil…

 


abricotiers-en-fleurs-a-1d0b7d9.jpg

 

Un régal pour les yeux et pour les gourmands !

Des fleurs blanc-rosé décoratives et autofertiles apparaissent à la mi-mars. Ensuite, le fruit ovale jaune orangé à l’épiderme duveteux murit de la fin juin à la mi-août. On observe jusqu’au feuillage luisant, arrondi et porté par de longs pétioles. Cet arbre fruitier peut atteindre jusqu’à 5-6 mètres de hauteur environ comme l’abricot « Rouge du Roussillon », mais il existe également des variétés naines comme le « Garden Aprigold ».

 


Fruit du soleil

Généralement cultivé dans le Bassin Méditerranéen, l’abricotier réclame un climat chaud. Sa floraison précoce craint les gelées printanières. En région froide, palissez-le contre un mur exposé au sud qui le protègera des vents violents. Des variétés adaptées à votre région vous garantiront une bonne productivité. Ainsi, les variétés « Luizet », « Pêche de Nancy » et « Polonais » résistent bien au froid. La « Rouge du Roussillon »et la « bergeron » sont habituellement cultivées dans le Midi mais elles peuvent être plantées dans le Nord car elles craignent peu le gel. Enfin, la« Muscat », résistant bien à la sécheresse, garde sa place dans le Sud. Associez les variétés précoces, celles de moyenne saison et les tardives, vous prolongerez ainsi la dégustation. Dans le commerce, vous trouverez souvent des variétés greffées sur des amandiers et des pruniers généralement.


Pour que l’abricotier grandisse et offre des rendements satisfaisants, plantez-le dans un sol profond et bien aéré car il redoute l’humidité. Il accepte un sol calcaire voire caillouteux. Veillez à ce que celui-ci soit toujours bien désherbé pour éviter la prolifération de champignons dans les adventices. Pour cela, travaillez le sol à la binette et placez un plastique noir maintenu par quelques mottes de terres ou un paillage, particulièrement l’été.

 


abricot-rougeduroussillon-darnaud.jpg

Abricots "Rouge du Roussillon"

 


L’abricotier nécessite un arrosage fréquent en saison estival, (environ 20 litres le premier été). Evitez de lui apporter de l’eau lors de la formation des fruits (vers la fin du printemps), ce qui risquerait de les faire tomber, ainsi qu’en automne pour ne pas relancer les arbres en végétation juste avant l’hiver. Arrosez de préférence dans une cuvette et une couronne que vous aurez ménagées au pied des arbres jeunes. Au fil du temps, on prendra soin d’éloigner ce système des troncs.

 


abricotier-l650-h474-c.jpg

 

 

Un arbre fragile

Le bois rigide et cassant de l’abricotier doit être entretenu, notamment à la base, qui se dénude facilement. Taillez les arbres de plein vent pour garder une silhouette équilibrée. Appliquez du mastic à cicatriser sur les plaies des grosses branches après la taille. Il est conseillé de faire une taille de fructification, c'est-à-dire sacrifier certains fruits au profit du bon port de l’arbre et de son rendement, au printemps. Vous pourrez alors envisager une belle récolte, jusqu’à 60 kg par arbre. Puis, en automne, arrachez seulement quelques branches abimées pour éclaircir l’arbre.

 


abricotiers.jpg

 

Abricotier malade ?

Dans un environnement trop humide, la moniliose apparaît. Cette attaque cryptogamique dénude les branches et annule la production. Pour la combattre, traitez avec de la bouillie bordelaise juste avant la floraison. Ramassez et brulez les fruits tombés au sol. En cours de végétation, il est conseillé de pulvériser une décoction de prêle. Vous trouverez également dans le commerce des traitements chimiques pour les fleurs et les pousses.

 

1921abri.jpg


L’abricotier est également sensible à l’oïdium qui recouvre les feuilles d’une poudre blanche. Elles se recroquevillent, les fleurs avortent et les fruits se fissurent. Pour une solution bio, traitez avec du petit lait ou du lait écrémé dilué : 1L de lait pour 9 L d’eau. Appliquez du purin d’ortie ou de prêle. Pulvérisez un fongicide à base de soufre pour une lutte respectueuse de l’environnement. Limitez les apports d’engrais azotés pour des feuilles moins tendres. En prévention, aérez le cœur de l’arbuste, coupez et brûlez toutes les parties atteintes. Chaque manipulation, de la plantation à l’entretien en passant par la taille doit être accompagnée d’un nettoyage des outils pour éviter la propagation des maladies.


Le secret du fruit

De la famille des rosacées, le Prunus Armeniaca est originaire d’Asie Centrale. Découvert en Arménie par les Romains, il est introduit en France dès la Renaissance. C’est grâce au jardinier de Louis XIV, qui a planté des abricotiers à Versailles, que l’abricot est un fruit apprécié. Il commence réellement à se développer au XVIIIème siècle. Aujourd’hui, la France est reconnue pour ses variétés qualitatives qui s’adaptent bien au climat.


abricots1.jpg

 


Le nom « abricot », Praecoquum malu , signifie « précoce » et renvoie à la précocité de la floraison. Cet « œuf du soleil », comme l’appelaient les Perses, reste à son stade de maturité une fois cueilli, il faut prendre soin de le cueillir bien mûr pour profiter au mieux de sa chair sucrée, très savoureuse et riche en vitamines A, B et C. Il dispose d’un noyau qui se détache facilement de la chair et dont on extrait l’huile d’amande douce. L’abricot présente des bienfaits pour la santé : il est riche en phosphore, en magnésium et en bêta-carotène. Et c’est en cosmétique qu’on le retrouve assez souvent car sa pulpe a des vertus astringentes et revitalisantes.


CARACTÉRISTIQUES



Hauteur à maturité :5 m
Origine :France
Rusticité :rustique
Exposition :soleil
Utilisation en jardin :isolé
Feuillage :caduc
Période de floraison :mi-mars
Mois de récolte des fruits :septembre, octobre
Période de plantation :automne-hiver hors gel
Utilisation :jardin
Fruits :comestible
Type de fruit :abricot
Couleur des fleurs :blanche