Thèmes

animaux années 50 antiquité aquariophilie eau douce arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Blogs et sites préférés

· aerin
· ange
· Anne
· arcus
· Arnaud
· Audrey
· babethhistoires
· Beatrice.
· Beatrice
· Brigitte.

Voir plus


Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Environnement -

Environnement - la garrigue -

Publié à 10:19 par acoeuretacris Tags : environnement garrigue
Environnement - la garrigue -

Paysage de garrigue (photo El Pantera)

 

En botanique, la garrigue (de l'occitan garriga) désigne une formation végétale caractéristique des régions méditerranéennes, proche du maquis. Selon l'École agronomique de Montpellier, la garrigue est au calcaire ce que le maquis est aux terrains siliceux. L'École agronomique de Toulouse associe le terme de garrigue à l'étagement de végétation.

 

Hebergeur d'image

Photo Hugo Soria

 

Le terme garrigue vient de la racine pré-indoeuropéenne "garigou": kar (ou gar, kal, gal), qui signifie « pierre » ou « rocher », et par extension « abri de pierre, maison, forteresse, village ». Cette racine a donné les mots guarric en celte et garric en occitan, c'est-à-dire « l'arbre du rocher », terme qui désigne le chêne kermès. Les mots Gard, Carcassonne, karst, calanque, chalet, clapier, crau en dérivent également.

 

Hebergeur d'image

Chêne Kermès (Photo Javier martin)

 

Cette formation, qui s'établit dans les massifs calcaires en terrain sec et filtrant, résulte en général de la dégradation de la forêt de chênes verts, qui passe progressivement à des peuplements de pins d'Alep, puis à la garrigue.

En France, elle occupe environ 400 000 hectares, principalement en Provence et dans le Languedoc.

 

La garrigue n'a pas toujours été ce « désert » aride livré aux promeneurs que nous voyons. Autrefois elle était le lieu d'une importante activité.

Sans parler des nombreux vestiges préhistoriques et médiévaux (mégalithes, châteaux forts, cavernes fortifiées par les camisards, ermitages...), des troupeaux de chèvres ou de moutons y paissaient, des verriers alimentèrent leurs fours avec son bois dès le Moyen Âge, des bouscatiers y coupaient puis brûlaient le bois pour livrer les villes en charbon, des chaufourniers y bâtirent leurs fours à chaux près des zones les plus boisées, des ruscaïres (écorceurs) y prélevaient plusieurs types d'écorces à destination des tanneurs, des équipes entières de ramasseurs y récoltaient la lavande sauvage, l'aspic, et la ramenaient pour la distiller, une foule de petits propriétaires y défrichait un arpent pour y planter des oliviers ou de la vigne, l'épierrait et y construisirent des terrasses et ces cabanes en pierre sèche que l'on appelle communément (surtout dans le Gard) capitelles...

 

Hebergeur d'image

Capitelle dans le département du Gard,(photo Hugo Soria)

 

Toute cette ancienne activité a périclité avec l'avènement de la révolution industrielle puis l'exode rural. Le défrichement par l'homme et les troupeaux a progressivement cessé, la végétation regagnant du terrain, de nombreux chemins se sont refermés et la plupart des constructions de pierre sèche échappent désormais au regard.

 

On y trouve plusieurs espèces végétales dont :

 

Hebergeur d'image

L'aphyllanthe de Montpellier (Aphyllanthes monspeliensis), ou œillet bleu de Montpellier

 

Hebergeur d'image

L'Arbousier ou Arbousier commun (Arbutus unedo)

 

Hebergeur d'image

L'asphodèle

 

Hebergeur d'image

L’Ajonc de Provence ou Ajonc à petites fleurs (Ulex parviflorus)

 

Hebergeur d'image

Le ciste cotonneux (Cistus albidus)

 

Hebergeur d'image

Le Fragon faux houx ou Fragon épineux (Ruscus aculeatus) encore appelé Petit-houx

 

Hebergeur d'image

Le chèvrefeuille

 

Hebergeur d'image

Le Genêt épineux ou Genêt scorpion (Genista scorpius)

 

Hebergeur d'image

L’Arbre au mastic, ou Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus)

 

Hebergeur d'image

La salsepareille (Smilax aspera)

 

Hebergeur d'image

Le jasmin ligneux, ou jasmin jaune (Jasminum fruticans)

 

Hebergeur d'image

L'Ophrys jaune (Ophrys lutea)


Hebergeur d'image

Le Romarin ou Romarin officinal (Rosmarinus officinalis)

 

Hebergeur d'image

Le thym

Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage montagnard

Publié à 10:09 par acoeuretacris Tags : environnement flore massif des vosges étage montagnard
Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage montagnard

Vue sur Gérardmer et le Hohneck (au fond) depuis Le Tholy, illustrant trois types de végétation rencontrés à l'étage montagnard : forêt, prairie et haute chaume.

 

La végétation naturelle de l'étage montagnard est la forêt de type hêtraie-sapinière. Sans intervention humaine, la forêt recouvrirait l'ensemble des montagnes à l'exception des sommets les plus hauts et les plus exposés aux intempéries. Les espaces ouverts comme les prairies ont été créés par l'homme pour l'agriculture et l'élevage. Les seuls espaces naturellement dégagés sont les hautes chaumes qui ont cependant été étendues par l'homme en défrichant la végétation rabougrie. Ces prairies d'altitude contiennent des plantes adaptées aux conditions difficiles.

 

Hebergeur d'image

Hêtraie-sapinière en automne. Les sapins restent verts tandis que le feuillage des hêtres prend des teintes orangées. Le Tholy, Vosges.

 

Les autres peuplements forestiers sont caractéristiques de conditions écologiques particulières : aulnaie, aulnaie-frênaie et frênaie-érablière dans les vallées, érablière sur éboulis, pessière (forêt peuplée d'épicéas) des cirques glaciaires et des zones tourbeuses, boulaie dans les milieux ouverts.

 

Hebergeur d'image

Une pessière

 

-La Hêtraie-sapinière

 

Comme son nom l'indique, la hêtraie-sapinière est principalement constituée de hêtres (Fagus sylvatica) et de sapins (Abies alba). Le sapin pectiné ou sapin blanc (Abies alba) est l'arbre emblématique des Hautes-Vosges ; il est d'ailleurs parfois appelé sapin des Vosges . La prédominance du sapin ou du hêtre dépend de l'altitude, de la composition du sol et de l'humidité mais aussi souvent de la gestion de la forêt par l'homme. On rencontre également d'autres arbres, essentiellement des épicéas (Picea abies) mais aussi des pins sylvestres (Pinus sylvestris). À partir de 1 000 mètres environ, le sapin régresse en faveur des hêtres et des érables sycomores .

 

Upload images

Sapins pectinés (Abies alba), Le Tholy, Vosges

 

L'épicéa est concurrencé par les sapins et les hêtres ; il ne prend leur place que dans quelques pessières naturelles sur les parois rocheuses des versants froids. Son abondance ailleurs s'explique par des plantations par l'homme.

 

Hebergeur d'image

Bois d'épicéas

 

Dans les sous-bois de la hêtraie-sapinière, si le sol est riche, le tapis végétal est formé de fétuques des bois (Festuca altissima).

 

Hebergeur d'image

 

Sur les sols acides les plus pauvres, le tapis végétal est formé majoritairement de :

 

Hebergeur d'image

Canches flexueuses (Deschampsia flexuosa)

 

Hebergeur d'image

myrtilles communes (Vaccinium myrtillus)

 

Hebergeur d'image

luzules blanchâtres (Luzula luzuloides)

 

Dans ces sols, on trouve :

 

Hebergeur d'image

la digitale pourpre (Digitalis purpurea)

 

Hebergeur d'image

la prénanthe pourpre (Prenanthes purpurea)

 

La digitale pourpre est une fleur très répandue, elle envahit les coupes forestières, les lisières et les bords des chemins. Elle atteint environ un mètre de haut et forme une grappe de fleurs roses aux taches rouge foncé bordées de blanc qui se tournent vers la lumière.

 

Les espaces dégagés sont également colonisés par l'épilobe en épi (Chamerion angustifolium).

 

Hebergeur d'image

 

Il apparaît en grand nombre après les coupes de bois, puis se raréfie à mesure que la forêt se referme.

 

Ces espaces ouverts sont fréquemment occupés par le genêt à balais (Cytisus scoparius) qui est un arbuste à fleurs jaunes très courant.

 

Hebergeur d'image

 

On trouve des arbustes comme le sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia).

 

Hebergeur d'image

 

Dans certaines zones dégagées, on trouve des genévriers (Juniperus communis).

 

Hebergeur d'image

Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage collinéen

Publié à 09:15 par acoeuretacris Tags : environnement flore massif des vosges étage collineen
Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage collinéen

 

On y trouve plusieurs espèces d'orchidées du genreOrchis :

 

Upload images

- L'orchis pourpre (Orchis purpurea)

 

Hebergeur d'image

- L'orchis moucheron (Gymnadenia conopsea)

 

Hebergeur d'image

- L'orchis guerrier ou orchis militaire (Orchis militaris) qui est très rare

 

Hebergeur d'image

- L' Orchis pyramidal (Anacamptis pyramidalis)

 

Hebergeur d'image

- L'Orchis pourpre (Orchis purpurea)

 

Upload images

- L'orchis bouc (Himantoglossum hircinum) à l'odeur fétide

 

Hebergeur d'image

- L'orchis bouffon (Anacamptis morio, syn. Orchis morio)

 

Hebergeur d'image

- L'orchis singe (Orchis simia)

 

On trouve également des orchidées du genreOphrys dont les fleurs ont la particularité d'imiter la forme et l'odeur d'insectes femelles par des phéromones sexuelles ce qui attire les mâles de l'espèce d'insecte correspondante qui vont ainsi polliniser les fleurs :

 

Hebergeur d'image

- L'ophrys abeille (Ophrys apifera)

 

Hebergeur d'image

- L'ophrys mouche (Ophrys insectifera)

 

Hebergeur d'image

- L'ophryslitigieux ou ophrys petite araignée (Ophrys araneola)

 

Hebergeur d'image

- L'ophrys araignée (Ophrys sphegodes)

 

Hebergeur d'image

- L'ophrys bourdon (Ophrys fuciflora) la plus courante

 

On trouve aussi d'autres fleurs comme :

 

Hebergeur d'image

- L'oeillet des Chartreux (Dianthus carthusianorum)

 

Hebergeur d'image

- L'anémone pulsatille (Pulsatilla vulgaris)

 

Hebergeur d'image

- La corydale à bulbe plein (Corydalis solida)

 

Hebergeur d'image

- La scille à deux feuilles (Scilla bifolia)

Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage collinéen

Publié à 10:07 par acoeuretacris Tags : environnement flore massif des vosges étage collinéen
Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage collinéen

Vigne dans les collines alsaciennes, Hunawihr, Haut-Rhin.

 

- Les collines calcaires alsaciennes

 

Des collines de calcaires durs peu altérés sont situées en Alsace à l'abri du massif vosgien ; elles dépassent rarement les 400 mètres et dominent le vignoble alsacien.

 

Les conditions ensoleillées et les faibles précipitations favorisent le développement de landes et de pelouses calcaires.

 

Dans les parties les plus chaudes et arides des collines calcaires, on trouve :

 

Hebergeur d'image

Le Chêne pubescent (Quercus pubescens)

 

Dans les sous-bois et en lisière des forêts de chênes pubescents, on trouve des orchidées forestières du genre Cephalanthera :

 

Hebergeur d'image

La Céphalanthère à grandes fleurs (Cephalanthera damasonium)

 

Hebergeur d'image

La céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia)

 

Hebergeur d'image

la céphalanthère rouge (Cephalanthera rubra)

 

On y trouve aussi :

 

Hebergeur d'image

la Fraxinelle (Dictamnus albus) (plante rare)

 

Dans ces collines, on trouve également des arbrisseaux comme :

 

Hebergeur d'image

l'aubépine monogyne (Crataegus monogyna)

 

Hebergeur d'image

le prunellier (Prunus spinosa)

 

Pour la viticulture, des essences exotiques ont été plantées à la place de la chênaie naturelle juste au-dessus des vignes :

 

Hebergeur d'image

le châtaignier européen (Castanea sativa) qui est une espèce spontanée autour de la mer Méditerranée

 

Hebergeur d'image

le robinier faux-acacia américain (Robinia pseudoacacia)

 

Leur bois imputrescible est utilisé pour fabriquer les poteaux et piquets de vigne et le robinier est particulièrement utilisé pour les manches d'outils.

 

Les pelouses sont composées de brome dressé (Bromus erectus) et de fétuque ovine (Festuca ovina).

 

Hebergeur d'image

brome dressé (Bromus erectus)

 

Hebergeur d'image

fétuque ovine (Festuca ovina)

Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage collinéen

Publié à 09:26 par acoeuretacris Tags : environnement flore massif des vosges étage collinéen
Environnement-Flore du massif des Vosges-Etage collinéen

Forêt de hêtres (Fagus sylvatica) des Vosges du Nord.

 

Dans les collines, les peuplements forestiers varient surtout en fonction de l’alimentation en eau, des populations de départ et de la richesse chimique des sols. Le type de végétation forestière le plus répandu est la chênaie-hêtraie.

 

- La chênaie-Hêtraie

 

L'étage collinéen est occupé par la chênaie-hêtraie. Sur le versant occidental plus humide, c'est le hêtre (Fagus sylvatica) qui domine. En revanche, le versant alsacien plus sec favorise le développement du chêne rouvre ou chêne sessile (Quercus petraea). Dans les sols riches, on trouve :

 

Hebergeur d'image

Le chêne pédonculé (Quercus robur)

 

Hebergeur d'image

L'Érable sycomore (Acer pseudoplatanus)

 

Hebergeur d'image

L'érable champêtre (Acer campestre)

 

Hebergeur d'image

Le charme commun (Carpinus betulus)

 

On trouve aussi des arbustes comme :

 

Hebergeur d'image

Le houx (Ilex aquifolium)

 

Hebergeur d'image

Le chêne rouvre (Quercus petraea)

 

Hebergeur d'image

Le pin sylvestre (Pinus sylvestris)

 

Hebergeur d'image

Le bouleau verruqueux (Betula pendula)

 

Ces arbustes sont les essences forestières les plus adaptées sur les sols pauvres en éléments minéraux.

 

Dans les sous-bois, on trouve différentes plantes comme :

 

Hebergeur d'image

la céphalanthère à feuilles étroites (Cephalanthera longifolia)

 

Hebergeur d'image

le gaillet odorant ou aspérule odorante (Galium odoratum)

 

Hebergeur d'image

le sceau de Salomon multiflore (Polygonatum multiflorum)

 

Hebergeur d'image

la violette des bois (Viola reichenbachiana)

 

Hebergeur d'image

le lamier jaune (Lamium galeobdolon)

Environnement - Flore du massif des Vosges -

Publié à 08:55 par acoeuretacris Tags : environnement flore massif des vosges
Environnement - Flore du massif des Vosges -

 

La flore du massif des Vosges se répartit entre un étage collinéen et un étage montagnard. L'étage collinéen s'étend jusqu'à 500 mètres d'altitude environ. Au-dessus de 500 mètres se situe l'étage montagnard, dont le point culminant est le Grand Ballon, à 1 424 mètres. Les différentes conditions environnementales (altitude, climat, topographie, types de sol, etc.) sont à l'origine d'une végétation variée. Du fait de l'orientation nord-sud de la zone montagneuse, il existe un contraste marqué entre l'est et l'ouest, les vents d'ouest apportant les précipitations qui tombent en abondance sur le versant lorrain et les sommets, alors que le versant alsacien est plus sec.

 

Hebergeur d'image

 

Le massif vosgien est recouvert de forêts à 60 %. À moins de 500 mètres, la forêt est de type chênaie-hêtraie. Entre 500 et 1 000 mètres, la chênaie-hêtraie cède la place à la hêtraie-sapinière. Au-delà de 1 000 mètres, le sapin disparaît et laisse la place à la hêtraie d'altitude, composée d'arbres de plus en plus chétifs à mesure qu'on gagne en altitude, et qui finit par être remplacée, à partir de 1 200 mètres environ, par des landes appelées localement « hautes chaumes ».

 

Hebergeur d'image

Haute chaume du Batteriekopf, parc naturel régional des Ballons des Vosges, Haut-Rhin.

 

Répartition de la flore

 

Le massif vosgien est principalement recouvert de forêt ; celles-ci couvrent 548 530 ha soit 60 % de sa superficie. Les essences principales les plus importantes en surface sont :

 

Hebergeur d'image

- Le sapin pectiné (Abies alba) (24 % du total)

 

Hebergeur d'image

(Une hêtraie en mai (BØgeskov i maj), tableau de Peter Christian Skovgaard.)

 

- le hêtre (Fagus sylvatica)  (24 %)

 

Hebergeur d'image

- l’épicéa commun (Picea abies) (20 %).

 

Parmi les autres arbres forestiers,

 

Hebergeur d'image

- le chêne rouvre (Quercus petraea) (8 %)


 

Hebergeur d'image

- le pin sylvestre (Pinus sylvestris) (11%)

 

sont les plus fréquents sur l’ensemble du massif vosgien

Environnement - Des sites à préserver - suite -

Publié à 17:47 par acoeuretacris Tags : environnement sites à preserver 2
Environnement - Des sites à préserver - suite -

Afrique du Sud

 

Le sud du continent africain est un lieu de passage d'espèces migratrices. La vie sauvage tente de s'y perpétuer malgré des ressources souvent insuffisantes et une cohabitation avec l'homme de moins en moins évidente.

 

69221.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

En quête d'eau et de pâturages plus verts, les zèbres empruntent la même route, de plus en plus asséchée chaque année.

 

69223.jpg

(Ushuaïa nature)

 

Alors qu'ils étaient 200 000 au siècle dernier, les zèbres ne sont plus que 20 000 à chevaucher ces grandes étendues pour fuir la sécheresse et trouver de quoi se nourrir. Ce déclin est dû en partie à leur isolement, mais aussi au braconnage et à la sécheresse qui sévit de plus en plus dans la région.

 

69227.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Proies des otaries, des phoques et des requins, les manchots souffrent également et de plus en pus de la pression de l'homme et de la pollution qui ont fait décliner l'espèce, classée aujourd'hui vulnérable par l'UCIN.

 

Le Soudan

 

69229.jpg

(Ushaïa Nature)

 

Au Soudan, Histoire et nature se mêlent pour offrir un spectacle unique. Les pyramides, mais aussi le Nil viennent rappeler le poids de l'histoire. Frontalier avec l'Egypte, le Soudan vit aussi au rythme du Nil, et les populations, tributaires de l'agriculture, voient ce fleuve légendaire s'épuiser peu à peu, ce qui est très inquiétant pour leur survie.

 

69231.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Les pyramides noires de la nécropole royale de Méroé symbolisent la grandeur passée des rois nubiens. Aujourd'hui, la sécheresse extrême, de plus en plus violente et le vent continuent d'éroder peu à peu ces vestiges du passé.

 

69233.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Aujourd'hui, le site de Méroé souffre de plus en plus de l'avancée du désert qui recouvre peu à peu de sable les monuments.

 

69235.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Les rives du Nil ont de tout temps été la source de nourriture et de vie des populations soudanaises et égyptiennes, depuis des siècles. Aujourd'hui, lorsqu'on s'éloigne du ruban vert, de plus en plus fin, que forme l'oasis le long du Nil, le désert reprend rapidement ses droits.

 

L'Arctique

 

69237.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Au printemps, la banquise fond. Poussés par les courants marins, les blocs de glace vont peu à peu rejoindre l'océan puis disparaître. Cet état de fait est connu depuis de nombreuses années, mais toutes les initiatives prises pour l'instant n'ont pas résolu ce problème, au contraire : la fonte des glaces s'accélère de plus en plus.

 

69239.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Sous les rayons du soleil, la banquise se fissure et se fracture libérant peu à peu les eaux figées depuis des mois sous la glace.

 

69241.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Les Inuitschassaient le morse pour sa peau, sa viande, son huile, ses défenses et ses os. Au cours du XIXe siècle, l'arrivée des occidentaux et la chasse intensive qui s'en est suivie pour répondre à une forte demande d'ivoire et d'huile de morse ont réduit les populations, désormais cantonnées dans les eaux les plus nordiques de l'Atlantique et du Pacifique.

 

69243.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Lorsque l'océan reprend ses droits sur la glace, une faune nombreuse revient bientôt à la surface et profitera comme il se doit du printemps arctique.

 

69247.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Le narvalest une espèce de baleine vivant dans les eaux froides de l'Arctique, et se déplaçant exclusivement en groupe. La population de narvals est estimée à environ 30 000 individus. L'espèce est aujourd'hui protégée et sa chasse très limitée.

 

Inde

 

69249.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Vestige du fort de Bandhavgarh, la statue de Vishnou trône aujourd'hui au cœur de l'ancien territoire de chasse des maharajas de Rewa, où un nombre considérable de tigres furent tués. Depuis 1968, ce domaine de 448 km² est considéré comme la plus grande réserve protégée de tigres de l'Inde.

 

69251.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Le tigre est un des plus grands emblèmes de l'Asie, pourtant sa chasse intensive a décimé l'espèce. Fauve énigmatique et fascinant, le tigre du Bengale, panthera tigris tigris, parcourt en solitaire de vastes territoires de chasse dans les forêts asiatiques.

 

69253.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Inutile de rappeler combien l'espèce est menacée. Le tigre a vu passer ses effectifs de plus de 40 000 individus en Inde il y a un siècle, à moins de 2 000 dans les années 1970, avant qu'Indira Gandhi en personne ne déclare l'espèce protégée, en 1973. On compte aujourd'hui entre 3 000 et 4 500 individus.

 

69255.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Avec son corps massif comme enfermé dans une cuirasse, le rhinocéros indien unicorne est l'un des plus gros mammifères du continent asiatique. Le mâle adulte pèse en moyenne 1,8 tonnes. Lorsqu'il charge, il peut atteindre une vitesse de 40 km/h.

 

69257.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Comme plusieurs espèces menacées dans le monde, le rhinocéros fait l'objet d'un programme d'élevage européen. Convoités pour leurs cornes, les rhinocéros d'Asie sont en voie d'extinction, il en resterait environ 2 400 en Inde.

Environnement - Des sites à préserver -

Publié à 17:14 par acoeuretacris Tags : environnement sites à preserver
Environnement - Des sites à préserver -

La Fonte des glaces au Groënland

 

Plusieurs paradis terrestres, ainsi que leurs habitants, sont aujourd'hui menacés à cause des activités humaines.

 

69108.jpg

(Hushuaïa Nature)

 

La calotte glaciaire ne cesse de se fissurer et de craquer pour laisser peu à peu place aux eaux libres. C'est à cause du réchauffementplanétaire que la banquise se disloque sous les rayons du soleil, provoquant la dérive d'énormes blocs de glace : les icebergs.

 

69116.jpg

Ours Polaire (Ushuaïa Nature)

 

Le roi de l'Arctique risque malheureusement de voir un tiers de ses effectifs - on compte actuellement 25 000 ours polaires - disparaître au cours des prochaines décennies. En effet, la fonte des glaces empêche l'ours de constituer suffisamment de réserves pour l'hiver.

 

69122.jpg

Fonte des glaces, vue du ciel (Ushuaia Nature)

 

Au retour du printemps, les blocs de glace qui forment l'inlandsis, l'immense calotte glaciaire au Groenland, amorcent leur dérive dans un incroyable chaos.

 

69126.jpg

Arche de neige (Unshuaïa Nature)

 

Nicolas Hulot est l'instigateur de ces reportages sur ces sites naturels menacés : "Excepté l'émotion purement esthétique, on doit prendre conscience que la terre est un tout régit par des mécanismes sophistiqués mais aussi vulnérables et que, à l'avenir, l'homme devrait avoir une plus grande humilité face à la nature"

 

69132.jpg

Escalade des Icebergs (Ushuaïa Nature)

 

L'escalade d'un iceberg est une expérience exceptionnelle, mais qui devient de plus en plus aléatoire et difficile à pratiquer à cause du réchauffementgénéral des températures.

 

Les Galapagos

 

69138.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Pas moins de cinquante volcans sculptent les reliefs de ce territoire bordé à l'est par la Cordillère des Andes et à l'ouest par la forêt amazonienne. C'est ici que Darwin mit au point sa théorie sur l'évolution, et c'est ici que vivent des espèces animales n'existant nulle part ailleurs.

 

69142.jpg

Le crabe à pattes rouges (Ushuaïa Nature)

 

Le crabe à pattes rouges fait partie des 120 espèces de l'archipel des Galápagos, lieu de diversité biologique unique au monde.

 

69144.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

L'archipel des Galápagos est composé de 5 grandes îles, 14 moyennes et de 42 îlots. Né des mouvements volcaniques de points chauds, l'archipel des Galápagos recèle des trésors naturels que l'on a peu coutume d'observer sur la planète.

 

69188.jpg

Iguane marin (Ushuaïa Nature)

 

L'iguane marin est classé vulnérable sur la liste rouge de l'UICN. En 2001, le naufrage du pétrolier Jessica a causé la perte d'une grande partie de la population de l'archipel, empoisonnée aux hydrocarbures. Comme tout l'écosystème des Galápagos, les iguanes sont également menacés par l'intensification du tourisme sur le site.

 

69193.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Les îles Galápagos sont une série de volcans nés du mouvement des plaques terrestres Cocos et Nazcas. Cette région où foisonne la vie a inspiré Darwin, et est encore aujourd'hui un site d'observation animalière de premier plan.

 

69190.jpg

(Ushuaîa Nature)

 

La petite île de Bartolomé est formée de coulées de lave sur lesquelles poussent des cactus. Sur ces îles vivent également 14 espèces de pinsons, descendant toutes d'un même ancêtre, et qui illustrent la théorie de l'évolution.

 

Le désert de Danakil

 

69197.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

L'assortiment des couleurs de ces mares d'acide, jaunes, vertes, blanches et brunes rendent le paysage totalement féerique. Pourtant les populations y vivant, ainsi que certaines espèces animales, se trouvent menacées.

 

69199.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Le loup d'Abyssinie est une espèce en danger protégée par l'UICN, l'Union Internationale de la Conservation de la Nature. De petite taille et de couleur rousse, cet élégant animal pourrait facilement être confondu avec un renard.

 

69207.jpg

(Ushuaïa Nature)

 

Le loup d'Abyssinie est une espèce endémique vivant sur les hauts plateaux éthiopiens entre 3 000 et 4 500 mètres d'altitude. En 2003, une épidémie de rage, transmise par des chiens errants, a décimé plus de 75 % de la population des loups d'Abyssinie. Il faut maintenant continuer les campagnes de vaccination et de prévention auprès des populations alentours, pour sauver cette espèce menacée.

 

69209.jpg

Caravanes de sel (Ushuaïa Nature)

 

Les populations dans cette partie de l'Ethiopie vivent du commerce du sel. En effet, sur le lac Assal, les caravanes chargées de sel parcourent des kilomètres pour rejoindre les villes dans lesquelles sera vendue leur précieuse marchandise.

 

69216.jpg

(Ushuaïa nature)

 

Travaillant par plus de cinquante degrés, les Afars, qui vivent du commerce du sel, sont un peuple vivant dans l'anonymat le plus complet, depuis des millénaires. Il est important que les scientifiques parlent de ces peuples, qui font partie intégrante de la culture mondiale.

 


Environnement - Sites et animaux menacés -

Publié à 08:37 par acoeuretacris Tags : sites et animaux menacés environnement
Environnement - Sites et animaux menacés -

 

Les Gorges de l'Ardèche - France

Ce magnifique canyon du sud de la France, entouré et protégé par une Réserve naturelle créée en 1990, est, comme de très nombreux sites, victime de son succès. La fréquentation touristique atteint aujourd'hui des records, avec plus d'un million de visiteurs. Aujourd'hui, la construction de structures d'accueil et d'équipements touristiques divers menace de dénaturer ce site majestueux. Créée en 2002, la Charte européenne du Tourisme Durable dans les espaces protégés permettra peut-être d'endiguer ce phénomène.

Pays : France
Principale menace : le tourisme


everglades-357728-22af430.jpg

Le parc National des Everglades - Etats Unis

Situé en Floride, ce parc déclaré Réserve de biosphère en 1976, est également classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. Il abrite un écosystème fragile, composé de mangroves, au cœur duquel vivent 36 espèces menacées, dont la panthère de Floride et le crocodile américain. C'est également un lieu de reproduction recherché pour de nombreux échassiers. Depuis plusieurs dizaines d'années, ce vaste milieu naturel subtropical est menacé par la diminution du volume d'eau, détournée afin d'alimenter la région, et qui a causé une diminution de la population des espèces limicoles de 90 %. L'urbanisation et la pollution achèvent actuellement l'un des plus beaux trésors naturels des Etats-Unis.

Pays : Etats-Unis
Principale menace : l'irrigation


chat-andes-355199-22af43b.jpg

Le chat des Andes -

Ce félin très rare vit dans les zones arides des Andes, entre 3 000 et 5 000 m d'altitude, où la végétation est quasi inexistante et le froid extrêmement rude. C'est la raison pour laquelle les biologistes connaissent mal ses habitudes ainsi que le nombre exact de sa population et qu'il est difficilement observable dans son milieu naturel. Petit, il mesure environ 65 cm pour 4 kg, discret, doté d'une fourrure grise à brune, rayée et tachée, il passe inaperçu dans son milieu naturel. Il a été classé par la CITES sur la liste rouge des espèces menacées comme "en danger". En effet, le chat des Andes dépendrait du chinchilla pour se nourrir, espèce elle aussi en danger car chassée pour sa fourrure.

Pays : Argentine, Chili, Pérou, Bolivie
Principale menace : Diminution de sa source principale de nourriture



Erg entre Fachi et Bilma dans le désert du Ténéré

Réserve naturelle de l'Aïr et du Ténéré - Niger

Il s'agit de l'une des plus grandes du monde, qui abrite en son centre un sanctuaire des addax. Elle est l'aboutissement de la réflexion faite depuis de nombreuses années par des organisations de protection de la nature, telles que l'IUCN et le WWF, autour de la situation dramatique des espèces de nombreux animaux sauvages tels que l'oryx gazelle, l'addax, le guépard, l'autruche, le mouflon à manchettes... La Réserve est créée en 1988 par l'Etat nigérien et est inscrite en 1993 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. En tant que refuge de la faune saharienne, elle constitue en outre de par l'exceptionnelle beauté de ses paysages un lieu à préserver coûte que coûte. C'est notamment en luttant contre le braconnage que la situation de ces animaux rares pourra s'améliorer.

Pays : Niger
Principale menace : Braconnage


387142_6t43lxt4bx.jpg

Le renard polaire

Seul mammifère natif d'Islande, peuplant notamment les régions arctiques du continent nord-américain, le renard polaire (Vulpes lagopus) vit également dans certaines contrées de Scandinavie, en Suède, en Norvège, en Finlande et dans la Péninsule de Kola. Plus petit que le renard roux, le renard arctique se nourrit essentiellement d'oiseaux et de leurs œufs et de lemmings. C'est dans ces régions que ses populations sont en baisse constante depuis le début du XXe siècle, lorsque le prix de sa fourrure atteignait des records. Aujourd'hui, malgré de nombreux programmes de protection, on estime à 140 le nombre d'adultes, un chiffre qui rapproche l'espèce de la non-viabilité.

Pays : Finlande, Norvège, Suède
Principale menace : la chasse


flamand-rose-camargue_.jpg

La Camargue - France

Zone humide d'importance exceptionnelle côtoyant la Méditerranée, la Camargue est un espace protégé par un parc naturel régional depuis 1972. Formé par le delta du Rhône, le site accueille quantité d'espèces animales et végétales, dont de nombreux oiseaux tels que le flamand rose. La Camargue est d'ailleurs un site de nidification très important en France. Actuellement, l'érosion et la remontée du sel liée à la montée des eaux causée par le réchauffement climatique, la pollution du Rhône font de cet espace fragile un biotope menacé. Elevages taurins et équins, mines de sel, riziculture... L'Homme profite des ressources naturelles de cette région, mais il devient nécessaire d'adopter un tourisme et une économie durables afin de préserver ce milieu menacé.

Départements : Bouches-du-Rhône et Gard
Principale menace : Erosion


2659244-22af486.jpg

Le phoque de la Caspienne

Ce mammifère marin se trouve uniquement dans cette région du monde où il est passé d'espèce vulnérable à menacée. En hiver, les blocs de glace de la Caspienne sont vitaux pour que le phoque de la Caspienne puisse donner naissance à ses petits et les élever. La population de phoques de la mer Caspienne a décliné de 90 % ces 100 dernières années à cause de la chasse, la dégradation de son habitat, la pollution... et ce déclin continue aujourd'hui. Depuis 2005, le nombre de jeunes a dégringolé de 60 %, atteignant à peine les 6 à 7 000 naissances. Les chercheurs craignent même que les femelles soient en nombre insuffisant pour pouvoir perpétuer l'espèce ces prochaines années.

Région : Mer Caspienne
Principale menace : Pollution


parc-national-gal.jpg

le Parc national des Galapagos

Extrêmement fragile du fait d'une flore et d'une faune endémiques exceptionnelles, l'archipel des Galápagos constitue une perle pour l'humanité. Au large de l'Equateur, cet ensemble d'îles est en grande partie classé en Parc National et inscrit au patrimoine national de l'UNESCO depuis 1978. Une réserve marine complète le dispositif de protection. Curieux de cette nature préservée, les touristes se sont multipliés ces dernières années, et malgré les règles strictes d'accès, l'affluence (multiplication par trois en 10 ans) perturbe les espèces, sans compter l'augmentation de l'immigration et donc de la population présente sur place. La prolifération d'espèces envahissantes et la surpêche constituent également des menaces. En 2007, l'Unesco a donc décidé d'aller plus loin en inscrivant les Galápagos sur la liste des sites du patrimoine mondial en danger.

Pays : Galápagos (Equateur)
Principale menace : Tourisme


20080324elpepisoc5-22af49c.jpg

le Lynx Ibérique

Confiné au sud-ouest de la péninsule ibérique, entre l'Espagne et le Portugal, le lynx ibérique est aujourd'hui en voie critique d'extinction, selon l'IUCN. Ce magnifique félin, dont il ne resterait que 84 à 143 adultes selon les estimations, doit sa raréfaction au déclin de sa proie principale, le lapin européen. En 1950, l'introduction de la myxomatose dans ces régions, afin de contrôler les populations de lapins qui proliféraient, en a décimé un grand nombre. Après cela, une épidémie de pneumonie hémorragique a continué à faire baisser les populations de lapins, mettant encore plus en danger la survie du lynx ibérique. Afin de maintenir la population de lynx, des lapins ont été élevés et relâchés dans la nature. Mais le réseau routier grandissant, les lynx sont aussi touchés par des accidents de voiture ou encore chassés illégalement ou victimes de maladies. Ce prédateur apparemment solide est donc aujourd'hui extrêmement menacé par diverses causes qu'il est difficile d'enrayer.

Pays : Espagne, Portugal
Principale menace : Diminution de sa nourriture


inn0602-22af4b0.jpg

Le lac dal

Au nord de l'Inde, dans la province du Cachemire, l'un des joyaux bleus du pays est aujourd'hui dans une situation presque désespérée. Le lac Dal reçoit chaque jour les déchets et les eaux usées de centaines de villages et hôtels. L'agriculture intensive menée dans la région provoque de plus des dégâts irrémédiables à travers l'installation de jardins flottants. Egalement menacé par la prolifération d'une algue mystérieuse qui asphyxie la faune et la flore locales, il ne couvre aujourd'hui que 12 km² contre 75 m² au XIIe siècle. Ce drame suscite enfin des réactions, de la part d'association comme Hope, d'institutions (l'Autorité de développement des lacs et des cours d'eau), tandis que le gouvernement de l'Etat envisage la création d'un fonds de protection du lac Dal.

Pays : Inde
Principale menace : la pollution


702l-elephant-d.jpg

L'éléphant d'Afrique

L'éléphant d'Afrique se retrouve dans 37 pays du sud du Sahara, en Afrique. Cet animal apprécie particulièrement la forêt dense, la savane et les plaines herbeuses. On en trouve même dans les plaines arides de Namibie et du Mali. Pourchassés pour leur ivoire et recherchés pour leur viande par les populations locales renforcent les menaces qui pèsent sur cette espèce. A travers le continent africain, on estime que la population a décliné de 25 % entre 1979 et 2007. Grâce à de nombreux efforts de conservation, certaines populations du sud et de l'est de l'Afrique ont néanmoins augmenté ces dernières années.

Pays : Afrique
Principale menace : Braconnage


grande-barri-re-de-corail-22.jpg

La grande barrière de corail

Au nord-est de l'Australie, sur environ 2 300 kilomètres de long, on peut admirer la plus grande structure vivante sur Terre. La Grande Barrière de corail (Great Barrier Reef) regroupe un ensemble de 3 000 récifs éparpillés autour de 900 îles. Dans ce paradis aquatique vivent 350 coraux différents, plus de 1 500 espèces de poissons et de crustacés, et une trentaine de cétacés. Cette réserve étonnante de biodiversité est aujourd'hui gravement menacée par la pollution marine, la pêche et le tourisme. Mais le danger essentiel qui la guette demeure le réchauffement climatique,  qui a pour conséquence le blanchissement des coraux, puis leur disparition. Aujourd'hui, de nombreux efforts sont consentis afin de sauver ce trésor naturel, comme l'interdiction de la pêche ou l'intégration du tiers de la zone dans un parc national.

Pays : Australie
Principale menace : le réchauffement climatique


6a00d8341.jpg

Le cratère du N'Gorongoro

Souvent qualifié de huitième merveille du monde et classé au patrimoine mondial de l'Unesco en 1978, cette caldeira située en Tanzanie abrite la plus grande concentration d'animaux sauvages au monde. Pourtant, depuis quelques années certaines espèces animales, comme les gazelles ou les gnous ont vus leurs effectifs sensiblement diminuer. Les rhinocéros sont le triste symbole de ce drame, car braconnés pour leurs cornes. Mais ce sont les touristes, venant de plus en plus nombreux admirer ces merveilles en 4x4, créant ainsi de véritables bouchons, qui perturbent ce fragile écosystème. Le peuple masaï doit par ailleurs cohabiter avec ces animaux sauvages, faisant paître le bétail au milieu des lions, léopards et autres éléphants. Mais leur territoire se réduit au fur et à mesure que leur population augmente. Nous sommes au cœur d'une problématique de développement durable, où l'homme doit pouvoir vivre dignement sans perturber cet écosystème naturel qui constitue une richesse inestimable.

Pays : Tanzanie
Principale menace : tourisme, braconnage, partage du territoire avec les masaïs, confinement propice à la propagation d'épidémies


panda_geant02.jpg

Le panda géant

Le panda géant est aussi adoré que menacé. Cette espèce a en effet été déclarée trésor national en Chine en 1949, mais reste chassée pour sa fourrure, dont le marché japonais semble friand. Il a été choisi comme emblème de l'organisation mondiale de protection de la nature, le WWF, mais demeure aujourd'hui encore sur la liste rouge de l'IUCN et celle de la CITES sur le commerce international d'espèces menacées d'extinction, en tant que très menacée. Ce grand mangeur de bambous, dont il ne resterait que 1 600 individus dans le monde, est menacé par la fragmentation de son territoire, dans les forêts montagneuses du sud-ouest de la Chine, sans compter que les populations de pandas sont isolées les unes des autres. Le taux de reproduction en captivité restant faible, les espoirs pour la survie du panda géant sont minces.

Pays : Du sud-ouest de la Chine à l'est du plateau tibétain
Principale menace : Déforestation, exploitation du bambou


vautour-percnoptere-.jpg

Le vautour percnoptère

Malgré un air peu engageant, le vautour percnoptère est une espèce fragile. Menacé de disparition au niveau mondial, ce charognard est actuellement considéré comme une espèce en danger sur la liste rouge de l'Union Mondiale pour la Conservation de la Nature. Disparition de son alimentation, chasse, pillage des nids, dangers de la migration... le percnoptère est victime de nombreux dangers. Bonne nouvelle cet été, délivrée par la LPO, pour la population française de cette espèce : le programme européen LIFE Nature a permis aux individus du Sud-Est de la France de regagner du terrain ces dernières années. Mais le combat n'est pas terminé : dans les pays de l'est européen, les populations ont décliné de 50 % et ont totalement disparu de la Bosnie et la Serbie.

Continents : Afrique, Europe, Asie
Principale menace : Disparition de la nourriture, chasse

Environnement - Les fleurs protégées en France -

Publié à 14:09 par acoeuretacris Tags : fleurs protégées environnement
Environnement - Les fleurs protégées en France -

 


Pour préserver les espèces végétales menacées et permettre leur conservation, la France a établi une liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du territoire mais également des fleurs protégées par région. Il est donc interdit de les détruire, couper, mutiler et arracher. La cueillette, le colportage, la vente ou encore l'achat de ces fleurs est formellement interdit. Si jamais vous croisez quelques-unes de ces espèces lors d'une balade, profitez de cette chance pour les contempler à l'état sauvage.


l-ancolie-alpes-.jpg

L'ancolie des Alpes

Cette plante endémique des Alpes est une fleur toxique mais son élégance et sa couleur en font une fleur très agréable à regarder.


hibiscus-columnaris-.jpg

L'hibiscus columnaris

Cette fleur se trouve sur un petit arbre à plusieurs troncs. Sa corolle campanulée est d'un jaune vif, puis devient au fur et à mesure, d'un rouge éclatant. Vous ne pourrez l'observer qu'à l'île Maurice ou à la Réunion.


cirse-montagnes.jpg

La cirse des montagnes

Vous pourrez rencontrer ce grand cirse dans les aunaies subalpines. Vous le reconnaîtrez à sa grande taille et à ses fleurs entourées de bractées crochues et visqueuses.


lys-martagon-.jpg

Le Lys martagon

Cette plante bulbeuse est protégée dans certains endroits où elle se fait plus rare, comme en Auvergne ou en basse Provence. Si elle a fière allure, son odeur est peu agréable.


gentiane-ligure-.jpg

La gentiane ligure

C'est une espèce encore mal connue. Ses fleurs sont composées de cinq pétales formant une corolle bleue. Elle est endémique des Alpes Maritimes.


foetidia-mauritiania-.jpg

Le foetidia mauritiania

Cette fleur se reconnaît à ses quatre sépales persistants et ses étamines nombreuses. L'arbre sur lequel on peut la trouver est aussi appelé bois puant car il contient une huile résineuse fétide, qui sent tellement mauvais qu'elle repousse les insectes.


panicaut-alpes-.jpg

Le Panicaut des Alpes

Le panicaut des Alpes, également appelé chardon bleu est une plante qui pousse uniquement dans une terre calcaire. Vous pourrez l'admirer aux mois de juillet et d'août.


colchique-corse-.jpg

La colchique de Corse

Cette espèce est très proche de la colchique alpine. C'est une fleur miniature qu'on repère grâce à sa couleur émeraude.


cytise-d-ardoino.jpg

La Cytise d'ardoino

Cette fleur est non seulement protégée en France mais est également considérée comme rare dans le monde. Elle est endémique à la région des Alpes-Maritimes.


cryptopus-elatus-.jpg

Le cryptorus elatus

Vous ne trouverez cette plante qu'entre 400 et 1 200 mètres d'altitude. Ses pétales sont blancs, mais son cœur peut être rouge, jaune ou orange. Cette plante de la famille des orchidées n'a aucune odeur.


l-orchidee-sauvage-.jpg

L'orchidée sauvage

Cette fleur est devenue rare et on la trouve surtout dans les réserves naturelles.


l-aster-pyrenees-.jpg

L'aster des Pyrénées

Cette plante herbacée fut la cible de nombreux collectionneurs aux XIXe et XXe siècles, qui contribuèrent largement à sa raréfaction.


sabot-de-venus-.jpg

Le sabot de Venus

Cette fleur jaune fait partie de la famille des orchidées. Sa tige peut atteindre les 60 cm. En général, elle ne produit qu'une seule fleur que vous pourrez admirer entre mai et juillet.


ochrosia-borbonica.jpg

L'ochrosia borbonica

C'est une espèce endémique de l'île Maurice et de la Réunion communément appelée Bois jaune. Elle rappelle la fleur du frangipanier mais en plus petite, et sent divinement bon.


l-androsace-cylin.jpg

L'androsace cylindrique

Vous ne trouverez cette fleur que dans la rocaille des Pyrénées. Beaucoup d'Androsaces figurent sur la liste des fleurs protégées en France.