Thèmes

animaux années 50 antiquité arbres archeologie astrologie astronomie au jardin boissons bonbons bonjour bonsoir

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Animaux - Oiseaux - (58)
· Mythologie Greco-romaine- (74)
· La(les)mode(s) - (17)
· Années 50 - (37)
· Arbres et arbustes (22)
· Au Jardin - (27)
· Parcs , réserves naturelles, zoos... (49)
· Préhistoire - (25)
· Mammifères - (29)
· Histoire - Antiquité - (23)

Rechercher
Blogs et sites préférés

· aerin
· ange
· Anne
· arcus
· Arnaud
· Audrey
· babethhistoires
· Beatrice.
· Beatrice
· Brigitte.

Voir plus


Statistiques

Date de création : 27.11.2008
Dernière mise à jour : 08.02.2013
5848 articles


Animaux - articles divers -

Animaux - articles divers- Dans la religion -

Publié à 18:02 par acoeuretacris Tags : animaux divers animaux et religion
Animaux - articles divers- Dans la religion -

 

L’Animal dans la religion

 

L’humanité a été profondément influencée par l’animal. Les animaux sont à la base de nombreux échafaudages culturels et idéologiques. Ils sont également au cœur des mythes fondateurs. Selon chaque religion, l’animal est déifié ou diabolisé.
Dans beaucoup de civilisations, des divinités sont associées à des animaux, le panthéon égyptien antique étant le plus connu.

 

Les dieux de l’Egypte


En dehors des dieux à tête d’animal, le culte des animaux eux-mêmes est un élément fondamental de la religion égyptienne.
L’un des premiers animaux ainsi déifiés est le taureau, Apis, qui a été identifié avec Rê, Osiris et Ptah, tous des dieux majeurs.

 

La civilisation crétoise dite minoenne accordait également une place considérable au taureau. Selon la légende, Europe était une belle jeune fille que Zeus enleva, déguisé en taureau blanc.

 

Amonest parvenu à s’élever au dessus des autres dieux. Il a fait de Thèbes un centre religieux. Il est représenté avec une tête de bélier. Il s’identifia ensuite au soleil et devint Amon-Rê. Par lui, le pharaon est vraiment de race divine.

 

8567388-b-lier-gyptien-la-ram-est-la-cr-ature-qui-repr-sente-amon-ra-dieu-des-rois-et-roi-des-dieux-la-plus-.jpg

 

Anubisou Inpou« Celui qui a la tête d’un chien sauvage » est le dieu des funérailles. Il est représenté sous la forme d’un chacal couché ou d’un homme à tête de chacal.

 

anubis-jml23.jpg

 

Apophisest un serpent géant qui attaque quotidiennement le soleil. Il est à chaque fois vaincu.

 

seth_apopis.jpg

 

Bastetest représentée par une chatte ou une femme à tête de chat. Le chat sauvage a été domestiqué par les égyptiens il y a environ 4 000 ans. L’espèce était vénérée à travers cette déesse qui représentait la joie et la fécondité.

 

bastet.jpg

 

A ce titre, le chat a fait l’objet d’un véritable culte. A sa mort, des maîtres se rasaient les sourcils et l’on embaumait l’animal pour l’ensevelir dans des tombeaux sacrés.

 

Chentaït« la veuve » à l’apparence de vache incarne l’enveloppe protectrice au sein de laquelle Osiris peut se régénérer.

 

Heqet est une déesse grenouille qui donne la vie aux êtres qu’elle créée.

 

heqet.jpg

 

Horus est représenté sous la forme d’un faucon ou d’un homme à tête de faucon. « Celui qui est loin » incarne le soleil et le ciel.

 

horus.jpg

 

Khentamentiou apparaît avec une tête de chien. C’est le guide des morts concurrencé par Anubis.

 

Nekhbet est le plus souvent figurée sous la forme d’un vautour.

 

nekhbet.jpg

Nekhbet sur un mur d'un temple égyptien à Louxor. Image Egonwegh

 

Elle préside aux accouchements.

 

Selkis est une déesse scorpion qui protège les viscères du mort.

 

selkis.jpg

 

La société totémique


Les mythologies et religions situent souvent l’origine des hommes dans le monde animal. Dans le totémisme, les civilisations établissent des relations d’analogie entre les groupes humains et des animaux.

Par exemple, l’origine mythique du peuple tibétain est attribuée à l’union d’un singe et d’une démone des rochers.
La ville de Rome est née grâce à une louve qui a allaité les jumeaux, Remus et Romulus.
Ces croyances ont bien sûr influencé la manière dont l’homme a traité les animaux. L’animal-totem avait toujours un traitement de faveur.

 

romulus.jpg

Louve de Remus et Romulus. Image Hunter 369

 

D’une manière plus générale, le sort que l’homme a réservé aux animaux était lié à la position que la civilisation attribuait à l’homme dans la nature.
Dans les civilisations judéo-chrétiennes, l’homme a été créé à l’image de Dieu. Il occupe donc une position dominante par rapport aux espèces animales.

 

La Mangouste : symbole du Bien contre le Mal


L’ichneumon, une espèce de mangouste, figure dans des fresques et des bas-reliefs qui datent de l’Ancien Empire d’Egypte, il y a plus de 4 500 ans.
C’était un animal vénéré pour ses talents de chasseur.

 

Dans la civilisation gréco-romaine, on voua un véritable culte à la mangouste.

 

mangouste.jpg

Combat de la mangouste contre le serpent. Image Lawrence OP

 

Certaines légendes indiennes remontant à 1 000 ans avant notre ère font apparaître la mangouste dans le rôle du sauveur de l’homme. Tueuse intrépide de serpents venimeux, elle symbolise la victoire du Bien sur le Mal.

 

Le Cerf : vie éternelle et renaissance


Les paraboles religieuses construites autour du cerf sont innombrables. Lors de la christianisation de l’Europe, les prêtres missionnaires utilisèrent la force métaphorique du cerf pour se faire entendre des païens. C’était une preuve de l’existence de Dieu : son trophée qui tombe chaque année pour repousser encore plus fort illustrait la vie éternelle.
Les bois évoquaient aussi la croix portée par le Christ alors que la ramure à 10 cors représentait les Dix Commandements.

 

7050507cerf-jpg.jpg

 

Portrait de Dieu dans les psaumes, il est aussi le païen qui désire le baptême. La légende prétend que le cerf voue une haine farouche au serpent, c’est-à-dire au démon.

 

Le Tigre : la puissance


Objet d’un véritable culte, le Tigre est indissociable des dieux des civilisations de la vallée de l’Indus. Son effigie orne murs et objets.

 

Tigre-Royal-Bengale-5.jpg

 

On le retrouve également dans les chambres funéraires de Chine.
Il sert également de monture au dieu indien mi-homme, mi-éléphant, Ganesha, à la déesse Durga ou au dieu Çiva.

 

Pour se préserver des esprits maléfiques, les chinois dessinent la silhouette du tigre sur les portes des maisons.

 

L’Ours : Chasse et fertilité


Selon la légende, Artémis aurait transformé la nymphe Callisto en ourse, que Zeus aurait alors changé en constellation.
Nos ancêtres ont toujours associé l’ours au culte de la chasse et de la fertilité. La plupart des tribus indiennes attribuent à l’ours des pouvoirs magiques et bienfaiteurs.

 

ours_brun_ld05.jpg

 

L’ours a également servi à certaines pratiques religieuses, comme l’ours apprivoisé des Aïnous d’Hokkaïdo, au Japon.
Les femmes Aïnous allaitent au sein de jeunes oursons enlevés à leur mère. Vers trois ans, au cours d’une fête annuelle, l’ours est emmené à travers le village pour une procession cérémonielle.
On le blesse ensuite avec des flèches et lorsqu’il est devenu furieux, on le tue, généralement en l’écrasant entre deux poutres.
Les femmes exécutent des danses en son honneur, puis pleurent l’ours, et enfin on le mange au cours d’un festin.
Pour ce peuple, l’esprit de l’ours, qui est perçu comme un messager des dieux, retourne après sa mort dans les mondes supérieurs.

 

Chez les Celtes, l’ours est le symbole de force et de pouvoir temporel. L’ours est associé au sanglier, symbole du pouvoir sacerdotal des druides.

 

Le Dieu Crocodile


Dans l’Ancienne Egypte, la puissance du crocodile a été interprétée comme une incarnation divine.
Le dieu Sobek est représenté par un corps d’homme surmonté d’une tête de crocodile. Des crocodiles embaumés témoignent de l’importance de ce culte qui donna lieu à la création de Crocodilopolis, ville préférée des pharaons du Nouvel Empire.

 

sobek-2.jpg

Offrande au dieu Sobek. image Albino Flea

 

Le crocodile a conservé des adeptes un peu partout dans le monde. En Nouvelle-Guinée, certaines tribus revendiquent encore leur appartenance au peuple crocodile et s’y identifient par des sacrifications.
Le crocodile symbolise la puissance, l’intelligence et la ruse. Il est souvent lié à la création du monde.

 

L’Ecureuil : Animal sacré


L’écureuil se retrouve dans de nombreuses légendes et religions. Il occupait une place particulièrement importante dans les religions indiennes et germaniques.
Dans la légende allemande, le dieu Donar considérait l’écureuil roux comme un animal sacré du fait de sa couleur flamboyante.

 

ecureuil-500.jpg

L'écureuil, animal sacré dans la mythologie germanique. Image Gilles Gonthier

 

Les Germains et les Anglo-Saxons pratiquaient des rituels avec sacrifices d’écureuils à l’occasion des solstices d’été et d’hiver.

 

L’Antilope : le culte de la Lune

 

10336_ANTILOPE.jpg

 

Actuellement menacée sur toute son aire de distribution, l’antilope cervicapre survit encore en Inde. Cette espèce doit sa survie à de fortes croyances religieuses. Tirées du pelage contrasté et des longues cornes torsadées, les légendes ont fait d’elle un animal sacré, lié au culte de la lune.

 

Le Dieu Jaguar


De nombreuses légendes auréolent le jaguar. Les tribus indiennes du Rio Napo, dans l’ouest de l’Amazonie, pensaient que le félin était la réincarnation d’un sorcier défunt.
Les Mayas adoraient le dieu jaguar, tout comme les Zapothèques.

 

Les Olmèques vénéraient un dieu, né des amours mythiques d’une femme et d’un mâle jaguar.

 

jaguar-800.jpg

Dieu Jaguar à Teotihuacan. Image schizoform

 

Aujourd’hui encore, les Chamans des Indiens Guajiros disent se transformer en jaguar pour communiquer avec le monde

 

La jungle amazonienne abrite les Matis, appelés aussi « hommes-jaguars ». S’identifiant au félin qui symbolise la puissance de la nature, ils lui empruntent ses attributs : des tatouages sur le visage et de fines branches plantées dans les ailes du nez figurent les moustaches de l’animal vénéré.

 

Le Bison : le Grand Esprit


Les Indiens avaient fait du bison un dieu. Rarement l’homme et l’animal entretinrent une relation aussi intime.

 

bison_cc02.jpg

Bison américain des plaines. Image Jeff Fennel

 

« Tu es venu du bison sur la Terre et maintenant tu retournes à la patrie des animaux, de tes ancêtres, des quatre esprits ; voyage en paix ! », telles étaient les paroles délivrées aux mourants par les sorciers indiens.

 

Le Papillon : Insecte spirituel


En Grec, le terme de psyché désigne tout à la fois l’âme humaine et le papillon.
Selon la mythologie, Prométhée façonna le corps humain avec de l’argile. Athéna y insuffla un papillon pour l’animer. La métamorphose de la chenille en papillon est un symbole qui est repris dans toutes les traditions spirituelles de l’humanité.

 

papillon21-538.jpg

 

Comme le papillon émergeant de sa chrysalide, l’âme humaine est appelée à renaître des épreuves pour s’éveiller à la sagesse.

 

Un primate vénéré : L’Entelle


En Inde, l’entelle est considéré comme un singe sacré car il est le descendant du dieu-singe Hanuman selon la mythologie hindouiste.

 

entelle-ld1.jpg

 

Le Ramayana, épopée du dieu Rama écrite il y a plus de 2 000 ans, raconte les exploits de Hanuman et de son peuple-singe.
Sita, la femme de Rama était gardée prisonnière dans l’île de Sri Lanka par Ravana, le roi des démons. Hanuman, à la tête d’une armée de singes, libéra la captive après cinq jours de combats.

 

hanuman.jpg

Hanuman, à la tête d’une armée de singes. (Version Thaï. Ramayana). Image Pnongnoot (Emerald Buddha Temple).

 

Il se brûla les mains et le visage lors d’un combat. C’est ce qui explique pourquoi les singes sacrés ont le visage et les mains noirs.

 

Le Ramayana est une croyance encore très vivace en Inde. Des offrandes sont faites chaque semaine aux entelles.

 

Son statut de singe sacré empêche les Indiens de le chasser ou de le tuer. Le singe s’en donne d’ailleurs à cœur joie. Ses razzias dans les cultures sont fréquentes.

Animaux - articles divers- Tésors des Monts Foja -

Publié à 10:00 par acoeuretacris Tags : animaux divers monts foja
Animaux - articles divers- Tésors des Monts Foja -

 


C'est dans la forêt vierge des monts Foja en Nouvelle-Guinée, l'un des lieux les plus inaccessibles au monde, que ces nouvelles espèces ont été observées. Une équipe de biologistes de l'organisation Conservation International s'est rendue sur place pour découvrir la formidable biodiversité recelée par la forêt tropicale.


grenouille-long-nez-618359-211bd94.jpg

La grenouille au long nez

De nouvelles espèces ont été découvertes dans les monts Foja, en Nouvelle-Guinée, par une équipe internationale de scientifiques, telles que cette étrange grenouille. Surnommé Grenouille Pinocchio à cause de son long nez, cet amphibien a été découvert totalement par hasard sur le campement. Surprenant, son appendice nasal semble indiquer sa condition physique, selon s'il pointe vers le ciel ou retombe.


minuscule-kangourou-618376-211bda8.jpg

Minuscule kangourou

Cet animal est bien un membre de la famille des kangourous, mais sa taille, approchant celle d'un lapin, en fait le plus petit membre de l'espèce jamais observé par l'homme. En plus de se déplacer en sautant, ce wallaby nain
est habitué à grimper dans les arbres.


vampire.jpg

Un vampire qui se nourrit... de fleurs

Parmi les centaines d'espèces de chiroptères existants, cette chauve-souris buveuse de nectar était encore inédite. Elle se sert de sa longue langue pour atteindre l'intérieur des fleurs tropicales, et a un rôle très important de pollinisateur.


camoufle-.jpg

Un as du camouflage

Si cette espèce de gecko n'était pas encore connue des scientifiques, elle a su les étonner avec son corps brun marbré de jaune, et surtout ses étranges yeux jaunes, semblables à de la pierre.


souris.jpg

Une souris arboricole

Vivant dans les arbres, cette petite souris pourrait bien elle aussi être une nouvelle espèce. Toutefois, cela reste difficile à évaluer étant donné la diversité d'espèces dans la même famille.


rat-a-poils-laineux.jpg

Un rat géant

Il faut espérer que les scientifiques qui ont rencontré ce rat géant à poil laineux plusieurs fois de suite sur leur campement n'avaient pas peur de cette espèce ! Il est possible qu'il s'agisse ici de la toute première photographie de cet animal.


pigeon-.jpg

Un pigeon très rare

Ce pigeon impérial est un membre d'une espèce déjà connue mais dont le plumage est totalement nouveau. Les biologistes ont pu déterminer que cet oiseau arboricole n'existait qu'en toute petite quantité, mais sont parvenus à le photographier de nombreuses fois.

Animaux-articles divers-Des prédateurs insoupçonnés

Publié à 08:33 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux-articles divers-Des prédateurs insoupçonnés

 

Il y a les requins, les lions ou les loups, de terrifiants prédateurs connus et craints de tous. Mais ils ne sont pas les seuls chasseurs du règne animal : nous croisons souvent de petites ou plus grandes bêtes dont on ne soupçonne pas la férocité !


coccinelle.jpg

La coccinelle est une vorace...

Cette demoiselle des jardins séduit petits et grands avec ses élytres rouges à pois noirs.
Ludique, toute ronde, la "bête à bon dieu" ne fait pas aussi peur qu'une guêpe ou une araignée.
Pourtant, la coccinelle ne mange pas de végétaux. C'est un véritable prédateur qui dévore les pucerons goulûment. C'est d'ailleurs parce qu'elle les décime rapidement qu'on l'utilise comme insecticide naturel.


dauphin-588476-20e0a8e.jpg

Le dauphin joue avec ses proies

Gracieux, joueur, rieur : le dauphin fait rêver petits et grands. C'est un animal intelligent auquel on prête beaucoup de gentillesse.
Adorable avec les humains, il n'en est pas moins un terrifiant prédateur dans le monde marin.
Des poissons de toutes tailles, des calamars et  des pieuvres finissent souvent entre ses petites dents pointues. On prétend qu'il est même capable de s'attaquer à des requins.
Pour lui, la pêche est un jeu. Comme un chat, il s'amuse avec ses proies avant de les dévorer, sans leur laisser une chance de survie.


chat-588486-20e0bfb.jpg

Le chatet la souris...

A force de le voir dormir sur notre canapé ou manger des croquettes, on en oublie parfois les instincts du chat.
Le thème du félin qui pourchasse la souris est devenu un grand classique notamment des dessins animés. Mais il ne s'agit pas d'une invention : tous les possesseurs de chat vous le diront, cet animal "joue" beaucoup à chasser. 
A l'occasion, il pourchasse et attrape des petits rongeurs, oiseaux ou des reptiles, qu'il dépose comme une offrande devant ses maîtres.
Contrairement à de nombreux prédateurs, il chasse même s'il n'a plus faim.


heron-588497-20e0c16.jpg

Le héron au long bec...

Cet oiseau majestueux ne s'installe pas par hasard au bord des rivières et des étangs : sa nourriture principale se compose de poissons en tous genres.
Il ne mange pas exclusivement des animaux aquatiques. Contrairement à de nombreux oiseaux il n'aime pas beaucoup les insectes, mais dévore indifféremment les batraciens et les petits mammifères.
Son bec fin et pointu lui permet d'achever rapidement sa proie en le transperçant.


tarsier-588524-20e0c24.jpg

Le tarsier, petit mais...

Le tarsier est le plus petit primate au monde. Sa taille minuscule, son caractère timide et ses gros yeux globuleux le font passer pour un animal inoffensif.
En réalité, derrière ses mimiques adorables et son corps d'apparence disproportionnée, il dissimule une certaine sauvagerie.
On ne le croirait pas, mais il est insectivore et carnivore. Il dévore toutes sortes de petites bêtes, et peut même manger des oiseaux plus gros que lui.


tortue-588551-20e0c3c.jpg

La tortuemangeuse de méduses...

Quand on parle de ces reptiles à carapace, on pense souvent à la lente tortue de terre, dévoreuse de laitue. Il est vrai que toutes les espèces de tortues ne sont pas prédatrices.
Toutefois, la plupart des tortues marines mange des poissons, des mollusques ou des méduses. Ces dernières, parce qu'elles sont urticantes, n'ont d'ailleurs pratiquement aucun autre prédateur.
Certaines tortues aquatiques, comme la tortue de Floride s'attaquent même aux rongeurs ou à d'autres reptiles. C'est pour cette raison qu'elles provoquent des catastrophes lorsqu'elles sont introduites dans un nouvel écosystème. 


phoque-588558-20e0c52.jpg

Bébé phoque deviendra grand...

Ce mignon bébé phoque attendrit facilement avec son beau regard, et de nombreuses associations luttent pour que l'homme ne soit plus son principal prédateur.
Pourtant, il n'est pas si innocent qu'il y parait. Ce petit phoque deviendra lui-même un prédateur redouté par les poissons, les crustacés, ou bien encore les poulpes...
Très habile, il chasse en profondeur et même les poissons rapides ne lui échappent pas.


putois-588568-20e0c6b.jpg

Le putois, un grand appétit...

Le joli masque de poils noirs qui couvre son petit museau et son apparence frêle nous cachent sa véritable nature.
Le putois est un prédateur qui aime particulièrement les rongeurs. Bien qu'il soit de relativement petite taille, il s'attaque à de grands rongeurs. Les lapins de garenne et les rats musqués font partie de ses proies favorites.
Comme la plupart de ses cousins mustélidés,  il mange beaucoup, et des animaux parfois plus imposants que lui.


chouette-588594-20e0c82.jpg

La chouette,prédateur nocturne...

Bien qu'elle nous semble incapable de nuire avec ses yeux étonnés, sa grosse tête ronde et son allure trapue, la chouette est un rapace.
La nuit, elle traque des petits rongeurs grâce à ses capacités de vol remarquables et sa vision de nuit. Elle ne rate jamais sa proie car ses attaques sont discrètes, rapides et efficaces.
Il ne faut pas se fier à la taille minuscule de son bec : il lui arrive parfois de s'attaquer à des proies plus grosses, tels des hérissons ou des grenouilles.
Néanmoins, malgré sa corpulence, elle attaque rarement les lièvres ou les lapins.


loutre-588623-20e0c9b.jpg

La loutre, opportuniste...

La cousine aquatique du putois conserve une image ludique et sympathique. Elle est amusante, joueuse et mignonne.
Son statut d'espèce menacée la place parmi ces animaux qu'on pense fragiles.
Mais il ne faut pas se fier à son air candide : la loutre s'avère un prédateur redoutable ! Elle dévore toutes sortes de petits animaux pourvu qu'ils soient en grand nombre, et joue avec ses proies avant d'en faire son repas.
Elle chasse à l'aide de ses vibrisses,  de longues moustaches qui réagissent au mouvement lorsqu'elle est sous l'eau.


corail-588653-20e0cb7.jpg

Le corail et l'anémone, fausses fleurs mais vrais prédateurs...

Souvent confondu avec un minéral parce qu'il en est très chargé, le corail éblouit à l'état naturel par ses couleurs et son aspect étrange. Difficile de croire que cet animal en forme de plante se nourrisse d'autres animaux !
Immobile, il les attire à lui et les absorbe grâce à des cellules spécialisées. Ses proies les plus courantes sont généralement de tout petits animaux marins.
Sa voisine l'anémone avale elle aussi des animaux aquatiques. Elle reste la principale prédatrice de la méduse, avec la tortue.


libellule-588682-20e0cde.jpg

Belle libellule...

Fascinante, la libellule virevolte élégamment au dessus des points d'eau. Son corps svelte et ses couleurs féériques en font un insecte très apprécié.
Néanmoins, il s'agit d'un prédateur coriace pour les autres insectes et les mollusques. Elle dévore ses proies à l'aide de sa puissante mâchoire.
Sa grande taille et sa stabilité de vol la rendent particulièrement redoutable.
Toutefois, elle ne s'attaque jamais aux araignées de peur des représailles.


raton-laveur-588698-20e0d0c.jpg

Plutot vorace, le raton laveur...

Cette grosse peluche à l'air paresseux est bien plus dégourdie qu'il n'y parait. Bien que le raton-laveur fasse parfois les poubelles en ville, notamment aux Etats-Unis, sa contrée d'origine, il est carnivore à l'état naturel.
Le raton laveur se nourrit de presque tous les petits animaux qu'il trouve : poissons, coquillages, larves, grenouilles, salamandres et tortues sont ses plats les plus courants.
On le soupçonne même de décimer les nids d'oiseaux qui se trouvent à sa portée, ce qui provoque l'inquiétude des associations de protection des oiseaux.


pelican-588721-20e0d37.jpg

Le pélican, ou l'art de pêcher à l'épuisette...

Il a l'air étrange avec son bec très long doublé d'une poche extensible. On l'imaginerait bien s'en servir pour gober des fruits, tel son cousin le toucan. Pourtant, comme de nombreux oiseaux de mer, le pélican est piscivore. Et qui plus est, l'un des plus habiles.
Il pêche en groupe pour surprendre ses proies, principalement de gros poissons.
La poche située sous son bec fait office d'épuisette et lui permet d'avaler plusieurs animaux à la fois.Plutôt pratique quand on sait qu'il doit en manger 1 kg par jour pour conserver sa corpulence.


herisson-588180-20e0d4d.jpg

Le hérisson, omnivore et gourmand...

La bouille adorable du hérisson et le mécanisme de défense de ses piquants laissent penser à un animal fragile, qu'on imagine facilement herbivore.
Il n'est est rien ! On le voit bien dans les jardins. Il fait partie des animaux qui nous débarassent des nuisibles.
Il est omnivore, bien qu'il soit généralement classé parmi les insectivores. 
En effet, s'il se nourrit principalement de limaces, de vers et autres insectes, il dévore occasionnellement de petits rongeurs, reptiles et même des oiseaux. Toutefois, ces cas restent plutôt rares.


l-orque-588758-20e0d68.jpg

L'orque, une féroce prédatrice...

Intelligente et joueuse, l'orque est également gourmande.
Cet animal fait penser à une baleine déguisée en panda, mais ne partage pas les habitudes alimentaires de ces deux animaux.
Cette cousine des dauphins possède des dents tranchantes grâce auxquelles elle dévore des poissons, des pingouins, des phoques et s'attaque parfois à d'autres cétacés, même à des baleines.


gecko-588786-20e0d88.jpg

Le sourire du gecko...

Le gecko arbore un sourire charmeur et des couleurs chatoyantes auxquels il ne faut pas se fier. On verrait bien ce gentil lézard se nourrir de feuilles et de fruits, mais ce serait une erreur.
De la famille des serpents, cet adorable reptile est capable de manger indifféremment des insectes et des petits mammifères.
Très bon en camouflage, il avance discrètement avant de bondir sur sa proie.


suricate-588830-20e0d9c.jpg

Le suricate, sentinelle du désert...

Cet animal africain de la famille des mangoustes a été rendu célèbre par Timon, l'un des personnages du dessin animé "le Roi Lion".
Impossible de ne pas être séduit par sa bouille et son allure surprenantes. Ce mammifère très sociable est même un animal domestique apprécié dans certaines régions d'Afrique.
Sa bonhommie et sa timidité camouflent cependant sa facilité à chasser des oiseaux, insectes ou reptiles. A condition, bien entendu, que ses proies soient plus petites que lui. Si ce n'est pas le cas, le suricate pourrait bien devenir un aliment à son tour...


l-otarie-588882-20e0db1.jpg

L'otarie, un lion des mers...

Contrairement à l'image qu'elle véhicule, l'otarie n'est pas seulement bonne à faire tourner des ballons sur son nez.
Carnivore, elle se montre féroce avec les poissons et les mollusques qu'elle pêche. Elle a également un faible pour les céphalopodes, en particulier les calmars.
Elle est très habile dans l'eau comme sur terre, et certaines espèces  s'attaquent occasionnellement aux pingouins.
Les otaries passent une grande partie de leur temps à chasser au large des côtes.


32102.jpg

Petit prédateur, la rainette aux yeux rouges...

Ce petit amphibien aux couleurs vives conserve en permanence un air curieux donné par ses gros yeux rouges. Cette rainette est le symbole de la protection de l'Amazonie, région au sein de laquelle elle vit.
Gourmande, elle se nourrit de tous les gros insectes qui passent sur son chemin. Parfois même, ce sont de petites grenouilles qui constituent son repas.
Bien qu'elle soit principalement insectivore, ses méthodes de chasse en font un grand prédateur. Elle s'élance dans les airs pour attraper les insectes au vol, les surprenant à tous les coups.

Animaux - Articles divers - Hybride - Tigron-Ligron -

Publié à 17:51 par acoeuretacris Tags : animaux divers
Animaux - Articles divers - Hybride - Tigron-Ligron -
Le tigron, également appelé tigon, tiglon ou tion, est le petit issu d’un tigre mâle avec une lionne.


Le ligron, également appelé ligon, est le petit issu d’un lion et d’une tigresse. Le tigron comme le ligron sont des animaux hybrides.

Dans leur environnement naturel, le lion et le tigre ne peuvent se rencontrer. En effet, le lion vit sur le continent africain alors que le tigre vit sur le continent asiatique.
La naissance d’un tigron ou d’un ligron n’a donc lieu que dans des zoos, des cirques ou des parcs animaliers.

Portrait du tigron et du ligron

Tigron et ligron ne sont pas des noms scientifiques car ces animaux hybrides ne sont pas des espèces, ni des sous-espèces.
La robe des hybrides va de l’ocre pâle au jaune-brun avec un métissage issu des deux espèces.
La crinière des tigrons mâles se développe tard. Elle est beaucoup plus petite que celle d’un lion. Les ligrons mâles sont souvent dépourvus de crinière.
Les hybrides possèdent en principe les rayures du tigre mais en plus fondues.

Ligron baptisé Hercules . Image aliwest44

Les tigrons sont plus rares que les ligrons. Il y a deux hypothèses émises pour expliquer cette différence.
Certains pensent que le tigre est désorienté par la « cour » très subtile d’une lionne et ne décrypte pas facilement les intentions de la belle.

D’autres pensent que c’est tout simplement un problème de rapport de taille et de poids. Le poids moyen d’une lionne est de 150 kg alors qu’un tigre mâle, selon l’espèce peut peser plus de 300 kg.

Accouplement entre un tigre et une lionne photographié dans un parc animalier . Image Paulie Paul

Si l’Homme incite parfois ces deux espèces à s’accoupler, ce n’est pas toujours le cas. De nombreuses naissances sont le produit d’une union librement choisie.

Dans son ouvrage « The Variation of Animals and Plants under domestication », Charles Darwin écrit :
« De nombreuses espèces de Felidae se sont reproduites en captivité bien qu’étant issues de continents différents. «
Il remarque que le lion se reproduit plus facilement avec une tigresse que l’inverse.

Tigron. Image Superciliuosness

« Aussi étrange que cela puisse paraître, beaucoup d’animaux, bien que captifs, s’unissent à d’autres espèces et produisent des hybrides, d’une manière plus fréquente qu’avec les mâles et femelles de leur propre espèce »

Les conclusions de Darwin sont peut-être un peu hâtives et ne tiennent pas compte des conditions souvent précaires de captivité des grands félins au 19e siècle.
A cette époque, on confinait des animaux d’espèces différentes dans les mêmes enclos sans tenir compte de leurs besoins respectifs.
Cette hybridation volontaire a été baptisée « hypersexualité ».

Ligron. Image Andy Carvin

Le tigron est souvent plus petit que le lion ou le tigre bien que certains aient atteint des tailles plus que respectables. Ils sont également souvent moins robustes.
La génétique est une alchimie complexe et tout dépend de quelles sous-espèces il s‘agit ainsi que de l’héritage génétique des petits.

Le ligron est beaucoup plus imposant. C’est en fait l’hybride entre félins le plus grand puisqu’il peut peser plus lourd que les deux parents réunis.
Les mâles sont particulièrement imposants. Par contre, ils sont dociles et peu agressifs. Ce comportement peut provenir du manque de testostérones.

Parmi les records de poids, citons un ligron né en 1897 et pesant 467 livres soit environ 400 kilos.

Cet animal est décrit dans « Animal Life and the World of Nature » de A.H Bryden.

En 1935, quatre ligrons de deux portées ont été exposés dans les jardins zoologiques de Bloemfontein, en Afrique du Sud.
L’un des mâles pesait 340 kilos.

Des expériences ont également été effectuées entre des tigres blancs et des lions pour obtenir des ligrons blancs

Tigre blanc. Image Tambako The Jaguar

Le zoo de Séoul a exposé d’ailleurs des ligrons blancs, probablement issus d’un tigre blanc et d’une lionne « blanche ».

Lion blanc. Image Belgian Chocolate

Le lion blanc doit sa couleur inhabituelle à un gêne récessif qui engendre une absence de pigmentation de la peau et du pelage.

Une reproduction contre nature

Aussi fascinant que puisse être un hybride, l’Homme ne doit pas aller à l’encontre de Mère Nature.

Les hybrides entre félins sont toujours stériles ce qui est déjà une bonne raison de ne pas persévérer dans cette mauvaise voie.

En réalité, ce sont les mâles qui sont stériles. Les femelles ne le sont pas mais, bien évidemment, elles ne peuvent pas se reproduire seules.

Ligron. Image Deadeyebart

Mais, cela ne décourage nullement certains puisque des recherches sur la fertilité des hybrides seraient en cours en Union Soviétique.

Il est vrai qu’en Sibérie, en 2004, une tigresse du Bengale s’est reproduite avec un lion africain. L’expérience s’est reproduite en 2005. Il s’agirait, d’après les employés du zoo, d’un « attachement » naturel entre les deux félins qui sont captifs tous les deux depuis l’enfance.

De nombreux hybrides n’ont vécu que très peu de temps. Il y a de nombreux exemples. En 1975, au Japon, trois hybrides nés dans un zoo, sont morts peu après leur naissance.

Ligron. Image aliwest44

En 2002, un ligron, né en Chine n’a vécu que 100 jours. En 2004, toujours en Chine, un ligron est mort de complications respiratoires 72 heures après sa naissance.

Selon le biologiste chinois Li Yuchun, seulement un sur 500 000 hybrides survit en raison des différences chromosomiques entre les deux espèces.

Outre des problèmes de stérilité et de croissance, certains hybrides montrent des problèmes comportementaux.

Cela n’a rien de surprenant si on considère que ces deux animaux ont un mode de vie très différent dans leur milieu naturel.
Il en résulte des conflits entre les caractéristiques héritées des deux parents. Le lion est un animal qui vit en groupe alors que le tigre vit en solitaire. L’un déteste l’eau, l’autre l’adore.

Ligron. Image jmwests

Cela ne facilite pas l’éducation des petits car imaginez la détresse d’une lionne face à une progéniture ne pensant qu’à monter aux arbres ou à se baigner.

Le mode de communication peut également être complètement faussé, l’hybride ayant hérité des deux langages.

Ces animaux ont donc le plus souvent de gros problèmes psychologiques et seraient bien incapables de survivre dans leur milieu naturel.

A quoi bon vouloir créer artificiellement des animaux de cette sorte alors que nous sommes déjà bien incapables de préserver la faune sauvage ?

Actuellement, l’accouplement entre ces deux espèces est interdit dans les zoos de la plupart des pays. En 1985, le gouvernement indien a décidé d’interdire ce type de reproduction ce qui a mis un terme à une longue tradition dans ce pays.

Animaux - Articles divers - Hybride - Le Cama -

Publié à 17:33 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux - Articles divers - Hybride - Le Cama -
Lama

Le cama est un hybride né de l’accouplement d’un dromadaire (Camelus dromedarius)  et d’un lama (Lama glama) ou d’un guanaco (Lama guanicoe). Le premier cama est né le 14 janvier 1998 au Camel Reproduction Centre, dans le désert d’Arabie à Dubaï. Baptisé Rama, ce premier cama avait pour père un dromadaire et pour mère un guanaco d’Amérique du Sud dont descend le lama domestique.

Portrait du cama

Le cama présente des oreilles courtes et une longue queue  garnie de poils comme le dromadaire. Il ne possède aucune bosse. Sa robe est beige ou sable.

Cet hybride a hérité des pieds du lama. En effet, dromadaire et chameau ont un large et unique coussinet plantaire alors que la patte du lama est munie de deux coussinets plus petits et de deux solides onglons.

Lamas. (dinosoria)

A l’âge adulte, la taille est  intermédiaire entre le dromadaire et le lama. Le cama est plus proche du lama que du dromadaire tant par la taille que par l’aspect physique.
A ce jour, 4 camas sont nés par insémination artificielle. Les hybrides sont fertiles et sexuellement mûrs vers 4 ans.

Rama, le premier cama

Ce projet a été mené par le professeur Julian A. Skidmore et financé par le prince héritier de Dubaï et le ministre de la Défense des Emirats arabes unis.
Il est à souligner que Julian A. Skidmore est également à l’origine du premier clonage d’un dromadaire. Injaz est née le 8 avril 2009.


Ce projet a été financé dans le seul but de cloner des champions qui ne sont plus en âge de se reproduire. En effet, de nombreuses courses de dromadaires sont organisées dans cette région.


A chacun de méditer sur l’aspect déontologique.

Injaz et sa mère

Le père de Rama pesait 450 kg alors que sa mère ne pesait que 75 kg. Cet écart de poids a obligé les scientifiques à utiliser l’insémination artificielle.


Ce problème de rapport de taille et de poids est à l’origine de la rareté du tigron, un hybride né d’un tigre mâle et d’une lionne
A la naissance Rama n’était pas plus gros qu’un veau. C’était un mâle.

L’objectif est de créer un camélidé plus robuste qu’un lama et plus docile qu’un dromadaire, réputé pour son caractère bien trempé.


Il s’agit donc ni plus, ni moins que de créer une bête de somme sur mesure.

Dromadaires dans le désert.

Rama a plutôt été une déception du point de vue comportemental. C’est souvent le cas chez les hybrides.
Bien qu’il s’agisse de deux camélidés, leur adaptation à leur environnement respectif est très différente.
Il en résulte des conflits entre les caractéristiques héritées des deux parents.

Le dromadaire vit au Proche-Orient  tandis que le lama et le guanaco vivent en Amérique du Sud.

Guanaco. Image fainmen

Le dromadaire est adapté au désert et aux chaleurs extrêmes tandis que le lama et le guanaco sont adaptés à l’altitude.
Les  trois espèces ont un point commun. Dans leur environnement naturel, elles souffrent d’un manque d’eau et sont passées maîtres dans l’art de la gestion des ressources.

L’hybridation entre camélidés

Cette hybridation est pratiquée entre le chameau de Bactriane (Camelus bactrianus) et le dromadaire.
Cette pratique est même plutôt courante dans les pays où les deux espèces cohabitent.

Chameau. Image Tambako the Jaguar

Là encore il s’agit pour l’homme d’obtenir un animal réunissant les qualités des deux espèces à savoir la robustesse du chameau et la grande productivité laitière du dromadaire.

Les hybrides sont fertiles.

Animaux - Aricles divers - Bornéo, animaux volants

Publié à 10:57 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux - Aricles divers - Bornéo, animaux volants
A Bornéo, certains animaux volants ne sont pas des oiseaux. Grenouilles, serpents ou écureuils planent dans les forêts tropicales, comme celle du Parc national de Gunung Palung, qui recèlent encore bien des secrets sur la faune animale.


L’extraordinaire diversité des animaux planeurs est unique. Pour pouvoir photographier ces espèces, Tim Laman, un biologiste, a dû escalader des arbres de 45 m de haut et parcourir la jungle jour et nuit.

Bornéo est la plus grande île de l’Insulinde avec une superficie de 750 000 km2. Bornéo est partagé administrativement en plusieurs territoires. Le Sabah et le Sarawak, au N.-O., séparés par le Brunei, indépendant, font partie de la Malaisie ; le reste, c’est-à-dire la plus grande partie de l’île, appartient à l’Indonésie sous le nom de Kalimantan.

Pourquoi autant d’animaux planeurs à Bornéo ?

Les animaux planeurs sont incapables de se propulser dans les airs comme les oiseaux ou les chauves-souris. Ils répartissent subtilement le poids de leur corps ou ajustent leur queue et leurs membres de façon à guider leur vol.

Brunei. Mosquée Omar Ali Saifuddien. Image Azizul Ameir

Bornéo ne possède pas moins de 30 espèces planantes. Pourquoi y en a t-il autant dans cette île, alors que d’autres forêts tropicales n’en abritent aucune, comme en Amazonie ?

Maison sur pilotis dans l'État de Brunei.  Tony From Sydney

D’après le biologiste et photographe Tim Laman, cela tient à une particularité des forêts de Bornéo, partagées par d’autres en Asie du Sud-Est.


Elles sont en effet composées en majeure partie d’arbres diptérocarpes géants, dont la fructification est peu fréquente et imprévisible, et qui empêche les autres arbres de pousser.

Forêt de Bornéo. Image Hnix

Ces conditions, semble t-il, font que la nourriture est moins abondante à Bornéo, obligeant les animaux de la forêt à rayonner davantage.


Planer est donc un excellent moyen. Ils vont d’arbre en arbre sans avoir à faire de longs allers retours sur le sol.

Batracien arboricole de Bornéo. Image Kleinmatt 66

Cela explique aussi, sans doute, que la technique du vol plané a émergé chez des groupes d’animaux aussi variés, chacun développant des structures spécifiques, depuis les énormes pattes palmées des grenouilles volantes aux membranes développées des lémurs.

Gecko volant de Kuhl (Ptychozoon Kuhli)

Prédateur nocturne, le gecko volant de Kuhl attend perché sur une branche que des insectes soient à sa portée.


Lorsqu’il a peur ou qu’il veut changer de terrain de chasse, il s’élance dans les airs.

Gecko volant. Image J.W.Connelly

Au moment où il va atterrir, la tête est levée. Les doigts palmés, les franges de peau sur les pattes et la queue contribuent au camouflage et augmentent l’étendue de la surface lui permettant de planer.

Lors de vols plus longs, la pression de l’air déploie des membranes qui sont normalement repliées sous le corps.

Grenouilles volantes genre Rhacophorus

Des replis de peau longs et souples ainsi que des doigts palmés permettent aux grenouilles volantes de planer.
Des coussinets adhésifs facilitent leurs atterrissages.

Grenouille volante (Racophorus nigropalmatus). Image Blind Boy

De nombreuses espèces de grenouilles arboricoles peuvent étendre leurs membres pour effectuer des descentes sans chuter à travers les airs.

Mais, seules les espèces ayant développé de vastes palmes, comme la grenouille de l’arbre arlequin (Rhacophorus pardalis), sont réellement capables de flotter dans les airs.

Racophorus nigropalmatus. Image Blind Boy

Munies de ces palmures, les grenouilles ne se contentent pas de planer mais opèrent des virages à 180° en plein ciel.


Certaines grenouilles volantes n’ont été découvertes qu’au 20e siècle.

Lémur volant ou colugo (Galeopterus variegatus)

Les lémurs volants ne sont pas des proches parents des lémurs authentiques de Madagascar. Ils constituent une classe distincte appelée dermoptères, ou « ailes de peau ». Le lémur volant de Malaisie est l'une des deux espèces de lémurs volants. L'autre espèce appelée lémur volant des Philippines (Cynocephalus volans) est, comme son nom l'indique, endémique aux Philippines.

Colugo qui plane. Image Wild Singapore

Leur membrane de vol, allant de la mâchoire aux doigts et des orteils à la queue, est la plus grande de tous les mammifères planeurs.

Colugo. Image Lip Kee

Les femelles colugo emmènent leurs petits dans les airs quand elles cherchent leur nourriture. On peut souvent observer une femelle colugo suspendue par les pattes arrières, tandis que son petit, se cramponne à elle.

Les lézards du genre Draco

Les lézards du genre Draco, Draco cornutus ou Draco volans, peuvent sauter d’un tronc, réaliser des loopings et atterrir un peu plus bas sur le même arbre en se présentant la tête levée. Ce sont de petits lézards d'une longueur moyenne de 20 cm.

Draco volant. Image Alfeus Ciman

Il existe environ 30 espèces classées dans le genre Draco.

Draco sp. Image Budak

Leur peau s’ouvre comme un parachute ultrarapide au moment où ils sautent. Ils peuvent effectuer des sauts de 30 m entre les arbres.


Ces planeurs sont actifs le jour et ils chassent les fourmis et les termites.

Lézard planeur. Image Dadly Drawn Dad

Les mâles rivaux se poursuivent dans les airs, sautant d’arbre en arbre, comme des avions de chasse.

Serpent planeur (Chrysopelea paradisi)

Le serpent de l’arbre du paradis est aussi mince qu’un ruban. Il glisse le long des arbres puis il lâche prise, ne tenant plus que par sa queue.

Serpent de l’arbre du paradis. Image Biophilia

Son corps se métamorphose soudain. Ses côtes s’étirent et son corps s’aplatit. Il bondit soudain dans les airs et l’on aperçoit qu’un mince ruban vert planer dans l’atmosphère.

Ce serpent peut mesurer jusqu'à 120 cm. Son aire de répartition comprend le sud de la Thaïlande, la Malaisie, l'Indonesie (Borneo, Sumatra, Java, Sulawesi) et certaines zones des Philippines.

Ecureuil volant roux géant (Petaurista petaurista)

L’écureuil volant roux géant peut atteindre un mètre de long, queue comprise. C’est la plus grande des 14 espèces d’écureuils volants de Bornéo. Il pèse en moyenne 1750 g.

Ecureuil volant roux géant de Borneo. Image Pseudolapiz

C'est un mammifère nocturne dont la reproduction et le mode de vie sont assez méconnus. On sait cependant que la femelle met au monde 2 à 3 jeunes qui sont sevrés au bout de 2,5 mois environ. Pour les protéger, la mère construit un nid dans les arbres. Il semble que la femelle a deux portées par an.

En captivité, l’écureuil volant roux géant peut vivre jusqu'à 16 ans.
Il peut effectuer des vols planés de 75 m en s'élançant des plus hautes branches en étirant ses membranes de vol qui se replient au repos. C'est une espèce herbivore qui se nourrit d'écorce de pin, de bourgeons, de fruits et de feuilles.

Petaurista petaurista. Image Nayne Cheng

Tous ces animaux sont très difficiles à étudier en détail de par leur mode de vie. La plupart nous sont très méconnus.


Si nous ne protégeons pas davantage les forêts de Bornéo, les animaux qui les peuplent, n’auront bientôt plus d’endroit pour planer.

Animaux - articles divers et inclassables - Evolution...

Publié à 17:11 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux - articles divers et inclassables - Evolution...
L’évolution des oiseaux remise en cause par une étude génétique

Le projet baptisé « Tree-of-Life Research Project» a été mené au Field Museum sur une durée de 5 ans.
L’objectif était d’effectuer une étude génétique sur les principales espèces d’oiseaux afin de déterminer leurs liens de parenté.


Il s’avère que c’est toute l’histoire de l’évolution des oiseaux qui va devoir être réécrite.
En effet, les résultats de cette recherche phylogénétique menée sur 169 espèces d’oiseaux éclairent d’un jour totalement nouveau les liens de parenté entre les différentes espèces mais remettent également en cause toute la classification.
Sushma Reddy un scientifique du Field Museum et l’un des principaux auteurs de l’étude a d’ailleurs déclaré :

"  Cette recherche a  montré que la classification et la théorie conventionnelle sur les parentés dans l'évolution des oiseaux sont fausses. Avec cette étude nous avons appris que les apparences sont trompeuses puisque des oiseaux se ressemblant et ayant des comportements similaires n'appartiennent pas forcément à la même famille."

Tree-of-Life Research Project a permis d'examiner l'ADN des principales espèces d'oiseaux vivants.
Les scientifiques ont analysé les données de plus de 32 kilobases de séquence d'ADN de chaque oiseau dans 19 lieux différents.
Cette étude d’envergure va aboutir dans les mois et années à venir à une modification du nom scientifique de plusieurs dizaines d’oiseaux.


De plus, les ouvrages de références devront être réécrits.
Quelques exemples de ces modifications sont consultables sur le site de l’Université de Floride.

En voici quelques extraits.

Les flamants dont le célèbre flamant rose ont une morphologie qui semble les rapprocher des cigognes ou des grues.

Flamants roses

Pourtant, leur plus proche parent est le grèbe. Parmi les différentes espèces de grèbes, le plus grand est le grèbe huppé (Podiceps cristatus) dont le poids maximum est de 1 200 g.

Grèbe huppé (Podiceps cristatus) .

L’ordre des Falconiformes  regroupe actuellement près de 300 espèces (faucons, aigles, vautours …)
On pourrait penser que toutes ces espèces qui ont des caractéristiques morphologiques communes possèdent des liens de parenté.


Ce n’est pas le cas et beaucoup d’espèces, classées dans le même ordre, ont développé ces caractéristiques en dehors de tout lien de parenté.


Cet ordre va certainement connaître de nombreuses modifications suite aux résultats de l’étude.
L’ordre des Passériformes englobe actuellement tous les passereaux soit plus de la moitié des espèces d’oiseaux (plus de 5 000 espèces).

Cet ordre comprend par exemple des oiseaux nord-américains comme le moqueur polyglotte (Mimus polyglottos), le geai bleu (Cyanocitta cristata) ou les nombreuses espèces de roitelets de la famille Troglodytidae.

Moqueur polyglotte (Mimus polyglottos).

L’étude génétique nous apprend que ces oiseaux sont en réalité étroitement liés à un groupe qui n’est pas présent en Amérique du Nord : les Perroquets.

Geai bleu (Cyanocitta cristata).

Cette étude permet de confirmer certaines théories et d’en rejeter d’autres. Par exemple, les oiseaux marins primitifs ne sont pas à l’origine de tous les oiseaux modernes contrairement à une idée répandue.

Le joli colibri très coloré qui est diurne a évolué à partir d’un oiseau nocturne au plumage plutôt terne.

L’étude a par contre confirmé que les poulets et les dindes sont  étroitement liés aux canards et aux oies.

Ces quelques exemples illustrent les résultats étonnants de cette recherche qui est publiée dans la revue Science du 27 juin 2008.

Difficile de trouver une quelconque ressemblance entre ces deux espèces

Bien sûr les scientifiques ne répondent pas à toutes les questions mais cependant, grâce à cette étude, notre connaissance de la phylogénie des oiseaux a considérable progressé.

Animaux - articles divers - Sommeil et rêve...

Publié à 17:21 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux  - articles divers - Sommeil et rêve...
Sommeil et rêve chez les animaux

Tous les animaux dorment et beaucoup, comme l’homme, rêvent. Certains oiseaux sommeillent en volant tandis que les poissons rouges se reposent sans se noyer. Le sommeil représente un moment précieux durant lequel l’animal refait le plein d’énergie. Mais, au-delà d’une simple nécessité physiologique, dormir et se reposer constituent aussi des stratégies de survie.


Le réflexe qui pousse un nourrisson à serrer le poing dès qu’il sent quelque chose lui caresser la paume de la main n’est qu’un souvenir de l’époque où notre espèce, luttait elle aussi, pour sa survie.

Quand les animaux rêvent

Pour être sûr d’avoir à faire à un véritable dormeur, il faut que l’absence de mouvements s’accompagne au moins de la posture de sommeil inhérente à l’espèce.
En effet, chaque espèce possède une position spécifique :

  • Le chien se met en boule
  • La guêpe garde la tête baissée, antennes enserrées entre les pattes antérieures
  • La chauve-souris se pend à l’envers

 

 

Chauve-souris qui dort. Image longhorndave

L’Ara se tait quand il dort et adopte une position typique des oiseaux, tête et bec enfouis sous une aile

Ara qui dort. Image Morning Glory

  • Les chevaux sauvagesdorment généralement debout, les uns serrés contre les autres

 

  • Le flamant rose replie l’une de ses pattes pour dormir

 

 

Flamant rose au repos. Image putneymark

La seule preuve que l’animal dort vraiment est en fait invisible. Il s’agit d’une onde électrique.
Lorsqu’un animal s’endort, les ondes électriques émises par son cerveau se ralentissent et prennent de l’amplitude.
De plus, les mammifères et plus faiblement les oiseaux, présentent durant leur sommeil une phase appelée « sommeil paradoxal ».


Cette phase est liée aux rêves.

Poussins en plein sommeil. Image Lap Strake

Chez l’homme, ce sommeil paradoxal est également associé, dans 90% des cas, aux rêves.
Bien sûr, aucun animal ne peut raconter ses rêves. Il a donc fallu inventer un protocole expérimental.
Dans les années 1950, Michel Jouvet imagina une procédure originale. Il localisa chez le chat les neurones qui font que, pendant ce sommeil paradoxal, les muscles restent immobiles. Ces neurones neutralisés, le chat pouvait donc manifester ses éventuels rêves.

Le chat, comme d'autres mammifères, connaît durant son sommeil une phase appelée « sommeil paradoxal ». Image Magh

De fait, les yeux fermés, le chat en sommeil paradoxal, se met à courir comme s’il poursuivait une souris et à hérisser son poil comme si un danger approchait.
Tout porte à penser que les rêves animaliers reflètent les préoccupations de chaque espèce. A quoi peut bien rêver un tigre ? A des proies succulentes sans doute.

A quoi rêve un tigre ? Image Cayusa

Ce sont les primates qui bénéficient d’un sommeil identique à celui de l’homme avec un sommeil paradoxal qui intervient toutes les 90 minutes.

Femelle gorille et son petit. Image Bart dubelaar

Ni les insectes, ni les animaux à sang froid ne présentent de sommeil paradoxal. En revanche, le sommeil des oiseaux abrite des périodes de sommeil paradoxal embryonnaire.

Le sommeil des oiseaux se rapproche de celui des mammifères. image looseends

Une stratégie de vie et de survie

Le sommeil constitue d’abord un moyen de s’économiser et de conserver les calories indispensables.
On connaît bien le crocodile qui se repose, gueule ouverte, pour emmagasiner de la chaleur.

Le crocodile emmagasine de la chaleur en ouvrant sa gueule. Image Thaï Jasmine

Mais, le sommeil est également une stratégie pour éviter les prédateurs. Les proies s’activent quand leurs prédateurs dorment et lorsque les ennemis s’agitent, elles se dissimulent dans un abri.

Dans la nature, la trêve du sommeil est fragile. Il faut toujours faire face à la dure loi de la jungle.
Deux stratégies s’imposent et s’opposent :

  • Soit s’économiser en dormant beaucoup
  • Soit s’activer, manger et donc chasser ce qui revient à dormir peu

 

Carnassiers et herbivores ne sont pas égaux face à ce choix. Les herbivores doivent ingurgiter une très grande quantité de végétaux car leur alimentation est peu énergétique.
Aussi, de manière générale, les herbivores dorment-ils moins que les carnassiers qui, eux, s’octroient de longues siestes digestives.


Les herbivores, proies par excellence, dorment d’un sommeil inquiet, léger et par courtes périodes.

Le lion est un gros dormeur. Image Mozzer 502

Le paresseux est le champion du sommeil puisqu’il dort une vingtaine d’heures par jour. Pendu à sa branche, tête en bas, son plus grand effort consiste à descendre de son arbre une fois par semaine pour déféquer au sol.

Paresseux à gorge brune.

Le koala dont la nourriture est peu énergétique passe également une grande partie de son temps à dormir ou somnoler dans les arbres.

A l’inverse le manchot royal et le manchot empereur sont de petits dormeurs. Droits comme des « i », ils ne sommeillent que quelques minutes par jour.

Le sommeil constitue un danger

Le sommeil constitue un danger pour l’animal et surtout sa progéniture. De ce fait, chaque espèce, en fonction des dangers qui la menacent, a développé une position idéale pour se reposer.

Le babouin dort assis sur une branche en position instable. Le moindre balancement de la branche le réveille.
La girafe dort peu et surtout debout. La position couchée pourrait lui être fatale étant donné sa taille.


Les rares fois où l’on voit des girafes couchées, elles se mettent dos à dos pour s’avertir mutuellement du danger mais alors elles ne dorment pas. Les bébés girafes peuvent dormir couchés mais cette position est très dangereuse.

Jeune girafe qui se repose. Image godsmac

Par contre, le lion ne craint personne. Il dort, étalé au sol de tout son long. Il ne s’éveille que pour bailler, s’étirer et reprendre sa sieste.

Lion qui dort photographié au Masaï Mara. Image Autan

Le bâillement n’est pas le propre de l’homme. Dans un troupeau d’éléphants, si un individu se met à bailler, les autres l’imitent par contagion et le groupe se dirige vers une clairière qui servira de dortoir.

Certains éléphants se couchent, la tête sur un oreiller de feuilles, confectionné du bout de la trompe.
A l’abri entre les pattes de sa mère, l’éléphanteau suce sa trompe, comme un bébé son pouce.

L'éléphanteau suce sa trompe comme un bébé son pouce. Image Laurenz

Le poisson-perroquet secrète chaque nuit un sac de couchage avec une étrange substance qui se solidifie au contact de l’eau.

Poisson-perroquet qui se repose. Image Stompy

C’est un système automatique de la vessie natatoire qui permet aux poissons d’arrêter de nager pour dormir. Cette vessie de stabilisation communique avec l’intestin. Pour la gonfler, le poisson avale de l’air à la surface, juste assez pour atteindre la profondeur qui lui convient. Pour modifier sa position, il dégaze en faisant des bulles.

Un sommeil qui suit l’évolution du cerveau

Il est certain que le repos s’est complexifié au fur et à mesure que s’élaborait un cerveau de plus en plus sophistiqué.
Seuls les oiseaux et les mammifères connaissent un sommeil véritable présentant deux phases principales :

  • Le sommeil lent
  • Le sommeil paradoxal

 

Le sommeil lent est vital pour la régénération de l’organisme. Le sommeil paradoxal aurait plutôt des prérogatives cérébrales.

Ce bébé macaque s'est endormi assis. Image Jasohill

Les nouveau-nés, de même que les prématurés humains, connaissent un taux de sommeil paradoxal deux fois supérieur à celui des adultes.

Le taux de sommeil paradoxal est deux fois supérieur chez le bébé par rapport à l'adulte. Image peasap .

On suppose donc que la maturation cérébrale, non achevée à la naissance, se poursuit durant le sommeil paradoxal.


De même, l’hormone de croissance est secrétée, chez les juvéniles, durant le sommeil.
En dormant bien, en rêvant, animaux et hommes deviennent grands.

Animaux - articles divers - Les animaux peintres

Publié à 16:00 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux  - articles divers - Les animaux peintres
Cholla, le cheval peintre, des éléphants qui exposent leurs toiles en Thaïlande, Cheddar de Tillamook, un jack-russel à la renommée internationale, autant d'artistes insolites qui nous surprennent et nous rapellent que l'homme n'est pas le seul à posséder une certaine créativité.

Les éléphants peintres

En Asie, environ 15 000 éléphants étaient encore utilisés dans l’industrie forestière il n’y a pas si longtemps. Ils pouvaient travailler là où les machines modernes ont difficilement accès. Sur ce continent, les éléphants y sont domestiqués depuis environ 5 000 ans.

En Thaïlande, depuis les années 1980, les autorités ont pris des mesures pour stopper le déboisement sauvage mais également pour protéger la faune dont notamment les éléphants. Beaucoup d’animaux ont donc été abandonnés par leur cornac car devenus inutiles.

Afin d’assurer leur survie, ces animaux doivent « démontrer » à l’homme qu’ils peuvent encore être rentables.
Heureusement pour eux, les éléphants et particulièrement ceux d’Asie, ont une âme d’artiste. Parmi tous les mammifères, avec les primates, ce sont les animaux les plus doués pour développer des capacités censées être propres à l’homme.


L'éléphant d'Asie est plus petit que l'éléphant d'Afrique. Son front est bombé et ses oreilles sont plus petites et triangulaires.

Certains d’entre eux, et particulièrement les femelles, possèdent un talent artistique indéniable.

Ces éléphants expriment leur créativité et leur sensibilité grâce à la peinture.

Il ne s’agit pas de gribouillages sans aucune signification, ce que certains appellent avec diplomatie l’art abstrait, mais de véritables toiles qui représentent leur environnement.

Peinture représentant un arbre peinte par un éléphant. Asian Elephant Art Conservation Project

Comme vous le savez l’éléphant possède une trompe nasale. C’est le résultat de la fusion du nez et de la lèvre supérieure.
Elle est composée de milliers de minuscules muscles qui la rendent à la fois puissante, souple et délicate.

Elle permet à l’animal de ramasser sa nourriture au sol comme les branches les plus élevées des arbres.
La trompe de l’éléphant d’Afrique se termine par deux appendices préhensiles tandis que celle de l’éléphant d’Asie n’en possède qu’un ce qui ne semble pas l’handicaper outre mesure.
Ce « doigt » permet à l’éléphant d’Asie de manipuler les objets et dans ce cas précis un pinceau.

Confortablement installé devant sa toile, le « maître » peut laisser s’exprimer son art.

Nous savons depuis plusieurs années que la conscience de soi n’est pas le propre de l’homme. Cette notion très abstraite et très complexe apparaît chez l’enfant vers l’âge de deux ans. De manière schématique, cela signifie posséder une image mentale de soi-même.


Des expériences ont été menées et il apparaît que le chimpanzé, l’orang-outan et le gibbon possèdent cette conscience.


Le dauphin partage également avec l’homme cette caractéristique.

Cet éléphant est en pleine créativité. Image pontman

Au vu des autoportraits peints par quelques éléphants, on ne peut nier que cet animal possède lui-aussi une image mentale de lui-même.

Peinture florale par un éléphant. Image bato93

Certains pourraient penser qu’ils sont simplement dressés mais ce n’est pas le cas. La plupart des artistes sont jeunes.


Bien sûr, ils ont au début un  « coach » qui leur montre comment mélanger les couleurs et tenir la brosse mais ensuite, chacun exprime sa sensibilité comme il l’entend.

On peut d’ailleurs constater en comparant les peintures qu’il y a des styles très différents propres à chaque individu.

Un autoportrait de Hong. Asian Elephant Art Conservation Project

Outre l’intérêt scientifique de ces séances de peinture, cela permet également et surtout de financer les sanctuaires dans lesquels vivent les animaux.

Tous les ans, des milliers de touristes viennent admirer les pachydermes en pleine création et l’argent récolté leur assure un avenir confortable.


L’une des dernières créations est une peinture à l’huile qui mesure 2,5 m de haut et près de 12 m de long qui a été vendue 22 000 euros.

Peinture florale d'un éléphant. Asian Elephant Art Conservation Project

Plusieurs éléphants ont eu une renommée internationale. C’est le cas par exemple de Ruby, une éléphante d’Asie, décédée en 1998.
C’était une grande artiste peintre et ses toiles ont rapporté des sommes considérables qui ont permis d’améliorer le sort des éléphants des zoos américains.

Une des nombreuses peintures de Ruby

Elle a pu exprimer son art au zoo de Phoenix après qu’un soigneur l’aie vue dessiner de manière spontanée sur un mur avec un bâton.
Sa carrière a malheureusement été interrompue par une infection suite à un accouchement. L’animal a été euthanasié pour lui éviter toutes souffrances.

Eléphant peintre devant son chevalet. Image ckmck

Un autre éléphant, baptisé Chiang Maï, du nom de la ville où il exerce son art possède un style unique.
Il est le seul à pratiquer le pointillisme. Il réalise chaque jour 5 ou 6 toiles de petit format.

Ainsi les éléphants prennent leur revanche sur l’homme en nous démontrant une fois de plus à quel point notre soi-disant supériorité est bien surfaite.

Une peinture très colorée et pleine de vie d'une éléphante baptisée Maesa. Asian Elephant Art Conservation Project


vidéo d'élaphants peintres en Thailande

Cholla, le cheval peintre

Cholla est un mustang (mustang-quarter horse)  qui a préféré la carrière artistique à celle de simple monture. Agé de 23 ans, ce cheval peintre expose ses toiles à la Galleria Giudecca de Venise.
Ses tableaux se vendent plus de 2000 euros.
Le cheval tient le pinceau entre ses dents et peint sur des toiles montées sur un chevalet installé dans son enclos.
Toutes ces toiles sont abstraites et très colorées.

Cholla, le cheval peintre

Bien sûr, de nombreux artistes qui pratiquent eux-aussi l’art abstrait sont un peu sceptiques mais cependant très curieux d’en apprendre plus sur cette nouvelle technique chevaline.
Cet insolite passe-temps pour un cheval a commencé il y a quelques années alors que sa propriétaire repeignait la barrière de son enclos.


Cholla a semblé très intéressé et pour plaisanter les propriétaires lui ont donné une brosse, de la peinture et une toile.


Imaginez leur stupéfaction quand le cheval s’est mis à peindre.

Une des peintures de Cholla exposée à Venise.

Le plus amusant est que Cholla participe à des concours d’art contemporain et qu’il se retrouve donc en compétition avec des êtres humains.


L’un des jurys a d’ailleurs failli le disqualifier quand il s’est rendu compte que les toiles avaient été réalisées par un cheval.


Mais devant la renommée internationale de l’artiste, il n’a pu que s’incliner et lui a attribué la mention honorable pour ses œuvres.

Concernant le travail de Cholla, ce qui est important ce n’est pas la valeur artistique qui est d’ailleurs bien subjective mais plutôt que ces peintures reflètent ses émotions du moment. Ce cheval donne vie à ses pensées et nous les fait partager.


Si on en juge par les jolies couleurs et les traits énergiques,  Cholla est un cheval heureux  et bien dans sa peau.


N’est-ce pas l’essentiel ?

Cheddar de Tillamook, le chien peintre

Cheddar de Tillamook, baptisée Tillie par les intimes, est une chienne jack-russel terrier qui est née en 1999.
Elle a vécu dans l’Oregon d’où son nom qui est celui d’un fromage produit dans cet Etat.

Son propriétaire, Archer Hastie, a pris conscience de ses talents artistiques alors qu’elle n’avait que 6 mois.
Elle a fait sa première exposition en octobre 1999 à Brooklyn alors qu’elle n’avait que 9 mois.

Ses peintures sont généralement monochromes bien que certaines soient polychromes.

Peinture de Cheddar de Tillamook.

Contrairement à Cholla ou aux éléphants, elle ne tient pas de brosse dans sa gueule mais elle crée avec ses griffes et ses dents.


Son propriétaire met à sa disposition un morceau de papier vélin de lithographie qui est préparé avec un enduit et attaché sur un panneau de mousse par un ruban adhésif.


Il lui prépare ses couleurs à l’huile non toxique.

Une fois le matériel prêt, la chienne saisit le panneau, se place au-dessus de la toile puis raie et creuse avec ses griffes, déchire parfois les coins ou lèche le panneau pour mélanger les couleurs.
Le tout est accompagné de grognements et d’aboiements.
Depuis 10 ans, Tillie a exposé ses toiles dans plusieurs pays dont les Etats-Unis, la Belgique ou le Japon.

Cheddar de Tillamook. Image Shawn.

Depuis 2007, elle participe à une sorte de show pendant lequel elle crée une œuvre en étant accompagnée par un groupe de jazz célèbre : le pianiste Dred Scott, le saxophoniste Bill McHenry et le batteur R-J Miller.

Là encore, ce chien a l’air de bien s’éclater sur scène. La technique de Tillie est décrite comme vigoureuse et frénétique par son propriétaire mais elle fait peut-être simplement ce que tous les chiens adorent faire : gratter, déchirer et aboyer avec force.

Peut-être est-ce la musique qui ne lui convient pas ?


vidéo cheddar de Tillamook la chienne peintre

Animaux - articles divers - La véritable histoire de...

Publié à 13:37 par acoeuretacris Tags : divers animaux
Animaux  - articles divers - La véritable histoire de...
La véritable histoire de Winnie l'Ourson

Tous les enfants adorent Winnie l’ourson  (Winnie-the-Pooh). Cet ours a été créé en 1925 par Alan Alexander Milne et est rapidement devenu un personnage célèbre de la littérature pour enfants.

Les droits des livres ont été achetés par Walt Disney en 1961 qui a sorti plusieurs films d’animation sur le thème des aventures de Winnie l’ourson.

Cependant, cet ours a bien existé. De son vrai nom Winnipeg, cet ours noir a eu un destin peu commun.

Winnipeg

Winnipeg est un ourson femelle découvert sur le fleuve de White River au Canada par un éclaireur du fort Garry Horse, un  régiment canadien de cavalerie.
Le soldat a ramené l’ourson à la caserne où le lieutenant vétérinaire Harry Colebourn l’a racheté pour quelques dollars.


Baptisé Winnipeg ou Winnie, l’ourson s’est pris d’affection pour son nouveau compagnon. De forts liens d’affection se sont noués entre l’homme et l’animal.

Winnie et le lieutenant Colebourn

Winnie est rapidement devenu un objet de curiosité et aussi d’amusement dans la caserne.
La Première Guerre mondiale éclatait alors en Europe. Lorsque le régiment a été désigné pour partir se battre en Europe, Winnie est devenue la mascotte officieuse du régiment et a suivi les soldats en Angleterre.

Malheureusement, le régiment devait s’embarquer pour se battre en France. Harry Colebourn, en désespoir de cause, a dû confier l’animal au zoo de Londres.


Il s’était alors promis de revenir et de ramener son compagnon à la fin de la guerre au Canada.

Winnie et le lieutenant Colebourn

Par chance, le lieutenant  devenu capitaine sorti indemne de la guerre. Cependant, il décida que finalement Winnie était bien soigné et très aimé au zoo et qu’il valait mieux l’y laisser.
Plus tard, Harry Colebourn a confié qu’il avait souvent regretté sa décision car Winnie lui manquait.

Winnipeg a fini ses jours tranquillement au zoo de Londres.
La vraie histoire de Winnie a été portée à l’écran en 2004 dans un film appelé “Un ours nommé Winnie”.

DVD "Un ours nommé Winnie"

Une statue de Winnie et du capitaine Colebourn a été érigée dans le parc d’Assiniboine à Winnipeg en mémoire de cette belle histoire.

De Winnipeg à Winnie l’ourson

C’est le dramaturge et journaliste Alan Alexander Milne qui s’est le premier inspiré de l’histoire de Winnipeg pour créer son personnage de fiction.

Son fils Christopher a rencontré Winnipeg au zoo de Londres en 1924 et s’est prit d’affection pour lui.
Son père a inventé les personnages qui entourent l’ours en s’inspirant des peluches de son fils.

Winnie et Christopher Milne au zoo de Londres en 1924

La première aventure de Winnie a été publiée en décembre 1925 et diffusée dès le lendemain à la radio de la BBC.
Tous les dessins sont l’œuvre de E.H. Shepard.
Winnie est devenu célèbre au cinéma grâce à Walt Disney. Le premier film est sorti en 1966 sous le titre de Winnie l'ourson et l'arbre à miel puis un deuxième en 1968, Winnie l'ourson dans le vent, qui reçut l'Oscar du meilleur court métrage d'animation.

Winnie l'ourson de Walt Disney

Winnie est toujours entouré de ses amis : Jean-Christophe, Tigrou, Porcinet, Coco Lapin, Maître Hibou, Grand Gourou et Petit Gourou, Bourriquet.
Tous ces sympathiques personnages vivent dans la Forêt des Rêves bleus.

Winnie l'ourson et ses amis

Depuis, les films se sont succédés pour le plus grand plaisir des petits comme des grands.