Thèmes

animaux années 50 antiquité arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour bonsoir

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Blogs et sites préférés

· aerin
· ange
· Anne
· arcus
· Arnaud
· Audrey
· babethhistoires
· Beatrice.
· Beatrice
· Brigitte.

Voir plus


Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Animaux - Félins -

Animaux - Félins - Le Chat sauvage d'Asie -

Publié à 11:25 par acoeuretacris Tags : animaux chat sauvage asie félins
Animaux - Félins - Le Chat sauvage d'Asie -

 

Le terme « chat sauvage » regroupe une multitudes d’espèces dont une grande majorité vit en Asie. En effet, les forêts humides de l’Asie du Sud-Est foisonnent de nombreux petits « chats » très discrets.
Certains ont une allure vraiment étonnante comme le chaus qui est un grand chat sauvage ou le chat de Mongolie qui ressemble étrangement au chat persan.

 

L'observation de ces petits félins est difficile. Ils vivent souvent dans des régions reculées et ne sortent qu'à la tombée du jour pour chasser.

 

Le chat orné


On le connaît également en Russie sous le nom de chat des steppes. Il est très proche du chat sauvage d’Europe mais un peu plus petit.
Il s’apprivoise très facilement et depuis des siècles, il vit en parfaite harmonie avec les hommes dans certaines régions.

 

photo-111226-L.jpg

 

On le rencontre dans les steppes et les forêts de l’ouest de l’Asie jusqu’au désert de l’Indus. Il mesure jusqu’à 80 cm pour un poids moyen de 6 kg.

 

Son nom scientifique est Felis silvestris ornata.

 

Le chaus


Egalement baptisé « chat des marais », le chaus (Felis chaus) est assez imposant avec une longueur qui peut atteindre 75 cm pour un poids de 10 à 15 kg.
Haut sur pattes, ses oreilles sont terminées par un pinceau de poils noirs. Il apprécie les bords des plans d’eau afin d’y chasser les grenouilles ou les oiseaux.

 

chaus.jpg

 

Chat des marais ou chat de la jungle (Felis chaus) en pleine chasse. Image L Shyamal

 

Cette espèce s'adapte à différents types d'habitat et n'hésite pas à roder autour des villages.
On le rencontre de l’Egypte à l’Indochine et au Sri Lanka.

 

Le Chaus peut s'apprivoiser avec beaucoup de patience.

 

Le chat viverrin


Egalement appelé « chat pêcheur », il chasse essentiellement les poissons, les grenouilles, les mollusques ou les crustacés.
Il fréquente les marécages et les régions humides de Sumatra, Java, de la Chine méridionale et de l’Inde.
Inutile d’essayer de le caresser, son poil est aussi rude qu’une toile de jute.

 

chat-viverrin-1.jpg

 

Le chat-pêcheur voit ses effectifs diminuer sous l'effet du piégeage et de l'absence d'efficacité de la règlementation. Image Duloup

 

Le plus étonnant chez ce chat sont ses pattes légèrement palmées qui lui permettent de nager plus vite. Et oui, la coutume qui veut que le chat déteste l’eau ne s’applique pas du tout au chat viverrin.

 

Il reste le plus souvent en embuscade sur la berge prêt à sauter sur le premier poisson venu.
Contrairement à ses cousins, ses griffes ne sont pas entièrement rétractiles. Il peut mesurer jusqu’à 85 cm de long pour un poids inférieur à 10 Kg.

 

chat-viverrin-2.jpg

 

Le chat viverrin adore l'eau. Image Sylvain de Munck

 

Son nom scientifique est Prionailurus viverrinus (Syn: Felis viverrina).

 

Le chat de Temminck


Egalement baptisé « chat doré d’Asie », ce chat sauvage peut vivre jusqu’à 3 000 d’altitude. C’est un chat téméraire qui n’hésite pas à attaquer des grosses proies comme de jeunes cerfs. Il emploie alors la même technique que les grands félins et plante ses crocs dans la gorge de sa proie.
On le reconnaît aux longues bandes blanches, parfois teintées de bleu, qu’il porte au sommet du crâne.

 

chat-temminck.jpg

 

Regard de feu pour ce chat de Temminck qui porte bien son surnom de chat doré d'Asie. Image Muzina Shangai .

 

On le rencontre du Népal à la Chine du Sud mais également à Sumatra. Il peut mesurer jusqu’à 1, 05 m de long pour un poids avoisinant les 20 kg.
Son nom scientifique est Catopuma temminckii.

 

Le chat de l’île Iriomote


C’est en 1967 que ce chat fut étudié pour la première fois par un naturaliste japonais. Cette espèce, inconnue jusqu’alors, est endémique à cette île du Japon.
Les scientifiques pensent qu’il dérive du chat du Bengale et qu’il a évolué différemment du fait de son isolement insulaire.

 

chat-ile-iriomote.jpg

 

C’est un petit chat de 50 à 60 cm de long dont la population globale ne dépasse pas les 100 individus.
Cette espèce est protégée. Un Parc national a été créé dans l'île. Mais, il a suscité la colère de la population locale qui souhaitait exploiter les terres pour leurs cultures. De ce fait, le chat d'Iriomote a été repoussé vers des terrains en altitude où les proies se font rares.

 

Son nom scientifique est Prionailurus iriomotensis (Genre incertain).

 

Le chat tacheté de rouille


C’est l’un des plus petits félidés au monde avec seulement 45 cm de long maximum. Il chasse les gros insectes et les petits mammifères.
On l’appelle également « chat roussâtre » en rapport avec la couleur de son pelage.

 

chat-tachete.jpg

 

Le chat tacheté est l’un des plus petits félidés au monde. Image Sylvain de Munck.

 

On a déjà observé des tigres du Bengale qui faisaient de ce petit félin un goûter.
Il évolue dans le Sud de l’Inde et au Sri Lanka.

 

Son nom scientifique est Prionailurus rubiginosus.

 

Le Manul ou chat de Pallas


Ce chat s’est parfaitement adapté aux grandes étendues des steppes d’Asie. Pour pouvoir chasser ses proies favorites, le lièvre et le pika, son ouie s’est particulièrement développée. Ses larges oreilles lui permettent d’amplifier les sons.
Il possède une fourrure très épaisse parsemée de poils blancs. Cette magnifique boule de fourrure hante la steppe et les montagnes d'Asie mineure et de Chine.

 

chat-pallas-5.jpg

 

Manul ou chat de Pallas. Image Keven Law

 

On l'appelle aussi Chat de Pallas. Il est peut-être à l'origine des races domestiques du Moyen-Orient à poils longs.

 

Son nom scientifique est Felis manul (Syn: Otocolobus manul). Il mesure jusqu’à 65 cm de long.

 

Le chat de Mongolie

 

chat-de-Mongolie-10_277869-L.jpg


Le « chat de Chine » possède un pelage très épais qui lui permet de résister au froid des steppes et des montagnes.
La nature a tout prévue puisque des touffes de poils protègent ses pattes de la chaleur du sable comme du froid de la neige.
C’est un chat vraiment splendide qui mesure jusqu’à 85 cm de long. Son nom scientifique est Felis bieti.

 

Le chat du Bengale


Si on connaît bien le tigre du Bengale, son petit cousin est plus méconnu. C’est un bon nageur et un excellent nageur.
La couleur du pelage varie selon les régions ainsi que la taille. Ceux de Sumatra sont plus petits que ceux de Java.

 

chat-bengale-1.jpg

 

Chat du Bengale. Image Roberto Shabs

 

On le surnomme aussi « chat-léopard » en référence à son pelage tachetée de noir. C'est un prédateur nocturne et forestier.

 

Il mène une vie solitaire et tolère rarement d'autres félins de son espèce sur son territoire.
Il peut mesurer jusqu’à 60 cm de long. On le rencontre à Sumatra, Bornéo, Java, les Philippines, en Inde, en, Chine et en Sibérie.

 

Son nom scientifique est Prionailurus bengalensis.

 

Petits félins en danger


Comme le tigre ou le léopard, les petits félins sont chassés pour leur fourrure. Les plus menacés sont le chat marbré, le chat léopard, le chat doré d'Asie, le chat pêcheur et le chat de Mongolie.

 

chat-bengale-2.jpg

 

Chat du Bengale. Image Roberto Shabs

 

Il faut 15 peaux de chat-léopard pour faire un manteau de fourrure. De ce fait, les braconniers se sont concentrés sur les grands félins. Mais, ces derniers étant protégés et de plus en plus rares, ils se rabattent sur les petits félin, moins bien protégés.

 

Pour exemple, à la fin des années 80, 2 000 peaux de chats de Pallas étaient mises en vente chaque année. Près de 2 millions de chats-léopards ont été tués en Chine entre 1985 et 1988.

 

chaus-2.jpg

 

Chaus. Image Dr.Tarak N Khan

 

De nombreuses espèces souffrent de la destruction de leur habitat naturel. C'est le cas des forêts tropicales humides d'Asie du Sud-Est qui sont morcelées.

 

La C.E.E a interdit l'importation de peaux en 1988 mais le marché est encore florissant dans d'autres pays du monde.

Animaux - Félins - Le Tigre - Présentation -

Publié à 10:32 par acoeuretacris Tags : tigre présentation félins animaux
Animaux - Félins - Le Tigre - Présentation -

 

Le tigre est le plus grand des félins et sans aucun doute le plus beau. Parmi tous les mammifères de la planète, le tigre est l'un des plus puissants. Symboles de courage, tous les tigres ont en commun une silhouette racée et une démarche souple.
Sur les huit sous-espèces de tigres, seules cinq sous-espèces survivent encore aujourd’hui dont le tigre de  Sibérie et le tigre du Bengale. La légende du tigre « mangeur d’hommes » a été colportée par des chasseurs. En fait, sur 1000 tigres, seuls trois auraient attaqué des hommes. Quant au tigre blanc, ce n'est pas une espèce à part entière mais une variété du tigre du Bengale

Evolution du Tigre

Le tigre fait partie de la grande famille des félidés. Les premiers félidés sont apparus il y a environ 25 Ma en Europe.

La diversification de cette famille a abouti aux différentes espèces actuelles dont le tigre.
Il faut remonter au Pléistocène (1,73 Ma -10 000 ans) pour retrouver les premiers félins tels que nous les connaissons aujourd’hui.
Les tigres aux dents de sabre comme le Smilodon
n’ont aucun lien de parenté avec nos tigres actuels et se sont éteints sans laisser de descendance.

smilodon-23.jpg

Impressionnantes canines d'un smilodon. Image
Brendan Adkins

Le tigre du Pléistocène était bien adapté au froid. Cependant, l’extension des glaciers poussèrent certains tigres à migrer vers le sud.
Ils arrivèrent en Inde, en  Asie Mineure, sur les îles de Sumatra, de Bali et de Java.
Les tigres s’adaptèrent à leurs environnements respectifs et évoluèrent vers des sous-espèces distinctes.


Les sous espèces de tigres

Sur les 8 sous-espèces, seules 5 survivent à l’état naturel et dans des conditions précaires. Les sous-espèces sont proches les unes des autres. Les différences assez réduites concernent surtout la taille et les nuances du pelage. Ce sont tous d’excellents nageurs.


Trois sous-espèces éteintes:

Tigre de Caspienne(Panthera tigris virgata): Sa disparition est surtout liée à la déforestation massive qui a dévasté les bords de la Caspienne .

Tigre de Java(Panthera tigris sondaica)et Tigre de  Bali ( Panthera tigris balica ): Les chasseurs ont exterminé ces deux sous-espèces qui vivaient déjà sur un habitat réduit.


Cinq sous-espèces survivantes:

Tigre de Chine méridionale( Panthera tigris amoyensis) : Ces tigres ne pourront pas être sauvés dans leur habitat naturel. La déforestation réduit leur habitat et de plus, les Chinois utilisent leurs os pour des préparations médicinales sans aucune efficacité.

* Communiqué pour la protection du Tigre de Chine (mai 2004)

Deux réserves vont être créées pour permettre au tigre de Chine de survivre à l’état sauvage : l’une dans la province orientale de Jiangxi l’autre dans le Hunan, au centre du pays. L’emplacement des deux refuges vient d’être dévoilé après deux ans de recherches pour trouver un habitat ressemblant le plus possible à celui du félin à l’état naturel.

Il est plus que temps de venir en aide au tigre chinois car il a quasiment disparu. Environ soixante individus vivent dans des zoos tandis qu’à peine trente survivent en liberté. Autrefois ouvertement pourchassé, aujourd’hui illégalement abattu, ce tigre est encore plus menacé que le panda, affirme l’association pour la sauvegarde du tigre chinois ( Save China’s tigers, SCT).

La fondation SCT a participé au choix des deux futures réserves. La chaîne alimentaire complète permettant au tigre de se nourrir doit être recréée. Les félins eux-mêmes devront réapprendre à vivre en liberté. En effet il n’y a pas encore de tigres dans ces réserves. Deux petits nés au zoo de  Shangai ont été envoyés en Afrique du Sud l’année dernière pour apprendre la vie sauvage. SCT, partenaire de cette opération, espère que ce mâle et cette femelle donneront naissance à des générations de tigres chinois.

Tigre de Sibérie (Panthera tigris altaica): C’est le plus grand félin du monde. Lui aussi a failli disparaître. Sa survie reste précaire malgré les efforts conjoints des américains et des russes.Il ne reste plus qu'environ 500 tigres de  Sibérie en liberté.

Le tigre de  Sibérie est le plus imposant. Il peut atteindre plus de 3 m de long pour 360 kg maximum. Son pelage est plus clair que celui du tigre du Bengale et sa tête plus massive. Il peut survivre sous des températures de - 40°C.

tigre-de-siberie_H180943_L.jpg

Tigre de Sibérie

Tigredu Bengale ou tigre royal
( Panthera tigris tigris): Egalement baptisé « Tigre royal du Bengale», sa survie est très menacée par la surpopulation en Inde. C'est la sous-espèce la plus répandue. Il est un peu plus petit que le tigre de Sibérie avec un poids maximum de 300 Kg.

800pxtigre-du-bengale.jpg

Tigre du Bengale

Tigre de Sumatra(Panthera tigris sumatrae): C’est l’un des plus petits tigres. Le mâle pèse de 100 à 140 kg et la femelle de 75 à 110 kg. Il mesure en moyenne 1,40 à 2,50 m . Il se distingue aussi par son pelage fauve orangé très coloré.Il ne resterait en 2007 qu'environ 400 individus en liberté d'après la WWF.

tigre_sumatra_02.jpg

Tigre de Sumatra. Image Brian Scott

Tigre d’Indochine(Panthera tigris corbetti): Il n’en reste que quelques centaines dans le sud est asiatique. C'est le plus petit et les rayures de son pelage sont plus fines. Autrefois, on le trouvait en abondance dans le sud de la Chine, au Vietnam, au Cambodge ou en Thaïlande. Le mâle pèse jusqu'à 190 kg environ et la femelle 140 kg.

tigre-indochine-11.jpg

Tigre d'Indochine

Les scientifiques pensent que le tigre d'Indochine est à l'origine des sous-espèces du tigre de Java, de Sumatra et de Bali.


Le Tigre : un solitaire ?

Les tigres ont la réputation d’être des solitaires. Chaque tigre règne sur un territoire de quelques dizaines à plusieurs centaines de kilomètres carrés.
Le territoire d’un mâle interfère avec celui de plusieurs femelles.

galerie-membre-tigre-tigre-du-bengale-02.jpg

Pourtant, le tigre accepte parfaitement le passage d’un autre mâle sur son domaine. Les combats entre mâles sont rares et jamais mortels. On a même observé quatre tigres qui chassaient ensemble. Ce prédateur serait donc plus sociable qu’on ne le pensait.

tigre_cc012.jpg

Tigre de Sibérie. Image Tambako the Jaguar

Un tigre revient régulièrement sur les frontières de son territoire pour y laisser sa marque. Il asperge buissons et rochers d'urine, laboure l'écorce des arbres et gratte le sol.


Une morphologie de prédateur

Toutes les caractéristiques morphologiques du tigre le destinent à la chasse. Elles déterminent les phases de sa stratégie de chasse : affût, approche, attaque, mise à mort.


L’affût

Le tigre doit souvent patrouiller pendant des heures avant qu’une proie se présente. Patient, il se dissimule, tous ses sens en éveil. Le tigre chasse à la tombée de la nuit. Son excellente vision nocturne lui procure un avantage certain. Si son ouïe est assez fine, son odorat n’est en revanche pas très performant.

affut.jpg

Tigre à l'affût

Le tigre peut parcourir 20 km par jour en quête de nourriture. Il a besoin de tuer un ongulé tous les 3 à 5 jours.

L’approche

Quand il a repéré sa proie, le tigre progresse lentement, presque en rampant. Ce prédateur est d’une souplesse extraordinaire malgré sa corpulence. Il peut être rapide sur de courtes distances mais il est souvent moins rapide à la course que ses proies.

Il s’approche de sa proie à une dizaine de mètres avant d’attaquer. Sa réussite dépend surtout de l’effet de surprise.
En une fraction de seconde, le tigre bondit.


L’attaque

Gueule ouverte, il bondit lors d’une offensive fulgurante. Si l’animal réagit rapidement, le tigre ne le poursuit pas. En fait, 3% seulement de ses attaques réussissent.

attaque.jpg

Les robustes pattes sont munies de griffes rétractiles de 7 à 8 cm en moyenne. Grâce à elles, il peut agripper sa proie, transpercer les peaux les plus dures et immobiliser l’animal avant de lui porter la morsure fatale.

tigre_cc01pattes.jpg

Pattes d'un tigre blanc. Image Tambako the Jaguar


La mise à mort

Si le tigre parvient à agripper sa proie, le combat commence. Quand la proie est importante (buffle ou sanglier), les chances sont équilibrées.

Le tigre peut être éventré mais il ne recule jamais. Si la joute tourne en sa faveur, il enfonce alors ses canines dans la gorge de l’animal et tient sa prise jusqu’à la mort de sa victime par suffocation et hémorragie.

Un tigre peut engloutir jusqu'à 20 kg de viande en une seule fois. Par contre, il peut également jeûner plusieurs jours. Quand la proie est grosse, il dissimule les restes pour les consommer ultérieurement.


La reproduction du tigre

A la saison des amours, mâles et femelles s'appellent. Avant l'accouplement, le mâle doit séduire sa partenaire. Pour cela, ils jouent et se poursuivent, dorment ensemble et chassent. Les préliminaires sont très tendres.

tigre_duo.jpg

Après une gestation de 104 à 106 jours, la femelle met au monde 2 à 3 petits qui ne pèsent pas plus d'un kilo. Les premières semaines, la tigresse n'accepte personne, y compris le père. Les petits tètent pendant environ 6 mois.

1179074434.jpg

Bébé tigre

La femelle accepte la présence du père au bout de quelques mois. C'est à ce moment là que l'on peut voir la famille réunie.

Les petits quittent leur mère vers deux ans et pourront se reproduire entre 4 et 5 ans.


SOS Protection du tigre

En 1900, quelques 100 000 tigres rôdaient en Asie, depuis l'est de la Turquie jusqu'à la Sibérie orientale.
En l’an 2000, le WWF s’était donné comme objectif la sauvegarde des tigres. Actuellement, il ne reste environ que 4000 tigres en liberté et moins de 2 500 adultes reproducteurs.

Malgré sa protection, les braconniers continuent à massacrer ce fantastique prédateur. La médecine chinoise est en grande partie responsable de l’extinction de l’espèce. Si le braconnier tue, c’est parce qu’il a une forte demande d’organes.

Ces traditions médicinales ont la vie dure et malgré leur totale inefficacité, ces thérapies farfelues continuent à perdurer.

tigre_ld6.jpg

Sauvegarder l’espèce nécessiterait la multiplication des parcs nationaux à travers le monde ainsi que des corridors de connection entre eux afin d’éviter la consanguinité.
Le Word wild Life Fond y travaille avec d’autres organisations mais la victoire n’est pas assurée.

Animaux - Félins - Panthère . Léopard -

Publié à 15:58 par acoeuretacris Tags : panthère et léopard félins animaux
Animaux - Félins - Panthère . Léopard -

 

La panthère fait partie de la sous-famille des Pantherinae qui réunit les félins les plus fascinants dont le jaguar, le lion et le tigre. Appelée aussi léopard, la panthère qui est un terme générique regroupe plusieurs espèces et sous-espèces qui portent les noms des zones où elles habitent.

Robe et taille varient selon les espèces et sous-espèces. Son manteau tacheté permet à la panthère de se camoufler facilement. Les motifs du pelage de chaque léopard sont uniques, ce qui permet de les identifier facilement. La panthère d'Afrique est la panthère la plus répandue dans le monde.

Mais, on trouve en Asie des panthères moins connues mais tout aussi superbes.

Les panthères ou léopards sont classés dans trois genres:

Genre Panthera (Panthère d'Afrique et panthère de Chine notamment);

Genre Neofelis (Léopard tacheté);

Genre Uncia (Léopard des neiges).

Depuis 2007, le léopard tacheté de Bornéo est reconnu comme une espèce à part entière (Neofelis diardi).

Les Félins

La panthère fait partie de la grande famille des Félidae. Les Félidés sont apparus il y a environ 40 millions d'années.
Les Félins comprennent 3 sous-familles:

  • Les Panthérinés (grands félins: tigre, lion, léopard et jaguar)
  • Les Félinés (petits félins: chats, puma, lynx et ocelot)
  • Les Acinonynchinés (guépard)

 

La principale différence entre grands et petits félins réside dans la souplesse du larynx, qui permet aux grands félins de rugir.
Le guépard se distingue par ses griffes non rétractiles et sa vitesse exceptionnelle.

L’origine des Panthérinés est difficile à déterminer avec précision. Les plus anciens restes fossilisés datent de 2,5 millions d’années.
Les Panthérinés du Pléistocène ont pu s’adapter aux âges glaciaires et évoluer jusqu’à nos jours.


Proailurus lemanensis, un membre des Félinés, découvert en France, vivait il y a environ 30 millions d'années

Cependant, le véritable essor des Félidés a commencé il y a 10 Millions d’années. Leur importante diversification a abouti aux 36 espèces actuelles.

Parmi les ancêtres des Félidés, on connaît surtout le célèbre tigre à dents de sabre. Il a disparu il y a environ 10 000 ans.

L’habitat varié de la panthère

Le léopard est le grand félin le plus répandu. Il a su conquérir forêts, savanes et montagnes grâce à ses qualités d’adaptation exceptionnelles.

Certains zoologues situent l’origine du léopard dans les grandes forêts tropicales, zone à partir de laquelle ils auraient colonisé la savane.

Panthere d'Afrique.

L’aire de répartition des léopards couvre tout le continent africain au sud du Sahara et le sud de l’Asie, l’île de Java, de Bornéo et le Sri Lanka.

Le léopard des neiges vit dans les massifs montagneux d'Asie. Quant à la panthère longibande, on la trouve dans les forêts équatoriales de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est.

Léopard des neiges.

D’autres populations sont éparpillées en Afrique du Nord, au Moyen-Orient et en Asie septentrionale.
Les panthères ont su s’adapter à tous les climats, du plus sec au plus froid.

Léopard: Petit mangeur et petit buveur

Le léopard s’attaque à un éventail de proies beaucoup plus large que les autres grands félins. Solitaire, la panthère peut se contenter de petits gibiers. Si elle parvient à tuer une grosse proie, elle sait la mettre hors de portée des charognards.

Grimpeuse confirmée, elle n’a aucun mal à la tracter en haut d’un arbre et pourra tranquillement se rassasier pendant plusieurs jours avec son butin.

Le léopard se contente d’une « faible » quantité de gibier, environ une tonne par an.


La panthère tracte sa proie dans un arbre pour la déguster tranquillement.

Dans les zones arides, il parvient à se désaltérer en buvant le sang de ses proies et en mangeant une sorte de melon, appelé « tsama » qui contient une grande quantité d’eau.

Le léopard a peu d’ennemis à part le lion et le babouin. En effet, les babouins évoluent en groupe et s’attaquent aux petits aussi bien qu’aux adultes. La hyène peut aussi représenter un danger mais elle essaye surtout de ravir la proie fraîchement tuée.

Un solitaire

Contrairement aux lions qui vivent en communauté, les léopards aiment la solitude. Quand de nombreux léopards vivent sur un même territoire, ils le fractionnent selon des règles précises.

La panthère est solitaire

Chaque léopard occupe un territoire déterminé qu’il défend contre toute intrusion. Mais, les mâles règnent sur des domaines plus vastes qui couvrent souvent ceux de plusieurs femelles.

Un territoire peut couvrir jusqu’à 100 km² et chaque léopard y occupe un domaine de 25 km² en moyenne.

Chaque propriétaire urine et griffe les troncs d’arbres pour y laisser sa marque.

Il est rare qu’il y ait des violations de domiciles mais si c’est le cas, des combats mortels peuvent se dérouler surtout entre deux mâles.

La reproduction des panthères et l'apprentissage de la chasse

La période de reproduction est le seul moment où les panthères vivent en couple. Ce couple reste uni jusqu’à la naissance des petits soit environ 3 mois.

Quand un mâle courtise une femelle, il frotte son museau contre le sien et lui donne un coup de patte en guise de caresse. Une fois ces présentations effectuées, le mâle attrape la femelle par la peau du cou afin de s'accoupler.

Ils chassent et préparent une tanière ensemble.

Bébé panthère

La femelle met au monde 2 à 3 petits en moyenne qui ne pèsent pas plus de 500 grammes. A la naissance, le mâle retourne vivre sur son territoire.

Pendant la première semaine, les petits sont aveugles et ils resteront près de leur mère pendant plusieurs mois. Leurs premières chasses s’effectuent sous le contrôle maternel. A trois mois environ, les petits sont sevrés.

Le bébé léopard est sevré à 3 mois. Image Mister-E

Vers un an environ, les jeunes partent à la recherche d’un territoire vierge.

En liberté, l'espérance de vie est en moyenne de 8 ans alors qu'elle atteint 22 ans en captivité.

Léopard : mangeur d’hommes

Les léopards évitent généralement les hommes. En revanche, si les proies viennent à manquer, ils peuvent changer d’attitude.
Ainsi, en Afrique comme en Asie, certains léopards se sont spécialisés dans la chasse à l’homme.

Certains léopards âgés ou blessés peuvent devenir anthropophages.

En Inde, un vieux léopard édenté dévora entre 1918 et 1926, près de 200 personnes.

Les zoologistes ont remarqué que les fauves anthropophages étaient souvent âgés ou blessés par balle. Ils sont donc incapables de chasser des proies rapides. De ce fait, ils se rabattent sur des proies faciles comme les femmes ou les enfants.

Protection de la panthère

Autrefois présente dans toute l’Afrique et jusqu’en Asie mineure, la panthère est aujourd’hui partout menacée.

Depuis 1971, l’union internationale des fourreurs a décidé de ne plus accepter les peaux de panthères. Malheureusement, le braconnage continue. Tant que les paysans gagneront des sommes considérables en vendant une peau de léopard, le marché noir restera florissant.

De plus, le pire ennemi de la panthère est l’expansion de l’homme et la réduction de son habitat qui la condamne à moyen terme.
Le sort de la panthère longibande et du léopard des neiges est particulièrement préoccupant. Seules des mesures de protections draconiennes de leurs habitats naturels, accompagnées de programmes de réimplantation pourraient sauver ces espèces.

Animaux - Félins - Le Jaguar -

Publié à 15:46 par acoeuretacris Tags : jaguar félins animaux
Animaux - Félins - Le Jaguar -

 

Le nom « jaguar » vient du mot indien « yaguara », qui signifie « la bête sauvage qui tue sa proie d’un bond ». Puissant et secret, le jaguar (Panthera onca) est le seul félin du Nouveau Monde. Cet animal vit principalement en Amérique du Sud.
Le jaguar est un félidé qui appartient au groupe des grands félins du genre Panthera, comme le lion, le tigre ou la panthère.
Si le continent américain est très riche en petits félins du genre Felis comme le puma ou l’ocelot, par contre, le jaguar est le seul membre des grands félins qui habite ce continent.


Les ancêtres du jaguar


Autrefois, le territoire de son ancêtre ou cousin, selon les théories, Panthera augusta s’étendait sur l’actuel continent des Etats-Unis.
Les scientifiques penchent pour une origine asiatique de l’espèce, qui serait arrivée dans le Nouveau Monde par le détroit de Béring, à la fin de l’ère tertiaire.


Elle aurait ensuite colonisé l’Amérique latine après l’émergence de l’isthme de Panama.

 


jaguar-brazil-big-cat-panthera.jpg

Jaguar


L’espèce géante Panthera augusta s’est éteinte environ 100 000 ans avant notre ère. Aujourd’hui, son descendant ou cousin le jaguar (Panthera onca) vit principalement dans les pays d’Amérique du Sud mais également en Amérique centrale et en Amérique du Nord.


jag2.jpg

Le jaguar aime l'eau


Les populations se répartissent entre le Guatemala, le Honduras, le Venezuela, la Bolivie, le Brésil, la Guyane, l'Argentine et le nord du Mexique.


Les sous-espèces


Il existe plusieurs classifications des sous-espèces qui sont au nombre de 8 pour la plupart des auteurs. Cependant, selon une étude génétique effectuée en 2001, il n'y aurait que trois sous-espèces.


Les sous-espèces:

P. onca onca
P. onca peruviana
P. onca hernandesii
P. onca centralis
P. onca arizonensis
P. onca veraecrucis
P. onca goldmani
P. onca palustris ou P. onca paraguensis


Certains auteurs comptent P. onca paraguensis comme une neuvième sous-espèce.


1262889863pi3nWWj.jpg

Le nom « jaguar » vient du mot indien « yaguara ».


La classification avec trois sous-espèces:


P. onca onca inlue P. onca peruviana
P. onca hernandesii inclue P. onca centralis, P. onca arizonensis, P. onca veraecrucis et P. onca goldmani
P. onca palustris ou P. onca paraguensis


Le poids du jaguar est variable en fonction des sous-espèces. Le poids normal varie de 60 à 100 kg. Certains individus peuvent peser jusqu'à 150 kg. La femelle est plus petite que le mâle.


Le jaguar : un animal mythique


Les tribus indiennes du Rio Napo, dans l’Ouest de l’Amazonie, pensaient que le jaguar était la réincarnation d’un sorcier défunt.
Les Mayas adoraient le dieu jaguar, tout comme les Zapothèques.


jaguar-temple-2.jpg

Temple du Jaguar à Tikal. Image auntjojo


Les Olmèques vénéraient un dieu, né des amours mythiques d’une femme et d’un jaguar. Aujourd’hui encore, les chamans des Indiens Guajiros disent se transformer en jaguar pour communiquer avec le monde de l’au-delà.


L’insaisissable jaguar


Le jaguar vit en solitaire dans la forêt tropicale. Etudier un jaguar dans son environnement naturel est très difficile car il se méfie de l’homme qui l’a chassé pendant longtemps. Il est donc très rare d’apercevoir un jaguar en liberté.


Les informations récoltées l’ont été indirectement, soit par radio-pistage ou à partir de traces et de carcasses.
Paradoxalement, ce sont les chasseurs qui en traquant l’animal ont contribué à mieux connaître sa manière de vivre.


090128-01-jungle-animals-amazon-jaguar-pictures_461.jpg

Jaguar à l'affût.


Les études menées ont apporté quelques éclaircissements. On sait que le jaguar vit de jour comme de nuit, au gré de ses appétits. Son régime alimentaire est très éclectique : tatous, cerfs, tortues, poissons, bétail.


Contrairement à la panthère, on n’a jamais vu un jaguar attaquer l’homme.


Chasseur et pêcheur


Le jaguar est un chasseur opportuniste. Il chasse en solitaire dans les forêts denses, près des cours d’eau, dans lesquels il lui arrive assez souvent de pêcher.


Il ne grimpe dans les arbres que pour se reposer ou déguster une petite proie. Sa puissance lui permet de s’attaquer à des proies trois à quatre fois plus grosses que lui.


leopard.jpg

Petite sieste pour ce jaguar.


Mais, l’attaque du bétail est épisodique. Dans son biotope forestier, il traque des proies isolées. C’est pourquoi, il mange tout ce qu’il rencontre, y compris des escargots. Autrefois, c'était le principal prédateur du capybara, le plus gros rongeur du monde, qui vit en Amérique du Sud.


Les scientifiques ont observé que les jaguars qui chassent en plaine sont plus grands et plus sélectifs. En plaine, les mammifères se déplacent en troupeaux. La chasse est moins aléatoire.


Techniques de chasse


Pour chasser, le jaguar dispose d’armes performantes : forte mâchoire, grosses canines acérées, griffes effilées.
La morsure du jaguar est réputée pour être la plus destructrice et presque toujours fatale.


Sa patience est légendaire et il est rapide comme l’éclair. Quand il traque une proie, il peut ramper au sol comme un serpent. L’objectif est de se rapprocher le plus possible car il ne peut se livrer à de longues courses.


jaguar_ld41.jpg

Le jaguar est un chasseur opportuniste


Une fois à bonne distance, il charge en quelques bonds. Le félin immobilise la proie entre ses pattes puis lui inflige la blessure mortelle.


Il insère la tête, le cou ou la gorge dans ses mâchoires et brise la colonne vertébrale. Avec ses longues canines, il lui arrive de trouer le crâne près des oreilles. C’est d’ailleurs le seul grand félin à tuer ses proies en leur perçant le crâne.


5267183.jpg

Jeunes jaguars


De par son poids, il est peu probable que le jaguar chasse dans les arbres. Cependant, en analysant les fèces, on a su qu’il mangeait des singes arboricoles. Par contre, on ne sait pas comment il les capture.


Bien que très agile, un jaguar ne peut rivaliser avec un singe-araignée dans les arbres.


jaguar_ld42.jpg

La morsure du jaguar est très puissante.


Le jaguar adore se baigner. Il en profite pour pêcher. Il attrape, d’un coup de patte, les poissons qui s’approchent. Il peut également s’immerger à faible profondeur. Il sait très bien nager et peut traverser des fleuves de plusieurs centaines de mètres.


Le jaguar est le seul félin à se nourrir régulièrement de caïmans et de tortues. Ces proies lui valent souvent des fractures de canines. Il tue les caïmans d’un seul coup de dents à la nuque puis entaille les flancs.


La vie sociale du jaguar


Les jaguars, mâles et femelles, opèrent sur de vastes territoires et se rencontrent rarement. La surface des territoires est très variable et peut atteindre 500 km² selon l’importance des proies.
Cette étendue leur permet d’opérer de fréquents changements de secteurs quand les proies se font plus rares.


tgwtgslj.jpg

Combat territorial entre deux jaguars


Les territoires des femelles se recoupent. Ceux des mâles se recoupent rarement, par contre, ils se superposent à ceux des femelles.


Les rencontres sont très rares entre mâles comme si ils s’évitaient. Si c’est le cas, un simulacre de combat se déroule mais il est très rare qu’un jaguar en blesse un autre.


La reproduction du jaguar


Ce n’est que dans les réserves que l’on a pu en apprendre un peu plus sur les amours du jaguar.
Il n’a pas de saison particulière pour se reproduire. La gestation dure environ 3 mois. La femelle ne se reproduit que tous les 2 ou 3 ans. Le reste du temps, elle s’occupe de l’éducation de ses petits qui est assez longue, deux ans environ.


jagbabies_t320_240.jpg

Bébés Jaguars


L’acte sexuel se déroule sur trois semaines. Le couple se livre à de véritables performances en totalisant jusqu’à 100 coïts par jour.


jaguar_ld44.jpg

Si l'un des parents est mélanique (couleur qui vire au noir), ce caractère se transmet de génération en génération.


Cette période terminée, le mâle retourne à sa vie solitaire.


La femelle installe sa tanière dans une grotte, le creux d’un arbre ou même un bâtiment abandonné.
Elle donne naissance à 2 ou 3 petits qui pèsent 800 grammes en moyenne et sont aveugles. Elle doit, les premières semaines, les protéger des mâles qui n’hésitent pas à éventrer les jeunes, considérés comme de futurs concurrents.


Jaguarpickingupcub08.jpg

Seule la femelle s'occupe des petits


Au bout de six semaines, les petits s’aventurent hors de la tanière. Ils vivent environ deux ans avec leur mère avant d’aller s’établir sur leur propre territoire.


En liberté, un jaguar vit environ 15 ans et jusqu’à 22 ans en captivité.


Le jaguar et l’Homme


A part l’anaconda, le seul prédateur du jaguar est l’homme. Il existe en Amérique latine des lois visant à protéger le jaguar. Cependant, en parallèle, la loi autorise l’abattage de jaguars ayant attaqué un cheptel.
Cette législation équivoque n’assure donc pas une réelle protection.


800px-Panthera_onca.jpg

Le plus grand ennemi du jaguar est l'homme.


Cependant, la plus grande menace est surtout la destruction de l’habitat. Cependant, il existe des réserves et des parcs nationaux.
En Amérique Centrale, 4,3% de la surface totale de la région ont été transformés en zone protégée.


Si sa survie reste précaire, grâce aux réserves, le jaguar devrait pouvoir continuer à rôder silencieusement dans les dernières forêts primaires.


Classification


Règne: Animalia
Embranchement: Chordata
Sous-embranchement: Vertebrata
Classe: Mammalia
Sous-classe: Theria
Infra-classe: Eutheria
Ordre: Carnivora
Sous-ordre: Feliformia
Famille: Felidae
Genre: Panthera
Espèce: Panthera onca

Animaux - Félins - le puma -

Publié à 17:02 par acoeuretacris Tags : animaux félins puma
Animaux - Félins - le puma -

 

 

PUMA  COUGUAR


Le puma est l’un des plus gros prédateurs carnivores du continent américain.  Le puma (Puma concolor)est également appelé couguar ou lion des montagnes. Vous serez sans doute surpris de savoir que votre chat fait partie de la même famille que cet imposant animal. Baptisé le « lion » des Amériques, le puma règne sur les monts neigeux du Canada jusqu’aux rives de la Terre de feu.


Les petits félidés


Le puma ainsi que 33 autres espèces sont regroupés dans une sous-famille: Felinae. Cette sous-famille est distincte de celle des grands félins comme le tigre ou le lion: Pantherinae.


Parmi les Félinés, on trouve notamment le chat domestique et les chats sauvages, l’ocelot, le jaguarondi ou le serval.


pumald08.jpg

Le puma (Felis concolor) est également appelé couguar ou lion des montagnes


Les particularités de cette famille les distinguent des grands félins: Lion, tigre, panthère.


L’os des petits félidés est totalement ossifié. Cette rigidité restreint leurs possibilités vocales. De ce fait, ils ne rugissent pas mais ronronnent en inspirant.


Le puma grogne, feule ou ronronne mais ne rugit pas.

Les Félidés possèdent au-dessus du nez une mince bande de peau sans poils.


mountain-lion.jpg

Puma


La gaine protectrice de leurs griffes est plus longue.


Quand ils sont au repos, les petits félins ramènent leurs pattes sous leurs corps alors que les grands félins les allongent devant eux.


Les espèces du genre Felis mangent accroupies et non allongées comme leurs grands cousins.


La petite histoire du Puma


Le puma tient son nom d’un mot quechua, peuple des Andes qui vivait au Pérou à l’époque des Incas.
Pourtant, c’est en Amérique du Nord, que l’on a retrouvé les plus anciens fossiles datant d’il y a 300 000 ans.


Cela démontre que ce mammifère a d’abord colonisé le nord de l’Amérique pour progressivement descendre vers le sud en passant par l’isthme de Panama.


puma-floride.jpg

image Monica R


D’autres fossiles d’un félidé proche du puma ont été découverts aux Etats-Unis. Cette espèce baptisée Felis Inexpectata était trois fois plus grande que le puma. Les fossiles datent de 2,5 millions d’années à 500 000 ans.
Aucune filiation n’a pu être établie mais on sait que les deux espèces ont cohabité.


Portrait du puma


Le puma est doté d’une force exceptionnelle pour un petit félidé. Traqué par les hommes, il ne prospère que dans les zones les plus reculées.
Pourtant, il est bien obligé de pénétrer sur le territoire occupé par les humains pour y chasser. De ce fait, il se montre d’une extrême prudence et d’une très grande efficacité. Ses attaques surprises sont couronnées de succès dans 90% des cas.
L’homme ne lui laisse pas le droit à l’erreur.


Le puma est le plus gros chat du monde. Il mesure jusqu'à 2 mètres pour un poids maximum de 120 kg. La femelle est plus petite que le mâle.


1235929843ZbUwN6V.jpg

Le puma est le plus gros chat du monde.


On le trouve en Amérique du Sud, au Canada, aux Etats-Unis et en Amérique Centrale. Il peut vivre jusqu’à 4 000 m d’altitude.
C’est un animal très polyvalent qui supporte tous les milieux naturels. Cependant, sa prédilection va aux zones boisées. C’est d’ailleurs un excellent grimpeur.


Il sait se contenter de peu ; un point d’eau ainsi qu’un toit, de préférence minéral lui suffisent. Son domaine est assez réduit et va de 50 à 85 km² mais peut largement s’étendre si ses proies migrent.


puma-501.jpg

Le puma peut vivre jusqu’à 4 000 m d’altitude. image Werwin15


Il exploite d’ailleurs son territoire avec intelligence. Très mobile, il couvre de grandes distances chaque jour sans avoir de gîte précis. Son exploration s’effectue par zones successives, en une sorte de rotation. Les proies de chaque zone sont donc moins méfiantes et de plus, il n'appauvrit jamais chaque zone.


Le puma est capable d’effectuer des bonds prodigieux à plusieurs mètres de haut. A cet effet, ses membres postérieurs sont nettement plus longs que ses membres antérieurs. On a mesuré un saut de 12 m grâce à des traces dans la neige.
Sans élan, un puma peut effectuer un bond de 4 m.


Des ligaments, couplés à des muscles extenseurs et fléchisseurs, lui permettent de rétracter et sortir ses griffes.


cougar_05.jpg

Sans élan, un puma peut effectuer un bond de 4 m. Image Sister 72


Les teintes de son pelage varient d’une région à l’autre. Un pelage brun roux est caractéristique d’un puma qui vit dans les zones tropicales, tandis que celui d’un puma des zones septentrionales est bleu gris. Les pumas à fourrure noire sont très rares.


Comme les chats, les pupilles du puma s’adaptent par contraction et dilatation à tous les éclairages.


Le couguar : un prédateur efficace


Les proies préférées du couguar sont les cervidés, du grand wapiti canadien au petit poudou des Andes. En période de disette, il se contente de lièvres et petits rongeurs. C'est un grand amateur de cerfs de Virginie, d'élans et de rennes.


Il préfère chasser au crépuscule pour bénéficier de l’effet de surprise.


pumald06.jpg

Le puma peut fondre sur sa proie à plus de 70 km/h.


Le couguar s’approche silencieusement de sa proie afin d’être à bonne portée pour bondir. Il peut fondre sur ses proies à plus de 70 km/h.


Comme tous les petits félins, il pratique l’affût. C’est un maître de l’embuscade. En quelques bonds, il se retrouve sur le dos de sa victime. Le choc est si puissant qu’en principe l’animal meurt la nuque brisée. Si ce n’est pas le cas, le couguar l’achève d’un coup de patte ou en lui enfonçant ses crocs dans la gorge.


puma-500.jpg

Un puma adulte a besoin d’environ 2 kg de viande par jour. Image Harlequeen.


Fin gourmet, il dévore en premier le museau et les entrailles puis cache le reste de son repas qui le nourrira plusieurs jours.
Sa force lui permet de traîner de très grosses proies et de les dissimuler sous un tapis de végétaux.
Un puma adulte a besoin d’environ 2 kg de viande par jour.


La reproduction du puma


Dans son milieu naturel, la longévité d’un puma est assez courte, environ 20 ans. De ce fait, le mâle atteint sa maturité sexuelle dès 3 ans.


Ce solitaire se montre au moment des amours particulièrement démonstratif et tendre. Ce sont les femelles qui attirent leurs partenaires en urinant et en émettant de longs appels aigus.


172745237.jpg

Le puma devient tendre au moment de la reproduction


Si plusieurs mâles répondent à ces appels, un combat est inévitable. Les deux partenaires entament un cérémonial, en se frottant et se reniflant.


L’acte sexuel est bref mais répété. Un puma peut ainsi consommer une soixantaine de coïts par jour.
Le couple reste ensemble quelques jours, partageant le même gîte puis le mâle retourne à sa vie de nomade solitaire.


Après une gestation d’environ trois mois, la femelle met au monde 3 petits en moyenne. A la naissance, les jeunes sont aveugles et ne mesurent que 30 cm.
Leur fourrure est tachetée ; ces tâches disparaissent au bout de 6 mois.


pumas_10.jpg

Un jeune puma .


Les petits mangent de la viande dès l’âge de six semaines mais ne seront sevrés que vers 3 mois. C’est entre 18 mois et 24 mois, qu’ils devront se débrouiller seuls.
Leur mère est très attentionnée et les protège des prédateurs mais aussi des autres pumas. En effet, si un mâle découvre les petits, il n’hésitera pas à les tuer pour que la femelle soit rapidement fécondable.


pumald05.jpg

Le puma a besoin d'un point d'eau pour survivre


En quittant leur mère, les jeunes restent ensemble quelques temps avant de conquérir leur propre territoire.


L'habitat du Puma


Depuis des centaines de milliers d’années, le puma chasse dans l’univers glacé des montagnes rocheuses. Résistant à toutes les saisons, le puma prédateur suprêmement efficace et adaptable, possède toutes les armes pour la survie.


Chassé par l’homme, il s’est réfugié dans cette région inaccessible où l’hiver peut durer 9 mois. Il partage son territoire avec l’ours baribal.


Couguar_st-felicien.jpg

Le puma a toujours été chassé par l'homme.


Le long de la côte déchiquetée du Pacifique nord, la forêt tropicale humide des massifs côtiers rencontre l’eau froide de l’océan.


Malgré son éloignement des rocheuses et du désert brûlant, elle est aussi une terre d’accueil pour le puma.
Là où la terre rencontre la mer, est né un monde aux merveilles incomparables. Au sommet des massifs côtiers, l’été offre un bref prélude et chacun s’empresse d’emmagasiner de la graisse pour l’hiver.


Avec sa végétation luxuriante, la forêt rivalise avec sa cousine amazonienne. Pour les jeunes pumas, cette forêt regorge de promesses mais aussi de dangers.


cougar_03.jpg

Un puma marque son territoire.


Le puma est à l’aise partout. Ni la chaleur tropicale, ni l’enneigement extrême ne semblent le gêner.


C’est sous l’égide des Nations Unis que s’est créé le parc national de Torres del Paine, au sud du Chili.
Cette petite réserve de Patagonie, d’une surface de 2 500 km², est le fruit d’un programme exemplaire de conservation de la faune animale.


800px-Puma_Sleeping.jpg

Ce parc est la zone d’habitat la plus australe du puma. Bien que la topographie ne soit pas idéale, ce félin s’y est parfaitement bien adapté.


La morphologie des spécimens y prospérant s’est renforcée pour faire face au climat rigoureux.


A tel point que plusieurs scientifiques considèrent désormais qu’il s’agit là d’une nouvelle sous-espèce de Felis concolor.


L’avenir du puma


La situation du puma en Amérique du Nord est très fragile. Bien que sa peau ne soit pas utilisable, il a été chassé et continue à l’être.


Les éleveurs l’accusent de tuer du bétail et n’hésitent pas à louer les services de chasseurs de primes.
De véritables exterminations ont eu lieu. Cette pratique est aujourd’hui interdite aux Etats-Unis sauf au Texas.
Abattage, dépeçage ou destruction de l’habitat, la population de pumas a diminué, seulement en Floride, de plus de 30%. La situation est si grave que le puma a quasiment disparu des régions d’Amérique de l’ouest où il était autrefois abondant.


pumald07.jpg

Le puma fuit l'homme en se réfugiant dans des zones inaccessibles


Dans les Everglades, vivait une sous-espèce de puma, Felis concolor coryi, qui a été protégée à partir de 1958. Mais l’assèchement des marais a conduit à son extinction. Aucun puma n’a été vu dans cette région depuis 1991. Des tentatives de réintroduction sont en cours mais sans résultat probant pour le moment.


En Amérique Centrale et du Sud, la cordillère des Andes et les forêts tropicales offrent encore des refuges pour les populations de pumas. Mais, le déboisement intensif risque, une fois de plus, de menacer cette espèce.


Classification


Règne: Animalia
Embranchement: Chordata
Classe: Mammalia
Ordre: Carnivora
Sous-ordre: Feliformia
Famille: Felidae
Genre:Puma
Espèce: Puma concolor


16 sous-espèces

Animaux - Félins - Le Lynx -

Publié à 15:03 par acoeuretacris Tags : félins animaux lynx
Animaux - Félins - Le Lynx -
Le lynx appartient à la famille des Felidae . C’est un proche cousin du chat. Il existe quatre espèces de lynx :

  • Le lynx d'Eurasie ou lynx boréal (Lynx lynx)
  • Le lynx du Canada (Lynx canadensis)
  • Le lynx pardelle ou lynx d'Espagne (Lynx pardinus)
  • Le lynx roux (Lynx rufus)

 

Le Lynx, autrefois très répandu en Europe, a été réintroduit récemment dans les Vosges. Le lynx était plus connu en France sous le nom de « Loup-cervier ».

Portrait du Lynx

Le lynx possède une excellente vue et un sens de l’odorat très développé. Il est capable de sentir l’odeur d’un chevreuil qui se trouve à 600 m de distance ou d’un lapin à plus de 300 m.

Il devient actif la nuit. Le jour, il somnole sur une branche ou dans un abri naturel.

Lynx du Canada.

Il ressemble à un gros chat. Cependant, ses oreilles sont terminées d’un pinceau de poils noirs et raides.
Sa dentition est beaucoup plus puissante que celle d’un chat. Ses empreintes, selon les espèces, peuvent mesurer jusqu’à 9 cm de longueur, soit trois fois plus que celle d’un chat.

Lynx qui chasse dans la neige.

Ses yeux sont six fois plus sensibles dans la pénombre que ceux de l’homme.
Ses longs favoris lui permettent de capter tous les bruits.
Ses pieds arrondis et élargis rendent plus faciles ses déplacements dans la neige épaisse.

Le lynx peut faire un bond de 2 m

C’est un animal prudent et farouche qui craint l’homme. Il chasse la nuit et passe la journée à sommeiller sur une branche basse ou un rocher. Ses proies favorites sont les petits mammifères comme le lapin, le campagnol, le renard, la moufette ou les petits cervidés. S’il préfère les proies fraîches, parfois, les circonstances l’obligent à manger des charognes.

C’est un animal très agile qui peut faire un bond de 2 m pour attraper un oiseau qui s’envole.

Ce lynx est à la poursuite d'un lapin

Tous les lynx sont des animaux solitaires. Chaque mâle vit sur un territoire bien défini dans lequel peuvent vivre une ou deux femelles. Les partenaires ne cohabitent que pendant la reproduction.

Les mâles se livrent à des combats farouches pour conquérir leur partenaire. La femelle met bas dans une tanière confortablement aménagée.
Dès la naissance des petits, elle chasse le mâle.

Jeune lynx du Canada. image Andi Kahle

Les Romains utilisaient souvent le lynx à la place des lions pour les jeux du cirque.

Le lynx fait partie de la famille des félidés. Sa longévité est d’environ 15 ans en liberté. Il affectionne les forêts et les plaines avoisinantes. Les différentes espèces se répartissent an Amérique du Nord, en Europe et en Asie.

Le Lynx d'Eurasie ou lynx boréal

Le lynx d'Eurasie est le plus grand des félins d’Europe. Actuellement, ce prédateur discret ne compte plus que quelques populations isolées dans les régions montagneuses.

En 2002, il restait moins de 3 000 lynx en Scandinavie. Sa population est également en baisse dans les montagnes des Carpates.

Chassé à outrance, il n’en resterait plus qu’environ 150 dans les Alpes et moins de 100 dans les Pyrénées. Sa réintroduction dans les massifs français est très difficile.
Ce prédateur est totalement inoffensif pour l’homme. De plus, sa présence est salutaire pour l’écosystème car il élimine les individus faibles ou malades.

Le lynx est inoffensif pour l'homme. image Neil Phillips

Animal solitaire, il se met en chasse au crépuscule. Son territoire peut atteindre des milliers d’hectares en fonction de l’abondance du gibier.

La femelle élève seule ses petits. Elle met au monde entre 2 et 4 petits qui deviennent indépendants vers un an.
Son pelage clair est légèrement tacheté. Le poids d’un mâle peut atteindre 38 kg pour une longueur d’1,30 m.

Le Lynx du Canada

Ce lynx est très proche du lynx roux. Il s’alimente à 80% de lapins. Quand son gibier favori commence à manquer, il migre vers les prairies. Il est capable d'attaquer des proies aussi grosses que le caribou.

Bébé lynx du Canada

On le trouve au Canada et en Alaska où il vit surtout dans les forêts boréales. Adapté au froid, il possède une épaisse fourrure qui le rend plus massif que ses cousins.
Ses favoris sont particulièrement développés.

Le lynx du Canada est adapté au froid. image Digital ART2

Il est très difficile de l’observer car il fuit à l’approche de l’homme. Un mâle peut mesurer jusqu’à 1 m de long.

Le Lynx pardelle

Egalement baptisé « lynx d’Espagne », sa taille est plus modeste que les autres espèces. Un mâle atteint 90 cm de long.

Il vit dans les forêts d’altitude en Espagne et au sud du Portugal.

Lynx pardelle. image Tambako The Jaguar

Il se nourrit de petits mammifères mais également de canards et d’autres oiseaux.

Son pelage est marqué de tâches plus foncées. Longtemps chassé, il est en voie d’extinction. Pour fuir la persécution de l’homme, il s’est réfugié dans les massifs montagneux.

Le lynx roux

Le lynx roux, malgré une chasse toujours autorisée, est assez répandu dans les grandes forêts d’Amérique du Nord.
On estime qu’environ 70 000 lynx sont tués chaque année. Le lynx roux qui habite au Mexique est par contre beaucoup plus menacé d’extinction.

Le lynx roux est toujours chassé. image Keven Law

Son habitat est très varié. On le trouve aussi bien dans des zones marécageuses qu'en haute altitude. Son pelage varie d'une région à l'autre: du roux au brun foncé.

Le lynx roux est un animal extrêmement prudent. Il veille toujours à replacer ses pattes dans ses propres empreintes. Cela lui évite de laisser trop de traces de son passage.

Le lynx est un animal très prudent.

Comme tous les lynx, c’est un bon grimpeur mais également un bon nageur. Bien sûr, comme notre chat domestique, il a horreur de l’eau et ne s’y jette qu’en cas de danger.

Sa ressemblance avec le chat est évidente quand il se met en colère. Là, il fait le dos rond, et poils hérissés, il crache comme un chat.

Ce lynx est en colère

Ce n’est pas un gros mangeur et un lapin lui suffit pour subsister deux jours.


Le lynx est un bon nageur bien qu'il n'aime pas l'eau
Les Américains l’ont baptisé « Bobcat » qui est une abréviation de bobbed tail cat qui signifie « chat à la queue écourtée ».

Le mâle atteint 1,10 m de long pour un poids maximum d'envion 30 kg.

Classification

Règne: Animalia
Embranchement: Chordata
Sous-embranchement: Vertebrata
Classe: Mammalia
Sous-classe: Theria
Infraclasse: Eutheria
Ordre: Carnivora
Sous-ordre: Feliformia
Famille: Felidae
Sous-famille: Felinae
Genre:Lynx

Animaux - Félins - Le Chat sauvage d'Amérique -

Publié à 14:39 par acoeuretacris Tags : félins animaux chat sauvage amérique
Animaux - Félins - Le Chat sauvage d'Amérique -
Le Nouveau Monde est un paradis pour les différentes espèces de chats sauvages. Le Canada et les Etats-Unis abritent des populations assez importantes de félins.
Les chats sauvages font partie de la famille des Felidae et de la sous-famille des Felinae.

Le puma est le plus gros chat du monde. Les chats de plus petites tailles, du genre Leopardus, vivent en Amérique du Nord et en Amérique du Sud.

Les espèces du genre sont :

  • Colocolo (Leopardus colocolo)
  • Chat des Andes (Leopardus jacobitus)
  • Kodkod (Leopardus guigna)
  • Ocelot (Leopardus pardalis)
  • Chat de Geoffroy (Leopardus geoffroyi)
  • Chat tigre ou oncille (Leopardus tigrinus)
  • Margay (Leopardus wiedii)
  • Chat des pampas ou chat pajeros (Leopardus pajeros)
  • Chat pantanal (Leopardus braccatus)

 

Le chat tigre ou oncille

Appelé aussi « oncille », ce petit félidé (Leopardus tigrinus) vit en Amérique tropicale, du Costa Rica au nord de l’Argentine.

Son pelage doux et épais est parsemé de tâches sombres et d’ocelles. Les spécimens mélaniques (entièrement noirs) sont très fréquents.

Chat tigre.  Dern Gary

Il peut mesurer jusqu’à 55 cm de long pour un poids de 3 kg en moyenne.

Le Margay

Autrefois, le Margay vivait en Amérique du Nord. Mais, c’est au milieu du 19e siècle que l’on aperçut pour la dernière fois un spécimen au Texas.

Margay. image Malene Thyssen

Aujourd’hui, il ne subsiste qu’en Amérique du Sud. Il vit dans la forêt équatoriale. Sa longue queue et ses membres allongés lui permettent de grimper facilement aux arbres.
C’est la terreur des oiseaux et des singes car il peut courir sur les branches en se servant de sa queue comme balancier.

Les pieds postérieurs du Margay peuvent effectuer une rotation de 180°, ce qui lui permet de descendre très rapidement des arbres, et la tête la première.

Il est capable de se suspendre à une branche uniquement avec ses griffes des pattes arrière.

Il peut mesurer jusqu’à 70 cm pour un poids de 6 à 8 kg.

Margay. image Law Keven .

Le parc national de Manu au Pérou couvre 1 500 000 hectares. On y protège des espèces qui figurent sur la liste rouge. On y trouve notamment le margay.

Le chat des Andes

Dans les Andes, à 3 000 ou 4 000 mètres d’altitude, se trouvent des zones arides inhabitables pour l’homme.
C’est le domaine du chat des Andes. Pour lutter contre le froid, il a développé une fourrure épaisse, un corps musclé et robuste.

L’été, il peut grimper encore plus haut, jusqu’à 5 000 mètres. Les proies se font rares et il chasse principalement le chinchilla, un petit rongeur que nous élevons pour sa fourrure.

Chat des Andes

Il peut mesurer jusqu’à 65 cm pour un poids maximum de 5 kg.

On le trouve dans les montagnes du sud du Pérou au nord du Chili.

Le colocolo

Egalement baptisé « chat des pampas », le colocolo est un nocturne qui chasse rongeurs, oiseaux, lézards et gros insectes.

Quand il est effrayé, son pelage long se hérisse.

Colocolo.  Pedro Pantarez

Il vit en Amérique du Sud, de l’équateur à la Patagonie. Malheureusement, il se fait dramatiquement rare.
Il affectionne les zones protégées de roseaux dans lesquelles il peut se faufiler sans bruit.

Il peut atteindre 70 cm pour un poids maximum de 5 kg.

Le kodkod

C’est l’un des plus petits chats d’Amérique du Sud avec une taille maximum de 50 cm. Malgré sa petite taille, il n’hésite pas à s’attaquer à des proies jusqu’à trois fois plus grosses que lui.

Kodkod.  Milton Harry

C’est un animal nocturne qui aime se cacher dans les arbres. On le trouve au Chili mais devenu très rare, on peut surtout l’observer dans des zoos.

Le chat de Geoffroy

Ce chat sauvage possède une très belle robe dorée et tachetée. Cela fait malheureusement de lui le petit félidé le plus recherché pour sa fourrure.

Son cas est devenu particulièrement dramatique depuis que le commerce de l’ocelot et du margay est réglementé.

Chat de Geoffroy. image Daf-de .

Vivant dans les forêts et les étendues broussailleuses d’Amérique du Sud, ce petit chat de 3 kg est un adepte des altitudes à plus de 3 000 mètres.

Il partage cet environnement avec le kodkod, le colocolo et le chat des Andes.

C’est sous l’égide des Nations Unies que s’est créé le parc national de Torres del Paine, au sud du Chili.
Cette réserve de 2 500 km² abrite notamment le chat de Geoffroy ainsi que le Puma.

Animaux - Félins - Le guépard -

Publié à 14:39 par acoeuretacris Tags : guépard félins animaux
Animaux - Félins - Le guépard -
Jeunes guépards

En Afrique, dans les plaines du Kenya, une silhouette gracile et toujours aux aguets se camoufle dans les hautes herbes : c’est le guépard (Acinonyx jubatus).

Le guépard était autrefois présent dans toute l’Afrique mais également au Moyen-Orient. Aujourd'hui, la population de guépards est en régression.

On ne peut vraiment observer le guépard que dans la réserve de Nairobi, au Kenya.

Portrait du Guépard

On peut dire que le mot d’ordre du guépard est « voir sans être vu ». Discret, ce félin aime surtout la savane herbacée qui lui permet de dissimuler son approche.

Le guépard est un véritable athlète qui peut sans le moindre élan atteindre 115 Km/h en trois secondes.

Mais, la perte d’énergie est énorme et il ne peut soutenir cet effort que sur 500 m.

photo-123196-L.jpg

Le guépard est un véritable athlète.


Sa morphologie est d’ailleurs celle d’un coureur : de longues pattes et un corps mince de 35 à 70 kg.
Sa robe fauve tachetée de noir possède une particularité ; en effet, une marque noire descend sous chaque œil ; ce larmier ressemble un peu à un maquillage qui aurait coulé.

Guépard

Contrairement à la plupart des félins, ses griffes ne sont pas rétractiles. Cette particularité lui permet d’avoir une excellente adhérence quand il court.

Le guépard ne rugit pas. Son cri ressemble plutôt à un miaulement aigu ou à un sifflement.

Le guépard est un solitaire qui défend jalousement son territoire d’une superficie variant entre 50 et 150 Km². Il éloigne d’éventuels prétendant en urinant et en labourant de ses griffes les arbres.

Ce guépard marque son domaine. image James Temple

Les affrontements entre mâles peuvent être très violents et entraîner la mort de l’un des combattants.
Mais, certains guépard peuvent vivre en couple et voire même en clan. Un clan est constitué, soit de femelles avec leurs petits ou uniquement de mâles dirigés par un dominant.

Le Guépard et la chasse

Malgré ses performances exceptionnelles à la course, le guépard préfère l’attaque surprise. Ses proies préférées sont les gazelles, les antilopes, les jeunes gnous ou les zèbres. Faute de proies assez consistantes, il peut se contenter d’un lièvre.

Ce guépard à de quoi mager pendant une semaine. image Nick Farnhill

En effet, le guépard a des besoins assez modestes. Il mange moins de 10 kg de viande par jour et une gazelle lui procure de la nourriture pour une semaine.

Le guépard ne chasse jamais la nuit mais surtout tôt le matin. C’est un véritable guetteur de la savane. Avant de partir en chasse, il se poste en hauteur et attend patiemment de repérer une proie.


Quand il chasse, le guépard préfère l'attaque surprise
A partir de là, il effectue une approche discrète pour se rapprocher le plus possible sans être repéré. Là, il bondit d’un coup, démarre son sprint puis immobilise sa victime qu’il tue en l’étouffant avec ses crocs.

Guepard qui vient de tuer une proie

Le guépard ne mange jamais de charognes. Il ne mange d’ailleurs pas les grosses proies en entier. Il fait le tri et délaisse les viscères. Il enterre les restes avant de s’éloigner.

Brian Scott

Bien souvent, le guépard reste sur sa faim après avoir fait tout le travail. Il est sans défense face à des lionnes ou une panthère et en cas de rencontre, il doit abandonner son repas.

Préliminaires et reproduction du guépard

Les préliminaires sont assez courts. Le couple ne reste ensemble que deux jours. La gestation dure 3 mois au bout de laquelle, la femelle met au monde 3 à 4 petits en moyenne. Les nouveau-nés pèsent moins de 300 g.

Couple de guépards.

Pour éviter trop de mortalité, la femelle transporte régulièrement ses petits dans sa gueule dans différentes tanières.
Malgré ses précautions, moins d’un petit sur trois atteindra 3 mois. Elle les allaite pendant 3 mois mais déjà à 5 semaines, ils suivent leur mère dans ses déplacements.

Femelle guepard et son petit

Les petits possèdent une petite crinière de poils argentés qui disparaît à la maturité.

Cette période est très difficile pour la femelle car elle doit chasser tous les jours pour pouvoir nourrir les jeunes.

Elle doit également faire leur apprentissage et les protéger des prédateurs. Un jeune guépard est capable de tuer une proie à l’âge de 10 mois.

C’est à 18 mois, qu’ils quitteront leur mère, à nouveau prête pour un accouplement. Frères et sœurs restent encore ensemble quelques mois puis chaque sexe se sépare pour conquérir son propre territoire.

Le guépard : un félin en danger de disparition

Malgré qu’ils soient protégés, les guépards sont de moins en moins nombreux, y compris dans les réserves.
Ils ont de nombreux prédateurs comme les lions ou les hyènes qui tuent les petits et on a constaté que le tourisme grandissant les dérange.


Actuellement, il resterait environ 10 000 guépards en Afrique. Le guépard d'Iran (Acinonyx jubatus venaticus) se répartissait autrefois dans toute l'Afrique du Nord, en Asie et en Inde. Il est en danger critique d'extinction depuis 1996. En effet, il n'en reste plus qu'une cinquantaine d'individus à l'état sauvage et un seul guépard en captivité.

Le guépard est devenu l'un des animaux les plus menacés.

Le sort des quatre autres sous-espèces n'est pas plus enviable bien que moins critique. Chassé pendant longtemps pour son pelage, la survie du guépard est aujourd'hui fragile.

Classification

Règne:Animalia
Embranchement: Chordata
Sous-embranchement: Vertebrata
Classe: Mammalia
Ordre: Carnivora
Famille: Felidae
Sous-famille: Acinonychinae
Genre:Acinonyx
Espèce: Acinonyx jubatus


Sous-espèces:

Acinonyx jubatus jubatus.
Acinonyx jubatus raineyi .
Acinonyx jubatus soemmeringii.
Acinonyx jubatus hecki.
Acinonyx jubatus venaticus

Animaux - Félins - Le Caracal -

Publié à 15:48 par acoeuretacris Tags : félins animaux caracal
Animaux - Félins - Le Caracal -
Chat ou lynx ? Le caracal (Felis caracal), avec son corps svelte et sa robe fauve, rappelle le premier, mais il porte aux oreilles le pinceau de poils du second.

C’est à cause de cette ressemblance mais aussi de son habitat parfois semi-désertique que le caracal est également appelé en Inde et en Iran lynx du désert ou lynx de Perse.

Ce petit félin vit en Afrique, dans la péninsule Arabique et au sud-ouest de l’Asie.

Son nom « caracal » vient du turc « kara kulak » c’est-à-dire « oreille noire ».

Portrait du caracal

Ce très beau félin arbore de longues oreilles pointues surmontées d'une touffe de poils noirs de 4 cm de long.

Le caracal est haut sur pattes et porte une robe fauve unie.
Ses dimensions lui permettent une grande agilité : 60 à 90 cm de long environ pour 15 à 19 kg.

image e3000

Quand on l’observe, il a tout du chat. En effet, dès la nuit venue, le caracal part en chasse, seul ou avec sa compagne en période d’accouplement.

En dehors de la période de reproduction, c’est un animal solitaire qui marque son territoire.

Il parcourt les savanes, les steppes et les semi-déserts à la
recherche d’une proie. À la manière d'un chat, il rampe en silence, le corps aplati contre le sol, et s'approche peu à peu de sa future victime: un dik-dik, un lièvre, un daman des rochers, un jeune impala ou un faon.

image Shaun Mitchem

Après avoir maintenu sa proie, il l’étouffe en lui plantant ses crocs dans la gorge. C’est un chasseur agressif, capable de sauter d’une seule détente à 3 m de haut.

Il lui arrive, pour compléter un menu trop léger, d'attraper un rongeur ou un oiseau.

Bien que terrestre, le caracal grimpe très bien aux arbres. Il peut hisser une lourde proie dans un arbre où il la dévorera en toute tranquillité.

Dans la journée, le caracal se repose dans un terrier de porc-épic, une crevasse rocheuse ou un buisson épais. C'est là qu'on rencontre le plus souvent une mère avec ses petits, dans une cachette rembourrée de plumes et de poils.

La femelle met au monde entre 1 et 6 petits après une gestation de 70 à 78 jours.

En moins d'une année, les jeunes caracals ont tout appris des techniques de chasse et s'en vont parcourir à leur tour les savanes.

image PJL ewis

En liberté, un caracal a une espérance de vie d’environ 15 ans.
Le caracal peut miauler comme le chat ou émettre un feulement comme un félin.

La protection du caracal

Le caracal était sans doute vénéré dans l'Égypte ancienne car on a retrouvé des peintures et des bronzes le représentant ainsi que des corps momifiés.

image Thy

Comme le guépard, c’est un animal qui se domestique très bien pour la chasse. De ce fait, il faisait autrefois office de limier.
Aujourd’hui, malheureusement, ce félin est devenu très rare en Asie. En Afrique, la poussée démographique met en péril son habitat et donc sa survie.

Classification


Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Classe : Mammalia
Ordre : Carnivora
Sous-ordre : Feliformia
Famille : Felidae
Sous-famille : Felinae
Genre : Caracal
Espèce : Caracal caracal